Quarouble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Quarouble
Quarouble
Mairie.
Blason de Quarouble
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité CA Valenciennes Métropole
Maire
Mandat
Jean-Luc Delannoy
2020-2026
Code postal 59243
Code commune 59479
Démographie
Population
municipale
3 077 hab. (2019 en augmentation de 0,75 % par rapport à 2013)
Densité 251 hab./km2
Population
agglomération
334 571 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 23″ nord, 3° 37′ 26″ est
Altitude Min. 16 m
Max. 51 m
Superficie 12,27 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Valenciennes (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Valenciennes (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marly
Législatives 20e circonscription du Nord
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quarouble
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quarouble
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Quarouble
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Quarouble

Quarouble est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Adhérente à l'intercommunalité de la Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole, Quarouble fait également partie de l'unité urbaine de Valenciennes qui est la troisième du département du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Quarouble est une ville du Valenciennois proche de la frontière franco-belge, située à 9 km au nord-est de Valencienne, 25 km de Mons et une cinquantaine au sud-est de Lille. Elle est traversée par l'autoroute A2 et desservie par l'ex-route nationale 30 (devenue RD 630).

Elle fait partie du parc naturel régional Scarpe-Escaut.

La ville est concernée par le projet de création de la ligne D du Tramway de Valenciennes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 746 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Valenciennes », sur la commune de Valenciennes, mise en service en 1987[7] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 708 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 43 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Quarouble est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valenciennes (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 56 communes[17] et 334 571 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 102 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (35,7 %), prairies (34,7 %), forêts (14,2 %), zones urbanisées (13 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,6 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison de garde-barrière à Quarouble, sur la ligne de Douai à Blanc-Misseron.

À l'époque féodale, la famille seigneuriale locale porte le nom de Quarouble, et possède aussi Vendegies en partie (le fief de Logny, Longnies, Loignies : Lonny ou Lonni), Saultain, Escarmaing. Marguerite, fille de Gilles de Quarouble, apporte Logny à son mari Adrien de Montoye, vicomte de Roul(l)ers, échevin de la Keure de Gand en 1568 et capitaine du château de Gand. Leur fille Marie de Montoye épouse en 1602 Guillaume Ier de Montmorency-Neuville, sire de Mercatel, d'Amougies et Russignies, gouverneur de Lens en 1634, d'où postérité : cette branche des Montmorency aura ainsi Roulers et sera titrée comte de Logny et princes de Montmorency[24].

La commune a été desservie par l'ancien tramway de Valenciennes de 1883 à 1965, et par la ligne de Douai à Blanc-Misseron de 1842 à 1954.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve depuis 1824 dans l'arrondissement de Valenciennes du département du Nord].

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Valenciennes-Est[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

La commune relève du tribunal judiciaire de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, et, dans l'ordre administratif du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Marly

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la vingtième circonscription du Nord.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Quarouble est membre de la communauté d'agglomération Valenciennes Métropole, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2001 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cette intercommunalité succède à plusieurs autres structures intercommunales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1795 1802 Nicolas-Joseph Nonclercq    
1802 1813 Antoine Joseph Dassonville    
1813 1816 François Joseph Dassonville    
1816 1820 Charles Benoît Gernez    
1821 1827 Jean-Baptiste Dassonville    
1827 1833 François-Ernest Quinet    
1833 1835 Nicolas Joseph Grenez    
1835 1840 Prudent Fidèle Dassonville    
1840 1848 Romain Joseph Algave    
1848 1870 Jean-Baptiste Cazin    
1870 1893 Romain Joseph Algave    
1893 1896 Auguste Maizierre    
1896 1912 François Quinet    
1912   Auguste Franck[26] SFIO Ouvrier maçon
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1939 Émile Cornette[27]
(1881-1958)
PCF Ouvrier tailleur
Révoqué par le Gouvernement Daladier après la signature du Pacte germano-soviétique
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1947 Émile Cornette[27]
(1881-1958)
PCF Ouvrier tailleur
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1953 août 1958 Émile Cornette[27]
(1881-1958)
PCF Ouvrier tailleur
Décédé en fonction.
avant 1981   Noël Finet    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2008 Roger Ducorron    
mars 2008 mars 2014 Jean Dervaux DVD Retraité, ancien premier adjoint
mars 2014 mai 2020 Alain Bourguin DVD Retraité
mai 2020[28] En cours
(au 2 août 2020)
Jean-Luc Delannoy[29] DVD Retraité de La Poste, ancien premier adjoint

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[31].

En 2019, la commune comptait 3 077 habitants[Note 8], en augmentation de 0,75 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 1551 2591 6901 9302 0272 1142 2462 1972 274
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 4332 5102 5332 6362 6442 6382 5582 5812 655
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 6992 7632 5672 7672 9542 9692 8932 9593 311
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
3 4203 4043 3653 2773 3033 2093 2093 0913 045
2019 - - - - - - - -
3 077--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,1 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 447 hommes pour 1 598 femmes, soit un taux de 52,48 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
0,9 
5,3 
75-89 ans
9,1 
19,0 
60-74 ans
18,8 
21,0 
45-59 ans
21,3 
18,5 
30-44 ans
17,2 
16,9 
15-29 ans
15,4 
18,3 
0-14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tableau Nuit de Noël par Élise Nonclerc .
  • Éleuthère Mascart né à Quarouble en 1835, physicien.
    Il entre à l'École normale supérieure en 1858 où il est agrégé en 1858 puis docteur ès sciences en 1864. Il demeure d'abord attaché à cette école comme conservateur des collections scientifiques, devient professeur de physique au collège Chaptal puis suppléant de Ragnault au Collège de France. M. Mascart succéde ensuite à Chaptal comme professeur titulaire en 1872, prend la direction du bureau central météorologique en 1878 , et est membre du bureau national et permanent des poids et mesures. Durant ces années, il s'est particulièrement distingué par ses travaux sur l'électricité.
    Il est élu en 1884 membre de l'Académie des sciences) en remplacement de M. Jamin, et nommé dans cette académie, secrétaire perpétuel.
    Il est chevalier de la Légion d'Honneur en 1871 et est élevé au grade de commandeur en 1889. Il est nommé comme président de classe à l'exposition universelle.
  • Élise Nonclerc dite Grand'Mère Paris, née à Quarouble en 1906, artiste peintre.
  • Marius Dewilde, qui affirme en 1954 avoir vu à Quarouble, en pleine nuit, deux petits êtres et un engin mystérieux, que les journalistes transformèrent en martiens dans une soucoupe volante.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Quarouble (59) Nord-France.svg

Les armes de Quarouble se blasonnent ainsi : « D'azur au sautoir d'argent cantonné de quatre macles du même ».

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Valenciennes - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Quarouble et Valenciennes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Valenciennes - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Quarouble et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Valenciennes (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. « Adrien de Montoye, p. 46-49 », sur Histoire chronologique des évêques et du chapitre de St-Bavon de Gand (Supplément chronologique et généalogique), par Auguste-Emmanuel Hellin, chez Pierre de Goesin, à Gand, 1772
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Notice FRANCK Auguste par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010
  27. a b et c Notice CORNETTE Émile, Jean-Baptiste, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008
  28. Céline Beaufort, « Jean-Luc Delannoy est le nouveau maire de Quarouble : Ce mercredi soir à Quarouble, lors du conseil municipal d’installation, Alain Bourguin, l’ancien maire, était là pour féliciter Jean-Luc Delannoy, son successeur à la tête de l’équipe municipale », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  29. Céline Beaufort, « À Quarouble, Jean-Luc Delannoy, l’ancien chef de la Poste devenu maire : Jean-Luc Delannoy fait partie des nouveaux maires du Valenciennois. Rencontre avec l’ancien premier adjoint devenu le premier magistrat de Quarouble », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Quarouble (59479) », (consulté le ).
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).