Rumegies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rumegies
Rumegies
L'école de l'Immaculée-Conception.
Blason de Rumegies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Canton Saint-Amand-les-Eaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Joël Beyaert
2014-2020
Code postal 59226
Code commune 59519
Démographie
Population
municipale
1 712 hab. (2015 en augmentation de 8,35 % par rapport à 2010)
Densité 222 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 23″ nord, 3° 21′ 02″ est
Altitude Min. 18 m
Max. 34 m
Superficie 7,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Rumegies

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Rumegies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rumegies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rumegies

Rumegies est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rumegies
Aix Brunehaut (Belgique)
Rumegies
Saméon Lecelles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Rumegies est traversé par l'Elnon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le premier nom ancien de Rumegies apparaît en 1058 *Rumelgeias*. En 1286 dans la cartulaire de flandre le village s'appelle Rumegy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts

Les premières traces de vie humaine remontent à 5000 ans environ. Nos ancêtres étaient essentiellement occupés à la chasse comme l'attestent les divers outils retrouvés sur les sites néolithiques de la commune. Des découvertes de l'époque gallo-romaine effectuées le long de la vallée de l'Elnon prouvent également que le village était solidement implanté à cette époque.

Guerres, dévastations, pillages seront les conséquences inéluctables de la situation d'un village aux confins du royaume. Lors des guerres de 1792, le village se trouvera confronté aux problèmes inhérents à sa situation géographique : incursion des Autrichiens, résistances farouches des habitants, guerre religieuse. Le XIXe siècle voit s'apaiser les tensions. La population s'accroît, les brasseries et le tissage se développent.

Entre 1896 et 1932, la ligne de chemin de fer de Saint-Amand à Hellemmes de 32 km dessert la commune.

Dès 1914 le village connaît l'occupation Allemande et Angèle Lecat en 1918 paie de sa vie sa résistance à l'ennemi.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1794 Michel Colomban de Sauw   greffier, propriétaire cultivateur
    Jean Baptiste Alexis Bosquelle   propriétaire cultivateur
1838 1848 Désiré Colomban de Sauw   propriétaire cultivateur
1999 mars 2008 Roger Vandeville    
mars 2008 en cours Joël Beyaert DVD  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2015, la commune comptait 1 712 habitants[Note 1], en augmentation de 8,35 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 2871 2501 6311 6191 5231 7301 6161 7101 623
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 6001 5721 5581 6161 6201 5601 5041 4341 379
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 3641 3051 1941 2291 2371 2381 1141 1571 187
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 -
1 1331 1571 2111 2581 4021 5611 5801 712-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Rumegies en 2007 en pourcentage[5].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
5,3 
75 à 89 ans
7,0 
9,4 
60 à 74 ans
10,5 
21,3 
45 à 59 ans
18,9 
25,4 
30 à 44 ans
25,6 
16,5 
15 à 29 ans
16,4 
21,9 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Brice
  • L'Église Saint-Brice de Rumegies
  • La cense des Metz (42 ha au XVIe siècle), la cense des Ris (34 ha au XVe siècle), la cense de la Bougrie (22 ha au XVe siècle), les terres de l'Argenterie (18 ha au XVIe siècle). D'autres censes, comme celle du Praïel, appartenaient à des propriétaires particuliers." ("Journal d'un curé de campagne" page 23 – Henri PLATELLE).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Dubois († 1739) fut curé (jansénisant) de Rumegies de 1686 à 1739. Il a laissé un journal publié par H. Platelle et dans lequel il raconte la vie de Rumegies.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rumegies

Les armes de Rumegies se blasonnent ainsi : "D'azur semé de fleurs de lys d'or."

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Journal d'un curé de campagne au XVIIe siècle, présentation, édition et notes par Henri Platelle, Paris, Cerf, 1965, 208 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]