Hérin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hérin
Hérin
Blason de Hérin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Jean-Paul Comyn
2020-2026
Code postal 59195
Code commune 59302
Démographie
Gentilé Hérinois, Hérinoises
Population
municipale
4 128 hab. (2018 en augmentation de 3,33 % par rapport à 2013)
Densité 921 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 19″ nord, 3° 27′ 11″ est
Altitude Min. 36 m
Max. 115 m
Superficie 4,48 km2
Élections
Départementales Canton d'Aulnoy-lez-Valenciennes
Législatives Dix-neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hérin
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Hérin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hérin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hérin

Hérin est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. La ville est également située dans la Dix-neuvième circonscription du Nord et du Canton d'Aulnoy-lez-Valenciennes. La ville fait partie de la Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les différents noms de la localité[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, la commune avait pour nom Iérin comme on le voit dans la légende de la Sainte Croix de Douchy qui date de 1447. Il est dit que ce livre fut découvert par l'advertance de Messire Jacq Hanuel, curée de Iérin. Au XVIIe siècle, on écrivait Errin ou Erin. Au XVIIIe siècle, on trouve Erain dans plusieurs actes civils. Ce ne fut qu'au XIXe siècle que la commune reçut définitivement son nom actuel : Hérin. Étymologiquement, le nom de la ville a une signification : « Manoir de Herbert ». Il dériverait de Her, diminutif de Herbert et de Hern, qui signifie manoir. Hérin possède ses armes : Portes de gueules au chef orné de trois sautoirs de sables.

La Fosse Hérin[modifier | modifier le code]

Un peu d'histoire s'impose avant de voir tomber un des derniers signes de l'industrie minière. L'ancienne fosse d'Hérin a une superficie de 32 531 m2. Avec les 58 430 m2 du terril adossé à cette fosse, l'activité de l'époque se déroulait donc sur plus de 9 ha.

La naissance de la fosse remonte à la fin du XIXe siècle; en effet, c'est en 1866 que furent entrepris les travaux pour creuser les deux puits. - le 1er jusqu'à la cote -400 m - le 2e jusqu'à la cote -615 m. Ils avaient tous les deux un diamètre de 2,60 m. Ce n'est qu'en 1890 que fut creusé le troisième puits. Ce dernier ne fut construit qu'après la fin de la guerre en 1920. À l'époque, ce type de construction était nécessaire à cause du manque d'acier. Ce puits fut exploité jusqu'au date de sa fermeture. Son diamètre était le double des précédents (5 m) ce qui a permis d'atteindre la cote -740 m. 8 millions de tonnes de charbon ont été extraites de cette fosse et de ses galeries qui communiquaient avec les fosses des environs : Denain, Escaudain, Douchy, Sabatier, Aremberg, etc. Il était même possible sans remonter à la surface d'aller jusqu'aux environs de la frontière belge. La longueur des galeries était donc de plusieurs milliers de kilomètres et l'on pouvait y circuler librement.

Ces galeries sont bien sûr abandonnées de nos jours. Cependant, à la fosse d'Aremberg très proche de nous, il y a encore à l'heure actuelle 50 km de galeries en cours d'entretien et dans lesquelles on circule en permanence. La Compagnie des Mines d'Anzin garda le puits d'Hérin en état d'exploitation jusque dans les années 1950. En effet le type de charbon extrait convenait parfaitement aux besoins de la S.N.C.F. et de ses machines à vapeur; c'était un charbon d'une qualité 3/4 gras. Ce gisement dit « Écailel de Denain » comportait 20 à 25 % de matière volatile. En outre, il était très irrégulier malgré les sept veines qui le composaient.

Pour illustrer les difficultés d'exploitation rencontrées au fond, il est bon de savoir que parfois les veines passaient de l'horizontale à une inclinaison supérieure à 10 degrés. Dans le jargon des mineurs une telle exploitation était appelée "gisement en chaise". L'électrification des lignes S.N.C.F. dans la région et le remplacement des machines à vapeur furent déterminants pour l'arrêt de ce puits. Néanmoins, ce n'est qu'en 1955 que l'on procéda aux remblaiements de ces trois puits. Ces remblaiements furent suivis très sérieusement par les Houillères et de nombreuses comparaisons furent faites quant au volume à combler compte tenu du compactage naturel dû à la très grande hauteur de chute des matériaux et le volume de ceux-ci mis en place afin d'éviter par la suite des affaissements dangereux. Pour terminer des dalles de béton pouvant résister à une pression de 4 tonnes au m² furent coulées par-dessus.

La ferme du Moulin[1][modifier | modifier le code]

Elle abrite le club hippique et possède au-dessus de son entrée un pigeonnier de dimensions modestes mais équilibrées.

Les promenades ne manquent pas. L'une permet de gagner le lieu-dit « Le moulin » (une carte de 1709 situait déjà un moulin à cet endroit, et à la fin du XIXème siècle, ses ailes hachaient encore le ciel), puis au-delà du C.D 113, le chemin longe un vieil arbre magnifique avant de rejoindre le chemin des Fourches sur sa droite puis un peu plus loin Wallers.

Le chemin des Fourches revient lui-même vers le village, coupe le C.D 113, passe au lieu-dit « Le Tilleul » et rejoint le chemin Vinot. Trois possibilités s'offrent alors : face à la rive Ferrer, un chemin rejoint la chasse Malplaquet, un autre un peu plus loin rejoint Dutemple, enfin le chemin lui-même - quand il croise la voie ferrée - permet de revenir vers le centre.

Aux dires des habitants de la Commune, on parlait du chemin Vinot comme de l'autoroute. Et bien plus qu'aux promenades, il servait aux échanges avec les communes voisines, notamment Valenciennes. Pourquoi les oublier ? Pourquoi ne pas en profiter ?

Une ville comme séparée en deux[modifier | modifier le code]

On peut distinguer "le village" , de la cité minière. En effet, l'impact de l'époque de la mine se ressent encore même si des nouvelles habitations se développent sur d'anciens champs etc des corons. Le sentiment d'appartenance est important dans les corons. Il y a une école maternelle Frédéric Joliot-Curie, la population de la cité minière y est attachée. On a l'impression que les corons forment une ville dans la ville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

[[Image:Blason de la ville de Escaudain (59) Nord-France|Blason de Hérin|100px]] Blason
D'azur semé de fleurs de lys d'Or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Pour la mandature 2020-2026, le plus jeune élu de la ville a 18 ans à la date d'installation du Conseil municipal. Il s'agit de Florent Pasek. Le maire, Jean-Paul Comyn est entouré de 8 adjoints et de deux conseillers municipaux délégués. La majorité municipale est constituée de 21 membres sur 27 conseillers municipaux.[2]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Alphonse Delpointe[3] PCF Maire en décembre 1978
mars 1989 mars 2001 Michel Bassez PCF  
mars 2001 mars 2008 Bernard Traché DVD  
mars 2008 29 mars 2010[4],[5] Michel Bassez PCF  
avril 2010[6] avril 2014 Bernard Degros Apparenté PCF  
2014[7] En cours Jean-Paul Comyn
Réélu pour le mandat 2020-2026[8]
SE  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2018, la commune comptait 4 128 habitants[Note 1], en augmentation de 3,33 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
5946888118118779631 0361 0271 123
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 3831 6181 8952 1792 5522 3922 3142 3502 484
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 5912 7522 7063 5123 5893 5243 6293 8674 037
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
4 0253 6953 5663 9523 9393 8173 8404 0804 128
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Hérin en 2007 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,3 
4,5 
75 à 89 ans
7,7 
9,2 
60 à 74 ans
11,2 
22,6 
45 à 59 ans
22,1 
20,5 
30 à 44 ans
20,5 
22,0 
15 à 29 ans
19,7 
20,9 
0 à 14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Amand[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste rien de l'édifice primitif. L'église actuelle, érigée en 1777, se compose d'un vaisseau unique à trois nefs séparées par des colonnes doriques, symboles du style néoclassique, en pierre bleue. Deux autels latéraux, en marbre rose veiné et noir, datent de 1632. Les ornements de ces autels, provenant d'un monument funéraire édifié par le père jésuite Jean-Baptiste de Florbecq à Ath, furent achetés à la Révolution.

L'église a la particularité de ne plus avoir de clocher depuis son effondrement le à 5h15. Fondée en 1213, rescapée de l'incendie de 1793 lors de l'invasion autrichienne, la tour était construite de pierre blanche et de briques[15]. Après une restauration, l'édifice a ouvert de nouveau ses portes en 2019.[16]

Transports[modifier | modifier le code]

Hérin est desservie par la station Le Galibot du Tramway de Valenciennes. Une seconde station, Les Grémonts, est prévue ultérieurement. En 2020, ce projet n'est toujours pas ressorti. La station Le Galibot se trouve quasiment au même endroit que l'ancienne gare d'Hérin du chemin de fer de Somain à Péruwelz.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

- Michel BASSEZ : Maire honoraire, maire de 1989 à 2001 puis de 2008 à 2010.

- Bernard TRACHÉ : Maire de 2001 à 2008.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

- Hérin d'hier, Ville d'Hérin, 1985-1991 (estimation)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

https://www.ville-herin.fr/ : site officiel de la ville

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire d'Hérin », sur www.ville-herin.fr (consulté le 7 novembre 2020)
  2. « Conseil Municipal », sur ville-herin.fr (consulté le 8 janvier 2021)
  3. « Mémoires de mines - Disparition du dernier chevalement d'Hérin - Ina.fr » [vidéo], sur Mémoires de mines (consulté le 30 juillet 2020).
  4. « Le maire d'Hérin frappé d'inéligibilité pour des affaires vieilles de quinze ans », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  5. « À Hérin, Michel Bassez contraint de céder sa place », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  6. « Bernard Degros, nouveau maire, prône l'union pour construire l'avenir », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  7. R. S., « Le maire rêve d’un nouvel essor pour Hérin », L'Observateur du Valenciennois, no 709,‎ , p. 12 :

    « Selon quelques habitants, la ville d’Hérin avait bien besoin d’un bon coup de fouet. Et c’est ce que Jean-Paul Comyn, fraîchement élu en mars dernier, a commencé à faire, entouré par son équipe d’élus et le personnal municipal, « sans compter mes heures de travail » . »

  8. https://reader.cafeyn.co/fr/1978716/21599238
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Évolution et structure de la population à Hérin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  15. « L'effondrement du clocher de l'église remonte à 1985 », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  16. « - L’église Saint-Amand d’Hérin accueille à nouveau ses paroissiens », sur La Voix du Nord, (consulté le 8 janvier 2021)