Aller au contenu

Quiévrechain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Quiévrechain
Quiévrechain
Logements d'une cité minière de Quiévrechain.
Blason de Quiévrechain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Valenciennes Métropole
Maire
Mandat
Pierre Griner
2020-2026
Code postal 59920
Code commune 59484
Démographie
Gentilé Quiévrechinois, Quiévrechinoises
Population
municipale
6 208 hab. (2021 en diminution de 2,22 % par rapport à 2015)
Densité 1 318 hab./km2
Population
agglomération
333 383 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 46″ nord, 3° 40′ 04″ est
Altitude Min. 24 m
Max. 118 m
Superficie 4,71 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Valenciennes (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Valenciennes (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marly
Législatives Vingtième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Quiévrechain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Quiévrechain
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Quiévrechain
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Quiévrechain
Liens
Site web www.quievrechain.fr

Quiévrechain est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Adhérente à l'intercommunalité de la Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole, Quiévrechain fait également partie de l'unité urbaine de Valenciennes qui est la troisième du département du Nord.

C'est aussi par Quiévrechain que la vaste agglomération de Valenciennes est attenante à la Belgique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petite ville située à 15 km au nord-est de Valenciennes où elle fait partie de son unité urbaine, elle est frontalière avec la Belgique sur sa bordure Est.

Par rapport à la Belgique voisine, Quiévrechain se situe à 20 km de Mons et se trouve face à la ville de Quiévrain.

Quiévrechain fait partie du territoire du parc naturel régional Scarpe-Escaut.

Communes limitrophes de Quiévrechain
Crespin
Quarouble Quiévrechain Quiévrain (be)
Rombies-et-Marchipont

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 760 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 9,4 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Valenciennes à 11 km à vol d'oiseau[3], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 694,1 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 5 et 109 du réseau Transvilles.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Quiévrechain est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valenciennes (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 56 communes[10] et 333 383 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 102 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (57,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (55,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (53,9 %), terres arables (32,6 %), prairies (7,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4 %), zones agricoles hétérogènes (1,7 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La similitude des noms semble indiquer que Quiévrechain aurait été à l'origine un hameau de Quiévrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 636, le roi Dagobert concède à saint Landelin, moine bénédictin, des terres situées à Crespin, pour la fondation d'une abbaye de son ordre : Quiévrechain tient son origine de cette abbaye.

En 820, moins de deux siècles plus tard, le roi Lothaire Ier accorde aux moines de Crespin, un certain lieu-dit : Kiévrechin. Les moines y construisent une modeste chapelle. Brûlée en 881, elle est reconstruite en 900.

Le village, groupé autour de sa petite église (à l'emplacement actuel de l'église Saint-Martin), se développe plus rapidement que celui de Crespin. Au XIIe siècle, Quiévrechain est la paroisse mère de Crespin.

À partir du XIVe siècle, la petite église Saint-Martin subit de nombreuses transformations pour répondre aux besoins du petit village qui s'étend de plus en plus vers Blanc-Misseron.

Le château est brûlé en 1426 par la garnison du Quesnoy. L'abbaye des Dames de Beaumont déclare posséder des biens dans le village en 1602[16].

Depuis 1713, date de la division du Hainaut, en Hainaut impérial et Hainaut français, Quiévrechain a pour rôle central de servir de barrière douanière.

La frontière franco-belge est constituée par le cours de l'Aunelle. C'est en 1779 seulement que le roi de France cède aux Pays-Bas autrichiens la partie du territoire de Quiévrechain qui se trouvait au-delà de cette rivière (entre autres, le château du XVIIIe siècle).

Berline exposée servant d'ornement dans la commune.

Après la Révolution, l'exploitation du sous-sol de Quiévrechain est concédée à la compagnie de Saint-Saulve puis à celle d'Anzin, mais cette dernière abandonne la partie au sud de la ligne Valenciennes-Crespin à Grégoire Joseph Libert qui, plus heureux que ses prédécesseurs, fait des sondages couronnés de succès en 1830. En 1836, il fonde la compagnie des mines de Crespin couvrant les territoires de Crespin, Onnaing, Sebourg, Quiévrechain, Quarouble et Rombies. La concession reste inexploitée de 1842 à 1875. Le puits no 1 est exploité de 1880 à 1949, le no 2 de 1902 à 1950[17].

En 1801, Quiévrechain a 445 habitants.

Dès la fin du XIXe siècle, de nombreuses entreprises sont créées à Blanc-Misseron.

En 1892, la petite église Saint-Martin étant devenue trop exiguë pour les 1 271 habitants, la construction d'une seconde église, le Sacré-Cœur, commence à Blanc-Misseron.

En 1901, 2 763 habitants ; en 1931, 6 282 habitants ; et en 2001, 6 131 habitants.

En 1962, la commune offrait 2 771 emplois dans l'industrie.

En 1972, avec la création de l'autoroute A2 Paris - Bruxelles, la fonction de barrière douanière perd toute son importance au même titre d'ailleurs que le pôle industriel qu'elle avait fait prospérer dans son ombre, durant près d'un siècle.

C'est grâce à sa forte industrialisation et donc à un chômage faible et des entreprises ancrées dans la vie communale, que la ville fait preuve d'une effervescente (vie associative et festive) durant les années 1970 ; on pourrait citer les « 24 heures de Quiévrechain » (course cycliste et fête non-stop pendant 24 heures courant juin) ou encore la fête de la bière. Des associations influentes s'investissent dans ces manifestations, comme la fanfare des sapeurs-pompiers, la société des 8 (« les gros zozios »). Une radio locale apparaît même sur les ondes dès 1981 (loi sur la radio libre) : nommée Radio Aunelle, celle-ci s'éteindra en 1991 après avoir changé de nom pour passer momentanément sous le nom de Radio Atlantis.

Depuis le milieu des années 1970, la ville connaît une désindustrialisation conséquente, avec notamment de nombreuses fermetures d'usines métallurgiques, verrerie, etc., entraînant une hausse du chômage et la migration de population vers d'autres territoires plus attractifs en matière d'emplois. Elle continue cependant son développement, notamment avec une modernisation des réseaux de transports, la construction de la salle des sports François-Denis en 1971, de la piscine du SIVOM en 1977, et la création du centre socio-éducatif Louis-Henocq.

Quiévrechain est mentionné dans le film de Steven Spielberg : Cheval de guerre, sorti en 2011.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1824 dans l'arrondissement de Valenciennes du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la vingt et unième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Valenciennes-Est[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Marly.

Justice[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

L'établissement pénitentiaire spécialisé pour mineurs de Quiévrechain a une capacité de 60 places.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Valenciennes Métropole, créée fin 2000.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Montfort[19].

Maire en 1807 : Bouvez[20].

Maire en 1881 : Cartry[21].

Pierre Griner est au moment de son élection le plus jeune maire du Nord-Pas-de-Calais[22],[23],[24]

Titulaires de la fonction de maire de QuiévrechainVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Antoine Briche (d)[25]
( - )
6 ans divers droite
Michel Lefebvre (d)[26],[27]
( - )
37 ans Parti communiste français
Pierre Griner (d)[28],[29]
(né le )
En cours10 ans, 2 mois et 12 jours divers droite

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Quiévrechain est depuis 2015 ville jumelle de celle de Merzenich (ALLEMAGNE) qui est située en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[31].

En 2021, la commune comptait 6 208 habitants[Note 3], en diminution de 2,22 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
549443528672739786893888885
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
9881 0621 0761 2141 2621 4011 7912 1552 763
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
3 5583 5563 6044 9126 2825 6325 4876 1086 332
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
7 1027 2697 1866 4566 0695 7505 7056 2636 366
2021 - - - - - - - -
6 208--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 42,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,5 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 058 hommes pour 3 297 femmes, soit un taux de 51,88 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
1,3 
4,5 
75-89 ans
8,2 
12,4 
60-74 ans
16,2 
17,2 
45-59 ans
16,3 
18,8 
30-44 ans
18,9 
21,4 
15-29 ans
16,8 
25,5 
0-14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Quiévrechain fait partie de l'académie de Lille.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Chaque année, au mois de décembre, est organisée une course de 10 kilomètres baptisée La Quivérainoise, car elle se déroule en partie à Quiévrain, de l'autre côté de la frontière.
  • En 2007, un club de floorball a été fondé : les Grizzlys du Hainaut. Il évolue depuis 2010-2011 en Division 2 du Championnat de France, après avoir évolué en 2009-2010 en Division 1. Il a remporté le championnat de D2 en 2008-2009, et joue à domicile au Complexe de la Corderie, situé près de la piscine, inauguré en 2004. Le club accueille un week-end par an, où tous les clubs de sa poule se rendent, comme le veut le règlement de Floorball France.
  • La ville dispose d'autres associations amateurs dans de nombreux sports : tennis de table, football, judo, natation, tennis, etc.

Média[modifier | modifier le code]

La ville est régulièrement mentionnée dans l'édition de Valenciennes-Denain de La Voix du Nord et dans l'Observateur du Valenciennois.

L'action principale du film "Cheval de Guerre" de Steven Spielberg se déroule à Quievrechain. Faits peu probables au regard de la ligne de front de la première guerre mondiale.

Le film Si on chantait se déroule à Quievrechain… Tourné sur place en août-septembre 2020, il est sorti au cinéma le 3 novembre 2021.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique est pratiqué dans deux églises : Saint-Martin, dans le centre ville (rue de l'Église) et celle du Sacré-Coeur au Blanc-Misseron.

Il y a deux mosquées à Quiévrechain : la plus ancienne mosquée Al Fath à la rue des Groseilliers, sunnite orthodoxe, et la mosquée An'Nour à la rue Valeriani, proche de la Société des Frères musulmans.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Église du Sacré-Cœur (dite de Blanc-Misseron)

La construction de l'église du Sacré-Cœur de Blanc-Misseron a commencé en et fut terminée et consacrée à la fin de 1894, pour répondre aux besoins des 1271 habitants. L'église Saint-Martin était devenue trop exiguë et sa transformation impossible. À peine ouverte, elle fut interdite au culte en raison d'une certaine opposition communale et fut finalement reconnue comme chapelle de secours par Décret du Président de la République, du (en vertu du Concordat de 1801, l'exercice du culte était réglementé par l'État). En , elle fut fortement endommagée par les explosions successives d'un dépôt de munitions allemand et, c'est en piteux état qu'elle fut cédée le , à la Compagnie des Mines de Crespin. En 1946, après la nationalisation des mines, elle a appartenu aux Houillères Nationales. Aujourd'hui, depuis une dizaine d'années, le diocèse de Cambrai en est le propriétaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Quiévrechain et Valenciennes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Valenciennes » (commune de Valenciennes) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Valenciennes » (commune de Valenciennes) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Valenciennes (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. [PDF] Archives départementales du Nord
  17. E. Chavatte, Creusement du puits de Quiévrechain, Saint-Etienne, Impr. Théolier et Cie, (lire en ligne), p. 768-799.
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  20. « Annuaire statistique département du Nord Année 1807 », p. 146-147..
  21. « Le Petit Nord : journal politique quotidien ["puis" journal républicain quotidien du matin "puis" journal républicain absolument indépendant] », sur Gallica, (consulté le ), p. 3..
  22. Myriam Zenini, « Pierre Griner, 23 ans : il voulait la mairie de Quiévrechain, il l'a eue : C'est un jeune maire qui tient désormais les rênes de la mairie de Quiévrechain, depuis dimanche soir. Un début de destin politique que Pierre Griner caressait depuis longtemps, malgré son jeune âge », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Quiévrechain : Pierre Griner, 23 ans, portrait du plus jeune maire du Nord-Pas-de-Calais : Élu dimanche avec 60 % des voix, Pierre Griner, 23 ans, est aujourd'hui le plus jeune maire du Nord Pas-de-Calais. Reportage à Quiévrechain de Yves Asernal et Bertrand Théry. », France 3 Nord-Pas-de-Calais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Pierre Griner, maire de Quiévrechain : « On se sent un peu abandonné » : Dans une ville où l’abstention et le vote Front national sont devenues des valeurs refuges, le maire, Pierre Griner confie son désarroi, deux jours après l'incendie qui a ravagé les services techniques. Ultime épisode d'une trop longue série », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. J.-M. C., « Quiévrechain : disparition d’Antoine Briche, ancien maire », La Voix du Nord,  : « Élu pour la première fois conseiller municipal en 1947, le docteur Antoine Briche a été maire de Quiévrechain de 1971 à 1977. »
  26. Catherine Bouteille, « Quiévrechain : l’ancien maire Michel Lefebvre a mis fin à ses jours », La Voix du Nord,  : « Il aura marqué plusieurs générations de Quiévrechinois puisqu’il a été à la tête de la municipalité de 1977 à 2014. »
  27. Sébastien Chédozeau, « Quiévrechain : Michel Lefebvre, le vieux loup de mer a définitivement mis les bouts », La Voix du Nord,  : « En retrait de la vie publique depuis que Pierre Griner a mis fin, en 2014, à son long règne ininterrompu de trente-sept ans comme maire de Quiévrechain, Michel Lefebvre a fait le choix de quitter définitivement ce monde, à l’âge de 78 ans. »
  28. « Quiévrechain : Pierre Griner, 23 ans, provoque la chute d’une figure du Parti communiste », La Voix du Nord,  : « Dimanche 23 mars 2014, à Quiévrechain (Valenciennois). En remportant 60 % des suffrages, Pierre Griner, 23 ans, a fait tomber un des maires les plus indéboulonnables de l’arrondissement : Michel Lefebvre. »
  29. Jean-Marc Rivière, Sophie Filippi-Paoli, Sébastien Leroy et Romain Musart, « Dossier spécial : le maire, un élu toujours aussi populaire », La Voix du Nord, Lille, no 24007,‎ , p. 1-8 (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, BNF 34418428, lire en ligne) :

    « Pierre Griner, maire de Quiévrechain, 6300 habitants. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Quiévrechain (59484) », (consulté le ).
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  35. « Constant Malva », sur Objectif plumes (consulté le ).