Thiat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thiat
La Brame en hiver.
La Brame en hiver.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Arrondissement de Bellac
Canton Châteauponsac
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Limousin en Marche
Maire
Mandat
Jean-Claude Courtioux
2014-2020
Code postal 87320
Code commune 87196
Démographie
Population
municipale
153 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 03″ nord, 0° 58′ 30″ est
Altitude Min. 121 m – Max. 226 m
Superficie 11,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Thiat

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Thiat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thiat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thiat

Thiat (Tiat en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Thiat en Haute-Vienne.

Les limites de la commune sont définies par la Gartempe à l'ouest sur deux kilomètres, au nord par le ruisseau de Montagne qui représente aussi la limite du département et de la région avec la Vienne, au sud par la Brame sur environ six kilomètres et à l'est par le parcellaire.

Le territoire communal est arrosé par la rivière Gartempe, et s'y trouve au débouché aval de cette dernière, à son entrée dans le département voisin de la Vienne, le point le plus bas de la Haute-Vienne, avec 121 mètres d'altitude.

Deux bois existent sur la commune : le bois du Ratier (environ 100 hectares) et la lande de Thiat.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune commence avec un évêque d'Autun du nom de Léger vers 650. Disgracié, il fut obligé de fuir, et se réfugia sur le territoire de la future commune de Thiat. Le village qui se forma alors pris plus tard le nom de Saint-Léger. Un artisanat de potier, verrier et forgeron s'y développa. Au XIVe siècle, le village fut détruit par les Anglais. Les habitants le rebâtirent 1 km plus au sud et le nommèrent Thiat. La population était en majorité protestante jusqu'au début du XXe siècle, d'où la présence d'un temple. Thiat n'était qu'un village de la commune de Darnac jusqu'en 1861, année où il fut érigé en commune de Thiat. Par la suite, fut construite l'église actuelle.

Une monographie de 90 pages intitulée simplement « Thiat » fut publiée en 1904 par Jouannem & Mège, à Limoges, sous la signature d'E. Ribière de Raverlas. Elle comprend plusieurs illustrations et photographies d'époque.

En 2000, Jérôme Courtioux a réalisé un film d'une heure intitulé « Petite(s) histoire(s) de Thiat ».

Le village fut un centre d'industrie de la porcelaine jusqu'en 1969.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  2001 Robert Roy    
mars 2001 2008 Jean-Pierre Roy    
mars 2008 2010 Jean-Pierre Roy[1]    
décembre 2010 en cours Jean-Claude Courtioux    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 153 habitants, en diminution de -14,04 % par rapport à 2009 (Haute-Vienne : 0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
730 764 743 736 806 833 801 747 761
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
697 690 595 575 511 469 495 406 397
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
341 287 254 248 213 192 162 153 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs moulins le long de la Brame : dans le sens du courant, moulin de Guinay, moulin de Bram (devenu une minoterie), moulin du Pétrot et moulin de Massugeon.
  • Donjon du XIIe siècle, dit château de la Côte-au-Chapt, visible principalement de Thiat mais situé en fait sur la commune limitrophe de Darnac, au-delà de la Brame.
  • Rocher surplombant du Breuil.
  • À partir du village du Breuil, un chemin pédestre permet d'accéder au Saut de la Brame : site naturel pittoresque avec de magnifiques cascades et chaos rocheux au confluent de la Brame et de la Gartempe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Thiat (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Thiat se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier d'azur aux deux cuviers d'or, au second de gueules au cuvier d'argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]