Oradour-Saint-Genest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oradour.
Oradour-Saint-Genest
La lanterne des morts.
La lanterne des morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement de Bellac
Canton Châteauponsac
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Limousin en Marche
Maire
Mandat
Gilles Reynaud
2014-2020
Code postal 87210
Code commune 87109
Démographie
Population
municipale
361 hab. (2014)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 21″ nord, 1° 02′ 09″ est
Altitude Min. 160 m
Max. 249 m
Superficie 37,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Oradour-Saint-Genest

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Oradour-Saint-Genest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oradour-Saint-Genest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oradour-Saint-Genest

Oradour-Saint-Genest (Orador Sent Genès en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Oradour-Saint-Genest en Haute-Vienne.

Les limites de la commune sont définies en grande partie par le parcellaire et à l'est par la Brame (rivière) sur environ 1 km.

La commune est traversée par la Brame d'est en ouest, par l'axe D 942 Poitiers - Guéret et par la ligne de chemin de fer Poitiers - Limoges du nord au sud.

Au nord, est située la forêt du Ris-Chauveron.

Le débit de la Brame à Oradour-Saint-Genest a été observé pendant 38 ans (1971-2008). Son débit moyen interannuel y est de 2,30 m3/s. Le débit instantané maximal enregistré a été de 72,8 m3/s le 6 janvier 1982, tandis que la valeur journalière maximale était de 51,2 m3/s le même jour.

Communes limitrophes d’Oradour-Saint-Genest
Thiat, Lathus-Saint-Rémy
(Vienne)
Azat-le-Ris La Bazeuge
Darnac Oradour-Saint-Genest Dinsac
Saint-Sornin-la-Marche Saint-Sornin-la-Marche Le Dorat

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom d'Oradour est le mot latin oratorium qui signifie oratoire, lieu consacré à la prière[1], ce qui a donné orador en occitan[Note 1].

Durant la Révolution, la commune porte le nom d'Oradour-sur-Brame[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de la Perrière, dont les origines remontent au XIVe siècle avec une tour carrée, fut construit après au XVIe siècle. En 1750, année où il tomba en ruine, il était le centre d'une baronnie.

Jean de Seychaud, seigneur de la Perrière en 1450, fonda une vicairie en l'église d'Oradour Saint-Genest.

L'abbé Leclerc signala une voie gallo-romaine passant par la Grande Intrade et la Petite Intrade, franchissant la Brame au Moulin du Roi pour monter par un grand chemin tout droit au château du Dorat (actuellement Jardin anglais).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Claude Dubois-Gachet    
mars 2008 en cours Gilles Reynaud[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 361 habitants, en diminution de -8,61 % par rapport à 2009 (Haute-Vienne : 0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 212 1 433 1 290 1 277 1 268 1 338 1 142 1 169 1 190
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 122 1 202 1 282 1 337 1 242 1 236 1 269 1 307 1 355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 260 1 291 1 199 949 935 857 848 802 739
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
696 627 586 493 466 392 396 380 361
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La lanterne des morts, d'une hauteur de 8,6 m, est située au cimetière et date du XIIe siècle ; elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1899[8].
  • Vestiges de voie antique au gué.
  • Église à nef unique, d'aspect archaïque, avec une nef reconstruite au XVIIIe siècle et un clocher couvert en bardeaux.
  • Château de la Rivaillerie : manoir fortifié des XVe et XVIe siècles.
  • Château de Chiron.
  • Château de la Périère, aux donjon et tours ruinés des XIIIe et XIVe siècles, dominant la vallée de la Brame.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi Oradour en Charente, Oradour-sur-Vayres et Oradour-sur-Glane en Haute-Vienne.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 509.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Les maires de la commune » (consulté le 18 avril 2011)
  4. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Notice no PA00100406, base Mérimée, ministère français de la Culture