Robinetterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La robinetterie désigne l’ensemble des organes constituant et participant à constituer une installation d’alimentation et de distribution de fluides à l’intérieur ou à l’extérieur d’une construction (Installation sanitaire et installation de chauffage). C’est une des parties essentielles de la plomberie.

Robinetterie[modifier | modifier le code]

Les appareils de robinetterie sont des éléments qui, intercalés dans une installation ou une tuyauterie, ont pour rôle de créer, régler, interrompre, indiquer le débit d’un fluide, raccorder deux ou plusieurs éléments. Ils peuvent être manuels (volants) ou commandés électriquement, hydrauliquement ou pneumatiquement.

  • Robinet (plomberie) : c’est toute la panoplie des robinets à soupape, robinets à tournant, etc… utilisés en installation sanitaire. Principalement constitué par un joint (obturateur) manœuvré par une tige et qui vient appuyer sur un siège pour interrompre l’écoulement d’un fluide. Dans l'industrie, on appelle "robinet" tout organe de robinetterie dont l'obturateur (pièce interne servant à couper le fluide) se déplace parallèlement au fluide. En général les robinets sont utilisés sur des tuyauteries de faibles diamètres.
  • vannes : En plomberie ou dans l'industrie, on appelle "vanne" tout organe de robinetterie dont l'obturateur (pièce interne servant à couper le fluide) se déplace perpendiculairement au fluide. En général les vannes sont utilisées sur des tuyauteries de gros diamètres.


  • Soupape de sécurité : automatique ou pas, elle est destinée à limiter la pression à l’intérieur d’une enceinte en évacuant l’excès de fluide. Règlementairement, il est interdit de disposer un organe d'isolement tel qu'un robinet ou une vanne en amont d'une soupape . En d'autres termes une soupape de sécurité n'est pas isolable. Sa fonction participe à la protection des personnes et du circuit qu'elle protège.
  • Détendeur : appareil monté en début de réseau privé (après le compteur) pour limiter la pression dans le réseau domestique. En général l’appareil est taré à 3 bars.
  • Contrôleur de circulation : cet organe permet de visualiser la circulation du fluide à l'intérieur de la tuyauterie. Il est souvent muni d'un hublot au travers duquel on peut voir une petite hélice en mouvement lorsque le fluide circule.

Tuyauterie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tuyau rigide.
  • Tuyau rigide : en fonte, tôle, acier, acier galvanisé, cuivre, plomb, nickel, ciment ou en PVC, il est employé dans tous les domaines de la construction et du BTP.


Article détaillé : tuyau souple.
  • Tuyau souple : métallique flexible, caoutchouc ou synthétique (PER), employé pour ces qualités de flexibilité, pour sa longévité et pour sa facilité de mise en œuvre.
  • Tuyau capillaire, de très petite dimension, il est utilisé spécifiquement dans les installations frigorifiques pour obtenir des variations de pression

Assemblage de tuyaux[modifier | modifier le code]

Matériels de fixation et de soudure
  • par vissage après filetage (de type filetage gaz) et utilisation d’un manchon femelle, de la filasse et de la pâte à joint ou un ruban de rilsan (rep.6).
  • par soudure :
    • soudure à l’étain ou soudage par capillarité, c’est la plus simple et la plus facile à réaliser sur matière cuivre et laiton, demande peu d’outillage : soit un fer à souder électrique pour les toutes petites soudures ou une lampe à gaz (rep.2) et un gros fer à souder en cuivre (rep.3) pour quelques soudures moyennes, pour les installations plus importantes il est conseillé de prévoir un chalumeau qui fonctionne au gaz butane ou propane (rep.1) que l’on branche sur une bouteille traditionnelle via un détendeur. Pour le métal d’apport, dans les magasins spécialisés, on trouve des baguettes d’étain (rep.4) ou des rouleaux de fil d’étain pré-enrobé avec du décapant. Les tubes à souder peuvent être maintenus dans la bonne position par une équerre (rep.5) pendant le soudure.
    • brasage ou soudo-brasage avec baguette de cuivre ou de laiton (Brox) sur métaux et alliages courants (fontes, aciers, cuivre, laiton, bonze et acier galvanisé). Demande un poste de soudure oxygène-acéthylène, des baguettes de laiton et un décapant, certaines baguette possède une âme décapante.
    • soudure à la baguette acier, pour tuyauterie acier
  • par emboîtement, emboîture ou manchons unis par un joint silicone (possibilité de démontage facile) ou colle spéciale PVC (rep.8).
  • par raccord (robinetterie), la panoplie est très vaste et offre toutes les possibilités de montage : raccords acier noir ou acier galvanisé à visser (rep.2), laiton à souder (rep.4), collet battu plat (rep.5), collet battu conique, bicône (rep.3), par emboîtement automatique (technique récente demandant très peu d’outil et d’expérience) , bride soudée pour grosses canalisations, etc.

Joints d’étanchéité[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Joint plat, Joint permanent et mastic (matériau).

Il existe une multitude de joints de toutes dimensions pour chaque application (eau, gaz, air, vapeur, carburant). Pour les raccords vissés, on emploie la filasse et une pâte à joint ou un ruban de téflon.

Fixation[modifier | modifier le code]

La fixation des divers éléments de robinetterie et principalement la tuyauterie se fait à l’aide de supports ou colliers fixés dans la paroi. Ces colliers sont simples ou doubles en acier traité anti-corrosion ou des colliers isophoniques munis d’un isolant caoutchouc pour permettre la dilatation du tuyau et éviter les bruits de claquement. Il existe aussi un collier à clip qui permet un gain de place. Dans l'industrie, la liaison de la robinetterie à la tuyauterie est fonction de la pression, du diamètre et des conditions d'utilisation. Ainsi on rencontre des jonctions par brides avec boulonnerie ou soudées (bout à bout ou emmanché).

Outillage[modifier | modifier le code]

Outillage de plomberie.
1: cintreuse
2: matrice à collets battus
3: coupe tube

Dans ce domaine d’activité, l’outillage est très restreint et peu onéreux, hormis les installations faites avec des tubes en acier noir ou galvanisé qui demande du matériel de filetage spécial ; les autres techniques sont relativement simples :

Tuyauterie spéciale[modifier | modifier le code]

C’est un emploi spécifique au service incendie :

Accessoires[modifier | modifier le code]

  • Séparateur :
    • séparateur de liquide : c’est un appareil placé sur une conduite de vapeur sert à récupérer, dans les points bas, l’eau qui est naturellement produite par variation de température.
    • séparateur de solides : également appelé séparateur de sédiments ou filtre tamis, il sert à retenir les impuretés qui sont véhiculés par le liquide (rouille, débris de joint, calamine, tartre). Le séparateur peut et doit être démonté périodiquement pour nettoyage.
  • Purgeurs :
    • purgeur d’air manuel : le plus connu, car c’est celui qui est monté sur tous les radiateurs de chauffage central et qui permet de purger l’air qui se trouve dans l’installation. Purge recommandée au moins une fois par année au début de la saison froide. C’est également le petit appareil placé à la base des chauffes eau qui permettent la purge de la vapeur produite.
    • purgeur automatique : qu’il soit à membrane, à ressort ou à flotteur, il sert à purger les installations lorsque la pression arrive à un certain stade.
    • purgeur d’eau : petit robinet placé sur une vanne d’isolation qui permet, lorsque celle-ci est fermée, de vidanger la canalisation en amont du purgeur. Très utile pour vidanger les canalisations extérieures avant la période de gel.
  • Injecteurs : Destinés à l’alimentation des chaudières, les injecteurs utilisent l’énergie cinétique d’un jet de vapeur pour refouler l’eau à une pression supérieure à celle régnant dans le générateur de vapeur.
  • Ejecteurs : L’éjecteur utilise l’effet Venturi pour transporter ou compresser des fluides, l’énergie nécessaire étant empruntée à un fluide différent ou de même nature pris à une pression supérieure.
  • Appareils d’alarme : ils sont destinés à avertir du fonctionnement anormal d’une installation, en provoquant automatiquement l’échappement d’un fluide dans un appareil sonore (sifflet, trompe) ou lumineux par l’intermédiaire d’une électrovanne.
  • Indicateurs : les indicateurs sont destinés à faire connaître certaines caractéristiques des fluides :
    • indicateur de niveau à tube transparent : pour donner, visuellement, le niveau du fluide dans un conteneur,
    • indicateur de niveau pneumatique :
    • indicateur de débit : appelé aussi débitmètre, donne le débit d’un fluide dans la canalisation,
    • indicateur de pression : ou manomètre , donne la pression dans l’installation,
    • indicateur de pression : ou manostat , donne un signal électrique proportionnel à la pression dans l’installation,
    • indicateur de température : thermomètre (à alcool ou mercure),
    • indicateur de température : thermostat, donne un signal électrique proportionnel à la température,
    • indicateur de volume : c’est un compteur qui totalise la quantité de fluide débité pendant une période donnée.

Articles connexes[modifier | modifier le code]