Saint-Aupre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Aupre
L'église et le tilleul centenaire.
L'église et le tilleul centenaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Canton de Voiron
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
M.Georges BOUFFARD-ROUPE
2008-2014
Code postal 38960
Code commune 38362
Démographie
Population
municipale
1 096 hab. (2011)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 01″ N 5° 40′ 17″ E / 45.4002777778, 5.67138888889 ()45° 24′ 01″ Nord 5° 40′ 17″ Est / 45.4002777778, 5.67138888889 ()  
Altitude Min. 436 m – Max. 925 m
Superficie 11,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Aupre

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Aupre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aupre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aupre

Saint-Aupre est une commune française, située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune information ne nous permet de savoir à quelle date la commune de Saint-Aupre fut fondée. Néanmoins, des hameaux à la voie romaine qui traversait autrefois le village, les traces d'un passé lointain sont nombreuses. Les premières informations historiques précises concernant Saint-Aupre remontent au XIe siècle avec la fondation, par les comtes de Savoie, d'une maladrerie, reprise en 1315 par les Pères Chartreux. La maladrerie faisait l'objet d'un important pèlerinage. Elle s'éteignit dans les années 1610.

La commune de Saint-Aupre renferme cependant d'autres monuments remarquables parmi lesquels le château de la Tour, datant du XVe siècle et restauré au XVIIe siècle, le château de La Rossetière, retouché au XVIIIe siècle, ainsi que l'ancienne maison forte du Bellier, bâtie au XIIIe siècle et dont les terres furent érigées en baronnie. Saint-Aupre est le berceau d'une branche de la famille de Barral venue de Gaspard de Barral et dont les membres, redevenus seigneurs d'Allevard où se trouvait une de leurs souches anciennes, donneront quelques célèbres maîtres de forges, prélats, magistrats, homme politiques et militaires du XVIIe au XIXe siècle. Sous la Terreur, l'épouse du général André Horace François de Barral de Rochechinard, née Beauharnais, tante de la grande duchesse Stéphanie de Bade se réfugiera à Saint-Aupre.

Depuis maintenant 400 ans, la commune de Saint-Aupre accueille chaque année une foire aux chèvres devenue célèbre dans toute la région.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 M.César Delphin
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 096 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
865 817 843 1 026 1 041 1 066 1 127 1 129 1 124
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 051 1 007 968 947 945 900 904 867 848
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
807 771 718 550 521 488 477 450 394
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
408 389 388 560 676 872 1 025 1 046 1 057
2011 - - - - - - - -
1 096 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de la Tour
  • Le château de la Rossetière
  • Le tilleul centenaire
  • La chapelle de la Maladière
  • L'étang des Chartreux

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnages liés à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nestor Cornier, maire de Grenoble de 1910 à 1919, est né à Saint-Aupre. Son nom est indiqué sur la plaque d'inauguration de l'hôpital civil de La Tronche en 1913.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :