Les Marches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marche.

Les Marches
Vignobles et chef-lieu au pied du massif de Belledonne enneigé, en hiver.
Vignobles et chef-lieu au pied du massif de Belledonne enneigé, en hiver.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Montmélian
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Savoie
Maire
Mandat
Christine Carrel
2014-2020
Code postal 73800
Code commune 73151
Démographie
Gentilé Marcherus
Population
municipale
2 450 hab. (2011)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 00″ N 6° 00′ 06″ E / 45.5, 6.00166666667 ()45° 30′ 00″ Nord 6° 00′ 06″ Est / 45.5, 6.00166666667 ()  
Altitude Min. 244 m – Max. 1 115 m
Superficie 15,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Les Marches

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Les Marches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Marches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Marches
Liens
Site web lesmarches.fr

Les Marches est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Rhône-Alpes.

La commune compte le hameau de Saint-André-les-Marches situé sur les hauteurs du lac de Saint-André et fait partie des trois communes du vignoble d'Apremont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Marches sont un village de vallée, implanté à la jonction des grands axes de communication que sont la vallée du Grésivaudan, la Combe de Savoie et la Cluse de Chambéry, à la limite du Dauphiné et de la Savoie. La commune est située dans la vallée du Grésivaudan (par définition, la vallée de l'Isère) puisque la rivière Isère coule sur son territoire.

Vue aérienne du chef-lieu.

Ce territoire, de 1 535 hectares, est situé entre 254 m et 1 134 m d’altitude. Son relief est caractérisé par trois types de formes naturelles, façonnées pendant le Quaternaire et la période historique.

Tout d’abord, depuis un million d’années, les quatre grandes glaciations ont creusé les larges vallées de la Cluse de Chambéry, de la Combe de Savoie et du Grésivaudan (l’Isère). La dernière grande glaciation, celle de Würm, a laissé sur la commune des Marches, il y a 13 000 ans, un relief typique du Quaternaire alpin : les moraines glaciaires. Les anciennes moraines, qui représentent 25 à 30 % du territoire, forment au nord-est de la commune le « Seuil des Marches ». Des communes limitrophes de Myans et de Francin il s’étend en talus aux bords escarpés surplombant la vallée de l’Isère de 30 à 40 mètres. C’est sur cette colline naturelle que se trouvent les plus anciennes traces d’occupation humaine.

La plaine alluviale de l’Isère, qui occupe la moitié sud-est de la commune est un espace plat, voué à l’agriculture. Occupée par des lacs postglaciaires auXIe siècle millénaire avant aujourd’hui, puis par des étangs et des marécages, ce n’est qu’au XIXe siècle que la plaine est drainée et l’Isère endiguée.

Enfin, le tiers nord-ouest de la commune est composé des éboulis historiques du mont Granier. Qu’il se soit éboulé en une fois (le 24 novembre 1248) ou en plusieurs fois (époques préhistoriques), l’ensemble du volume décroché de la montagne représenterait 500 millions de mètres cube, répandus dans la vallée sur 30 km2 et sur une épaisseur pouvant atteindre 140 m. C’est dans cette zone que depuis les années 1970 se sont constitués les vignobles AOC d’Apremont et des Abymes. La caractéristique majeure de ce sol est la présence de gros blocs de calcaire urgonien, telle « la Pierre hachée ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

La présence humaine débute évidemment après la dernière glaciation (-11 000 ans). Même si la présence humaine n’est pas encore attestée pour les périodes épipaléolithique et mésolithique, on peut toutefois supposer que les moraines étaient fréquentées à cette époque. Les premières traces attestées d’occupation du sol datent du Néolithique, soit - 2500 ans avant J.-C. Une pierre à cupules témoigne de cette présence ainsi qu’un site chasséen du IVe millénaire avant J.-C. sur la commune voisine de Francin. Bien plus tard, vers -500 avant J.-C., la tradition ferait s’implanter sur la commune les Allobroges, peuplade celtique du second âge du fer (La Tène). Toujours suivant la tradition locale, de nombreux toponymes seraient issus du vocabulaire celtique : Seloge, la rivière de Bondeloge, le toponyme Nant, la racine Meillan (Myans, Montmélian). En -120 avant J.-C., les Romains conquirent l’Allobrogie, qui au tout début fit partie de la cité de Vienne (province de Narbonnaise). Puis au IVe siècle, elle fut divisée entre les cités de Vienne, de Genève et de Grenoble. C’était à cette dernière que fut rattaché le territoire de l’actuelle commune de Les Marches. Un site gallo-romain a été fouillé en 1977 par le GRACS. Les fouilles ont démontré l’existence d’une villa, bâtie au Ier siècle av. J.-C., étendue au IIe (creusement de puits vers l’an 150), et abandonnée au milieu du IIIe siècle siècle (aux alentours de l’an 259). Les « invasions barbares » amenèrent, à partir de l’année 443, l’installation en Savoie et plus particulièrement, sur la commune de Les Marches, de 25 000 Burgondes. Mais cette Burgondie sera annexée une première fois par les Francs de Clovis en 534, puis une deuxième fois par les Francs de Charlemagne en 771. Le territoire repassa au IXe siècle aux mains d’un « Royaume de Bourgogne », puis fut intégré au Saint-Empire romain germanique de Conrad II en 1033.

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Le hameau de Saint-André aujourd'hui.

L'heure de gloire de Saint André[modifier | modifier le code]

À partir du IIIe siècle s’ouvre une période de troubles, qui sera favorable à la christianisation : les évangélisateurs, venus de l'évêché de Grenoble, qui fut fondé au IVe siècle, aboutiront rapidement à la création de la paroisse de Saint-Maurice de Murs, ancêtre de la paroisse des Marches actuelle (année 406). C’est aussi entre le Ve et le IXe siècle que fut fondé le décanat de Saint-André. Ce décanat, géré par un doyen, était une subdivision du diocèse de Grenoble et administrait une soixantaine de paroisses de la « Savoie Propre ».

Saint-André est aujourd’hui un petit hameau de la commune des Marches, sans chapelle, ni église – tout ayant été détruit par l’éboulement du Granier en 1248. C’est l’abbé François Trépier, qui dans son ouvrage Recherches historiques sur le décanat de Saint-André et sur la ville de ce nom (1879), révéla le premier, avec nombre de détails, toute l’ampleur du Saint-André haut-médiéval. Il s’appuya pour cela sur un document exceptionnel : le cartulaire de Saint Hugues, établi entre 1107 et 1132 par l’évêque de Grenoble Hugues de Châteauneuf (1082-1132).

Éboulement du Granier[modifier | modifier le code]

Le 24 novembre 1248 (date conventionnelle), le mont Granier s’effondra formant une coulée de boue de 7 km de large et de 11 km de long. Toute la région fut ravagée et de nombreuses localités disparurent. Parmi elles : Cognin[1], Saint-Pérange, Villard-Gérald, Chat-Villard, Puseis, Reculat, Gentian, Jardinc, la Combe d’Arebold, et l’Aisins. Les chroniqueurs contemporains de la catastrophe (mais pas témoins), tels le dominicain Étienne de Bourbon, le franciscain Fra Salimbene, le bénédictin anglais Mathieu Paris ou encore le dominicain Martin le Polonais, relatèrent de manière divergente l’événement et évaluèrent le nombre de victimes entre 1 000 et 9 000 personnes. La zone dévastée fut appelée depuis lors « les Abymes ».

La période savoyarde, fondation de Les Marches[modifier | modifier le code]

Se dégageant progressivement de l’emprise du Saint-Empire germanique, une famille de seigneurs mauriannais donna naissance à la dynastie des comtes de Savoie, qui s’affirmèrent à partir du XIIe siècle. En rivalité avec le Dauphiné alors aussi en expansion, la famille de Savoie décida de fortifier ses positions, notamment dans la zone récemment dévastée par le Granier. C’est Amédée V le Grand (1285-1323), qui décida de la création d’un bourg fortifié pour défendre les limites méridionales de la Savoie. De manière logique, ces limites furent appelées « les marches de Savoie », d’où le nom actuel de la commune. De nombreux travaux seront menés à partir de 1301, continués par Aymon le Pacifique (1329-1343), par Amédée VI le Comte Vert (1343-1383) et terminés par Amédée VII le Comte Rouge (1343-1391) pour créer ex nihilo un important château fort et un long bourg fortifié. Y participèrent entre autres Jean Bon, maître maçon, Trolliet, maître charpentier et les terrassiers Belleville et Magant. Le bourg des Marches est ainsi une des dernières « villes neuves » construites en Savoie, avec Conflans et Thônes en 1350. Sa longueur est de 240 m et sa largeur de 70 m.

Article détaillé : Château des Marches.

En tant que frontière de vallée, les Marches furent victimes de toutes les invasions : incursion dauphinoises aux XIVs ; de 1536 à 1559 invasion des troupes de François Ier ; 1600 – invasion française des troupes d’Henri IV ; 1630 – Richelieu ; 1690 à 1696 puis 1703 à 1713– occupation française ; 1742 à 1749 – occupation espagnole ; 1792 – entrée des troupes révolutionnaires françaises aux Marches. La frontière (et donc la limite de la commune) changea au gré des traités : le traité de Paris de 1355 ; l’accord de 1433 ; le traité du 27 avril 1672 de Saint-Germain-en-Laye ; le traité de Turin du 24 mars 1760 ; le traité de Paris de 1815.

Période sarde puis française[modifier | modifier le code]

La période sarde (1815-1860) se caractérise par une croissance rapide de la commune : route, chemin de fer, assainissement des zones marécageuses, école, nouvelle église… et l’heure de gloire du sanctuaire de Myans.

Lors de l'Annexion de la Savoie à la France en 1860, le plébiscite organisé à la suite du traité de Turin par Napoléon III sur la question : « La Savoie veut-elle être rattachée à la France ? » donne le « oui » gagnant avec 100 % des suffrages exprimés.

Les Marcherus participeront par la suite à la guerre franco-prussienne de 1870-1871, à la grande guerre de 1914-1918 et en 1939-1945, à la Seconde Guerre mondiale. Le village est libéré en août 1944 par les FTP et les FFI.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Histoire de l'administration[modifier | modifier le code]

Tout d’abord châtellenie (et marquisat à partir de 1682) regroupant le Bourg des Marches, Myans et Chacusard, le village des Marches fut progressivement découpé en deux paroisses, puis en deux communes.

La paroisse de Myans et de Chacusard, intégrée au tout début aux Marches, devint autonome à partir de 1801 et il fallut attendre 1881 pour que le village se divise en deux communes distinctes : Les Marches et Myans.

Au contraire le hameau de Saint-André appartenant à l’origine à Chapareillan, c’est la convention de Turin (24 mars 1760) qui l’attribue aux Marches.

À noter, Les Marches fut canton sous la Révolution française de 1792 à 1801, rassemblant Chignin, Saint-Jeoire-Prieuré, Saint-Baldoph, Apremont, et Entremont-le-Vieux. Aujourd'hui, la commune appartient au canton de Montmélian.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
7 mai 1953 20 mai 1965 Marcel Boniface ... ...
20 mai 1965 25 mars 1977 Roulet Gabriel ... ...
25 mars 1977 21 mars 1989 Bertholet André ... ...
21 mars 1989 13 juillet 1989 Lambert Alphonse ... ...
13 juillet 1989 16 mars 2001 Gayet Henri ... ...
16 mars 2001 15 mars 2008 Joly Serge ... ...
15 mars 2008 en cours Guy Gamen ... ...
Période Identité Étiquette Qualité
18 mai 1945 7 mai 1953 Marcel Pegaz ... ...
29 août 1944 18 mai 1945 Maurice Bouvier ... ...
11 septembre 1941 29 août 1944 François Perceval (Délégation) ... ...
19 octobre 1940 11 septembre 1941 Maurice Bouvier ... ...
25 mai 1925 19 octobre 1940 Anthelme Martin ... ...
30 décembre 1919 25 mai 1925 Louis Vacher ... ...
5 novembre 1911 30 décembre 1919 Eugène Viviand ... ...
15 mai 1904 5 novembre 1911 Charles Viviand ... ...
12 juin 1881 15 mai 1904 Charles Mermet ... ...
septembre 1870 12 juin 1881 Camille Gouvert ... (président du Comité provisoire puis maire)
26 juillet 1864 septembre 1870 André Falcoz ... ...
27 juillet 1860 26 juillet 1864 Auguste Vernaz ... ...
28 décembre 1854 27 juillet 1860 Pierre Vivian ... ...
8 novembre 1851 28 décembre 1854 Camille Gouvert ... ...
9 mai 1850 8 novembre 1851 Claude Chevallier ... ...
10 novembre 1849 9 mai 1850 François Rey ... ...
9 mai 1848 10 novembre 1849 Joseph Falcoz ... ...
3 mai 1840 9 mai 1848 Charles Vincent ... ...
7 mars 1833 3 mai 1840 Joseph Falcoz ... ...
14 mars 1827 7 mars 1833 Claude André Falcoz ... ...
23 mars 1824 14 mars 1827 Jacques Droguet ... ...
3 mai 1818 23 mars 1824 André Falcoz ... ...
16 janvier 1816 1818 Benoit Chevallier ... ...
1814 1815 Carret ... ...
... 1814 Claude Chevallier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau du Royaume-Uni  Stepps  (Royaume-Uni) depuis 2002Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées. Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées.

Démographie[modifier | modifier le code]

On peut noter 4 grandes phases démographiques : 1) L’époque moderne : Depuis sa fondation jusqu’à la révolution française Les Marches connaît une croissance stable et continue malgré les épidémies, les famines et les invasions : 300 habitants au XIVe, 360 au XVIe, 660 au XVIIIe

2) L’âge d’or du XIXe siècle : En raison de la modernisation et l’assainissement de la commune, ainsi que de l’amélioration de la situation alimentaire savoyarde (dernière famine savoyarde en 1847), la population s’accroît très vite : 1 000 habitants en 1810, 1 868 habitants en 1865

3) Le siècle noir 1860-1960 : Il s’ensuit un siècle noir de crise démographique et économique. Durant cette période 1860-1960, le village perd la moitié de sa population : 1 131 habitants en 1886, 1 007 en 1926 et 909 en 1954

4) Le Renouveau Depuis les années 1950, la commune grâce à la vigne, la zone d’activité et l’attractivité de Chambéry (à 15 minutes en voiture) renoue avec la croissance démographique (très largement exogène) : 1 108 habitants en 1976, 1 233 en 1982, 1416 en 1990, 2 135 en 1999 et sans doute plus de 2 300 en 2005


En 2011, la commune comptait 2 450 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
6897869701 3081 6271 6591 8951 8681 777
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 6801 6621 0811 1311 1171 1261 0981 1021 020
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
9611 0079569879369099919711 108
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 - -
1 2331 4162 1352 4832 4492 4482 450--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, le village se spécialise dans la viticulture, profitant d’abord des appellations VDQS (Vin de qualité supérieure), puis à partir de 1973 des labels AOC Apremont, AOC Abymes, et AOC Vins de Savoie. Ainsi, au début du XXIe siècle, la commune des Marches était devenue la première commune viticole de Savoie produisait près de 20 000 hectolitres de vin avec 250 hectares de vignoble. 30 % des sols agricoles de la commune sont ainsi consacrés à la vigne et 90 % de ses exploitations agricoles sont orientées vers la production viticole.

Mais c’est la zone du « plan Cumin », qui représente le poumon économique le plus important des Marches. Décidé en 1968, le projet d’une zone artisanale de 6 hectares n’a cessé, en 25 ans, de se développer dans une perspective de plus en plus ambitieuse sous les maires Roulet, Berthollet, puis Gayet. Le plan Cumin I de 1978 est suivi d’un plan Cumin II de 1986 et 1988, puis d’un plan Cumin III en 1990. La zone comportait en 2005 trente-six entreprises employant plus de 300 personnes. Les Marches s’est officiellement jumelé avec Stepps, une ville d’Écosse le 29 septembre 2002.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La plus célèbre des Marcherue est sans doute Adélaïde Noyel de Bellegarde, née en 1772 - Les Marches Duché de Savoie - † 7 janvier 1830 - Paris, inhumée au cimetière du Père-Lachaise (11e division), dite « Adèle de Bellegarde », dame de Chenoise[4],[5]. Elle est la fille du marquis Eugène de Bellegarde (1720-1790). En 1792, avec sa sœur, elles pactisèrent avec les révolutionnaires français venus « libérer la Savoie ». Adèle de Bellegarde se lia avec le commissaire conventionnel Marie-Jean Hérault de Séchelles (un des quatre commissaires français chargés de révolutionner la Savoie et partit à Paris pour applaudir aux guillotinages des contre-révolutionnaires). Échappant de peu elle-même à la guillotine elle se lia alors avec le peintre Jacques-Louis David (1748-1825) pour qui elle posa lors de la création de son tableau Les Sabines en 1799. Le tableau aujourd’hui exposé au musée du Louvre. C’est le profil de cette Sabine qui servit il y a quelques années à élaborer la Marianne d’un timbre de La Poste. Redevenue royaliste à la restauration, Adèle mourut le 7 janvier 1830 à Paris

Liste des curés de la paroisse des Marches de 1301 à nos jours[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux monuments historiques, outre « le bourg médiéval » et les nombreuses maisons fortes de la commune, l’imposant château des Marches recèle un trésor particulier. C’est sa salle des fêtes. En 1785-1786, le marquis Eugène de Bellegarde rénova la pièce aujourd’hui classée monument historique en raison des fresques et trompe-l’œil peints par les frères Galliari (Fabrizio 1709-1790 et Bernardino 1707-1794) qui venaient de l’Académie de Turin.

Article détaillé : Château des Marches.

Bien que ne faisant plus partie de la commune des Marches le sanctuaire de Myans, est un vestige incontournable de l’histoire marcherue.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Au coeur des Abymes, en hameau de Saint André, se trouve le Moulin à papier de la Tourne, tel aux mulins à papier du Duché de Savoie depuis XIIIe siècle[6].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune des marches possède des atouts naturels reconnus comme les « Abymes » et le lac de Saint-André (de 7-10 ha) qui fait l’objet d’une protection et d’une mise en valeur particulière.

Article détaillé : Lac de Saint-André.

La commune se trouve dans la ‪Réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse‬.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Différente de la ville de Cognin, à plusieurs kilomètres.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Sur l'œuvre de Jacques-Louis David, Les Sabines, elle donne ses traits à Hersilie, à genoux, les bras en croix, au centre de la toile, s'interposant entre son époux Romulus à droite, qui s'apprête à lancer son javelot contre Tatius le père d'Hersilie, qui se protège avec son bouclier ; Source : « Adélaïde Victoire Noyel de Bellegarde », dame de Chenoise, dite « Adèle de Bellegarde », sur roglo.eu (consulté le 6 août 2011)
  5. Article de , « Les héros de votre région. Savoie, les passeurs », 3 pages, paru dans L'Express, édition du 6 juillet 2009.
  6. Guide pratique 2013-2014 : la Chartreuse, p. 19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ghislain Garlatti, l'Histoire des Marches, La Fontaine de Siloé, coll. "Les Savoisiennes", 2006. Document utilisé pour la rédaction de l’article source pour la partie histoire

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :