Velanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Velanne
Une partie du Bourg à Velanne
Une partie du Bourg à Velanne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Saint-Geoire-en-Valdaine
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
Denis Mollière
2014-2020
Code postal 38620
Code commune 38531
Démographie
Gentilé Velannois
Population
municipale
500 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 22″ N 5° 38′ 55″ E / 45.48942222222, 5.6485111111145° 29′ 22″ Nord 5° 38′ 55″ Est / 45.48942222222, 5.64851111111  
Altitude Min. 509 m – Max. 641 m
Superficie 7,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Velanne

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Velanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Velanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Velanne

Velanne est une commune rurale de montagne française, située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes, en France. Elle se situe à trente-cinq kilomètres au nord de Grenoble. Ses habitant(e)s sont les Velannois(es).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Villana au XIIe siècle[1], Villana au XIVe siècle[2].

Panneau d'entrée du village de Velanne

L'explication par le latin abellana signifiant « aveline, grosse noisette, noisetier »[3] est douteuse. Le mot aveline était effectivement avellane, avelaine en ancien français, mais la forme ancienne du toponyme, c'est-à-dire Villana s'oppose à cette explication. Il faudrait en outre préalablement supposer une aphérèse du a initial de l'étymon latin, ce qui est indémontrable.

Il s'agit d'un gallo-roman VILLANA « ferme, tenure de paysan », terme dérivé du gallo-roman VILLA « domaine rural » (mot issu du latin classique villa rustica)[4],[5]. Cette formation toponymique est très répandue en France et explique notamment les Velaine, Velenne et les Villaines[4], caractéristiques du domaine d'oïl.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes traces d'activités humaines datent des Romains, ceux-ci auraient érigé un camp[réf. nécessaire], sur l'actuel lieu-dit "Les Bruyères" (lieu-dit à cheval sur la commune de Pressins), sur ces lieux se succédèrent une commanderie des templiers et une abbaye de Bénédictines, il ne reste de ce passé qu'un pan de mur et des souterrains encore à prospecter dont les entrées furent découvertes vers 1972.

L'année 1877 signe la fin de la construction de l'église de Velanne, celle-ci fut bénie en 1845. Trois ans plus tard (soit en 1848) l'abbé du village créa l'école de filles et en 1850 l'école de garçons.

Ce n'est que le 16 avril 1884 que naquit la commune de Velanne, par détachement de la commune de Saint-Geoire-en-Valdaine.

En 1890, la commune s'agrandit de près de 5 hectares à la suite de la demande de MM. Blain et Berthet (2 habitants de Saint-Jean-d'Avelanne) qui demandèrent à être rattachés avec leurs terrains à Velanne. Cette même année voici comment était décrit la commune dans le dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies :

« Velanne, ou Saint-Etienne-de-Velanne, Isère, commune de 555 habitants (765 hectares), composée de trois parties : Grand-Velanne au nord, Petit-Velanne au sud et Saint-Etienne au milieu, à 490-563 mètres, à l’origine d’un petit affluent droit et à 4 kilomètres du Guiers. Canton et poste de Saint-Geoire-en-Valdaine (5 kilomètres), arrondissement de la Tour-du-Pin (20 kilomètres). 49 - 34 kilomètres au nord de Grenoble, 2 écoles Publiques. »

— Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. 7, Se-Z / par Paul Joanne[6]

Le nom de Saint-Etienne-de-Velanne est de nos jours tombé en désuétude, toutefois la fête patronale du village est toujours le 26 décembre, jour ou est fêter Saint-Étienne, premier martyr de la chrétienté[7].

Au lieu-dit du Mont de Velanne se trouve la "Tour O'Mahony", de nos jours il ne reste de cette tour que des vestiges au milieu des bois. Il s'agissait là d'un pavillon de chasse construit au XIXe siècle qui servit à abriter un petit détachement de soldats pendant la Première Guerre mondiale[8].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à vol d'oiseau à 25 kilomètres au sud-ouest de Chambéry, à 35 kilomètres au nord de Grenoble et à 65 kilomètres au sud-est de Lyon.
Le village appartient au Pays Voironnais, situé dans les Terres froides au-dessus de la vallée de l'Ainan, dans un paysage vallonné et aux portes de la Chartreuse. Velanne est un petit village de campagne dont l'élevage et l'agriculture occupent encore la majeure partie de la superficie.
D'un point de vue altimétrique, le village ne possède pas une grande amplitude, le point le plus haut sur la commune se situe à 641 mètres et le plus bas à 509 mètres. Les principaux reliefs de ce village sont le mont Charvet (541 mètres), le mont Saint-Martin (pointant à 582 mètres, à cheval sur la commune de Saint-Martin-de-Vaulserre) et le mont Velanne culminant à 647 mètres au-dessus du domaine de Cotagon sur la commune de Saint-Geoire-en-Valdaine[9].
Côté hydrographie, nous pouvons citer les deux principaux ruisseaux qui traversent le village, le Bassarot et le Malafossant. Ce dernier présentant un intérêt écologique, il est classé tout le long de son parcours entre Velanne et Saint-Jean-d'Avelanne en ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique)[10]. De plus la commune comprend quelques petits marais et un certain nombre de puits répandus sur tout son territoire.

Lieu-dit[modifier | modifier le code]

  • le Bourg : centre du village de Velanne, le Bourg regroupe la mairie, la salle des fêtes à côté de laquelle se trouve le terrain de football de la commune, l'école et l'unique commerce de Velanne, le bar-restaurant « au 1884 » rappelant l'année de création de la commune. Le Bourg possède aussi un des arrêts de bus de la commune, l'arrêt « Velanne Centre » desservi par la ligne E du réseau de transport en commun du pays voironnais.
  • les Bruyères : situé sur la pointe nord de la commune et dominant la Combe Noire, ce lieu-dit jouxte les communes de Saint-Jean-d'Avelanne et de Pressins. La limite avec cette dernière se fait par le ruisseau de la Côte Rondet, ce dernier se jetant dans le ruisseau de la Corbière.
  • le Buisson : situé sur le Mont Velanne, le buisson se situe à une altitude de 608 mètres. C'est sur le chemin allant du Grand Velanne au Buisson que se trouvent les ruines de la "Tour O'Mahony". Cette dernière se trouve sur la gauche de la route en montant vers le hameau, à une altitude de 639 m, dominant ainsi le bourg d'une centaine de mètres.
  • le Grand Velanne : à proximité immédiate du Bourg, le grand Velanne se trouve à la droite de la RD 28D (en allant en direction des Abrets) juste à la sortie du village. Ce lieu-dit voit sur son territoire la naissance de la combe de Pierre Cherd et de la combe de Virifosse qui se prolongent plus bas sur le village de Saint-Jean-d'Avelanne.
  • le Mollard
  • le Mont de Velanne
  • les Planchettes : situé sur le chemin reliant La Sauge au village de Saint-Martin-de-Vaulserre, le hameau est bordé à l'est par le ruisseau des Communaux, lequel se jette ensuite dans le ruisseau de Bassarot, pour former ensuite le ruisseau du Malafossant. Ce dernier est classé en ZNIEFF tout le long de son trajet.
  • la Ramelière : situé au nord-est de la commune, cette partie du village est séparée de la commune de la Batie-Divisin par le ruisseau des Rajans, lui aussi classé en ZNIEFF.
  • la Sauge
  • les Communaux

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Velanne

La commune de Velanne est bordée par :

Sports[modifier | modifier le code]

On trouve à Velanne un club de foot, le F.C. Velanne, les couleurs de l'équipe sont le vert et blanc. Le F.C.V. joue sur le terrain de football de la commune, le club bénéficie gratuitement des vestiaires de la salle des fêtes communale qui jouxte le terrain lors de ses matchs à domicile.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Velanne
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 M. Denis Mollière Divers Gauche -
2008 2014 M. Denis Mollière Divers Gauche -
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 500 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1886. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
606 617 544 533 491 446 396 364 356
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
336 349 327 314 270 244 287 383 414
2006 2008 2011 - - - - - -
463 477 500 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


De sa création jusqu'à 1980, Velanne connu un exode rural important (la population était de 617 habitants en 1891), c'est donc à partir des années 80 qu'une légère augmentation de la population s'amorça[13].

Transport[modifier | modifier le code]

Infrastructure routière[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par deux routes départementales la RD28 c et d qui orientent les usagers vers Saint-Geoire-en-Valdaine, Pont-de-Beauvoisin et les Abrets.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Velanne n'abrite pas de gare SNCF, les habitants souhaitant donc rejoindre le reseau ferré des transport express régionaux (TER) peuvent se rendre aux gares suivantes :
Les distances énoncées correspondent aux kilomètres séparant la mairie de Velanne aux gares des villes suivantes.

- Pont-de-Beauvoisin (Isère) (à 6km)
- Les Abrets (à 10km)
- Saint-André-le-Gaz (à 16km)

- Saint-André-le-Gaz (à 16km)
- La Tour-du-Pin (à 23km)
- Voiron (à 25km)

Économie[modifier | modifier le code]

La population active de la commune était en 1999 de 205 personnes, dont 21 chômeurs (soit un taux de chômage de 10,2 %). Les artisans, commerçants, chefs d'entreprise représentent 7,5 %, de la population active de la ville ; les agriculteurs 9,5 %, les cadres et professions intellectuelles 7,5 % ; les professions intermédiaires 27,1 % ; les employés 29,1 % et les ouvriers 19,3 %[14].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Velanne

Velanne possède une école primaire publique, comptant un instituteur qui gère une classe unique d’une vingtaine d’élève (21 pour l’année 2007-2008). L’école de Velanne dépend du collège de secteur « Le Guillon » se situant à une dizaine de kilomètre à Pont-de-Beauvoisin.

Santé, recherche[modifier | modifier le code]

Depuis fin janvier 2008, Velanne abrite l’institut français de zoothérapie fondé et présidé par François Beiger.
Les missions de cet établissement sont de former des professionnels du social, de la santé et de l’enseignement à cette pratique, et de développer des méthodes en médiation animale afin d’aider les personnes en difficultés physique et/ou psychique et/ou sociale ; c’est-à-dire les personnes handicapées (physiquement ou mentalement), les enfants hospitalisés, ou encore à des personnes âgées, en réinsertion sociale, en institut pénitencier[15]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine rural[modifier | modifier le code]

Grange en pisé aux Planchettes
  • Les maisons en pisé sont encore nombreuses dans le village, celles-ci furent construites notamment au cours du XVIIIe siècle. L'utilisation de ce matériau dans une grande partie du nord-ouest de l'Isère, vient du fait que cette zone du département est pauvre en roche, les habitants de l'époque durent faire avec les matières premières qu'ils avaient à proximité. Ces constructions jugées comme "des cabanes de boue laides" par Arthur Young lors de son passage dans les terres froides en 1789, possèdent toutefois de bonnes qualités isolantes[16].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Les boisements humides du Malafossant font partie d'une Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1 (ZNIEFF n°38000121) couvrant une zone de 64,11 hectares ce territoire s'étend sur les communes de Velanne, Saint-Martin-de-Vaulserre et Saint-Jean-d'Avelanne. Bordé tout le long de son cours par un bois ombragé et frais, le ruisseau du Malafossant et ses environs, sont une zone accueillant des espèces végétales et animales recherchant l'ombrage des sous-bois et leurs fraîcheurs. Ainsi il est possible d'y trouver trois plantes de la famille des saxifrages dont une espèce protégée et très rare du fait qu'elle se reproduit très difficilement et est très sensible au moindre bouleversement de son environnement, la saxifrage variable (Saxifraga mutata) qui est une plante verte jaunâtre avec des fleurs jaunes orangées. Les deux autres espèces plus courantes sont la dorine à feuilles alternes (Chrysosplenium alternifolium) et celle à feuilles opposées (Chrysosplenium oppositifolium). De nombreuses autres espèces occupent également cet espace comme la germandrée d'eau (Teucrium scordium), le millepertuis androsème, le Phégoptéris vulgaire, et deux types de fougères la polystic à aiguillons et la polystic à soies[10].
  • Une deuxième ZNIEFF de type 1 s'étend sur le territoire de la commune de Velanne; cette zone des forêts riveraines des ruisseaux des Rajans, du Caron et de la Combe Pigna s'étale sur les villages de Velanne, Pressins et La Batie-Divisin sur plus de 74 hectares. Cette zone comprend grosso-modo les mêmes espèces végétales, les seules différences étant le fait qu'il n'y a pas de trace de la saxifrage variable, mais il fut dénombré un certain nombre de prêle[17].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église de Velanne est un monument du XIXe siècle à clocher massif, cette dernière est rattachée à la paroisse de Saint Jacques de la Marche dont la maison paroissiale se situe à Pont-de-Beauvoisin, celle-ci faisant partie du diocèse de Grenoble - Vienne[18]. Construite sur l'emplacement d'un vieux château, elle aurait été, ainsi que le presbytère, érigée par tous les habitants de Velanne; et c'est le 16 octobre 1845 qu'elle fut bénie. Les travaux s'achevèrent en 1877 et les derniers vitraux furent posés en 1908[8].

Patrimoine narratif[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'histoires et de récits fantastiques contribuent à nourrir ce patrimoine transmis le plus souvent oralement. Ainsi plusieurs légendes locales furent répertoriées à Velanne par Charles Joisten pour sa collecte de fonds afin de faire une étude qu'il voulait publier sous le tire « Le monde fantastique dans le folklore des Alpes françaises, Savoie et Dauphiné ». Ainsi, les alentours du hameau de la Ramelière abriteraient un « Trou des fées », mentionné aussi par Monseigneur Devaux sous le nom « Trou de fayes » dans son Dictionnaire des patois des terres froides publié en 1935.

De nombreux autres récits font part d'esprits domestiques représentant le diable et apparaissant à divers moments, de nuit comme de jour, à l'intérieur ou à l'extérieur des maisons velannoises et prenant le plus souvent la forme d'un animal, chat noir, jeune poulain, mouton noir[19]...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Plank, L'origine du nom des communes du département de l'Isère. p 262. Bourg-d'Oisans : L'atelier, 2006. ISBN 2-84424-043-7
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 703b
  3. Site du conseil général de l'Isère http://www.cg38.fr/TPL_CODE/TPL_COMMUNE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/497/PAG_TITLE/Velanne/10588-13-territoires-isere.htm
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  5. André Plank, op. cit..
  6. Bibliographie: Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. 7, Se-Z / Publié sous la direction de Paul Joanne - Paris: Hachette 1890 sur Gallica
  7. « Velanne sur le site du quid » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  8. a et b Bibliographie: Un village du bas Dauphiné, Saint-Jean-d'Avelanne par Lucien et Marcelle Sage
  9. Carte géographique : ’’Fonds IGN Scan 25 (C), échelle 1/25.000 ‘’
  10. a et b Fiche de présentation de la ZNIEFF des "Boisements humides du Malafossant" sur le site de la direction régionale de l’environnement Rhône-Alpes. http://www.rhone-alpes.ecologie.gouv.fr/include/patnat/znieff2g/38000121.pdf
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  13. Velanne sur Cassini
  14. Insee http://www.recensement.insee.fr/searchResults.action?zoneSearchField=&codeZone=38531-COM
  15. Bulletin Municipal: Velanne Info, n°85, Juin 2008, page 6, "Présentation de l’IFZ par François Beiger"
  16. Bibliographie: Atlas du patrimoine de l'Isère, rédigé sous la direction de Chantal Mazard, Editions Glénat
  17. Fiche de présentation de la ZNIEFF des "Forêts riveraines des ruisseaux des Rajans, du Caron et de la Combe Pigna" sur le site de la direction régionale de l’environnement Rhône-Alpes. http://www.rhone-alpes.ecologie.gouv.fr/include/patnat/znieff2g/38090001.pdf
  18. Site du diocèse de Grenoble-Vienne http://www.diocese-grenoble-vienne.fr/~paroisse-486hwa5wdf84.html
  19. Bibliographie: Êtres fantastiques: patrimoine narratif de l'Isère, par Charles Joisten, Alice Joisten et Nicolas Abry, p. 312, édition : Musée dauphinois - 2005 - Grenoble, ISBN 2-905375-78-7

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :