Intervention militaire chinoise au Tibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Intervention militaire chinoise au Tibet (1950-1951)
Informations générales
Date 1950-1951
Lieu Tibet
Issue Victoire militaire chinoise et signature de l'Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet
Changements territoriaux Incorporation du Tibet à la République populaire de Chine[1].
Belligérants
Flag of Tibet.svg Tibet Flag of the People's Republic of China.svg République populaire de Chine
Forces en présence
Flag of Tibet.svg Armée Tibétaine  :
8 500
People's Liberation Army Flag of the People's Republic of China.svg Armée populaire de libération :
40 000[2].
Pertes
5 000 soldats tibétains (Thomas Laird), 180 soldats tibétains tués ou blessés (Jiawei Wang et Nima Gyancain) 114 soldats de l'APL tués ou blessés (Jiawei Wang et Nima Gyancain)

L'armée populaire de libération (APL) attaqua l'armée tibétaine le 7 octobre 1950, livrant une bataille à Chamdo dans le Kham (est du Tibet). Cet assaut marqua le commencement de la campagne de la République populaire de Chine pour prendre le contrôle du territoire tibétain.

Cette opération militaire, opposant les 8 500 hommes de l'armée tibétaine à environ 40 000 militaires chinois, est appelée Bataille de Chamdo par le gouvernement de la RPC[3],[4],[5],[3] (le terme chinois (昌都战役/Chamdo Zhanyi), « libération », désigne la reconquête par les communistes de la Chine semi-colonisée et n'a rien de spécifique au Tibet) : un accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet fut signé en 1951 par des représentants du 14e dalaï-lama et le gouvernement de la RPC affirmant la souveraineté chinoise sur le Tibet.

L'opération est appelée invasion du Tibet par le Gouvernement tibétain en exil[6], le Congrès américain[7], des analystes militaires dont Jane[8],[9], des médias et des ONG comme la Commission internationale de juristes[10] et le Center for World Indigenous Studies[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18] (Invasion : « irruption d'une armée (..) sur un territoire étranger », selon un dictionnaire en ligne)[19].

Selon le gouvernement tibétain en exil, le Tibet vaincu et sous la menace d'une avance militaire sur Lhassa n’avait pas d’autre choix que de signer l'accord en 17 points en 1951[20], traité qui fut dénoncé par le dalaï-lama au dzong de Lhuntsé lors de son départ pour l'exil et dès son arrivée en Inde en 1959[21],[22].

Historique[modifier | modifier le code]

Robert W. Ford, lors de son arrestation par des soldats de l'armée populaire de libération en 1950

En 1949, voyant que les Communistes prenaient le contrôle de la Chine, le Kashag expulsa tous les Chinois liés au gouvernement chinois, sous les protestations à la fois du Kuomingtang et des Communistes[23].

Le 3 novembre 1949, le Kashag envoya une lettre au secrétaire d'État américain, Dean Acheson, lui demandant de soutenir l'adhésion du Tibet à l'ONU. Des appels similaires furent envoyés aux gouvernements indien et britannique. Le gouvernement indien donna comme argument contre cette candidature que l'URSS utiliserait son droit de veto au Conseil de sécurité, et que cette démarche agacerait la Chine inutilement. L'antenne du Foreign Office britannique à New Delhi était du même avis concernant l'URSS, et suggéra d'expliquer au Kashag la position des gouvernements occidentaux par l'intermédiaire du résident indien à Lhassa. Acheson souhaitait faire davantage pression sur l'Inde adressa un câble à Loy W. Henderson (en), ambassadeur américain en Inde. Quand K. P. S. Menon et Henderson abordèrent la question de l'admission du Tibet à l'ONU, Menon déclara, catégorique, que la requête du Tibet était sans espoir, et qu'un débat à l'ONU agiterait indûment la question tibétaine risquant de provoquer une réaction immédiate des communistes chinois. Un télégramme de Henderson à Acheson souligne qu'alors l'Inde avait pratiquement le monopole des relations étrangères et des communications tibétaines avec le monde non communiste[24].

En septembre 1950, le général Liu Bocheng et le représentant de la RPC au Sichuan, Deng Xiaoping, annoncèrent que le Tibet allait être « libéré »[25].

Le 7 octobre 1950, le général Zhang Guoha, à la tête de 40 000 soldats, franchit la Drichu (le Yangtsé)[26] en une demi-douzaine de points[25].

Selon le journaliste Thomas Laird, à (Chamdo), le chef-lieu du Tibet oriental (Kham), les unités extrêmement mobiles de l’APL encerclèrent rapidement les forces tibétaines dépassées en nombre, et le 19 octobre 1950, 5 000 soldats tibétains avaient été tués, et la petite armée tibétaine se rendit. Après confiscation de leurs armes, les prisonniers reçurent des livres sur le socialisme, un peu d'argent, et furent renvoyés chez eux[2]. Selon les historiens chinois Jiaawei Wang et Nima Gyaincain, la bataille de Chamdo se termina le 24 octobre, se soldant par 114 soldats de l'APL et 180 soldats tibétains tués ou blessés[27].

Ngabo Ngawang Jigme, commandant-en-chef de l'armée tibétaine et gouverneur de Chamdo, capitula le 19 octobre 1950. Désormais entre les mains de l'Armée populaire de libération, il envoya, le 9 novembre 1950, un télégramme au gouvernement tibétain à Lhassa, l'informant de la nécessité d'envoyer des émissaires à Pékin pour y engager des pourparlers [26].

L'APL continua ensuite sa progression en direction du Tibet central, mais s'arrêta dans son avancée 200 km à l’est de Lhassa, à l’endroit que la Chine appelle la frontière de jure du Tibet[28],[16].

C'est ici qu'ils s'arrêtèrent et exigèrent la « libération pacifique » du Tibet. L'APL, tout en possédant un avantage militaire écrasant, souhaitait éviter l'intervention d'autres puissances telles que les États-Unis[29], et également conquérir le cœur de la population tibétaine.

Selon 14e dalaï-lama, l'APL n'attaqua pas les civils : « les Chinois étaient très disciplinés. Ils étaient comme les soldats anglais (en 1904). Même mieux que les Anglais, car ils ont distribué un peu d'argent (aux villageois et responsables locaux). Ils ont ainsi soigneusement tout planifié »[2].

L'APL envoya à Lhassa des prisonniers libérés (dont Ngabo Ngawang Jigme, le commandant en chef de l'armée tibétaine), pour convaincre le dalaï-lama de négocier. L'APL promit que si le Tibet était « libéré pacifiquement », les élites tibétaines garderaient leurs privilèges et leur pouvoir.

Le 7 novembre 1950, le gouvernement du Tibet envoya un appel aux Nations unies concernant l'invasion du Tibet par la Chine. Le Salvador, seul à soutenir le gouvernement tibetain, proposa une résolution aux Nations unies, mais en raison de la guerre de Corée qui se déroulait au même moment, et de l'hésitation de l'Inde, le débat sur l’appel du Tibet aux Nations unies fut ajourné[30].

Comme l'APL avait cessé le feu et demandé une négociation pacifique plutôt que d'entrer dans Lhassa par la force, l'ONU renonça à traiter la question du Tibet. L'association de la pression militaire, des rapports sur le bon traitement de la population locale et des prisonniers libérés ainsi que le manque de soutien international conduisirent les représentants tibétains à s'engager dans des négociations avec l'APL[2].

En mai 1951, les représentants Tibétains signèrent à Pékin, avec le gouvernement central de la Chine, un accord en 17 points. Cet accord fut ratifié à Lhassa quelques mois après[31],[1].

En plus de reconnaître la souveraineté chinoise pour la première fois dans l'histoire tibétaine (point 1), les Tibétains étaient tenus désormais d'aider les troupes et les cadres de l'APL à occuper pacifiquement le Tibet (point 2). Les Tibétains acceptaient également de renoncer à s'occuper des affaires étrangères, de la défense des frontières et du commerce du Tibet (point 14) et acceptaient que l'armée tibétaine soit progressivement incorporée dans l'APL, quoique sans qu'une échéance précise soit fixée (point 8). Ils acceptaient également le retour du panchen lama au Tibet (points 5 et 6) et la création d'une nouvelle entité administrative, le Comité administratif militaire (point 15), distinct du gouvernement local tibétain et soumis au gouvernement populaire central[32]. Le texte contenait également une déclaration mettant fin officiellement à la monnaie tibétaine[33].

Le texte de l'accord reconnaissait l'autonomie régionale, la liberté religieuse et le maintien des revenus du clergé bouddhiste[34].

Selon le gouvernement chinois, le 26 octobre 1951, les troupes de l'APL, commandées par Zhang Guohua, entrèrent pacifiquement à Lhassa, où plus de 20 000 personnes se pressaient le long de leur passage. Il y eut une cérémonie de bienvenue en leur honneur, où Lhalu Tsewang Dorje fit un discours puis il y eut un banquet pour marquer la libération pacifique du Tibet et pour célébrer l'unité retrouvée des Han et des Tibétains. Y participèrent les chefs de la 18e armée et les principaux responsables du gouvernement tibétain. Le 19 novembre, le 14e dalaï-lama devait donner un banquet en l'honneur des officiers supérieurs de l'APL à Lhassa[35].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'Accord en 17 points reconnaît la souveraineté de la Chine sur le Tibet en contrepartie de l'engagement par celle-ci à ne remettre en cause ni la religion ni le gouvernement du pays. Cinq mois après la signature, le dalaï-lama envoie un télégramme à Mao Zedong lui promettant d'œuvrer à la pacification du Tibet et à coopérer avec la Chine[36]. Pendant huit ans, selon la formule du poète Jean Dif, « le parti communiste chinois va cohabiter avec l'une des dernières théocraties féodales du monde »[37], situation qualifiée par Rene Wadlow de « coexistence », le dalaï-lama ne se voyant attribuer alors qu'une position symbolique mais vide au sein du Parlement central chinois[38].

Dès le début, il était évident que l’incorporation du Tibet à la République populaire de Chine amènerait deux systèmes sociaux opposés à un face à face[39]. Au Tibet occidental, cependant, les communistes chinois ont opté pour ne pas donner à la réforme sociale une priorité immédiate. Au contraire, de 1951 à 1959, la société tibétaine traditionnelle avec ses seigneurs et ses propriétés seigneuriales a continué à fonctionner inchangée[39]. Malgré la présence de vingt mille soldats de l’APL au Tibet central, le gouvernement du dalaï-lama a été autorisé à maintenir des symboles importants de sa période d’indépendance de facto[39].

Réaction indienne[modifier | modifier le code]

À l’époque où l’APL attaque le Tibet, le premier ministre adjoint de l’Inde Sardar Vallabhbhai Patel déclare : « Utiliser l’épée contre le peuple tibétain traditionnellement pacifique est injustifié. Aucun autre pays au monde n’est aussi attaché à la paix que le Tibet. Le gouvernement chinois n’a pas suivi l’avis de l’Inde de régler pacifiquement cette affaire. » Rajendra Prasad, président de l’Inde, déclara devant l’assemblée nationale indienne : « L’Inde doit nécessairement être concernée par ce qui se passe au Tibet, dans l’espoir que l’autonomie de ce pays pacifique soit sauvegardée. »[40].

Épilogue[modifier | modifier le code]

L'accord en 17 points fut dénoncé 8 ans plus tard, en 1959, par le dalaï-lama et son gouvernement, qui affirment qu'il fut signé par les Tibétains sous la contrainte[41].

Un article publié par le gouvernement tibétain en exil en 1996, déclare que le traité a été imposé au Tibet par la force et qu'il « n'a jamais été conclu de façon valide et qu'il a été rejeté par les Tibétains »[42].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, University of California Press, 1989 (ISBN 978-0520061408), pp. 812-813.
  2. a, b, c et d (en) Thomas Laird, The Story of Tibet: Conversations with the Dalai Lama, Grove Press, 2006 (ISBN 0-80211-827-5), pp. 301-307.
  3. a et b 50 ans de la libération pacifique du Tibet, Le Quotidien du peuple, 30 janvier 2002.
  4. (en) Peaceful Liberation of Tibet.
  5. (en) 50 Years In Tibet.
  6. (en) The Status of Tibet : « At the time of its invasion by troops of the People's Liberation Army of China in 1949, Tibet was an independent state in fact and law ».
  7. Cf la en:Concurrent resolution du Congrès américain en date du 21 mai 1991 : « exprimer que selon le sens du Congrès, le Tibet, y compris ces secteurs incorporés dans les provinces chinoises du Sichuan, Yunnan, Gansu et Qinghai qui ont été historiquement une partie du Tibet, est un pays occupé selon les principes établis du droit international (...). Alors qu'en 1949-50, la Chine a lancé une invasion armée du Tibet en infraction avec le droit international ».
  8. 'Intelligence Review' de Jane, 001122: 'La Chine a envahi le pays en 1959 et a depuis été accusée de tactiques sanglantes visant à réduire la population indigène et s'assurer qu'elle serait dépassée en nombre par les Chinois'.
  9. Reborn supremacy: China's control of Tibetan reincarnation, 21 janvier 2008 : « Depuis l'invasion du Tibet alors indépendant en 1950, Pékin a assuré un contrôle militaire et politique étroit dans les secteurs stratégiquement importants ».
  10. International Commission of Jurists, 5 juin 1959 : « En 1950, la Chine a assuré l'Inde que la Chine n'avait pas eu d'intention d'incorporer le Tibet à la Chine par la force ou d'une autre manière et voulait négocier avec le Tibet concernant la relation future du Tibet avec la Chine. Mais quelques semaines plus tard l'invasion du Tibet est intervenue ».
  11. (en) David L. Snellgrove and Hugh Richardson, A Cultural History of Tibet, Orchard Press, (c)2003, p. 267.
  12. (en) Missions to Tibet, University of Texas, Dallas, 29 mai 2006 : « Quand la Chine communiste a envahi le Tibet en août 1950 »
  13. (en) Eric Margolis, War At The Top Of The World, Routledge, (c)2002, (ISBN 978-0-415-93468-8).
  14. Tibet Global Security : « Le 1er octobre 1949, la République populaire de Chine a été formellement proclamée à Beijing et l'année suivante a lancé une invasion armée du Tibet ».
  15. (en) Tibet's Sovereignity and the Tibetan People's Right to Self-Determination, 1er juin 1998.
  16. a et b (en) Samdhong Rinpoche, Donovan Roebert, The 14th Dalai Lama, [2006] (2006). Samdhong Rinpoche, Uncompromising Truth for a Compromised World: Tibetan Buddhism and Today's World, World Wisdom Inc., (ISBN 1-933316-20-9), pp. 116-117.
  17. (en) Improving the Human Rights Situation in Tibet, German Bundestag parliamentary resolution, Bonn, Germany, 20 juin 1996.
  18. (en) Richter, Conrad, Tibetan Response to China's White on Tibet, Center for World Indigenous Studies, Olympia, WA, 1999.
  19. Le-dictionnaire.com : Invasion. Cf le statut du Tibet de l'époque.
  20. (en) The Invasion and Illegal Annexation of Tibet : « It was given the onerous choice of either signing the "agreement" on its own authority or accepting responsibility for an immediate military advance on Lhasa ».
  21. Michel Peissel, Les Cavaliers du Kham, guerre secrète au Tibet, Robert Laffont, Paris, 1972, (ISBN 9782221034446), pp. 138-139, 185-186, 206-207.
  22. Dalaï Lama, Au loin la liberté, autobiographie, Fayard, 1990, Livre de poche 1993, (ISBN 225306498X), pp. 203-204.
  23. Shakya 1999, pp. 7-8.
  24. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, p. 209, p. 213-215
  25. a et b Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, p. 322.
  26. a et b Chronologie historique détaillée du Tibet.
  27. (en) Jiawei Wang et Nima Gyaincain, The historical Status of China's Tibet, China Intercontinental Press, 1997, p. 209 (également reproduit sur The Local Government of Tibet Refused Peace Talks and the PLA Was Forced to Fight the Qamdo Battle, china.com.cn) : « The Quamdo battle thus came to a victorious end on October 24, with 114 PLA soldiers and 180 Tibetan troops killed or wounded. »
  28. (en) Tieh-tseng Li, Historical Status of Tibet (New York, Columbia University Press, 1956) : « Chamdo is in Kham and outside of Tibet proper. The Chinese Communist army, though it had captured Chamdo, which was considered a part of Sikang, could not be said to have entered Tibet proper ».
  29. Shakya, 1999, pp. 33-45.
  30. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié.
  31. (en) Tenzin Gyatso, Dalai Lama XIV, interview, 25 July 1981.
  32. Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, vol. 2 : the Calm Before the Storm, 1951-1955, 2007, pp. 104-105 : « In addition to acknowledging Chinese sovereignty for the first time in Tibetan history (point 1), the Tibetans would now assist the troops and cadres of the PLA to occupy Tibet peacefully (point 2). The Tibetans also agreed to give up control over Tibet's foreign affairs, border defense, and commerce (point 14) and agreed that the Tibetan army would be gradually incorporated into the PLA, albeit with no set deadline (point 8). They also accepted the return of the Panchen Lama to Tibet (points 5 and 6) and, in point 15, the creation of a new administrative entity, the Military Administrative Committee, separate from the Tibetan local government and under the Central People's Government ».
  33. Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, vol. 2 : the Calm Before the Storm, 1951-1955, op. cit., p. 104.
  34. Richard Poulin, La politique des nationalités de la RPC de Mao Zedong à Hua Guofeng, chap. V, La révolte tibétaine de 1959.
  35. (en) The Signing of the 17-Article Agreement and the Peaceful Liberation of Tibet, When the PLA Troops entered Lhasa, vol. 1, Chinese edition, p. 212; Tibetan edition, p. 344. Déclaration de Lhalu : « Dans le passé, lorsque les troupes impériales Qing, les troupes britanniques et les troupes du Kuomingtang vinrent au Tibet, il n'y eut pas de cérémonie en leur honneur. Seules les troupes de l'APL ont mérité un accueil chaleureux de notre part car les troupes de l'APL sont l'armée du peuple ».
  36. (en) Hong Xiaoyong, China Did Well by Tibet, The Straits Times (Singapour), 23 avril 2008, reproduit sur le site AsiaoneNews : « The Dalai Lama sent a telegram to Chairman Mao Zedong to express his support for the agreement and his determination to implement it ».
  37. Jean Dif, Chronologie de l'histoire du Tibet et de ses relations avec le reste du monde (Suite 3).
  38. (en) Rene Wadlow, Book review of The World of the Dalai Lama (Quest Books, Wheaton, Illinois, 1998, 160 p.), sur le site Service Projects for All Humanity : « There were nine years of 'co-existence' during which the Dalai Lama lived in Tibet and China and was given symbolic but empty positions in the central Chinese Parliament along with the Panchen Lama, the other high religious/political figure of Tibet. »
  39. a, b et c Goldstein, 2007, p. 541
  40. La guerre de Corée, 1950-1953: guerre froide en Asie orientale, p 123, Patrick Souty.
  41. (en) The full story as revealed by the Tibetans and Chinese who were involved, tibet.net : Peu de temps après son arrivée en exil en Inde, le 14e dalaï-lama a donné une déclaration de presse, le 18 avril 1959, où il affirme que l'accord en 17 points avait été signé sous la pression du gouvernement chinois.
  42. (en) Invasion and illegal annexation of Tibet: 1949-1951.