Chamdo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Qamdo.
Chamdo
ཆབ་མདོ་, chab-mdo, 昌都, Chāngdū
Image illustrative de l'article Chamdo
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine - Drapeau du Tibet Tibet
Géographie
Coordonnées 31° 10′ 00″ N 97° 14′ 00″ E / 31.166667, 97.233333 ()31° 10′ 00″ Nord 97° 14′ 00″ Est / 31.166667, 97.233333 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région autonome du Tibet

Voir sur la carte administrative du Tibet
City locator 14.svg
Chamdo

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Chamdo

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Chamdo

Chamdo (tibétain : ཆབ་མདོ་Wylie : chab-mdo, pinyin tibétain : Qamdo ; sinogrammes : 昌都; pinyin: Chāngdū), population d’environ 86 280 habitants (1999)[1] dans le Kham à l’est du Tibet, est la troisième grande ville de la région autonome du Tibet (après Lhassa et Shigatsé)[2] Elle est située à environ 480 km (à vol d’oiseau) de Lhassa, sur la route, la distance à parcourir est de 1 120 km (route du sud) ou 1 030 km (route du nord)[3]. Elle se situe à une altitude de 3 230 mètres.

Au tournant du XXe siècle, la ville avait une population d'environ 12 000, dont un quart était des moines[2]. Chamdo, avec la région environnante, est le centre des tribus Khampa.

Historique[modifier | modifier le code]

Chamdo est l'ancienne capitale du Kham.

Le monastère de Guendun Jampa Ling[modifier | modifier le code]

En 1373, Chamdo reçut la visite de Tsongkhapa, lequel suggéra qu'un monastère y soit construit. Un disciple de Tsongkhapa, Jansem Sherab Zangpo, fonda le monastère de Galden Jampaling entre 1436 et 1444[4]. Aussi appelé monastère de Changbalin ou Qiangbalin, cet établissement a abrité cinq temples principaux et a hébergé quelque 2 500 moines. Selon la tradition, il y avait 3 000 moines à l'époque de Jangsem Sherab Zangpo et encore 2 000 au début du XIXe siècle[5]. Il fut détruit en 1912 à l'exception du hall principal (réutilisé comme prison) et de deux autres bâtiments. Il fut reconstruit en 1917 après que l'armée tibétaine eut repris Chamdo. Il héberge maintenant à peu près 800 moines[6],[7].

Occupation de Chamdo en 1950[modifier | modifier le code]

L'occupation de Chamdo par 40 000 soldats de la République populaire de Chine le 19 octobre 1950 fut un des éléments qui mena à la signature de Accord en 17 points entre des représentants du gouvernement du Tibet et de la Chine l'année suivante[8]. Le gouverneur de Chamdo lors de l'occupation était Ngabo Ngawang Jigme, qui devait devenir plus tard un responsable du gouvernement de la République populaire de Chine. Le gouverneur précédent était Lhalu Tsewang Dorje.

Immolation d'un ancien moine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Immolation de Tibétains en 2011.

Tenzin Phuntsok, un ancien moine du monastère de Karma et âgé de 46 ans s'immole le 1er décembre et meurt le 6 décembre 2011 à Chamdo[9],[10].

Transport[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) China County & City Population 1999 FAQ.
  2. a et b Buckley and Straus 1986, p. 215.
  3. (en) Distances calculated acc. to "China Road Atlas, Zhongguo Gaosugonglu Ji Chengxiang Gongluwang Diutuji", Renmin Jiaotong Chunbanshe, Beijing 2006, p. 338. (ISBN 7-114-05339-8)
  4. Gruschke 2004, p. 36
  5. Gruschke 2004, p. 37.
  6. Buckley et Straus 1986, p. 216.
  7. Mayhew et Kohn 2005, p. 241.
  8. Mayhew et Kohn 2005, p. 262.
  9. Immolations au Tibet : un ancien moine bouddhiste succombe à ses blessures, Le Monde, 9 décembre 2011
  10. (en) Tendar Tsering, Tenzin Phuntsok passes away in Chinese hospital, Wife feared arrested Phayul.com, 9 décembre 2011

Autres lectures[modifier | modifier le code]

  • Buckley, Michael and Straus, Robert (1986): Tibet: a travel survival kit, Lonely Planet Publications. South Yarra, Victoria, Australia. ISBN 0-908086-88-1.
  • Gruschke, Andreas (2004): Chamdo town in: The Cultural Monuments of Tibet’s Outer Provinces: Kham - vol. 1. The TAR part of Kham, White Lotus Press, Bangkok 2004, p. 36–45. ISBN 974-480-049-6
  • Mayhew, Bradley and Kohn, Michael. (2005). Tibet. 6th Edition. Lonely Planet. ISBN 1-74059-523-8

Voir aussi[modifier | modifier le code]