Gare de Béziers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béziers
Image illustrative de l'article Gare de Béziers
Un TGV Duplex en gare.
Localisation
Pays France
Ville Béziers
Adresse 14/14bis, boulevard de Verdun
34500 Béziers
Coordonnées géographiques 43° 20′ 10″ N 3° 13′ 07″ E / 43.336108, 3.21866943° 20′ 10″ Nord 3° 13′ 07″ Est / 43.336108, 3.218669  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Intercités
TER Languedoc-Roussillon
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville
Béziers à Neussargues
Voies 5 (+ voies de passage fret)
Quais 3 (dont 2 centraux)
Transit annuel 1,186 millions de voyageurs par ans (2009) [1]
Altitude 18 m
Historique
Mise en service 19 janvier 1857
Correspondances
Bus voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Béziers

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Béziers

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Béziers

La gare de Béziers est une gare ferroviaire française des lignes : de Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville et de Béziers à Neussargues. Elle est située sur le territoire de la commune de Béziers, dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Elle est mise en service en 1857 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par le TGV, des trains grandes lignes, et des trains TER Languedoc-Roussillon.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 18 mètres d'altitude, la gare de Béziers est située au point kilométrique (PK) 431,629 de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville, entre les gares voyageurs de Nissan-lez-Enserune et de Vias.

Gare de bifurcation, elle est l'origine de la ligne de Béziers à Neussargues. Elle dispose d'importantes infrastructures, voies et bâtiments, consacrés au service des marchandises.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare au début du XXe siècle.

La Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne, concessionnaire de la ligne de Bordeaux à Sète, met en service la station de Béziers avec la section de Béziers à Sète le 19 janvier 1857, elle inaugure la ligne ouverte dans son intégralité le 22 avril 1857[2].

En 1858, Béziers est la 70e station depuis Bordeaux, qui est à 432 km, « des omnibus, correspondant avec tous les trains, conduisent de la gare dans la ville » qui compte 23 557 habitants[3]. Des voitures de correspondance, permettent de rejoindre les localités de : Bédarieux, Clermont, Lodève, Pézenas, Saint-Chinian et Saint-Pons. Un chemin de fer créé pour désenclaver le bassin houiller de Graissessac doit s'embrancher près de la gare[3].

La Compagnie du chemin de fer de Graissessac à Béziers en difficulté financière est mise sous séquestre le 12 mai 1858[4], l'approbation de crédits pour permettre l'achèvement de la construction de la ligne et son exploitation intervient le 15 août 1858[4]. Béziers devient donc gare de bifurcation le 20 septembre 1858[5], jour de la mise en service, au trafic marchandises, de la première section jusqu'à la gare de Bédarieux. L'ouverture du trafic voyageurs a lieu le 1er septembre 1859[6].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[7] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare Accès Plus disposant d'aménagements et services pour les personnes à la mobilité réduite.

Desserte[modifier | modifier le code]

Béziers est desservie[7] par la majorité des trains parcourant l'arc languedocien, dont : les TGV issus de Paris ou d'autres villes de province (Lille, Dijon, Marseille) à destination de Perpignan ou Toulouse, voir Bordeaux ; les trains Intercités reliant Bordeaux à Marseille ou Nice ; les trains de nuit Intercités de Metz ou Strasbourg vers Cerbère et Portbou ; les Talgo de Montpellier à Barcelone ; et les nombreux TER Languedoc-Roussillon.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules sont aménagés[7]. Elle est desservie par des bus.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

C'est une gare Fret SNCF, code 781005, le service est « limité aux transports par train en gare »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Atelier desserte du territoire – Volet « Mobilité et Intermodalité », Colombiers – 14 novembre 2011, sur ligne-montpellier-perpignan.com.
  2. François Palau, Maguy Palau, Le rail en France : 1852-1857, Palau, 1998, p. 169 extraits (consulté le 23 septembre 2011).
  3. a et b Adolphe Laurent Joanne, De Bordeaux à Toulouse à Cette et à Perpignan: Itinéraire historique et descriptif, contenant une carte des chemins de fer du midi, un plan de Toulouse et 32 vues dessinées d'après nature par Thérond, librairie L. Hachette et Cie, 1858, p. 387 intégral (consulté le 23 septembre 2011).
  4. a et b Ministère des Travaux Publics, Direction de l'exploitation, du contrôle financier et de la statistique des chemins de fer, Division du contrôle des comptes de compagnies et de la statistique. Supplément, Répertoire méthodique de la législation des chemins de fer français, imprimerie nationale, 1864, p. 131 intégral (consulté le 25 septembre 2011).
  5. François Palau, Maguy Palau, Le rail en France: 1858-1863, F. et M. Palau, 2001, p. 49 extraits (consulté le 25 septembre 2011).
  6. François Palau, Maguy Palau, Opus cité, 2001, p. 51
  7. a, b et c Site SNCF TER Languedoc-Roussillon, Informations pratiques sur les gares : Gare de Béziers lire (consulté le 20 septembre 2011).
  8. Site fret.sncf.com, nomenclature et gares CIM : Béziers lire (consulté le 25 septembre 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Raoul Balso, « Les chemins de fer d'intérêt local de l'Hérault dans le Biterrois de 1850 à 1950 », dans Revue d'histoire des chemins de fer, no 24-25, AHICF printemps-automne 2001.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch EuroCity Narbonne Barcelone-Francia
ou Cartagène
Paris-Gare de Lyon Agde TGV Narbonne Figueres-Vilafant
ou Perpignan
Bruxelles-Midi
ou Lille-Europe
Agde TGV Narbonne Perpignan
Dijon-Ville Agde TGV Narbonne Perpignan
Dijon-Ville
ou Lyon-Part-Dieu
Montpellier-Saint-Roch
ou Sète
TGV Narbonne Toulouse-Matabiau
Lyon-Part-Dieu Montpellier-Saint-Roch TGV Narbonne Bordeaux-Saint-Jean
Madrid-Atocha Perpignan TGV Montpellier-Saint-Roch Marseille-Saint-Charles
Marseille-Saint-Charles Sète Intercités Narbonne Bordeaux-Saint-Jean
ou Toulouse-Matabiau
Terminus Terminus Intercités Bédarieux Saint-Chély-d'Apcher
ou Clermont-Ferrand
Strasbourg Agde Intercités Narbonne Cerbère / Portbou
Luxembourg Agde Intercités Narbonne Cerbère / Portbou
Montpellier-Saint-Roch
ou Nîmes
ou Tarascon
ou Avignon-Centre
Agde
ou Vias
TER Languedoc-Roussillon Terminus
ou Nissan-lez-Enserune
Narbonne
ou Terminus
Nîmes
ou Tarascon
ou Marseille-Saint-Charle
Agde TER Languedoc-Roussillon Narbonne Toulouse-Matabiau
ou Castelnaudary
ou Narbonne
Nîmes
ou Tarascon
ou Avignon-Centre
Agde TER Languedoc-Roussillon Narbonne Cerbère
ou Perpignan
Montpellier-Saint-Roch
ou Terminus
Agde
ou Terminus
TER Languedoc-Roussillon Terminus
ou Millau
Terminus
ou Millau
ou Sévérac-le-Château
Terminus Terminus TER Languedoc-Roussillon Magalas Neussargues
ou Saint-Chély-d'Apcher
ou Millau
Terminus Terminus TER Languedoc-Roussillon Magalas Bédarieux