Gare de Vendôme - Villiers-sur-Loir TGV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gare de Vendôme.
Vendôme - Villiers-sur-Loir TGV
Image illustrative de l'article Gare de Vendôme - Villiers-sur-Loir TGV
Façade de la gare
Localisation
Pays France
Ville Vendôme
Villiers-sur-Loir
Adresse Avenue des Cités Unies
41100 Vendôme
Coordonnées géographiques 47° 49′ 19″ N 1° 01′ 15″ E / 47.821991, 1.020781 ()47° 49′ 19″ Nord 1° 01′ 15″ Est / 47.821991, 1.020781 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Service TGV
Caractéristiques
Ligne(s) LGV Atlantique
Voies 2 voies à quai (2 voies rapides)
Quais 2 latéraux
Transit annuel 355 000[1] (2008)
Historique
Mise en service 25 septembre 1990

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Vendôme - Villiers-sur-Loir TGV

Géolocalisation sur la carte : Centre

(Voir situation sur carte : Centre)
Vendôme - Villiers-sur-Loir TGV

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

(Voir situation sur carte : Loir-et-Cher)
Vendôme - Villiers-sur-Loir TGV

La gare de Vendôme - Villiers-sur-Loir TGV , connue également sous le nom de Vendôme-TGV, est une gare ferroviaire française TGV, de la LGV Atlantique, située sur le territoire des communes de Villiers-sur-Loir (à l'ouest), et de Vendôme (à l'est), dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare est située au point kilométrique (PK) 162,059[2] de la ligne à grande vitesse « Ligne de Paris-Montparnasse à Monts (LGV)[2]», parfois appelée LGV Atlantique (branche Aquitaine).

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, la LGV Atlantique devait passer plus à l'est, près de Blois. Mais la SNCF a été confrontée à l'opposition des agriculteurs de la Beauce, soutenus par la ville de Blois qui n'était pas intéressée pas une desserte TGV[3]. Les élus du Vendômois ont alors pu négocier avec la SNCF l'implantation d'une gare, en échange de l'accord pour un passage de la LGV sur leurs terres[4].

Trafic[modifier | modifier le code]

Entrée nord de la gare vue depuis la cabine de conduite du TGV Atlantique 363.

Bien que cette gare desserve une région relativement peu peuplée, elle est majoritairement utilisée pour des trajets pendulaires entre Vendôme et Paris, avec 300 titulaires d'un abonnement quotidien en 2006[5].

À l'origine la gare n'était desservie que par deux aller-retour vers Paris par jour, puis la desserte s'est étoffée[4].

Elle a ainsi réussi à s'imposer comme une gare importante au regard du bassin de population et semble avoir ainsi évité la réputation de « gare des betteraves » qui entache celle d'Ablaincourt-Pressoir dans la Somme. Depuis 2006, des trains supplémentaires ont été ajoutés, mais les horaires proposés sont exclusivement situés le matin et le soir, à l'exception d'un trajet vers midi, ce qui conforte sa vocation de gare pour navetteurs vers Paris.

Elle est desservie chaque jour par plusieurs TGV, effectuant essentiellement des relations entre Paris-Montparnasse et Tours. Aucune liaison directe n'existe cependant entre Vendôme et Massy TGV (sauf le vendredi), ce qui pourrait faciliter des correspondances. Il a existé une liaison vers Roissy et Lille en 1999/2000[4].

  • Paris Montparnasse - Saint Pierre des Corps - Tours (4 A/R)
  • Poitiers - Châtellerault - Paris Montparnasse (1 A)

Son trafic était en 2005 d'environ 250 000 voyageurs[6].

Infrastructures et équipement de la gare[modifier | modifier le code]

La gare est équipée d'une salle d'attente, chauffée et close, d'automates distribuant la billetterie Grandes Lignes. Elle ne dispose pas en revanche d'automate pour le trafic régional. Des guichets sont ouverts et donnent quelques renseignements sur le réseau de transport public francilien, mais ne vendent pas de titres de transport.

La gare est dotée en outre d'un buffet.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Située sur le territoire de Villiers-sur-Loir, la gare est reliée à Vendôme par la route et par le réseau de transports en commun de la ville de Vendôme (V'Bus). Des cars TER Centre relient également la gare à Blois, Mondoubleau et Château-Renault.

Une implantation un peu plus au sud aurait permis de créer une gare d'interconnexion TER avec la ligne de Brétigny à La Membrolle-sur-Choisille[4].

La gare dispose d'un parking EFFIA payant et de places de stationnement gratuites le long de la route, au nombre souvent insuffisant par rapport aux besoins[réf. nécessaire].

La gare dispose également d'une station de taxis et d'un service de location de voitures.

Environnement immédiat de la gare[modifier | modifier le code]

La gare est située à environ quatre kilomètres de Vendôme et jouxte la forêt domaniale (un chemin pédestre relie d'ailleurs Vendôme à la gare TGV). Une technopole est en cours de développement.

Ce choix était délibéré, pour promouvoir le cadre de vie de la région auprès des touristes ou des entreprises. Le terrain n'étant pas viabilisé, il a fallu réaliser les aménagement routiers pour relier la gare à la D957 et amener l'eau et l'électricité[4].

Aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La ville avait mis de grand espoirs sur les effets structurants de cet équipement. Elle prévoyait qu'à l'horizon de l'an 2000, le parc technologique du Bois de l'Oratoire, qui devait se développer à proximité, aurait créé 5 000 emplois. Parallèlement, l'agglomération aurait dû gagner 20 000 habitants, le tissu urbain rejoignant les pourtours de la gare[7].

Cette gare affaiblit l'axe Tours - Blois - Orléans, très important pour l'aménagement du territoire de la région Centre. La mobilité avec les transports collectifs est limitée vers Le Mans et Blois.

Le parc de stationnement payant a dû être agrandi (signe du succès de la gare) car les mouvements pendulaires sont nombreux entre Paris et Vendôme, transformant cette gare en gare de banlieue pour certains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Projet de gare nouvelle dans le secteur d'Arrou-Courtalain, p. 30, février 2010.
  2. a et b Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-34-1, volume 1, p. 159 et 160.
  3. « Restitution des débats sur les objectifs de développement et le projet de territoire associé à la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan », p. 5, 22 novembre 2007
  4. a, b, c, d et e Transport ferroviaire à grande vitesse de passager, p. 78 Ministère de la région wallonne, septembre 2000
  5. http://www.infolignes.com/article.php3?id_article=10043&imageField.x=33&imageField.y=3
  6. [PDF] Le Paris-Vendôme d'après-midi : pas avant 2010, article du 27 février 2009, sur villiers-sur-loir.com, consulté le 24 septembre 2013.
  7. La TGV society, Odile Cuaz, Le Nouvel Observateur, 12 septembre 1991

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Tours Saint-Pierre-des-Corps TGV Paris-Montparnasse Paris-Montparnasse
Poitiers Châtellerault TGV Paris-Montparnasse Paris-Montparnasse