Gare du Havre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Havre
Image illustrative de l'article Gare du Havre
Bâtiment voyageurs et tramway en 2013.
Localisation
Pays France
Ville Le Havre
Adresse 12, rue Magellan
Coordonnées géographiques 49° 29′ 34″ N 0° 07′ 30″ E / 49.492665, 0.12501749° 29′ 34″ Nord 0° 07′ 30″ Est / 49.492665, 0.125017  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Intercités Normandie
TER Haute-Normandie
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-St-L. au Havre
Voies 5 + voies de service
Quais 3
Transit annuel 1,9 millions (2011)
Altitude 4 m
Historique
Mise en service 22 mars 1847
Ouverture 1847 (origine)
1856 (actuelle)
1931 (façade actuelle)
Architecte Juste Lisch
Henri Pacon
Correspondances
Tramway A B
Bus 1 3 4 5 6 7 8 9 11
Midnight Bus A B C E F
Car 20 23 24 50

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Le Havre

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Le Havre

Géolocalisation sur la carte : Le Havre

(Voir situation sur carte : Le Havre)
Le Havre

La gare du Havre est une gare ferroviaire française terminus de la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre située à proximité du centre de la ville du Havre, dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Mise en service en 1847 par la Compagnie du chemin de fer de Rouen au Havre, Le Havre est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par le TGV, des trains Intercités Normandie et des trains régionaux TER Haute-Normandie.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare du Havre, terminus de la ligne.

La gare du Havre est une gare en impasse située au point kilométrique 227,918[1] de la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre, après la gare du Havre-Graville. Son altitude est de 4 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pour l'arrivée du chemin de fer au Havre, le débarcadère terminus est construit hors des murs sur la commune de Graville. L'inauguration a lieu le 4 mars 1847 en présence des maires du Havre, d'Ingouville et de Graville. La mise en service est retardée par des essais permettant de vérifier la fiabilité des ouvrages d'art du dernier tronçon de la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre. La compagnie du chemin de fer de Rouen au Havre ouvre la ligne au service le 22 mars 1847[2].

La gare de Juste Lisch, avant la Première Guerre mondiale, longée par une motrice de l'Ancien tramway de Rouen

En 1882, la gare a été reconstruite dans le style mauresque sous la direction de l'architecte Juste Lisch, qui avait déjà été à l'origine de la gare de Paris Saint-Lazare. La verrière de la gare, soutenue par une armature métallique, est le dernier témoignage de ce qu'était la gare de Juste Lisch[3].

Une nouvelle construction a vu le jour en 1932, avec un bâtiment de style art déco commandé par Raoul Dautry le directeur général de l'administration des chemins de fer de l'État à l'architecte Henri Pacon[4]. En 1942, deux bombardements endommagèrent sévèrement les quais, la façade, la verrière et le grand hall. Ceux qui rasèrent quasiment la ville en 1944, épargnèrent cette fois la gare qui sera entièrement restaurée en 1949. La façade fut encore restaurée dans les années 1960[3].

Une tour-beffroi en briques, dite aussi Tour de l'Horloge, construite en six semaines à la même époque que la gare de Pacon (et qui fut épargnée par les bombardements de septembre 1944) avait été surmontée d'un phare équipé de tubes au néon, dont c'était la première utilisation en France. Mais elle fut ultérieurement détruite dans les années 1960 afin d'élargir la voirie et prolonger le boulevard de Strasbourg.

Tour-horloge devant la gare en
novembre 2009.

La gare du Havre a bénéficié d'une rénovation profonde de sa partie voyageurs entre le 13 juillet et le 31 août 2007 (espace de vente, quais, etc.)

L'édifice actuel a été labellisé « Patrimoine du XXe siècle » par le ministère de la Culture[5].

Pour la distinguer de la gare du Havre-Graville, la gare a été appelée « gare du Havre-Plaine »[6].

Le Havre était autrefois relié à Tourville-les-Ifs ; une desserte péri-urbaine est aujourd'hui assurée jusqu'à la gare de Rolleville.

En 2011, la gare a été fréquentée par 1,886 million de voyageurs[7], contre 1,7 million en 2008[8].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

TER Haute Normandie sous la verrière

Accueil[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

TGV[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par un aller-retour quotidien à destination de Marseille-Saint-Charles. Ce TGV dessert Rouen-Rive-Droite, Mantes-la-Jolie, Versailles-Chantiers, Massy-Palaiseau, Lyon-Part-Dieu, Valence-Rhône-Alpes-Sud TGV et Avignon TGV. Deux fois par an, il est possible de se rendre directement dans la vallée de la Tarentaise grâce à un TGV circulant pendant les vacances scolaires d'hiver qui est à destination de Bourg-Saint-Maurice.

Intercités[modifier | modifier le code]

Le Havre - Rouen-Rive-Droite - Paris-Saint-Lazare.

TER[modifier | modifier le code]

Le Havre - Bréauté-Beuzeville - Fécamp ; Le Havre - Rouen-Rive-Droite ; Le Havre - Montivilliers - Rolleville (LER).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La gare du Havre est un pôle de correspondances des bus important.

La gare du Havre représente un pôle d'échanges important avec la gare routière dénommée « La Station » dont la gestion est confiée à la CTPO. Elle se situe derrière la gare SNCF et est desservie par les lignes de transport en commun suivantes :

  • Tramway

A B

  • Bus

1 3 4 5 6 6bis 7 8 9 11

  • Midnight Bus

A B C E F

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[9] (Tout trafics y compris manutention de grands conteneurs, wagons isolés, desserte d'installation terminales embranchées et desserte du port du Havre).

Projet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne nouvelle Paris-Normandie.

La gare dans la littérature[modifier | modifier le code]

La gare du Havre est décrite dans le roman d'Émile Zola La Bête humaine, où se situe principalement l'action, avec Paris et la ligne ferroviaire la reliant à la gare de Paris-Saint-Lazare[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-34-1, volume 1, page 132.
  2. Marcel Lecanu, Historique de la ville du Havre et du port autonome, Maison Lebrun, 1968, p. 24 extrait (consulté le 22 juillet 2013).
  3. a et b José Banaudo, Sur les rails de Normandie, éditions du Cabri, 2009 (ISBN 2-914603-43-6) pages 34, 35, 37.
  4. Toute l'histoire du Havre en images, 1931-1932 : HENRI PACON reconstruit la Gare du Havre…, sur lehavrephoto.canalblog.com, 4 août 2006. Consulté le 13 avril 2012.
  5. Liste d'édifices du XXe siècle de la région Haute-Normandie, sur patrimoine-xx.culture.gouv.fr. Consulté le 11 avril 2012.
  6. Cette dénomination apparaît encore sur un plan, fixé sur un mur à côté du bureau du chef d'escale, indiquant les différents chemins pédestres ou cyclables pouvant être empruntés par les cheminots.
  7. [PDF] Le trafic ferroviaire voyageurs, un document de la CCI de Rouen, consulté le 11 septembre 2013.
  8. [PDF] Rapport au Premier ministre remis le 10 mars 2009 par Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, sur les conclusions de sa mission parlementaire sur le concept de gare contemporaine - Annexes au rapport, p. 11.
  9. Site fret SNCF : la gare du Havre.
  10. Renée Bonneau, Georges Decote, Émile Zola, « Les lieux dans La Bête humaine : Le Havre », dans Profil - Zola (Emile) : La Bête humaine: Analyse littéraire de l'œuvre, Hatier, 2002 (ISBN 9782218948091) extrait (consulté le 22 juillet 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TGV Rouen-Rive-Droite Marseille-Saint Charles
Terminus Terminus Intercités Normandie Bréauté-Beuzeville
ou Rouen-Rive-Droite
Paris-Saint Lazare
Terminus Terminus TER Haute-Normandie Harfleur
ou Saint-Laurent - Gainneville
ou Bréauté - Beuzeville
Rouen-Rive-Droite
ou Fécamp
Terminus Terminus TER Haute-Normandie Le Havre-Graville Montivilliers
ou Rolleville