Gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Exupéry (homonymie), Gare de Lyon (homonymie) et Satolas.
Lyon-Saint-Exupéry TGV
Image illustrative de l'article Gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV
Vue extérieure du bâtiment voyageur.
Localisation
Pays France
Ville Colombier-Saugnieu
Adresse BP 176
69125 Colombier-Saugnieu
Coordonnées géographiques 45° 43′ 15″ N 5° 04′ 33″ E / 45.7209522567, 5.0759410858145° 43′ 15″ Nord 5° 04′ 33″ Est / 45.7209522567, 5.07594108581
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV, iDTGV, Ouigo
Caractéristiques
Ligne(s) Combs-la-Ville à St-Louis (LGV)
Voies 5 + 2 Rhônexpress
Quais 2 + 1 Rhônexpress
Transit annuel SNCF : 800 000 voyageurs (2014)
Rhônexpress : 1,2 million de voyageurs (2014)[1]
Altitude 229 m
Historique
Mise en service
Architecte Santiago Calatrava (et agence d'étude des gares de la SNCF)
Correspondances
Aéroport Aéroport de Lyon-Saint-Exupéry
Tramway Rhônexpress

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Lyon-Saint-Exupéry TGV

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lyon-Saint-Exupéry TGV

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Lyon-Saint-Exupéry TGV

Géolocalisation sur la carte : Rhône

(Voir situation sur carte : Rhône)
Lyon-Saint-Exupéry TGV

La gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV, anciennement Satolas-TGV, est une gare ferroviaire française TGV, située sur le territoire de la commune de Colombier-Saugnieu20 km de Lyon), dans le département du Rhône, en région Rhône-Alpes. Elle dessert l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 229 mètres d'altitude, la gare est située au point kilométrique (PK) 409,505[2] de la ligne de Combs-la-Ville à Saint-Louis (LGV).

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare fut mise en service le 3 juillet 1994, en même temps que le tronçon de ligne nouvelle de 115 km entre Montanay (au nord de Lyon) et Saint-Marcel-lès-Valence.

À son ouverture, la gare portait le nom de Satolas-TGV. Elle a été renommée en gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV en , lors du changement de nom de l'aéroport[3].

La gare[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Une passerelle de liaison entre les quais et le hall voyageur.

La gare, conçue par l'architecte espagnol Santiago Calatrava Valls associé à l'agence d'étude des gares de la SNCF, est un ouvrage en béton armé couvert d'un toit en acier et perçu comme un oiseau prenant son envol.

La gare comprend cinq voies en tranchée et s'étend sur 400 m de long, 40 m de large et 40 m de haut. Les deux voies centrales sont isolées dans le « tube 300 » et sont parcourues par les trains pouvant être à pleine vitesse (300 km/h), les trois voies latérales desservent deux quais disposés de part et d'autre du tube central. Du côté ouest se situe la voie ferrée du tramway express Rhônexpress qui a été mis en service le 9 août 2010. Alors que côté ouest (direction Paris), les deux voies à quai sont posées, côté est (vers le sud) l'emplacement de la deuxième est réservé, et le quai est construit en prévision de cette voie.

Au niveau du sol, au-dessus du tube central, un espace déambulatoire de 300 m de long permet aux voyageurs d'accéder aux deux quais par des batteries d'escaliers mécaniques et d'ascenseurs. L'ensemble est recouvert sur toute sa longueur d'un toit cylindrique en béton (400 m de long sur 53 m de large) muni de nombreuses verrières en forme de pyramides pour l'éclairage naturel.

Le hall central situé transversalement à cet ensemble est recouvert d'une grande structure métallique formant deux ailes évasées de part et d'autre.

Construction de la gare[modifier | modifier le code]

Vue intérieure de la gare.

La construction fut placée sous la maîtrise d'ouvrage conjointe de la SNCF, du conseil régional Rhône-Alpes, du conseil général du Rhône et de la CCI de Lyon. Son coût total a été chiffré à 750 millions de francs de l'époque, dont 270 à la charge de la région.

La construction métallique fut confiée à la société Eiffage construction métallique et à son bureau d'étude de Maizières-les-Metz[réf. nécessaire].

Elle a été inaugurée le 28 juin 1994 par le premier ministre Édouard Balladur[4].

À l'ouverture, 12 trains quotidiens desservaient la gare[4].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Desserte[modifier | modifier le code]

Vue d'un quai de la gare, avec un TGV Paris – Milan.

Lyon-Saint-Exupéry TGV est l'une des gares des trajets entre Paris (gare de Lyon), la région Rhône-Alpes (Grenoble, Chambéry, Annecy, Aix-les-Bains, Modane, Montélimar, Valence), et la Provence (Arles, Avignon, Miramas, Orange et Marseille). Le principal objectif de ces types de liaisons est d'offrir des correspondances avec les avions. De plus, elle est desservie quotidiennement par trois voyages TGV aller/retour avec Turin et Milan via Chambéry et Modane.

En 2009, la gare a accueilli 491 579 voyageurs sur l'année, soit une moyenne de 1 350 par jour[5]. Et, en 2012, le nombre annuel de voyageurs s'éleva à 572 000[6], puis à 620 000 en 2013.

Depuis le 2 avril 2013, elle reçoit également les trains low cost Ouigo faisant la liaison Marne-la-Vallée-Chessy – Marseille / Montpellier.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station terminus de Rhônexpress est situé sous le parvis de la gare.
Tramway Rhônexpress arrivant à son terminus Lyon Saint-Exupéry.

La gare est reliée par une passerelle de 250 m, équipée d'un trottoir roulant, à l'aéroport international de Lyon-Saint-Exupéry. Cet aéroport fut l'un des premiers à être desservi par une gare TGV (quelques semaines après Roissy CDG). La proximité de l'aéroport a toutefois, jusqu'à présent, engendré peu de trafic sur la ligne à grande vitesse.

En 2002, les correspondances fer/air représentait 10 % du trafic de la gare TGV, soit 80 voyageurs par jour[7].

Cette faible utilisation s'explique par l'offre peu nombreuse de vols longs courriers, le préacheminement n'est donc pas attrayant pour les passagers qui peuvent trouver les mêmes vols dans un aéroport plus proche de chez eux. Les principales villes de la zone de chalandise de Saint-Exupéry n'ont pas de TGV passant par l'aéroport et les quelques gares situées sur la ligne qui pourraient trouver un intérêt à des correspondances TGV/air (Mâcon ou le Creusot) ne sont pas bien desservies[8].

Depuis le , l'aéroport est relié au centre-ville de Lyon par la liaison Rhônexpress, une ligne de tramway express qui le relie à la gare de Lyon-Part-Dieu en moins de 30 minutes, grâce à un nombre réduit d'arrêts intermédiaires (Vaulx-en-Velin - La Soie et Meyzieu Z.I., en correspondance avec le métro et le tramway) et une vitesse de pointe en exploitation de 100 km/h. Cette ligne, concédée pour trente ans au consortium Rhônexpress et longue de 23 km, utilise en partie (sur 14,6 km) les infrastructures de la ligne T3, puis une plateforme indépendante sur les 7 derniers kilomètres. L'exploitation est indépendante du réseau de transports en commun lyonnais et le service a donc un matériel et une tarification spécifiques. Cette liaison est en service de h à minuit, et offre aux usagers une fréquence de 30 minutes de h à h et de 21 h à minuit, et une fréquence de 15 minutes de h à 21 h. Elle dessert également les stations de Meyzieu Z.I. et de Vaulx-en-Velin - La Soie, station déjà desservie par la ligne T3. Celle-ci et Rhônexpress réutilisent l'ancienne ligne de l'Est de Lyon, désaffectée depuis quelques décennies. L'accès entre l'aéroport lyonnais et la métropole de Lyon se faisait par autocar (Satobus) du réseau départemental du Rhône, avant l'ouverture de Rhônexpress.

Projets[modifier | modifier le code]

Des projets peuvent voir le jour avec l'aménagement d'une voie supplémentaire, actuellement non utilisée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lyon-info.fr/?Saint-Exypery-la-gare-TGV-a-20-ans
  2. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-44-0, vol. 2, p. 103.
  3. « "Architectures" : Satolas-TGV, un monument à la campagne », sur arte.tv,‎ (consulté le 30 janvier 2015).
  4. a et b Saint Exupéry : ça plane pour Lyon ! , 19 mai 2011.
  5. http://www.ledauphine.com/transportsles-elus-du-nord-isere-de-l-est-lyonnais-et-de-l-ain-se-mobilisent-pour-plus-de-tgv-a-la-gare-de-saint-exupery-@/index.jspz?comnumcom=38053&article=321623
  6. http://www.lyonaeropresse.fr/?p=14419
  7. L'intermodalité TGV / AIR : quel second souffle pour la gare de Lyon Saint Exupéry TGV ?, Arnaud Chi et Yves Crozet, 2004.
  8. Chronique rhodanienne : Le devenir de Satolas, François Plassard, Revue de géographie de Lyon no 65, année 1990.
  9. Le point sur le CFAL secteur de Saint Exupéry, RFF Informèl, no 2, décembre 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

La gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV sur Gares en mouvement, un site officiel de la SNCF


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon TGV Chambéry - Challes-les-Eaux Annecy
ou Modane
ou Milan-Porta-Garibaldi
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon TGV Avignon-TGV Marseille-Saint-Charles
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon TGV Valence-Ville Avignon-Centre
ou Miramas
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon TGV Grenoble Grenoble
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon iDTGV Avignon-TGV Marseille-Saint-Charles
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon iDTGV Grenoble Grenoble
Marne-la-Vallée - Chessy Marne-la-Vallée - Chessy Ouigo Valence-TGV
ou Avignon-TGV
ou Aix-en-Provence-TGV
Marseille-Saint-Charles
Marne-la-Vallée - Chessy Marne-la-Vallée - Chessy Ouigo Valence-TGV
ou Nîmes
Montpellier-Saint-Roch