Gare de Milan-Centrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Milano Centrale
Image illustrative de l'article Gare de Milan-Centrale
Place et entrée de la gare (2009)
Localisation
Pays Italie
Ville Milan
Coordonnées géographiques 45° 29′ 10″ N 9° 12′ 16″ E / 45.48617, 9.20455545° 29′ 10″ Nord 9° 12′ 16″ Est / 45.48617, 9.204555  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFI
Grandi Stazioni (gestionnaire)
Exploitant Trenitalia
Caractéristiques
Ligne(s) Turin à Milan
Milan à Bologne
Voies 24
Transit annuel 120 millions (moy. 2011)
Altitude 132 m
Historique
Mise en service 1864
Ouverture 1931(bv)
Architecte Louis-Jules Bouchot (bv 1864)
Ulisse Stacchini (bv 1931)
Correspondances
Métro Ligne 2 et Ligne 3

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Milano Centrale

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

(Voir situation sur carte : Lombardie)
Milano Centrale

Géolocalisation sur la carte : Milan

(Voir situation sur carte : Milan)
Milano Centrale

La gare de Milan-Centrale (en italien : stazione di Milano Centrale), est une gare ferroviaire italienne, située place Duca d'Aosta au centre de la ville de Milan, capitale de la région de Lombardie.

Première gare de la ville et seconde gare d'Italie, elle est fréquentée par, en moyenne, 120 millions de voyageurs chaque année.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare, desservie par le Frecciarossa et le Frecciargento, est la gare principale des Intercity italiens et des Eurocity vers la Suisse. L'arrêt du TGV venant de Paris-Gare de Lyon a été transféré à la Gare de Milan-Porta Garibaldi ; la liaison Paris-Gare de Lyon – Milano-Centrale est assurée par Thello. La gare est également desservie par des trains régionaux Trenord pour Tirano et Bergame.

intérieur de la gare, voies et quais
Voies et quais.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est une gare terminus qui fut inaugurée officiellement en 1931 pour remplacer l'ancienne gare centrale datant de 1864 située à 600 mètres au nord, due à l'architecte français Louis-Jules Bouchot, qui était une gare de transit et ne pouvait plus supporter le nouveau trafic engendré par l'ouverture du tunnel du Simplon en 1906. Le roi Victor Emmanuel III posa la première pierre de la nouvelle gare le 28 avril 1906, avant même qu'un projet soit choisi. Le dernier concours pour sa construction fut remporté en 1912 par l'architecte Ulisse Stacchini, dont le projet s'inspirait de la gare Union Station de Washington, D.C.. La construction de la nouvelle gare commença la même année.

Du fait de la crise économique en Italie, durant la Première Guerre mondiale, la construction avança lentement, et le projet, plutôt simple au départ, changea continuellement pour devenir toujours plus complexe et majestueux. Ce fut notamment le cas quand Benito Mussolini devint chef du gouvernement qui voulait que la gare représente la puissance du régime fasciste[1]. Les principales modifications furent le nouveau dessin des quais et l'introduction des grandes arches en acier, œuvre d'Alberto Fava ; longues de 341 mètres, elles couvrent une surface de 66 500 m2. La construction reprit à plein régime en 1925 et le 1er juillet 1931 la gare fut inaugurée officiellement en présence du ministre des Communications Costanzo Ciano, père de Galeazzo Ciano. L'emplacement de l'ancienne gare est occupé par l'actuelle piazzale della Repubblica (baptisée piazzale Fiume jusqu'à 1946).

La façade fait 200 mètres de large et la voûte s'élève à 72 mètres, un record à l'époque de sa construction. Elle dispose de 24 quais. La gare n'a pas de style architectural bien défini, mais est plutôt un mélange de différents styles, en outre les stile Liberty et Art déco.

Au début des années 2010, la gare, qui compte une desserte quotidienne d'environ 600 trains et voit passer 320 000 voyageurs chaque jour pour 120 millions annuellement, est la seconde gare italienne pour son trafic[2].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

Intermodalité[modifier | modifier le code]

  • Métro
  • Tramway
  • Autobus

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Sartre l'appelle « le plus hideux monument de toute l'Italie » dans un article sur le Tintoret repris dans Situations, IV, Gallimard, 1964, p. 338.
  2. (it) Site GrandiStazioni (Groupo ferrovie dello stato italiane), Le stazioni più grandi d'Italia  : Milano Centrale lire (consulté le 13 août 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Mertens et Jean-Pierre Malaspina, La Légende des Trans-Europ-Express (TEE), Editions LR-Presse, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Lyon Dijon Thello Brescia Venise-Santa Lucia
Turin-Porta Nuova Torino-Porta Susa
Turin-Porta Nuova
Non précisé Bologne-Centrale Rome-Termini
Terminus Terminus Non précisé Roma Tiburtina Naples-Centrale
Terminus Terminus EuroCity Brenner Munich
Zurich HB Lugano EuroCity Terminus Terminus
Bâle Lugano EuroCity Terminus Terminus
Genève Stresa EuroCity Terminus Terminus