Gare de Nancy-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nancy (homonymie).
Nancy-Ville
Image illustrative de l'article Gare de Nancy-Ville
Bâtiment voyageurs et entrée principale.
Localisation
Pays France
Ville Nancy
Quartier centre-ville et Gare
Adresse 3 place Thiers
54000 Nancy
Coordonnées géographiques 48° 41′ 23″ N 6° 10′ 25″ E / 48.689722, 6.17361148° 41′ 23″ Nord 6° 10′ 25″ Est / 48.689722, 6.173611  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV Est et Sud-Est
Intercités
TER Lorraine, TER Alsace
Caractéristiques
Ligne(s) Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville
Voies 10 + voies de service
Quais 6
Transit annuel 8 millions[1] (2008)
Historique
Mise en service 10 juillet 1850
Ouverture 1856 (BV actuel)
Architecte Charles-François Chatelain
Correspondances
Bus urbain 1-2-3-4-5-6-7-11-12-13-14-16-H-J-K-N
Bus suburbain 321, 322, 323, 324, 325, 326, 621, 625
Bus interurbain R310, R320, R330, R340, R350, R360, R370, R410, R420, R510, R570, R580, R590, R610, R650, R660, R670
Navette aéroport-Lorraine TGV
Tramway 1, station « Nancy Gare »

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Nancy-Ville

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Nancy-Ville

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

(Voir situation sur carte : Meurthe-et-Moselle)
Nancy-Ville

Géolocalisation sur la carte : Nancy

(Voir situation sur carte : Nancy)
Nancy-Ville

La gare de Nancy-Ville, anciennement dénommée gare de Nancy-Saint-Jean, est une gare ferroviaire française de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville (Paris – Strasbourg), située à proximité du centre-ville de Nancy, préfecture du département de Meurthe-et-Moselle, en région Lorraine.

Mise en service en 1852, elle se situe au carrefour de grands axes européens : Est-Ouest (ParisVienne), et Nord-Sud (LuxembourgLyonMarseille), mais également au cœur du trafic régional lorrain (sillon mosellan / Vosges). Le train de luxe Orient-Express y faisait une escale quotidienne jusqu'en 2002.

L'arrivée du TGV-Est le 10 juin 2007 a accru le flux de voyageurs du fait de la réduction du temps de parcours entre Paris et Nancy de 3 heures à 90 minutes. Marquant la limite ouest du centre-ville, la gare est au centre de l'agglomération. Elle souffre depuis sa construction de son exiguïté. Le manque de place disponible est surtout pénalisant à sa sortie nord, dans la tranchée accueillant les voies en direction de Metz et Paris[2].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 218 mètres d'altitude, la gare de Nancy-Ville est située au point kilométrique (PK) 352,431 de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville (Paris - Strasbourg), entre les gares de Champigneulles au nord et de Jarville-la-Malgrange au sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de l'étude de la ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville, malgré des oppositions locales relayées par le quotidien L’Écho de Nancy qui craint surtout les troubles causés par l'afflux d'ouvriers généré par le chantier de la ligne, la ville paye 500 000 francs pour être sur la ligne[2]. L'ingénieur Charles-Étienne Collignon, membre du conseil municipal, est chargé par la ville d'étudier le tracé de la ligne[2].

La première ligne de chemin de fer Nancy-Frouard-Metz est inaugurée le 10 juillet 1850. La gare provisoire est un simple baraquement en bois[3]. Depuis, la rue de la Ravinelle est coupée par les voies de chemin de fer.

La gare, avant la Première Guerre mondiale

Début 1852, est ouverte la ligne Nancy-Lunéville puis, le 18 juillet, la ligne Paris-Nancy-Strasbourg.

La gare actuelle est conçue par l'architecte Charles-François Chatelain et l'ingénieur Jacquiné, dont le projet est choisi le 11 juillet 1853[2]. Le bâtiment voyageurs est terminé en 1856[4] ; celui d'origine a, depuis, été agrandi plusieurs fois. De 1860 à 1960, une grande marquise de 410 tonnes couvrait les voies[4].

D'abord simple halte, la gare doit être agrandie après la construction des lignes vosgiennes et de celle vers Château-Salins. La Compagnie de l’Est doit acquérir les terrains disponibles pour atteindre les 26 hectares vers 1876. Par la suite, des terrains ont été cédés à la ville de Nancy ou à des promoteurs[2].

La gare fut rajeunie en 1938-1939. L'année 1960 marque l'électrification de son réseau. La gare est à nouveau modernisée en 1974-1975.

Depuis les travaux de l'accès Saint-Léon en l'an 2000, le quartier de la gare est en cours de restructuration dans le cadre du projet urbain de « Nancy Grand Cœur »[5].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La gare actuelle est en fait composée de trois bâtiments principaux :

À terme, un quatrième verra le jour, le hall Kennedy, situé sur le viaduc Kennedy et donnant sur le siège de la communauté urbaine (ouverture prévue durant la prochaine décennie).

TER sur l'une des voies en impasse de la gare.
Accès Thiers (principal).
Accès Saint-Léon

La gare a été totalement fermée le week-end des 2-3 décembre 2006 pour l'installation d'un nouveau poste d'aiguillage informatisé[6] puis à nouveau les 16-17 juillet 2011 pour permettre le transfert de l'ancien poste d'aiguillage mécanique de Jarville sur le poste de Nancy[7].

La voie 6 ne possède pas de quai, la voie 8 est en impasse côté nord (Metz et Toul), la voie 9 a son quai en commun avec la voie 1 et les voies 9, 11 et 13 sont en impasse côté sud (Épinal et Lunéville).

Accès[modifier | modifier le code]

  • À pied : l'accès principal se fait par la place Thiers. L'accès place de la République permet une correspondance avec les transports urbains de Nancy et donne un accès direct vers l'hypercentre par l'intermédiaire de la rue Saint-Jean. Depuis 2002 l'accès Saint-Léon propose une troisième sortie à l'arrière de la gare, opposée géographiquement aux deux précédentes. À terme, il est envisagé la construction d'un quatrième accès au niveau du viaduc Kennedy.
  • Par bus : la gare est desservie par les lignes
  STA1 2 3 4 5 6 7 11 12 13 14 16 H J K N
 SUB Nord  321  322  323  324  325  326 
 SUB Est  621  625 
Les lignes « Nancy et couronne » du réseau interurbain TED ont également leur terminus à la gare routière du hall République.
  • Par taxi : une station de taxi est installée sur le parvis devant la gare historique, place Thiers, transférée place de la République à partir du 5 août 2013.
  • Par tramway : la gare est desservie par la station « Nancy Gare » de la ligne T1.
  • Par avion : une liaison par bus est organisée avec l'aéroport Metz-Nancy-Lorraine.
  • Par voiture : le parking Saint-Léon est gratuit pendant 30 minutes ; le parking République Centre de Congrès Prouvé; le parking Thiers est fermé pour travaux jusqu'en 2015[8].

Services offerts en gare[modifier | modifier le code]

Les services offerts en gare comprennent un bar-restaurant-brasserie, deux bureaux de tabac, deux boulangeries, un service de location de voitures, un service de location de vélos, un distributeur de billets de banque, un changeur de monnaie, des toilettes publiques payantes avec gardien, un commerce comprenant deux lave-linge et un sèche-linge, un appareil permettant de réaliser des photos d'identité, un salon de coiffure et une boutique de maquillage, parfums et bijoux.

Trafic[modifier | modifier le code]

Les chiffres caractéristiques du trafic se résument ainsi :

  • nombre annuel de voyageurs : 8 millions[1] ;
  • nombre journalier de voyages : 28 600 voyages ;
  • nombre journalier de voyageurs : 20 300, dont 4 400 en grandes lignes et 16 300 en TER ;
  • nombre de trains : 37 trains de grandes lignes et 270 TER.

Principales lignes desservies[modifier | modifier le code]

Depuis le 10 juin 2001, le train Corail de jour Metz – Nice a été remplacé par un aller-retour en TGV à l'occasion de l'ouverture de la LGV Méditerranée. Le 28 août 2006, le premier TGV Paris – Strasbourg circule via la ligne classique. Depuis le 10 juin 2007, avec l'ouverture de la LGV Est européenne, le temps de parcours entre Nancy et Paris est passé de 2 heures 45 à 1 heure 30. Le service TGV remplace en totalité le service Intercités mis en place depuis 2003. En plus de ce service avec la capitale, Nancy n'est qu'à 30 minutes, par la route, de la gare de Lorraine TGV.

La majeure partie des lignes TER desservant Nancy est orientée vers le sud de la région, excepté la principale ligne régionale (NancyMetzThionvilleLuxembourg) et la ligne desservant Longwy.

Depuis le 13 décembre 2009, un aller-retour Metz – Montpellier a été mis en place en TGV et le train Intercités Metz – Port-Bou a été prolongé jusqu'à Luxembourg.

Le 4 juillet 2010, un aller-retour en TGV MetzMarseille pour la période estivale remplace l'aller-retour en Corail Metz – Port-Bou.

Grandes lignes[modifier | modifier le code]

Quais de la gare.

TER[modifier | modifier le code]

Les autres gares de Nancy et de son agglomération[modifier | modifier le code]

Pour le trafic par TGV, la ville de Nancy et son agglomération sont également desservies par la gare de Lorraine TGV, commune aux villes de Nancy et Metz, située à proximité de l'aéroport régional de Metz-Nancy-Lorraine.

Pour le trafic TER, l'agglomération dispose de plusieurs autres gares :

Jusque dans les années 1990[9], la ville disposait d'une gare réservée au trafic de marchandises, la gare de Nancy-Saint-Georges, sur l'ancienne ligne de Champigneulles à Houdemont.

Gare et arts[modifier | modifier le code]

Un passage du roman de Christine Angot, Pourquoi le Brésil ?, se déroule à la gare de Nancy[10]. Une scène de son adaptation cinématographique Pourquoi (pas) le Brésil y a donc également été tournée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Gare contemporaine, annexes p. 10, Francoise Keller 2009
  2. a, b, c, d et e Les Gares de Nancy Paul Robaux 4 décembre 1999
  3. Alain Mariotte, La ligne Nancy-Metz, sur le site d'Anne Auburtin.
  4. a et b Fiche d'identité gare Nancy, sur web.archive.org, consultée le 4 septembre 2013.
  5. Nancy Grand Cœur, fiche sur le quartier, sur grand-nancy.org, consultée le 4 septembre 2013.
  6. Inauguration du poste d'aiguillage informatique de Strasbourg et amélioration des équipements d'accessibilité, page de préambule du communiqué de presse de Réseau ferré de France du 23 novembre 2006, sur web.archive.org, consulté le 4 septembre 2013.
  7. Lysiane Ganousse, « Nancy : la gare complètement fermée », L'Est républicain, 17 juillet 2011.
  8. Nancy : le parking Thiers ferme pour 2 ans, article du 5 août 2013, sur lorraine.france3.fr, consulté le 4 septembre 2013.
  9. [PDF] Établissement public foncier de Lorraine, Plaquette sur le Grand Nancy, 2009, p. 20 du PDF. Consulté le 30 octobre 2012.
  10. Daniel Rondeau, « C'est moi, Angot », dans L'Express, 29 août 2002.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]