Église Saint-Pierre de Vienne (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Église Saint-Pierre de Vienne (Autriche)
Église Saint-Pierre de Vienne
Église Saint-Pierre de Vienne - Musée archéologique
Église Saint-Pierre de Vienne - Musée archéologique
Présentation
Destination initiale Église
Destination actuelle Musée archéologique
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Localité Vienne
Localisation
Coordonnées 45° 31′ 23″ N 4° 52′ 15″ E / 45.52302778, 4.87072222245° 31′ 23″ Nord 4° 52′ 15″ Est / 45.52302778, 4.870722222  

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Église Saint-Pierre de Vienne

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Église Saint-Pierre de Vienne

Géolocalisation sur la carte : Vienne

(Voir situation sur carte : Vienne)
Église Saint-Pierre de Vienne

L’église Saint-Pierre de Vienne est une des plus anciennes églises françaises, située dans la région Rhône-Alpes en France.

Cette église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Pierre, dédiée à l'origine aux apôtres Pierre et Paul, fut construite à la fin du Ve siècle dans un cimetière occupant les ruines d'un quartier d'habitation, à l'intérieur du rempart gallo-romain. Elle compte en outre parmi les plus anciennes de France. Elle fut utilisée comme basilique funéraire, abritant jusqu'au XIIe siècle la sépulture de la plupart des évêques de Vienne comme Mamert, son probable fondateur, mort vers 475. Au VIe siècle, une première communauté de moines s'y installa, dont l'ermite Léonien aurait été l'abbé. Elle est l'abbaye la plus puissante de la ville au Moyen Age. tous les premiers évêques de Vienne enterrés dans l'abbaye étant considérés comme saints, elle conserve un ensemble très important de reliques, parmi lesquelles figure la nappe de la Cène. La concurrence des ordres mendiants, puis les guerres de Religion affaiblissent durablement l'abbaye. Les moines deviennent des chanoines et obtiennent en 1780 l'union avec l'abbaye de Saint-Chef. Elle est supprimée en 1791. Transformée en musée en 1809, elle connaît ensuite d'autres affectations jusque dans les années 1860 où sa restauration lui donne son aspect actuel. En 1872, le musée lapidaire s'y installe. La présentation des collections est demeurée presque inchangée jusqu'à nos jours[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'abside et le décor d'arcatures murales de la nef ont vraisemblablement été édifiés à la fin du Ve siècle. Des modifications interviennent dans les parties hautes (fenêtres) à l'époque carolingienne. Les premières transformations importantes ont lieu à la fin du XIe et au XIIe siècle : la nef est divisée en trois vaisseaux par de grandes arcades ; le clocher-porche est ajouté à l'ouest ; la chapelle Notre-Dame, en forme de croix grecque, est voûtée en berceau et dotée d'une coupole ; le portail sud est orné de sculptures. Des vestiges de peinture murale du XIIe siècle sont toujours visibles (saint Jean). Au XVe siècle plusieurs chapelles sont aménagées (aujourd'hui disparues) et le décor de l'ensemble est repris. Peu d'interventions ont lieu avant 1780 où un décor de stuc néo-classique recouvre l'ensemble de l'édifice. Il est supprimé dans les années 1860. Du décor de l'église carolingienne (IXe siècle) subsistent de nombreux fragments des chancels en pierre qui formaient clôture entre le chœur réservé au clergé et la nef ; certains ont été remployés au XIIe siècle et se voient encore sur le clocher-porche élevé devant la façade primitive. Un autel monolithe du Xe ou du XIe siècle provenant de Saint-Pierre est conservé dans les musées de Vienne.

Tombeaux et reliques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00117326 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Pierre Cavard, L'abbaye Saint-Pierre, Vienne, Blanchard, 1984

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]