Gliricidia sepium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Le Gliricidia sepium (ou gliciridia aux Antilles françaises) est un arbre de taille moyenne de la famille des Fabaceae, originaire d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale. Cet arbre a été introduit dans de nombreuses zones tropicales du monde pour faire des haies, produire du fourrage ou de l'ombrage aux cultures.

Description[modifier | modifier le code]

Cet arbre[1] pouvant atteindre 10-15 m de hauteur possède de jeunes rameaux pubescents et une écorce lisse, grise à rouge brun.

Les longues feuilles imparipennées, caduques, sont composées de 3-7 paires de folioles, elliptiques ou lancéolées, de 3-8 × 2 cm, à apex aigu ou acuminé.

Racème de fleurs roses

Les fleurs roses et blanches sont groupées en grands racèmes (jusqu'à 15 cm de long). Le calice campanulé, taché de rouge, fait 5-6 mm ; la corolle rose-mauve ou blanche, comporte un étendard émarginé, rose à centre jaune, et des ailes roses.

La floraison a lieu durant la saison sèche (de mars à juin pendant le carême, aux Antilles).

Le fruit est une gousse de 10-15 × 1,6 cm, glabre ; les graines de 1 cm sont brun-pourpre.

Écologie[modifier | modifier le code]

Le gliricidia est originaire du nord de l'Amérique du Sud, d'Amérique Centrale et du Mexique. Il est largement cultivé dans la plupart des pays tropicaux. Il s'est naturalisé dans les régions tropicales d'Afrique et d'Asie.

Cet arbre est très commun aux Antilles françaises[1].

Composition[modifier | modifier le code]

Les feuilles contiennent 20 % de protéines[2],[3], de la coumarine, des acides coumariques, féruliques, galliques, p-hydroxybenzoïques, vanilliques, syringiques et sinapiniques[4], de la myricétine, des glycosides de kaempférol et des glucides. Ces composés allélopathiques inhibent la germination des graines des plantes adventices.

Les fleurs contiennent des glycosides de quercétol.

Dans les graines, de la canavanine et des saponines ont été isolées.

Utilisations[modifier | modifier le code]

  • Cet arbre sert à constituer des haies d'alignement ou pour l'ombrage. Il pousse rapidement (jusqu'à 3 m la première année) et se multiplie facilement par bouturage ou par semis des graines[5]. Il peut être régulièrement taillé pour fournir du bois de chauffage ou de l'engrais vert[6].
  • A la saison sèche, les éleveurs peuvent couper les branches pour donner à manger à leur bétail. Malgré la grande valeur nutritive des feuilles, il existe de petits problèmes de toxicité avec les ruminants.
  • Il est planté pour stabiliser les sols.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Jacques Fournet, Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, Gondwana editions, Cirad,‎ 2002
    Tome 1 : ISBN 2-87614-489-1 ; Tome 2 : ISBN 2-87614-492-1
  2. Purdue Un.
  3. (en) K. K. Kojima, X. Zhu, Y. Ogihara, « Saponins fron Gliricidia sepium », Phytochemistry, vol. 48, no 5,‎ 1998
  4. (en) MURUGESAN RAMAMOORTHY, KAILASH PALIWAL, « Allelopathic compounds in leaves of Gliricidia sepium (Jacq.) Kunth ex Walp. and its effect on Sorghum vulgare L. », Journal of chemical ecology, vol. 19, no 38,‎ 1993, p. 1691-1701
  5. Agroforestry
  6. Les moissons du futur.
  7. Tropicalfoliage

Liens externes[modifier | modifier le code]