Course de fond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Epreuve du marathon

Les courses de fond concernent l'ensemble des courses d'athlétisme dont les distances sont comprises entre le 3 000 m et le marathon (42,195 km). Elles se déroulent sur piste (en extérieur ou en salle), sur route, ou sur un terrain naturel non goudronné (cross-country). Pour toutes les courses supérieures au marathon, l'appellation est l'ultrafond.

Épreuves de course de fond[modifier | modifier le code]

L'épreuve de distance est une épreuve avec un distance minimum imposée à franchir mais avec un temps libre.

Piste[modifier | modifier le code]

Route[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Course sur route (athlétisme).

Pleine nature[modifier | modifier le code]

Épreuves de durée[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Cette sorte de course demande une tactique différente des courses classiques de distance. Quand il s'agit de tenir la distance, l'athlète peut visualiser la ligne d'arrivée ; quand il s'agit de tenir un temps, l'athlète ne peut pas visualiser la ligne d'arrivée, laquelle varie en fonction de son rythme.

Des compte-tours sont en place sur la ligne de départ pour permettre un calcul fiable de la distance parcourue. La course se déroule soit sur une piste de 400 m, soit sur une boucle (route ou complexe sportif). La boucle est tracée en tenant compte de la surveillance, de la sécurité, de qualité roulante. Elle peut faire ainsi une distance non-réglementée, le résultat de la course étant :

Nombre entier de tours × Longueur du tour + reste[1]

Une minute avant la fin de la durée, un coup de feu est tiré. À partir de ce moment chaque athlète est suivi par un pointeur qui court à côté de lui muni d'un cône de signalisation. Au coup de feu final, le pointeur pose le cône sur la route (ou la piste) et indique ainsi l'endroit de l'arrêt de l'athlète suivi. Les juges mesurent ensuite la distance qui sépare le point zéro de la piste de 400 m ou de la boucle, du cône.

Il existe :

  • le record de la demi-heure (pour les jeunes),
  • le record de l'heure,
  • le record des 6 h,
  • le record des 12 h,
  • le record des 24h, des 48 h, des trois jours, des six jours.

Une spécificité humaine[modifier | modifier le code]

Selon les physiologistes[Qui ?], la vitesse maximale d'endurance humaine atteint 23,4 km/h ; aucun autre animal n'atteint de telles performances, ni même un sportif de haut niveau crédité d'une vitesse moyenne de 20,4 km/h pendant 2 heures[2], voire le rythme d'endurance du coureur du dimanche qui court entre 8 et 12 km/h.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Soit la distance parcourue depuis le dernier franchissement de la ligne d'arrivée.
  2. « Révélations sur l'homme : comment la course de fond a fait de nous une espèce à part », Lise Barnéoud et Caroline Tourbe, Science et Vie, nº 1052, mai 2005, page 54.

Voir aussi[modifier | modifier le code]