Calebassier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caleb.

Le calebassier (Crescentia cujete) est un petit arbre tropical de la famille des Bignoniacées, originaire d'Amérique tropicale, dont le fruit ligneux est utilisé comme récipient, sous le nom de calebasse ou coui.

Il convient de ne pas confondre les calebasses issues du calebassier des celles tirées des fruits de la plante du même nom, la Calebasse (Lagenaria siceraria), plante rampante de la famille des Courges (Cucurbitacées), originaire d'Afrique.

Étymologie :

Le terme cujete vient du tupi[1]. Il s'analyse en kuya (qui a donné coui) "calebasse" et ete "grand".

Description[modifier | modifier le code]

Le calebassier est un arbuste ou petit arbre de 3 à 8 m de hauteur, à l'écorce grise excoriée, aux étalées ou pendantes[2].

Les feuilles simples sont groupées en fascicules par 2 à 10. Elles sont spatulées ou oblongues, à base atténuées, luisantes et presque sessiles.

Les fleurs apparaissent solitaires (ou en fascicule de 1-4) directement sur le tronc ou les branches aoûtées (cauliflorie). Le calice vert glauque, de 2-3 cm est charnu et comporte deux larges lobes arrondis ou ovés. La corolle campanulée est jaune verdâtre, rayée de trainées violacées et dégage une odeur de fromage. Le tube subglobuleux se prolonge en lobes foliacés, ondulés, découpés, inégaux. Il contient 4 étamines, didynames et un ovaire unicarpellé.

La floraison a lieu toute l'année mais surtout en mars-juillet.

Le fruit est une grosse baie globuleuse ou ellipsoïde, de 10-35 cm de diamètre, au péricarpe ligneux et à la pulpe abondante et aigrelette, enfermant des graines ovales, aplaties.

Fleur de calebassier

Écologie[modifier | modifier le code]

L'arbre est originaire du nord de l'Amérique tropicale (Caraïbe, Mésoamérique, Mexique, Colombie).

Il est très commun aux Antilles françaises. On le trouve dans les zones humides.

Il est largement cultivé et échappé dans la plupart des pays tropicaux.

Composition[modifier | modifier le code]

La pulpe du fruit contient de l'acide cyanhydrique, de l'acide tartrique, citrique et chlorogénique, des alcaloïdes et des polyphénols (Longuefosse1995[3]). De nombreux iridoïdes et leurs glucosides ont aussi été trouvés[4]. Son ingestion est susceptible de provoquer des diarrhées sévères.

Longuefosse signale aussi une activité cancérigène de la pulpe de type leucémie-lymphome. Des furofuranonaphthoquinones ayant la propriété de cliver l'ADN, ont été mis en évidence.

Les feuilles contiennent des phénols, des leucoanthocyanines et des dérivés de l'épigénine et de la quercétine, qui expliqueraient l'activité anti-inflammatoire et antiallergéniques. Des naphtoquinones, glycosides d'iridoïdes, aucubine, plumieride et aspéruloside ont aussi été détectés[4].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les Indiens Caraïbes[5] coupaient en deux les fruits, les évidaient et en faisaient des récipients appelés coui (kwi) ou calebasse en créole antillais. Ils pouvaient ensuite être décorés avec du roucou ou de l'indigo. Ces couis coupés à nouveau en deux servaient de cuillères sous le nom de cicayes[6].

En Dominique, les Caraïbes utilisaient la pulpe du fruit contre les refroidissements. Ils la considéraient comme purgative et même abortive. Ils en faisaient aussi des cataplasmes contre les maladies de peau.

Au début du XXe siècle, la pulpe était utilisée en usage externe contre les coups de soleil, les "crabes" (crevasses de la plante du pied), les contusions et les blessures.

Références[modifier | modifier le code]

  1. C. Tastevin, « Note sur quelques mots français empruntés à la langue Tupi du Brésil, au Galibi de la Guyane et à l'Aruac des Antilles », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, vol. 10, no 10,‎ 1919
  2. Jacques Fournet, Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, Gondwana editions, Cirad,‎ 2002 (ISBN 2-87614-489-1 (Cirad, Tome 1). - 2-87614-492-1 (Cirad, Tome 2).)
  3. Jean-Louis Longuefosse, 100 plantes médicinales de la Caraïbe, Gondwana Editions,‎ 1995
  4. a et b (en) T. Kaneko, K Ohtani, R. Kasai, K. Yamasaki, N. M. Duc, « Iridoids and iridoids glucosides from fruits of crescentia cujete », Phytochemistry, vol. 46, no 5,‎ 1997
  5. Jean-Louis Longuefosse, 100 plantes médicinales de la Caraïbe, Gondwana Editions,‎ 1995
  6. M. E. Descourtilz, Flore pittoresque et médicale des Antilles, ou Histoire naturelle des plantes usuelles des colonies françaises, anglaises, espagnoles et portugaises, Pichard,‎ 1825