Goyavier de Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Goyavier de Chine

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Psidium cattleianum ou P. littorale

Classification
Règne Plantae
Division Magnolophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Myrtales
Famille Myrtaceae
Genre Psidium

Nom binominal

Psidium littorale
Raddi, 1820

Synonymes

Psidium cattleianum Sabine, 1822

Description de l'image Image:Goyavier.JPG.

Fruits du goyavier de Chine

Le goyavier de Chine (Psidium littorale Raddi[1] ou P. cattleianum Sabine[2]), également appelé goyavier-fraise, est un arbuste fruitier de la famille des Myrtaceae originaire d'Amérique du Sud (contrairement à ce que son nom français pourrait faire croire).

Description[modifier | modifier le code]

Fruits
Fleurs

Le goyavier de Chine est un arbre de 6 à 12 mètres de haut à l'écorce brune et lisse.

Les feuilles persistantes, opposées sont ovales à bords arrondis, vert foncé brillant et mesurent de 3 à 12 de long sur 2 à 6 cm de large.

Les fleurs blanches parfumés mesurent 2 à 3 cm de diamètre.

Le fruit est appelé goyave-fraise aux Antilles, goyave de Chine à l'île Maurice, goyavier à la Réunion. Il a la forme d'une baie sphérique et la taille d'une mirabelle environ 2.5 cm de diamêtre. La peau est lisse et brillante. À maturité, la couleur vire au rouge violacé. Il existe une variété moins courante à fruits jaunes (Psidium littorale var. Lucidum) un peu plus gros. Le fruit contient des graines dures de 2 à 3 mm de long. Dans les deux cas la pulpe est blanc-crémeux de texture fondante et juteuse.

La reproduction par graine est la plus courante.


Répartition[modifier | modifier le code]

Originaire d'Amérique latine (Brésil ou le fruit s'appelle Araçá), le goyavier-fraise est cultivé en Amérique latine et a été introduit dans certaines contrées tropicales, où il a pu s'acclimater et devenir envahissant.

Ainsi à l'île de la Réunion, l'ile Maurice ou à Hawaii, il est à la fois populaire pour ses fruits et redoutable comme espèce invasive des forêts humides, du niveau de la mer jusqu'à plus de 1 500 m. En montagne ou en climat tempéré chaud, il prospère sous forme de buisson.

La rusticité est un peu meilleure que celle de la goyave, comparable au pamplemoussier, avec une tolérance aux gels brefs - jusqu'à -5°. Arrosé, il fructifie en zone USDA 9b, notamment le sud de l'Europe, l'Afrique du Nord en situation abritée. La variété rouge se cultive facilement en pot. Les deux variétés acceptent bien la taille et peuvent former des haies.

Utilisation[modifier | modifier le code]

D'un goût largement reconnu comme agréable, le fruit est rafraichissant, sucré à pleine maturité, légèrement acidulé, de saveur rappelant celle de la fraise des bois, avec une petite touche d'âpreté et de parfum de myrte. La variété à fruit jaune a un gout plus doux qui rappelle la pomme.

Apprécié comme dessert, il peut être consommé frais ou utilisé pour confectionner des confitures, des gelées et des sorbets. La cuisine réunionnaise en a fait un ingrédient populaire, en l'accommodant aussi dans des plats de viande. Le fruit est fragile mais peut néanmoins voyager s'il est précautionneusement emballé et réfrigéré.

Le jus de goyavier peut être vinifié. Une société réunionnaise a ainsi créé une boisson pétillante selon la méthode champenoise.

Bois[modifier | modifier le code]

Le bois du goyavier de Chine est dense, homogène et néanmoins souple. Les morceaux les plus gros peuvent être travaillés ou tournés à la manière du buis, mais ce sont surtout les perches de goyavier qui sont utilisées pour divers usages.

Elles conviennent parfaitement, pour leur forte résistance sans raideur excessive, comme manches d'outils. Elles peuvent être entrecroisées pour fabriquer des fascines qui servent à retenir les sols. Elles ont été employées dans l'habitat rural pour la confection de toitures, de claies, etc. Elles peuvent être étuvées, formées et assemblées pour la fabrication de mobiliers néo-rustiques, à la manière des perches de châtaignier.

Divers[modifier | modifier le code]

À La Réunion, la commune de la Plaine-des-Palmistes mise son développement écotouristique sur l'artisanat réalisé à partir de cette espèce, qu'il s'agisse des préparations culinaires, de boissons avec ou sans alcool et d'objets en bois.

Un pétillant de Goyavier a été créé il y a peu.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Missouri Botanical Gardens, « Tropicos - Name - Psidium littorale Raddi » (consulté le 4 août 2014)
  2. (en) Missouri Botanical Gardens, « Tropicos - Name - *Psidium cattleianum Sabine » (consulté le 4 août 2014)