Avortement en Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'avortement reste l'un des principaux sujets de polémique en Espagne, pays de tradition catholique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 17 octobre 2009, plus d'un million de personnes ont défilé dans les rues de Madrid contre la légalisation de l'avortement[1],[2],[3].

Depuis 2010, la loi autorise l'avortement jusqu'à 14 semaines de grossesses et 22 semaines de grossesse en cas de malformation du fœtus[4].

En décembre 2013, un projet de loi est présenté pour interdire l'avortement, sauf en cas de viol ou de danger pour la santé physique ou psychique de la mère, par le gouvernement de Mariano Rajoy[5].

Statistiques[6][modifier | modifier le code]

Selon le conseil supérieur de recherche scientifique, le nombre d'avortements a doublé depuis le début des années 1990, tandis que 97 % d'entre eux étaient justifiés par un risque pour la santé physique ou psychologique de la mère, 2,5 % par une déformation du fœtus, et 0,1 % par le viol (ce sont les trois cas légaux d'avortement).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Eglise et la droite espagnole mobilisées contre l'avortement », dans Le Monde du 17-10-2009, [lire en ligne]
  2. « La España blanca», dans La Vanguardia du 18-10-2009, [lire en ligne]
  3. « La Comunidad de Madrid estima la participación de la manifestación en más de 1,2 millones de personas», dans Europa Press du 17-10-2009, [lire en ligne]
  4. Espagne : la révision de la loi sur l'avortement, un retour de trente ans en arrière pour la presse espagnole, Le Monde, 23 décembre 2013
  5. IVG, le grand retour en arrière espagnol, François Musseau, Libération, 23 décembre 2013
  6. http://www.lifesitenews.com/ldn/2005/feb/05021110.html