Élections législatives portugaises de 1985

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1983 Drapeau du Portugal 1987 Suivant
Élections législatives portugaises de 1985
  
74,16 %
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
IVe

Les élections législatives portugaises de 1985 (Eleições legislativas portuguesas de 1985) se sont tenues au Portugal le 6 octobre 1985, afin d'élire les deux cent cinquante députés de la quatrième législature de l'Assemblée de la République, pour un mandat de quatre ans. Elles ont été remportées par le Parti social-démocrate (PPD/PSD).

Contexte[modifier | modifier le code]

Après les élections législatives anticipées du 25 juin 1983, remportées par le Parti socialiste (PS), l'ancien Premier ministre, et alors secrétaire général du PS, Mário Soares, avait de nouveau été appelé à diriger le gouvernement, et constitué alors une grande coalition, le bloc central, avec le PPD/PSD de Carlos Mota Pinto, nommé Vice-Premier ministre. L'alliance, contestée au sein même du PPD/PSD, avait mis en œuvre une politique d'austérité budgétaire suscitant mécontentement et dégradation de la situation économique.

Élu président des sociaux-démocrates le 2 juin 1985, l'ancien ministre des Finances Aníbal Cavaco Silva, chef de file des opposants au bloc central, décida dix jours plus tard d'y mettre fin, provoquant la démission du gouvernement le 25 juin, et la dissolution de l'Assemblée le 12 juillet. Une semaine plus tard était fondé le Parti rénovateur démocratique (PRD), par des personnalités proches du président António Ramalho Eanes, qui achevait son dernier mandat à la tête de l'État portugais et avait soutenu, officieusement, la création de ce parti centriste.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin retenu prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête. La loi électorale, conformément aux dispositions constitutionnelles, établissait le nombre de députés à 250, nombre maximum autorisé. Les députés sont élus dans vingt-deux circonscriptions électorales, à savoir les dix-huit districts du Portugal, les Açores, l'île de Madère, le continent européen et le reste du monde.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file
Parti socialiste
Partido Socialista
António de Almeida Santos
Ministre d'État, chargé des Affaires parlementaires
Parti social-démocrate
Partido Social Democrata
Aníbal Cavaco Silva
Alliance du peuple uni
Aliança Povo Unido
Álvaro Cunhal
Centre démocratique et social
Centro Democrático Social
Francisco Lucas Pires
Parti rénovateur démocratique
Partido Renovador Democrático
Hermínio Martinho

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Parti Voix  % +/- Sièges +/-
Parti social-démocrate (PPD/PSD) 1 732 288 29,87 % +2,53 88 +13
Parti socialiste (PS) 1 204 321 20,77 % -15,34 57 -44
Parti rénovateur démocratique (PRD) 1 038 893 17,92 % +17,92 45 +45
Alliance du peuple uni (APU)
PCP
MDP-CDE
898 281


15,49 %


-2,58


38
• 35
• 3
-6
• -6
• ±
Centre démocratique et social (CDS) 577 580 9,96 % -2,60 22 -8
Autres 202 247 3,48 % +0,51 0 ±
Bulletins blancs 48 709 0,84 % +0,10
Bulletins nuls 96 610 1,67 % -0,16
TOTAL (participation : 74,16 %) 5 798 929 100,00 % N/A 250 N/A

Analyse[modifier | modifier le code]

En très légère progression, alors que la participation recule de plus de cinq points, le PPD/PSD redevient le premier parti du Portugal et remporte le scrutin avec le plus faible score pour une formation accédant au pouvoir. Il profite de l'effondrement du PS, qui échoue une nouvelle fois à conserver le pouvoir et perd près de la moitié de ses députés, provoqué par la percée inattendue du PRD, qui ravit à la gauche communiste la troisième place, qu'elle occupait depuis 1979. L'APU conserve cependant son statut de première force dans ses trois circonscriptions du sud et en ajoute un quatrième, tandis que le PPD/PSD s'impose dans les dix-huit autres. Le PRD, s'il n'en remporte aucune, parvient à dépasser le PS dans celles de Lisbonne et Santarém, qui fournissent 68 députés à l'Assemblée. Quant au CDS, il repasse sous la barre des 10 %, une faiblesse qu'il n'avait plus connue depuis les élections constituantes de 1975.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le 6 novembre suivant, exactement un mois après l'élection, le président Eanes confie à Aníbal Cavaco Silva le poste de Premier ministre du Portugal. Celui-ci forme alors un gouvernement minoritaire disposant du soutien du CDS et de la tolérance du PRD. Au PS, Mário Soares, secrétaire général depuis 1973 et qui avait renoncé à conduire le parti pour le scrutin, est remplacé en 1986 par Vítor Constâncio.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]