Edouard Chevardnadze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edouard Chevardnadze
ედუარდ შევარდნაძე
Edouard Chevardnadze, le 17 juillet 1997 au Pentagone
Edouard Chevardnadze, le au Pentagone
Fonctions
2e président de Géorgie
(depuis l'indépendance de 1991)

(&&&&&&&&&&&0427511 ans, 8 mois et 13 jours)
Élection
Ministre d'État Nikoloz Lekichvili
Vaja Lortkipanidze
Guiorgi Arsenichvili
Avtandil Djorbenadze
Prédécesseur Lui-même (président du Conseil d'État)
Successeur Nino Bourdjanadze (par intérim)
Mikheil Saakachvili
Président du Conseil d'État
de la République de Géorgie

(chef de l'État)
Premier ministre Tenguiz Sigoua
Otar Patsatsia
Prédécesseur Zviad Gamsakhourdia
Successeur Lui-même (président)
Biographie
Nom de naissance Eduard Amvrossievitch Chevardnadze
Date de naissance (86 ans)
Lieu de naissance Mamati, RSS de Géorgie (URSS)
Nationalité Géorgienne
Parti politique PCUS puis
Union des citoyens de Géorgie
Conjoint Nanouli Chevardnadze

Edouard Chevardnadze
Présidents de Géorgie

Edouard Ambrosis dze Chevardnadze (en géorgien : ედუარდ ამბროსის ძე შევარდნაძე) ou Eduard Amvrossievitch Chevardnadze[1] (en russe : Эдуард Амвросьевич Шеварднадзе), (né le 25 janvier 1928 à Mamati en Géorgie), est un homme politique soviétique et géorgien. Il a été ministre des Affaires étrangères de l'Union soviétique de 1985 à 1990 puis président de Géorgie de 1992 à 2003.

L’époque soviétique[modifier | modifier le code]

L’époque géorgienne[modifier | modifier le code]

  • Le 10 mars 1992, après le renversement du président Zviad Gamsakhourdia (élu démocratiquement en 1990), par un soulèvement armé de milices paramilitaires, Edouard Chevardnadze est élu par cooptation, président du Conseil d’État de Géorgie.
  • Le 11 octobre 1992, il est élu président du Parlement.
  • En difficulté, du fait de la guerre civile, entre les partisans du président renversé Gamsakhourdia, les sécessionnistes abkhazes et l’armée géorgienne, il fait adhérer la Géorgie à la CEI pour obtenir l’aide de la Russie.
  • En , il échappe à un attentat.
  • Le 5 novembre 1995, élu président de la République de Géorgie.
Article connexe : Guerre d'Abkhazie (1998).
  • En 1998, il échappe à un deuxième attentat, alors que l’opposition s’organise autour de l’Institut de la Liberté soutenu par des capitaux étrangers, surtout américains dont ceux du financier George Soros et l’USAID.
  • Le 9 avril 2000, réélu président de la république avec 80 % des suffrages exprimés. Ses adversaires dénoncent une « farce électorale ».

Les événements de 2003[modifier | modifier le code]

  • Élections législatives du 2 novembre 2003 : la victoire des candidats progouvernementaux est contestée par l’opposition du Mouvement national de Mikheil Saakachvili, le Parti travailliste de Chalva Natelachvili et le Bloc démocratique de Nino Bourdjanadze et Zourab Jvania. Ils réclament la démission d'Edouard Chevardnadze et appelle le peuple à la désobéissance civile et à descendre dans la rue.
  • 4 novembre, des milliers d’opposants dans la capitale Tbilissi.
  • 9 novembre, échec des discussions entre le président et l’opposition pour mettre fin aux troubles post-électoraux.
  • 20 novembre, publication des résultats définitifs qui créditent la coalition présidentielle de plus de 40 % des voix. Le gouvernement américain dénonce l’élection et désavoue le président sortant.
  • 22 novembre, les manifestants envahissent le Parlement, obligeant Chevardnadze à interrompre son discours d’ouverture. Il déclare l’état d’urgence.
  • 23 novembre, le ministre russe des Affaires étrangères, Igor Ivanov, lui-même Russe de Géorgie, tente une ultime médiation qui aboutit en fin de journée à la démission du président Chevardnadze. Nino Bourdjanadze, en tant que présidente du parlement, devient présidente de Géorgie par intérim.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Il est membre honoraire du Club de Rome[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. D’autres transcriptions se rencontrent : Chévardnadzé, Chevardnadzé, Chevarnadzé, Shevardnadze, Ševardnadze, etc.
  2. (en) Liste des membres honoraires du Club de Rome

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]