Nabih Berri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berry (homonymie).
Nabih Berri

Nabih Berri (arabe : نبيه برّي) (né le 28 janvier 1938[1] à Freetown[2]) est le président du Parlement libanais, ainsi que le chef du mouvement Amal[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

De parents libanais de confession chiite[1], il naît au Sierra Leone. Il fait des études primaires à l'école de Tibnin, au Sud-Liban, puis secondaires à Makassed et à l'École de la Sagesse de Beyrouth[5]. Il obtient son diplôme de droit en 1963 et puis son DESS en droit de l’Université Sorbonne - Paris[6],[7]. Dans les années 1960, Il a lutté dans les rangs du Mouvement Étudiant et a présidé l’Union Nationale des étudiants de l'Université Libanaise et Il a participé durant ses années d’études à plusieurs conférences politiques et estudiantines[8],[9].

Il a tenu de nombreux postes pendant les années 1970 pour le mouvement Amal de l'imam Moussa Sader. En 1978, après la disparition de l'imam en Libye, il fait partie de la direction du Mouvement[10],[11],[12],[13], dont il prend officiellement la direction en 1980[7]. Il a mené Amal durant la Guerre du Liban. En 1984, il rejoint le gouvernement de l'Unité nationale en tant que ministre des Ressources souterraines puis ministre de la Justice et ministre des Ressources électriques et hydrauliques sous le Premier ministre Rachid Karamé. Il joua un rôle dans les négociations de la prise d'otage du vol TWA 847 ce qui a conduit à leur libération après[14],[15],[16].

De 1989 à 1992, il est membre des gouvernements successifs de Salim El-Hoss, Omar Karamé et Rachid Solh, quand il a été élu Président du Parlement[17] le 20 novembre. La Chambre des députés du Liban a réélu en juin 2009 Nabih Berri pour un cinquième mandat consécutif (1992, 1996, 2000, 2005 et 2009)[18],[19],[20]. La présidence de la Chambre revient traditionnellement à un chiite aux termes du pacte national libanais (en)[21].

Il a toujours été en faveur du dialogue[22] et il a lancé en mars 2006 le Comité de dialogue libanais[23] qui a réuni les 14 personnalités politiques principales du pays avant que le nouveau président de la république Michel Sleiman ne se charge de la direction du Comité de dialogue.

En 2012 Nabih Berri a dit qu'il est « chiite sur la carte d’identité, sunnite de cœur et libanais avant tout »[24].

Durant la dernière seance du dialogue en 2014 Nabih Berri a jeté l'ancre, en annonçant que son camp ne reniera pas l'accord de Taëf, ni parité islamo-chrétienne ni la convivialité. Cette assurance solennelle devait figurer dans le communiqué final de la séance[25].

Il a présidé le bloc de la Libération et du Développent pendant toutes les élections qui ont eu lieu depuis l’année depuis 1992 jusqu'à présent, durant lesquelles tous les membres du Bloc ont été élus[26],[27],[28],[29],[30],[31].

Il a été élu Président de l’Union Parlementaire des États Membres de l'Organisation de la Conférence islamique[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Nabih Berri »
  2. Nir 2011, p. 17
  3. (en) Mamoun Fandy, (Un)civil war of words: media and politics in the Arab world, Greenwood Publishing Group,‎ 2007 (ISBN 978-0-275-99393-1, présentation en ligne), p. 75
  4. Nir 2011
  5. (en) Daniel Nassif, « Nabih Berri », Middle East Intelligence Bulletin,‎ décembre 2000 (lire en ligne)
  6. [1]
  7. a et b Page officiel du parlement libanais
  8. site officiel du parlement Libanais
  9. europarl
  10. (en) Bernard Reich, An historical encyclopedia of the Arab-Israeli conflict, Greenwood Press,‎ 1996, p. 28
  11. (en) Charles Winslow, Lebanon: War and Politics in a Fragmented Society, Routledge,‎ 1996, p. 224
  12. (en) Robert G. Rabil, Embattled Neighbors: Syria, Israel, and Lebanon, Lynne Rienner,‎ 2003, p. 74
  13. (en) Adeed Dawisha, The Arab Radicals, Council on Foreign Relations,‎ 1986, p. 94 :

    « Within the Shiite mainstream political activity, leadership devolved onto three men: Nabih Berri, who became leader of Amal; Hussein al-Husseini, who, having led Amal for a year after al-Sadr's disappearance, was elected to the traditionally Shiite position of Speaker of the Lebanese Parliament in 1984; and Sheikh Muhammed Mahdi Shams al-Din, who took over the running of HSIC. »

  14. Institut National de l'Audiovisuel
  15. « L'affaire des otages américains à Beyrouth (14-30 juin 1985) »
  16. [vidéo] « Liban : libération des otages »
  17. « S.E M. Nabih Moustapha Berry » [PDF]
  18. Le monde
  19. La presse
  20. L'Orient le jour
  21. « Pacte National libanais »
  22. L'Orient le jour
  23. « Le rôle du Parlement dans la réussite du Dialogue National » [PDF]
  24. L'Orient le jour
  25. L'Orient le jour
  26. L'Orient le jour
  27. L'Orient le jour
  28. L'Orient le jour
  29. L'Orient le jour
  30. L'Orient le jour
  31. Page officiel du parlement libanais
  32. Union Parlementaire des États Membres de I'OCI (UPCI)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Omri Nir, Nabih Berri and Lebanese Politics, Palgrave Macmillan,‎ 2011