Bharatiya Janata Party

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BJP.
Parti du peuple indien
भारतीय जनता पार्टी
Bharatiya Janata Party
Image illustrative de l'article Bharatiya Janata Party
Logo officiel
Présentation
Président Nitin Gadkari
Fondation 1980
Siège New Delhi, Delhi
Drapeau de l'Inde Inde
Mouvement étudiant Akhil Bhartiya Vidyarthi Parishad
Idéologie Libéralisme économique
Nationalisme
Anticommunisme
Conservatisme
Conservatisme social
Coalition Alliance démocratique nationale
Couleurs Orange
Site web bjp.org
Drapeau
Drapeau
Symbole électoral
Symbole électoral
Présidents de groupe
Lok Sabha Sushma Swaraj
Rajya Sabha Arun Jaitley
Représentation
Lok Sabha
114 / 545
Rajya Sabha
49 / 245

Le Bharatiya Janata Party (BJP : Parti du peuple Indien) est l'un des principaux partis politiques en Inde, de tendance nationale-hindouiste. Il est le successeur du Bharatiya Jan Sangh (BJS), parti créé en 1951 et qui se fondit dans une alliance de partis d'opposition, le Janata Party, en 1977.
Le BJP prit son indépendance en 1980 après de fortes dissensions au sein du Janata Party.

Présidence du parti[modifier | modifier le code]

Les présidents du BJP ont été successivement :

Historique[modifier | modifier le code]

Le BJP est le parti leader d'une coalition de partis régionaux (dont le Telugu Desam Party, l'Akali Dal, le Shiv Sena, le DMK et l'AIADMK) formant la National Democratic Alliance,(NDA), alliance de partis qui permit au BJP d'obtenir une majorité pour la première fois à la Lok Sabha, la chambre basse du Parlement de l'Inde, en 1996. Atal Bihari Vajpayee, leader historique du parti fut alors nommé Premier Ministre.

Ce dernier a pu imposer une ligne modérée et a approfondi les réformes économiques libérales de ses prédécesseurs.
Cependant, cette période a été marquée par les essais nucléaires à la frontière pakistanaise en 1998, et une escalade militaire dangereuse au Cachemire en mai-juin de la même année, des violences anti musulmanes dans l'État du Gujarat (800 à 2000 morts), en février 2002.
Dans cet État, le chef du gouvernement local, Narendra Modi, soutenu par le RSS, a mis en place un "laboratoire" de l'Hindutva, encadrant la société selon ces préceptes nationalistes, notamment dans la réécriture des programmes scolaires. Une commission d'enquête nationale a mis en cause la responsabilité de son gouvernement dans le soutien aux persécutions anti musulmanes de février 2002. Vajpayee tenant de la ligne modérée a tenté sans succès d'obtenir sa démission.

En 2004 la NDA et le BJP subirent une cuisante défaite lors des élections générales qui virent le retour du Parti du Congrès au pouvoir.

Localement, le BJP tire principalement sa force politique de la Hindi belt (régions du Nord et de l'Ouest de l'Inde peuplées d'hindiphone). Le parti détient le pouvoir dans les États suivants : Chhattisgarh, Gujerat, Jharkhand, Himachal Pradesh, Madhya Pradesh, Rajasthan. Considéré comme le parti des hautes castes, des milieux commerçants, et du Nord, le BJP a cependant fortement accru son électorat dans les castes intermédiaires et dans des États du Sud (Karnataka) au cours des dernières élections nationales et régionales, en jouant sur les sentiments nationalistes religieux (hindutva) et économique (swadeshi).

Le BJP profite de l'appui du Vishwa Hindu Parishad (VHP), une organisation religieuse, et du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), une organisation militante, tous étant réunis dans le Sangh Parivar (la "grande famille" du nationalisme hindou, un réseau qui comporte également nombre d'associations, syndicats, etc.). Le VHP et le RSS préconisent de favoriser les hindous par rapport aux minorités musulmane et chrétienne. Ils soutiennent également la construction d'un temple dédié au dieu hindou Rāma sur l'emplacement de la mosquée de Babur (ou Babri Masjid) à Ayodhya (Uttar Pradesh). La mosquée avait été rasée par des activistes hindous encadrés par le VHP et le RSS en décembre 1992, provoquant des émeutes communautaires ayant coûté la vie à des milliers d'individus dans tout le pays, et l'instauration de la Presidential's rule (administration directe par le pouvoir central) dans l'État d'Uttar Pradesh, alors dirigé par le BJP.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]