Saint-Georges-de-Rouelley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-de-Rouelley
Les rives de la Sonce, affluent de l'Égrenne.
Les rives de la Sonce, affluent de l'Égrenne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Le Mortainais
Intercommunalité Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
Raymond Béchet
2014-2020
Code postal 50720
Code commune 50474
Démographie
Gentilé Saint-Georgeois
Population
municipale
556 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 12″ nord, 0° 46′ 08″ ouest
Altitude Min. 119 m – Max. 283 m
Superficie 20,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Rouelley

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Rouelley

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Rouelley

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-de-Rouelley
Liens
Site web www.saint-georges-de-rouelley.a3w.fr

Saint-Georges-de-Rouelley est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 556 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au sud-est du département de la Manche, la commune est aux confins du Mortainais et du Domfrontais (ou « Passais »), en Bocage normand. Son bourg est à 5 km à l'est de Barenton, à 10 km à l'ouest de Domfront et à 15 km au sud-est de Mortain[1].

Le bourg de Saint-Georges-de-Roulley se situe sur l'ancienne RN 807, déclassée en RD 907 depuis la réforme de 1972. Elle relie Domfront à Mortain, et passe également à Barenton.

Elle est caractérisée par un habitat assez concentré dans le bourg et par un site classé et de tout premier intérêt : la Fosse Arthour. Saint-Georges fait partie du parc naturel régional Normandie-Maine, dont Louis-Pierre Hamel, le maire de l'époque, a été l'un des fondateurs avec Hubert d'Andigné.

Le point culminant (282/283 m) se situe au nord, en forêt de la Lande Pourrie. Le point le plus bas (119 m) correspond à la sortie d'un des premiers petits affluents de la Sélune du territoire, au sud-est. La commune est principalement bocagère et partiellement forestière.

Saint-Georges-de-Rouelley se situe aussi sur le circuit Lancelot du Lac.

Communes limitrophes de Saint-Georges-de-Rouelley[2]
Barenton Ger Lonlay-L'Abbaye (Orne)
Barenton Saint-Georges-de-Rouelley[2] Rouellé (Orne)
Barenton,
Saint-Cyr-du-Bailleul
Saint-Cyr-du-Bailleul,
Saint-Mars-d'Égrenne (Orne),
Saint-Roch-sur-Égrenne (Orne)
Saint-Roch-sur-Égrenne (Orne)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme de Sancto Georgio en 1369 et 1370[3]. La paroisse était dédiée à Georges de Lydda, martyr du IVe siècle. Rouellé, ici graphié Rouelley, est la commune voisine, mais dans le département de l'Orne.

Le gentilé est Saint-Georgeois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les familles notables et anciennes sont les Mézange de Saint-André, Vézard, Foucault, Dary et Clouard.

Selon certains historiens et spécialistes de littérature, dont le Pr Payen de l'université de Caen, le Roman de la Table Ronde et la légende arthurienne auraient comme berceau d'inspiration la région de la Fosse Arthour.

Les activités économiques historiques étaient liées notamment à l'exploitation de la forêt de la Lande Pourrie : verriers, potiers, exploitant de carrières et mines de fer, forestiers. La famille Foucault développa aux XVIIe et XVIIIe siècles la production de verres appelés des chambourils et des teintures naturelles, notamment un rouge renommé.

En 1870, les Prussiens investirent la région.

En 1893, la ligne ferroviaire de Domfront à Avranches est mise en service. Saint-Georges-de-Rouelley possède alors en commun avec la commune de Saint-Cyr-du-Bailleul une gare, la gare de Saint-Cyr – Saint-Georges.

En 1944, de violents combats eurent lieu. Des parachutistes allemands furent lâchés dans les forêts de la Fosse Arthour pour s'opposer à la progression des Américains et des résistants locaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? Dr Auguste Bonnesœur[4]   Médecin
1890 1906 M. Mallon SE Rentier
1906 1955 Victor Foucault Parti radical Rentier, conseiller général
1955 1965 M. Langlois SE commerçant
1965 1981 Louis-Pierre Hamel SE Universitaire
1981 1995 Maxime Lecuisinier SE Agriculteur
1995 en cours Raymond Béchet[5] SE Commerçant
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 556 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Saint-Georges-de-Rouelley[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Saint-Georges-de-Rouelley a compté jusqu'à 1 735 habitants en 1846.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 638 1 708 1 702 1 667 1 537 1 661 1 735 1 717
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 654 1 576 1 526 1 482 1 449 1 406 1 405 1 402 1 270
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 226 1 230 1 177 961 942 958 930 869 903
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
809 765 701 672 600 518 528 555 556
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité s'est principalement focalisée sur l'agriculture, la transformation forestière et les productions de poiré, cidre, pommeau, calvados, et autres spécialités de la cuisine normande.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'église Saint-Georges[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Georges, très ancienne, a été modifiée par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans, avec de nombreuses statues polychromes de saints à l’intérieur. Le clocher a été refait à la suite des dégâts engendrés lors de la Seconde Guerre mondiale, sur le modèle de celui de l'église de la haute ville de Domfront. L'intérieur de l'église a fait l'objet d’une restauration de qualité dans les années 2000.

La Fosse Arthour[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, sur le territoire de la commune, à quelques kilomètres du bourg, on peut découvrir le site classé de la fosse Arthour où, selon la légende, le roi Arthur et la reine Guenièvre auraient séjourné. C'est un lieu très rocheux, renommé pour l'escalade, avec une forêt (qui est une prolongation de la forêt de la Lande Pourrie), un lac et une rivière vive, la Sonce. Ce site fait partie, comme la commune elle-même, du parc naturel régional Normandie-Maine et du circuit Lancelot du Lac.

Autres[modifier | modifier le code]

Le calvaire du Roc.

Sur une maison du bourg se trouve un bois polychrome ancien figurant saint Georges terrassant le dragon.

Il ne reste rien du vieux château, si ce n'est quelques traces des douves au lieu-dit de la Planche Bray, en contrebas de la très ancienne ferme de la Salle. Une légende ancienne, « La Levrette obstinée », a pour cadre le château de Saint-Georges. Elle figure dans la plupart des recueils de légendes normandes.

Dominant un panorama ouvert sur le sud, à quelques centaines de mètres à l'est du site de la Fosse Arthour, sur le GR 22, a été érigé le calvaire du Roc, en forêt de la Lande Pourrie.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-de-Rouelley est le berceau d'un club de football qui a longtemps joué au plus haut niveau régional en division d'honneur dans les années 1970-1980, et qui a fusionné en 1988 avec le club voisin de Domfront. Ceci est un fait rare en regard de la taille de la commune et de ses infrastructures. La Société sportive Saint-Georges-Domfont fait aujourd'hui évoluer une équipe en ligue de Basse-Normandie et une autre en division de district[9].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Un festival annuel, la « fête des Rochers », regroupant environ 3 à 4 000 personnes a eu lieu chaque 22 août, de 1969 à 1982, sur le site de la Fosse Arthour. De nombreux artistes de variété, d'envergure nationale y participèrent. En 1980 fut inauguré le nouveau plan d'eau de la Fosse-Arthour par Louis-Pierre Hamel, Léon Jozeau-Marigné, Hubert d'Andigné, Émile Bizet et Jacques Roulleaux-Dugage.

La fête communale a lieu en mai : jeux, vide-greniers, courses cyclistes[10]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le conventionnel Siméon Bonnesœur-Bourginière, député de la Manche aux États généraux de 1789, membre du Conseil des Cinq-Cents et administrateur du département de la Manche, est né au village de la Bourginière à Saint-Georges et y a vécu de nombreuses années. Avocat, oncle du peintre Géricault qui en fit un portrait, aujourd'hui au musée de Minneapolis, il vota la mort de Louis XVI et dut, comme régicide, lors de la Terreur blanche, s'exiler en Belgique. Il est enterré dans l'église Montéglise de Barenton.
  • Au XIXe siècle, le peintre Théodore Géricault, peintre, entre autres, du célèbre Radeau de la méduse, a effectué de nombreux séjours d'été chez ses cousins à Saint-Georges. C'est ici qu'il va découvrir le milieu équestre, pour en devenir l'un des peintres les plus réputés. Sur la route de Saint-Georges à Saint-Cyr, le lieu-dit Hôtel Géricault existe toujours, maison d'origine de la famille du peintre. De nombreuses œuvres du peintre sont restées chez ces cousins bas-normands, tableaux et lithographies. Ils ont été en grande partie détruits lors des bombardements de 1944. Géricault a fait le portrait de certains membres de cette famille, comme Félix Bonnesœur-Bourginière. Au décès du peintre, la famille Saint-Georgeaise fit un long procès pour être reconnue comme héritière en partie du peintre.
  • La philosophe Aline Hamel-Foucault, parente de Géricault, est née en 1906 à Saint-Georges et y est décédée en 2002. Elle fut l'élève de Rudolf Steiner, de Karlfried Graf Durckheim et de Gabriel Marcel et mécène de nombreux peintres, dont Pierre Brette, peintre officiel de la Marine, qui vint à plusieurs reprises à Saint-Georges. Elle travailla avec le Dr Paul Carton.
  • Mgr Hippolyte Simon, ancien archevêque de Clermont, est né à Saint-Georges-de-Rouelley et y a passé son enfance.
  • Deux membres de la Légion d'honneur reposent au cimetière de la commune : Victor Foucault-Montecot et son gendre, Louis Hamel, anciens maires de la commune.
  • Une grande sépulture « Louvel », famille du sénateur-maire de Caen, Jean-Marie Louvel, ministre de l'Industrie, qui a achevé la reconstruction de la capitale normande, après la Seconde Guerre mondiale, est installée dans la partie ancienne du cimetière.
  • Pierre Sineux, spécialiste de l'histoire et des religions de la Grèce antique, président de l'université de Caen de mai 2012 à sa mort en février 2016, est né à Saint-Georges-de-Rouelley.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1544
  4. Annuaire du département de la Manche, 12e année 1840, p. 225
  5. a et b Réélection 2014 : « Saint-Georges-de-Rouelley (50720) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 17 juin 2014)
  6. Date du prochain recensement à Saint-Georges-de-Rouelley, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Ste S St-Georges-Domfront » (consulté le 29 novembre 2014)
  10. « Ouest-france.fr - Fête communale : course d'ânes et humour - Saint-Georges-de-Rouelley » (consulté le 9 janvier 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Gallet, Pierre Brette et la Manche, Normandie Terre des Arts, 1992
  • Dr G. Buisson,Géricault : De Mortain à Paris, Le conventionnel Bonnesœur-Bourginière, Ocep, 1976, Histoire de Saint-Georges-de-Rouelley, 1986, conf. Société d'Archéologie du Mortainais
  • M. Hérubel, Contes populaires de toutes les Normandie, Ed. Ouest-France, 2000
  • J.-Ch. Payen : La Légende arthurienne et la Normandie, collectif, Ed. Charles Corlet, 1983