Montanel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montanel
La mairie de Montanel.
La mairie de Montanel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Saint-Hilaire-du-Harcouët
Intercommunalité Mont-Saint-Michel-Normandie
Statut Commune déléguée
Maire délégué Brigitte Chrétien
2017-2020
Code postal 50240
Code commune 50337
Démographie
Gentilé Montanellais
Population 381 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 47″ nord, 1° 25′ 08″ ouest
Altitude Min. 19 m – Max. 124 m
Superficie 15,40 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-James
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Montanel

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Montanel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Montanel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Montanel

Montanel est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 381 habitants[Note 1] (les Montanellais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en Basse-Normandie et limitrophe de la Bretagne, la commune est aux confins de l'Avranchin, du Coglais et du pays de Dol. Son bourg est à 7,5 km au nord-est d'Antrain, à 9,5 km à l'ouest de Saint-James, à 10 km au sud-est de Pontorson et à 13 km au nord de Saint-Brice-en-Coglès[1].

Communes limitrophes de Montanel[2]
Vessey Vessey Argouges
Sacey Montanel[2] Argouges
Saint-Ouen-la-Rouërie (Ille-et-Vilaine) Saint-Ouen-la-Rouërie (Ille-et-Vilaine) Argouges,
Coglès (Ille-et-Vilaine)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Montanel semble être issu d'un personnage attesté au XIe siècle, Osmont Asnel. La disparition du s au XIIe siècle, d'où Omont Anel, a pu favoriser la transformation en Au mont Anel, puis Mont Anel[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le drame de 1943[modifier | modifier le code]

Le dimanche 28 février 1943, un Stirling I R9349 WP-'U' de la RAF revenant d'une opération sur Saint-Nazaire[4], touché à 21 heures 37 au-dessus de Rennes[5] par la défense antiaérienne allemande, s'est écrasé à Montanel, à la Réboudinière, chez M. Jean-Marie Martin et son épouse ; selon des sources britanniques, peu fiables, dans un champ du Clos-sous-Bois, situé à Carnet, à un kilomètre de Saint-James ; une autre source, française, mentionne le champ de M. Louis Bossard, décédé à Sacey[6]. Des sept occupants, deux sergents britanniques de la RAF, J. McGhie et K H. Jackson ont réussi à sauter en parachute sur une zone où ils croyaient pouvoir être secourus par la Résistance locale[7]. Remis par des habitants aux gendarmes, ils sont livrés aux autorités allemandes qui les font prisonniers[8]. Leurs cinq compagnons, quatre Anglais et un Néo-Zélandais, n'ont pas survécu[9]. Le commandant allemand Arthur Von Pasquali Farawall, chef du district (Kreiskommandant) d'Avranches, a donné l'ordre de leur rendre les honneurs militaires et de les faire enterrer au cimetière d'Avranches, le où leurs tombes ont été fleuries, malgré l'interdiction, pendant toute l'Occupation[10]

Stirling : le premier bombardier quadrimoteur de la RAF, entré en service en août 1940, affecté à partir de 1942 aux bombardements de nuit.

Errol Martyn[11] fournit les renseignements suivants sur ces aviateurs : Robert George Frederick Byant, sergent, matricule 1334545, navigateur-bombardier ; Leonard Joseph Humphrey, 26 ans, sergent, matricule 1395877, mitrailleur, fils de Joseph Victor et d'Emily Humphrey, époux de Joan Dora Humphrey, habitant Erith dans le Kent ; Edward (alias Teddy) Lear, 22 ans, officier navigateur, matricule 126018, fils de Thomas et Beatrice Lear, époux de Lillian Margaret Lear, habitant Stockwell à Londres ; Ronald Vivian Steven Rooke, 22 ans, sergent, matricule 1376950, opérateur-radio/mitrailleur, fils de Claude Stephen et Grace Lillian Rooke, habitant Hammersmith à Londres ; Vernon Enright Spain, 29 ans, officier pilote, matricule 413499, fils de William Henry et de Margaret Mary Spain, époux d'Olga M.-C. Spain, habitant Dunedin, Otago, Nouvelle-Zélande.

Les aviateurs appartenaient au 90e Escadron du 3e Groupe de bombardiers de la RAF[12] ; le Néo-Zélandais venait de la Royal New Zealand Air Force.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Claude Bailleul    
mars 2001 en cours Brigitte Chrétien[13] SE Enseignante
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 381 habitants, en augmentation de 2,42 % par rapport à 2009 (Manche : 0,44 % , France hors Mayotte : 2,49 %) Montanel a compté jusqu'à 1 162 habitants en 1831.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
721 825 942 974 1 162 1 076 1 112 1 125 1 102
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 120 1 111 1 033 1 053 1 003 905 870 838 809
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
832 811 809 689 686 707 685 652 627
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
638 553 511 461 443 367 367 380 381
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.
  • Église Notre-Dame du XIXe siècle, de style néo-roman.
  • Château de la Touche-Villeberge, chapelle.
  • Bois de Blanche Lande.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Sources section Histoire
  • Eddy Florentin, Quand les Alliés bombardaient la France (1940-1945), éd. Perrin, 1997.
  • Michel Coupard, Jacques Lecoq, Fabienne Richard, La Manche, lieu de mémoire de la Seconde Guerre mondiale, Passé simple, 2005. Les trois auteurs sont des journalistes locaux.
  • Air Historical Branch, London.
  • Errol Martyn, auteur néozélandais de For Your Tomorrow ; A record of New Zealanders who have died while serving with the RNZAF and Allied Air Services since 1915.
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 179
  4. Destination incontestable. L’appareil participait au raid aérien de cette nuit-là sur Saint-Nazaire. On connaît parfaitement les forces engagées lors du bombardement du 28 février au 1er mars 1943 : 152 Lancaster, 119 Wellington, 100 Halifax, 62 Stirling, 4 Mosquito. Les Allemands ont abattu 2 Lancaster (Lancaster III ED 467 EA-E Sqd 49, Lancaster IR 5913 OL-G Sqd 83), 2 Wellington (Wellington III BK 343 ZL-V Sqd 427, Wellington III X 3653 ZL-T Sqd 427) et ce Stirling I R 9349 WP-U Sqd 90
  5. Il avait décollé à 18 heures 07 de l'aérodrome de Ridgewell (en), dans l'Essex. Cependant, il nous est impossible de savoir s'il s'agit de l'heure anglaise ou de l'heure allemande, ou « heure de Berlin » (temps universel + 2 heures) décrété dès mai 1940.
  6. Ces sites sont circonscrits dans un périmètre très restreint. Or, l'appareil a fini par exploser en vol. Les Allemands ont recueilli les débris trouvés çà et là, et non la carcasse entière. Cependant, une commission d'enquête diligentée par le gouvernement britannique, en septembre-octobre 2009, est persuadée que l'un des quatre moteurs jamais retrouvé est encore enfoui à Montanel. Un citoyen anglais, M. Cyndyland, habitant la commune depuis treize ans a confirmé ce fait. C'est sur les indications de cet ancien militaire qu'une délégation officielle diligentée par la RAF du Kent a orienté ses recherches.
  7. En l'état actuel, nous savons peu de choses de la résistance dans le secteur, sinon que deux membres de Saint-James ont été arrêtés en juillet 1944 : les deux frères de Roqueffeuille, François et Arnaud, du château de Boussay, propriété actuelle de Régis, fils de François. Le chef d'inculpation est assez évocateur : attitude anti-allemande, évasion de futurs STO et membres d'un réseau. Le convoi qui les emmenait en déportation a été intercepté à Péronne, en Picardie, par l'armée américaine qui les a libérés. A Montanel, certains habitants évoquent Alexandre Lanssoneur et les deux frères Pierre et Laurent Barat, le premier tué lors du bombardement d'août 1944, le second disparu sans laisser d'adresse à la Libération
  8. Ils seront décorés de la medal of Honour et promus Warrant Officers
  9. Il convient d'ajouter une huitième victime, "collatérale" dirait-on aujourd'hui. L'appareil en flammes attira un grand nombre de villageois. Les gendarmes de Saint-James et le commandement allemand contrôlèrent les identités. Malheureusement, M. Dekansky, propriétaire d'une cidrerie-distillerie à Antrain, fut facilement repéré par ses papiers et son étoile jaune. Déporté à Auschwitz, il revint en 1945 et se retira sur la commune d'Antrain. Cependant, un des deux seuls témoins survivants, M. Jean-Marie Boyaux, alors ouvrier agricole à La Réboudinière, n'ajoute pas foi à la totalité de ces événements.
  10. Une photo de propagande a circulé dans la presse locale pour monter l'événement en épingle. Cependant, il faut se garder de toute conclusion hâtive sur l'esprit « chevaleresque » de Pasquali. D'après les témoignages de M. Boyaux, déjà nommé, et Alexandre Le Hérissé, âgé de 8 ans au moment des faits, tous deux présents sur le terrain en 1943, le même Von Pasquali se serait acharné à coups de bottes sur les dépouilles des aviateurs abattus...
  11. Martyn Errol, auteur néozélandais de For Your Tomorrow ; A record of New Zealanders who have died while serving with the RNZAF and Allied Air Services since 1915.
  12. Voir l'historique de l'escadron 90 de la RAF(en anglais)
  13. a et b Réélection 2014 : « Montanel (50240) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 mai 2014)
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard Le Héricher, Avranchin monumental et historique, t. 2, Avranches, Tostain, (lire en ligne), p. 563-568
  • Pierre Brault, Montanel, commune rurale de l'Avranchin, édition l'amitié par le livre, 1977.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :