Coglès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coglès
Coglès
La mairie annexe.
Blason de Coglès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Antrain
Intercommunalité Couesnon Marches de Bretagne
Statut Commune déléguée
Maire délégué Aymar de Gouvion-Saint-Cyr
2017-2020
Code postal 35460
Code commune 35083
Démographie
Gentilé Coglais
Population 661 hab. (2016 en augmentation de 2.01 % par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 35″ nord, 1° 21′ 51″ ouest
Altitude Min. 70 m
Max. 142 m
Superficie 17,21 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Portes du Coglais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 15.svg
Coglès
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Coglès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Coglès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Coglès

Coglès est une ancienne commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne, peuplée de 661 habitants[Note 1]. Elle a fusionné le avec Montours et La Selle-en-Coglès pour former la commune des Portes-du-Coglais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Coglès est situé à 52 km au nord-est de Rennes et à 25 km au sud du Mont-Saint-Michel dans le pays de Fougères, en bordure de la Normandie.

Les communes limitrophes sont Montanel, Argouges, Carnet dans le département de la Manche et Le Ferré, Montours, La Selle-en-Coglès, Saint-Brice-en-Coglès, Tremblay, Saint-Ouen-la-Rouërie en Ille-et-Vilaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia de Cogles en 1158, ecclesia Coglarum en 1170, Cogles en 1283[1].

La paroisse de Coglès fut appelée, jusqu'à la Révolution, Saint-Jean-de-Coglès, du fait de son saint patron, saint Jean-Baptiste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien pagus de la cité de Rhedones, Coglès, chef-lieu de l'antique circonscription du Coglais (dérivé du vieux breton gouglez, signifiant "nord", comme gogledd en gallois et gogledh en cornique), dont faisaient partie les paroisses du Châtellier, de Montours, de Saint-Brice-en-Coglès, de Saint-Étienne-en-Coglès, de Saint-Germain-en-Coglès, et de La Selle-en-Coglès

Dès le XIe siècle, cette paroisse s'appelait Coglès, et avait le titre de fief. Elle dépendait de l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes, qui y possédait un prieuré. Geoffroy, baron de Fougères, donna en 1204, sa terre de Coglès, à son oncle tuteur, Guillaume l'Angevin, pour le remercier d'avoir administré ses domaines. Les seigneurs de Coglès tirent bien entendu leur nom de la paroisse de Coglès où ils avaient leur château, édifié dans le bois de Gâtines au lieu-dit le Châtel où l'on voyait une ancienne motte féodale portant le nom de Motte-au-Seigneur.

Coglès, capitale du Coglais, était situé à un carrefour de plusieurs voies de communication. Le vicomte Le Bouteiller signale une voie romaine de Nantes à Avranches se prolongeant vers le nord à l'est de Saint-Brice-en-Coglès et en gagnant Coglès pour se diriger vers Saint-James-de-Beuvron.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
(maire en 1981)   Yves Ferrand de La Conte[2]    
juin 1995 avril 2014 Catherine Villerbu dvd  
avril 2014 décembre 2016 Aymar de Gouvion-Saint-Cyr[3] LR Juriste

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 2].

En 2016, la commune comptait 661 habitants, en augmentation de 2,01 % par rapport à 2011 (Ille-et-Vilaine : 5,31 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5691 4561 3161 4151 4031 3041 2621 2861 252
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3001 3041 3101 2501 2821 2511 2071 1511 058
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
983969949900914889870870819
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
856795730652609566604650652
2016 - - - - - - - -
661--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activité, manifestations et label[modifier | modifier le code]

En 2003, la commune a obtenu le label Communes du patrimoine rural de Bretagne pour la richesse de son patrimoine architectural et paysager[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste (XIIe, XVIIe et XVIIIe siècles).
  • Manoir des Longrais (XVIe et XVIIIe siècles).
  • Manoir de La Bretonnière (XVIIe siècle). Le manoir de la Bretonnière est un édifice bâti au XVe et au XVIIe siècle. Il est orné d'une tourelle carrée percée d'étroites meurtrières, d'un porche et d'un cadran solaire. Au premier étage, une pièce en avancée est supportée par d'élégants piliers.
  • Manoir de La Bouverie (XVIIe-XIXe siècles).
  • Chêne remarquable au lieu-dit la Gaudinière, de 8,40 m de circonférence[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]