Bion (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bion.

Bion
Bion (Manche)
Église Saint-Pierre de Bion.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Le Mortainais
Intercommunalité Mont-Saint-Michel-Normandie
Statut commune déléguée
Maire délégué Daniel Heuzé
2016-2020
Code postal 50140
Code commune 50056
Démographie
Gentilé Bionnais
Population 378 hab. (2015)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 14″ nord, 0° 55′ 05″ ouest
Altitude Min. 76 m
Max. 305 m
Superficie 12,67 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Mortain-Bocage
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Bion

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Bion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bion

Bion est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Mortain-Bocage[1].

Elle est peuplée de 378 habitants[2] (les Bionnais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bion[3]
Mortain Mortain Saint-Clément-Rancoudray (comm. ass. de Rancoudray)
Romagny Bion[3] Saint-Jean-du-Corail
Notre-Dame-du-Touchet Saint-Jean-du-Corail Saint-Jean-du-Corail

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ad Bium 1082[4], Bion entre 1106 et 1135[5], Biun en 1160[4], Ricardus de Bion en 1195[6], Radulfus de Bion en 1198[7], Byon vers 1200[4], Bion en 1235[8].

La première attestation ad Bium en 1082, finale en [-õ], notée -on, comme dans Manthelon (Eure) suggère l'élément -ó-magos. Dans cette hypothèse, on pourrait alors considérer également la solution qu'offre le gaulois °becos « abeille »[9], l'élément -ó-magos se combine en effet assez fréquemment avec un nom d'animal, et °Becó-magos pourrait éventuellement avoir le sens de « rucher; lieu où l'on élève des abeilles ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2008 André Hamon SE  
2008 en cours Daniel Heuzé[10] SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 378 habitants, en diminution de -5,74 % par rapport à 2010 (Manche : 0,44 % , France hors Mayotte : 2,49 %) Bion a compté jusqu'à 870 habitants en 1851.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720826754820779854805806870
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
781744729692687629615614598
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
564529521504485453450426474
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
395394408471488431380401378
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
  • Église Saint-Pierre (XXe siècle).
  • Forêt de Mortain, au nord-est du territoire communal.
  • Chapelle de Bourberouge, en lisière de la forêt.
  • Site des rochers en forêt de Mortain : rocher à la Vierge, rochers du Balcon, de Moulinet, de Vieille Bruyère, de Bouillant et du Dolmen.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[15].
  1. « recueil des actes administratifs de la Manche » (consulté le 18 décembre 2015)
  2. Population municipale 2015.
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. a, b et c François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, pages 80 et 81.
  5. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, “Les noms de communes de Normandie”, in Annales de Normandie XIII (juin 1963), § 329.
  6. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 84a.
  7. Léchaudé D’Anisy et Antoine Charma, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, pars secunda, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI, 2e série, 6e volume, Paris, 1852, p. 27b.
  8. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 66a, § 412.
  9. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, Paris, 2001, p. 60. Le gaulois °becos est issu du celtique commun °bekos (cf. ancien irlandais bech « abeille »), et a survécu dans certains dialectes français et italiens (limousin bec « guêpe », creusois beco, italien dialectal bega, etc.).
  10. a et b Réélection 2014 : « Bion (50140) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 mai 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 .
  15. « Bion sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :