Le Fresne-Poret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Fresne-Poret
L'église Saint-Jean-Baptiste.
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Le Mortainais
Intercommunalité Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
Nicolle Miquelard
2014-2020
Code postal 50850
Code commune 50193
Démographie
Gentilé Fresnais
Population
municipale
206 hab. (2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 37″ nord, 0° 49′ 47″ ouest
Altitude Min. 204 m – Max. 316 m
Superficie 10,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Le Fresne-Poret

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Le Fresne-Poret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Fresne-Poret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Fresne-Poret

Le Fresne-Poret est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 206 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud-est du département de la Manche, limitrophe de l'Orne et à proximité du Calvados, et donc entre Mortainais, bocage virois et bocage flérien. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie place la commune à l'ouest de l'unité des hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais située majoritairement au nord-ouest du département de l'Orne et caractérisée par un «  paysage rude, marqué par un relief complexe modelé par les cours d’eau qui en divergent comme d’un château d’eau »[1]. Son bourg est à 8 km à l'est de Sourdeval, à 10 km au sud-ouest de Tinchebray et à 13 km au nord-est de Mortain.

Deux routes départementales se croisent dans le bourg. La D 60 permet au sud de joindre Barenton et au nord-est Tinchebray. La D 83 mène au nord-ouest à Saint-Martin-de-Chaulieu et au sud-est à Ger. Sourdeval est accessible à l'ouest en empruntant la D 60, puis la D 499 dès la limite communale franchie.

Fait exceptionnel pour une commune de la Manche, Le Fresne-Poret est très majoritairement dans le bassin de la Loire (Heussé, Saint-Georges-de-Rouelley et Ger, sont aussi dans ce cas), par son sous-affluent l'Égrenne qui délimite le territoire du nord-ouest à l'est. Plusieurs courts affluents parcourent le territoire communal dont l'un contourne le bourg. Seule une petite partie au sud-ouest du territoire alimente la Sée Rousse, une des ramifications de la Sée, fleuve côtier.

Le point culminant (316 m) se situe au sud-ouest, près du lieu-dit la Frainée, sur la ligne de partage des eaux. La cote de 314 m est également atteinte plus au sud, près de la Ferme et des Hautes Brousses. Le point le plus bas (203/204 m) correspond à la sortie de l'Égrenne du territoire, au sud-est. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. Le Fresne-Poret est à égales distances des stations météorologiques de Caen-Carpiquet et Granville-Pointe du Roc, à un peu moins de 60 km, mais Alençon-Valframbert est à moins de 75 km[2]. Le nord du Mortainais s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle parmi les plus importantes de Normandie et qui, au Fresne-Poret, avoisine les 1 200 mm[3].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : la Bobichère, l'Étre Niobey, la Mannière, la Thébaudière, la Gauterie, l'Haltière, la Huberdière, le Pont d'Égrenne (au nord), le Val Petit, le Bas Pont, la Petite Vallée, le Bourg Donné, le Petit Bourg Donné, les Brousses, Frévalet, la Vente Loisel, les Brousses Guermont, le Bois du Fresne, le Beaulieu, le Moulin du Fresne, la Fieffe aux Chèvres (à l'est), les Oziers, les Carreaux, le Moulin du Pont Auray, la Noë Aubay, l'Embûche de Bas, le Sot Coin, l'Embûche, la Brousse au Cheval, le Petit Ruet, le Bas Pied Fût, les Prés (au sud), la Ferme, les Hautes Brousses, la Fieffe Boulay, la Rochais, la Clairière, la Valette, le Maupas, le Maupertuis, la Frainée, les Auges, le Logis, les Hayes, l'Aujardière, le Bourg et la Goderie (à l'ouest)[4].

Communes limitrophes du Fresne-Poret[5]
Sourdeval Saint-Christophe-de-Chaulieu (Orne) Tinchebray-Bocage (Orne)
(comm. dél. de Saint-Jean-des-Bois)
Sourdeval du Fresne-Poret[5] Ger
Sourdeval,
Ger
Ger Ger

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fresne a pour origine l'arbre, le frêne, et Poret est un nom de famille[6].

Le gentilé est Fresnais[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Fresne-Poret est la dernière commune de la Manche à être libérée lors de la bataille de Normandie par les 28e et 29e divisions d'infanterie américaines le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
…1792 1795… Jacques Lalouël    
…1796 1798… Jean Lalouël    
1798 1799 Julien Lalouël    
1800 1813 Jean-Jacques Moulin    
1813 1821 Jean-Charles Lalouël    
1821 1828 Michel-Gabriel Lalouël    
1828 1830 Jean-Jacques Moulin    
1830 1832 Michel-Gabriel Lalouël    
1832 1845 Jean-Baptiste Juhel[8]    
1845 1846 Casimir Moulin   faisant fonction
1846 1851 Casimir Moulin    
1851 1852 Claude-Louis Mauger    
1852 1873 Victor-Michel Juhel    
1873 1892 Charles Debon    
1892 1892 Emmanuel Moulin    
1892 1915 Prosper Buffard    
1915 1919 Auguste Levallois    
1919 1922 Victor Roulleaux    
1922 1923 Artur Fourré    
1923 1925 Adrien Labiche    
1925 1929 Alexis Lecointre    
1929 1933 Fernand Favrie    
1933 1935 Gustave Bazin    
1935 1940 Alexis Lecointre    
1940 1940 Théophile Bazin   faisant fonction
1940 1942 Gustave Moulin    
1942 1953 Ferdinand Sillère    
1953 1986 Albert Durand    
1986 mars 2001 Daniel Hamon SE Agriculteur
mars 2001[9] en cours Nicole Miquelard[10] SE Agricultrice
Une partie des données est issue de liste établie par J. Plouëssel et N. Garel
issue de l'ouvrage "601 communes et lieux de vie de la Manche" [11]

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 206 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Le Fresne-Poret[12]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Le Fresne-Poret a compté jusqu'à 1 095 habitants en 1841.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 849 986 976 1 006 1 076 1 095 1 048 1 009
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
951 860 827 812 803 739 731 686 603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
590 580 560 481 448 459 463 427 396
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
382 357 312 317 277 241 235 218 206
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste (fin XIXe).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Étienne Juhel Deslandes (ca 1744-1824). Descendant d'une famille de maîtres drapiers de Vire, son grand-père Denis Juhel a fait partie de la délégation venue demander au ministre Colbert de nouveaux statuts pour les drapiers de Vire. Aubergiste, cultivateur, il se présente comme représentant du Tiers état du bailliage de Mortain à l'Assemblée préliminaire aux États généraux qui se tient à Coutances. Il n'est pas retenu pour l'Assemblée parisienne. Il est conseiller municipal du Fresne-Poret.

Il enverra deux de ses petits-fils, Victor Achille Juhel-Desmares et Louis Auvray (futur maire de Saint-Lô) à l'école polytechnique récemment créée. Son fils Jean Baptiste Juhel qui prend sa suite comme aubergiste sera maire de la commune du Fresne-Poret.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 7.4.2 : Les hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais » [PDF], sur donnees.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal de Basse-Normandie (consulté le 19 février 2016)
  2. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 29 août 2013) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Le Fresne-Poret sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 129
  7. « Ouest-france.fr - Mairie du Fresne-Poret » (consulté le 8 novembre 2009)
  8. Annuaire du département de la Manche, 12e année 1840, p 226
  9. « Nicole Miquelard à la tête d'une liste », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 30 novembre 2014)
  10. a et b Réélection 2014 : « Le Fresne-Poret (50850) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 mai 2014)
  11. René Gautier, 601 communes et lieux de vie de la Manche [détail des éditions]
  12. Date du prochain recensement à Le Fresne-Poret, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :