Saint James (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint James.

Saint James
logo de Saint James (entreprise)
Logo des Tricots Saint James

Création 1889
Dates clés 1950, 1990, 2013
Fondateurs Léon Legallais
Personnages clés Bernard Bonte, Julien Bonte, Yannick Duval et Joël Legendre,Luc Lesénécal et Patrice Guinebault
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Né de la mer
Siège social Saint-James
Drapeau de France France
Direction Luc Lesénécal[1]
Activité Textile
Produits habillement, accessoires
Effectif 300[1]
Site web https://www.saint-james.com/fr

Chiffre d’affaires 40 millions d'euros (2011)[1]

Les Tricots Saint James ou Saint James est une entreprise française implantée dans la commune de Saint-James dans le département de la Manche en Basse-Normandie, spécialisée dans la confection de vêtements marins, dont des marinières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première filature textile est fondée en 1850 à Saint-James. Elle fabrique du fil de laine pour alimenter les merceries et bonneteries de la région.

La marque Saint James est fondée en 1889[2] par le directeur de la filature, Léon Legallais, qui souhaite créer des vêtements pour les marins normands et bretons.

Saint James fabrique d'abord des chemises de laine de pays qui donneront plus tard naissance au pull marin tricoté en pure laine vierge[3].

La famille Bonte achète l'entreprise en 1950[4].

En 1982, l'entreprise se lance dans la confection de marinières en coton afin de compléter son offre de vêtements en laine[5].

En 1989, L'entreprise fête son centième anniversaire par un record : elle tricote le plus grand pull du monde, haut de 8 mètres et large de 14 mètres d'une extrémité de manche à l’autre[6].

En 1990, la famille Bonte cède la majorité des actions de l'entreprise à 130 de ses salariés qui constituent une société financière ; Yannick Duval et Joël Legendre en prennent la direction[7],[4],[5].

Entre 1990 et 2005, le chiffre d'affaires des Tricots Saint James a triplé, passant de 9 à 31 millions d'euros[5].

En janvier 2013, Yannick Duval et Joël Legendre cèdent l'entreprise à plusieurs de ses cadres dirigeants. Patrice Guinebault et à Luc Lesénécal, ex-directeur général adjoint de la coopérative laitière Isigny-Sainte-Mère en prennent la direction[7],[1],[4].

Entreprise du Patrimoine Vivant[modifier | modifier le code]

En 2013 Saint James a été reconnue Entreprise du Patrimoine Vivant (Label EPV). Marque de reconnaissance de l’État qui distingue des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels. Ces entreprises labellisées EPV se caractérisent par une histoire et un patrimoine parfois séculaires, des capacités d’innovation et des savoir-faire rares qui ont contribué à asseoir leur notoriété dans le tissu entrepreneurial français.

Produits[modifier | modifier le code]

À l'origine issue des élevages de moutons des environs du Mont-Saint-Michel (France), la laine utilisée pour confectionner les vêtements vient de Nouvelle-Zélande, d'Australie et d'Argentine[5]. L'entreprise est reconnue pour son expertise dans l'utilisation de cette matière première[réf. nécessaire].

Collaborations[modifier | modifier le code]

En 2014, l'entreprise s'associe au Slip français pour créer une collection de maillots de bain, espadrilles et sacs à dos[8].

En 2015, l'entreprise Saint James devient partenaire du P2N et habille tous les bénévoles lors de l'événement. C'est plus de 1 500 personnes portant les marinières, personnalisées pour chaque nouvelle édition[réf. souhaitée].

2017 Saint James collabore avec la célèbre entreprise Ets Rondinaud, connu pour ces Charentaise. Pour cette occasion, ils ont confectionné deux paires aux couleurs de la marque[réf. souhaitée].

En 2017 Saint James collabore avec la chanteuse Hoshi, connue notamment grâce à l'émission Rising Star en 2014. Elle interprète dans son 1er album "Il suffit d'y croire" une chanson : "Ta marinière" mettant à l'honneur ce modèle[réf. souhaitée].

Boutiques[modifier | modifier le code]

Saint James possède plusieurs boutiques en France et à l'étranger, la marque est distribuée dans des boutiques multi-marques ou exclusivement dédiées à Saint James.

Siège social et production[modifier | modifier le code]

Les Tricots Saint James possèdent leur siège social et usine dans la commune de Saint-James situé dans le département de la Manche en Normandie.

Une partie des vêtements est produit dans les pays du bassin méditerranéen[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Marion Deslandes, « Saint James change de main dans la continuité », Fashion Daily News, Éditions Larivière, nos 691-692,‎ , p. 13 (ISSN 1283-3584).
  2. « Tout savoir sur la marque Saint James » sur plurielles.fr. Consulté le 2 octobre 2011.
  3. « Le diagnostic de l’entreprise » publié sur revuecasgestion.com (page 18) [PDF]
  4. a b et c « Manche. Les Tricots Saint-James repris par un groupe de cadres dirigeants », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 27 novembre 2017)
  5. a b c et d « Dans le secret des tricots Saint James », sur www.journaldunet.com (consulté le 27 novembre 2017).
  6. « New York expose un pull Saint James géant », sur [1] consulté le-13 avril 2018.
  7. a et b Timothée L’Angevin, « L’entreprise Saint-James reprise par des cadres du groupe », sur www.usinenouvelle.com, (consulté le 27 novembre 2017).
  8. Elodie Le Gall, « La collab’ d’été Saint-James x Le Slip Français », sur www.femmeactuelle.fr, (consulté le 27 novembre 2017).
  9. Dominique Chapuis, « Les tricots Saint James misent sur le tourisme industriel », sur lesechos.fr, (consulté le 27 novembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]