Aller au contenu

Aucey-la-Plaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aucey-la-Plaine
Aucey-la-Plaine
L'église paroissiale Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Intercommunalité Communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
Alain Bodin
2020-2026
Code postal 50170
Code commune 50019
Démographie
Gentilé Aucéens
Population
municipale
414 hab. (2021 en diminution de 5,69 % par rapport à 2015)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 38″ nord, 1° 28′ 41″ ouest
Altitude Min. 5 m
Max. 61 m
Superficie 9,39 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Pontorson
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontorson
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Aucey-la-Plaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Aucey-la-Plaine
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
Aucey-la-Plaine
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Aucey-la-Plaine

Aucey-la-Plaine (prononcer /ose:laplɛn/) est une commune française située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 414 habitants[Note 1].

Géographie

[modifier | modifier le code]

Aucey-la-Plaine est une commune limitrophe de la Bretagne à l'extrême sud-ouest de la Manche et de l'Avranchin, dans le canton de Pontorson. Son bourg est distant de 3,5 km au sud du chef-lieu de canton, de 8 km au nord d'Antrain, de 14 km à l'est de Saint-James et de 24 km au sud-ouest d'Avranches, chef-lieu d'arrondissement[1].

Aucey-la-Plaine est bordée de trois cours d'eau : le Couesnon, marquant la frontière historique avec la Bretagne, qui se jette dans la baie du mont Saint-Michel, et deux de ses affluents : au nord, le ruisseau des Landes-Besnel, en limite de la commune de Boucey (associée à Pontorson), et au sud le Loison, séparant Aucey des communes de Vessey et Sacey.

La superficie de la commune est de 939 hectares. Son altitude varie entre 5 et 61 mètres. La partie la plus basse, le long du Couesnon est marécageuse et fréquemment inondée en hiver. La majeure partie des sols de la commune est schisteuse, à l'exception des alluvions qu'on trouve sur les terrains bordant le Couesnon.

Le paysage est assez plat et principalement agraire. La commune a été remembrée en 1985 mais on trouve encore un peu de talus et de haies, et quelques surfaces boisées. Dans la partie marécageuse ont été plantées un grand nombre de peupliers. L'économie est dominée par l'agriculture : la surface agricole utilisée représente 90 % de la superficie totale. Les champs cultivés occupent le tiers des surfaces avec une dominance de prairies temporaires, de maïs fourrage et de céréales.

Communes limitrophes d’Aucey-la-Plaine[2]
Pontorson (comm. ass. de Boucey) Pontorson (comm. ass. de Boucey) Pontorson (comm. ass. de Cormeray)
Sougéal (Ille-et-Vilaine) Aucey-la-Plaine[2] Vessey
Sougéal (Ille-et-Vilaine) Sacey Vessey

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[4]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat maritime », correspondant au Cotentin et à l'ouest du département de la Manche, frais, humide et pluvieux, où les contrastes pluviométrique et thermique sont parfois très prononcés en quelques kilomètres quand le relief est marqué[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 745 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 7,2 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Pontorson à 4 km à vol d'oiseau[6], est de 11,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 821,3 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Au , Aucey-la-Plaine est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[10]. Elle est située hors unité urbaine[11]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pontorson, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[11]. Cette aire, qui regroupe 5 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (95,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (59,1 %), prairies (25,5 %), zones agricoles hétérogènes (10,8 %), zones urbanisées (4,3 %), zones humides intérieures (0,3 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Attestations anciennes

[modifier | modifier le code]

Hance [lire Hancé] 1142[15], Aucie XIIe siècle[15], Gelduinus de Auce 1172[15], Galfridus de Auceio 1198[16], Galfridus de Aucie 1198[17], Jordoinus de Auceio 1234[18], Johannes de Auce 1268[19], rector de Auceyo 1369/1370, 1371/1372[20], ecclesia de Auceio 1412[21], ecclesia de Auxeio c. 1480[22], Auxey 1612/1636[23], Auxé 1677[24], 1713[25], Aucey 1753/1785[26], 1854[27], 1903[28].

Le gentilé est Aucéens.

Étymologie

[modifier | modifier le code]

Toponyme gallo-roman °ALCIACU, formé avec le suffixe -ACU ajouté à un nom de personne. Le premier élément est l'anthroponyme (nom de personne) gallo-romain Alcius[29], d'où le sens global de « domaine rural d'Alcius[30] ». Ce type toponymique se rencontre plusieurs fois en France sous les formes Auchy, Auxy, Auxi, etc.

Autrefois simplement Aucey, la commune a ajouté le déterminant -la-Plaine à son nom en 1927 pour éviter les confusions avec la commune d'Auxais, près de Saint-Lô. La région de plaine où se situe Aucey, sur la rive droite (normande) du Couesnon, contraste en effet avec le relief accidenté de la rive bretonne opposée.

Aucey-la-Plaine est cité par quelques historiens locaux du XIXe siècle :

  • l'abbé Desroches, dans son Histoire du Mont-Saint-Michel et de l'ancien diocèse d'Avranches. (1838) : « Une ancienne tradition veut que quelques familles errantes aient exhaussé le lieu où est actuellement l'église d'Aucey, et que cette paroisse tire son nom de cet exhaussement. S'étant fixés en ces lieux marécageux, ils se virent bientôt en proie à des fièvres dévorantes. Ils élevèrent aussi une petite chapelle, sous l'invocation de la Sainte Vierge, et l'appelèrent la chapelle de la fiévreuse. Aucey possède le château et le fief de la Crenne, un des plus anciens du pays ; en faisant réparer la chaussée de l'étang, on a trouvé des pièces carolingiennes »[31].
  • Jacques-François Boudent-Godelinière dans son Essai historique et statistique sur l'Avranchin (1844) : « On voit, dans la commune d'Aucey, un château construit depuis environ un demi-siècle, nommé le Gué-Péroux, à très peu de distance du Couësnon. Cette dénomination annonce qu'il y avait jadis un gué dans cet endroit de la rivière, ce qui est en effet très exact. C'est par ce gué que le prince de Condé, qui s'était mis à la tête des protestants, passa, en 1585, de Normandie en Bretagne, pour de là se rendre en Angleterre »[32].
  • Édouard le Héricher dans son Avranchin monumental et historique (1845) : « Cette commune affecte la configuration que les botanistes appellent réniforme. La grande route d'Antrain forme la nervure médiane ; le Couesnon tronque le lobe occidental, le réseau des chemins imite les fibrilles du tissu ; une ligne à peu près idéale contourne le lobe oriental. Deux petits affluents du Couesnon côtoient le bord du sud en l'échancrant au milieu et celui du nord. Les marais du Couesnon se resserrent à Aucey par le rapprochement des rebords du bassin. En cette commune est un passage assez fréquenté : c'est le Gué-Perroux par lequel passa le prince de Condé déguisé qui se réfugiait en Angleterre. En fait de noms significatifs, on remarque le Haut-Gringeal, la Rue, la Lande-Chauve, la Herpoterie, la Croisade, la Porte, et l'ancien fief de la Crenne qui appartient à une branche des Verdun, et près duquel on a trouvé des monnaies carlovingiennes, et la chapelle dite des Fiévroux, dédiée à la Vierge.
Il ne reste plus rien de l'église que R. de Beaufou donna au commencement du XIIe siècle ; celle d'aujourd'hui, vaste, propre, confortable, a une origine toute moderne : la tour est de 1762, la nef de 1775, et le reste est à peu près de ce temps. Il n'y a rien aux murs, rien à la voûte, rien aux autels qui ait un caractère d'art ou qui parle du passé. Le pavé seul a conservé quelques pierres plus vieilles que l'église. On remarque une dalle à grande croix, ornée de trois écussons losangés, la pierre tombale de Marie A. d'Aucey de Lambert 1776, inscription reproduite sur une dalle récente de marbre noir, placée dans le pavé du chœur, celle de Michel Lenglois 1622, une de 1572, celle d'Olyvier Guyon, prêtre et chanoine, de la Crenne 1639. Les murs du cimetière sont revêtus d'anciennes pierres taillées en prismes, venues sans doute de l'ancienne église.
En 1648, cette église rendait 300 livres ; en 1698 elle en valait 500 : 143 taillables payaient 1 172 livre. Notre épigraphe nous apprend que, dans l'origine, cette église était aux évêques d'Avranches, et qu'elle fut transférée à l'abbaye de Marmoutier.
Dans une ancienne charte du Livre Vert, on trouve un Gaufridus de Anceio et Auceio, et ailleurs on lit : « Unam plateam cum orto apud Auceium » Aucey est cité dans l'Echiquier, pour l'année 1198, dans la préfecture de Pontorson : « Galf. de Auceio deb. xl. so. quos habuit de Ric. Burnof de Taill. Fales. ». Nous avons une charte de Montmorel relative à cette paroisse, intitulée : « Carta confirmationis Rolandi de Auce pro elemosinis datis à Joh. de Ciz. Polie. 1234... teneor garantizare abbatie M. Morelli elemosinam quam J. de Ciz. fecit de feodo presbiteri in parrochia de Poilleio... ad majorem firmitatem D. Jordoinus de Auceio miles hujus conventionis plegius sigillum suum apposuit. »
Aucey est latinisé en Alceium ou en son équivalent Auceium : ces mots signifient habitation d'Auci ou d'Alci. Il y a trois tenants en chef de ce nom dans le Domesday.

L'affaire criminelle Louis Lédenté s'est déroulée à Aucey-la-Plaine en novembre 1959[33].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1794 Lange    
1794 1795 Charles Pivert    
1795 1798 Jacques Porcher    
1798 1800 François Helleu   Officier public
1800 1812 François Helleu    
1812 1830 Alexandre de Verdun de la Crenne    
1831 1848 Julien Duguépéroux    
1848 1849 Louis de Verdun de la Crenne    
1850 1870 Alexandre Constant de Verdun de la Crenne    
1870 1871 Louis Pivert    
1871 1889 Alexandre Constant de Verdun de la Crenne    
1890 1898 François Pivert    
1898 1945 René de Verdun    
1945 1959 Roland de Verdun    
1959 1977 François Porcher    
1977 1983 Jean-Marie Gouablin    
1983 1989 Anatole Lecamus    
1989 1995 Michel de Verdun   Agriculteur
1995 2001 Anatole Lecamus    
mars 2001 mars 2014 Alain Bodin SE Exploitant agricole
mars 2014[34] mai 2020[35] Jacqueline Poisson SE Retraitée de la fonction publique hospitalière
mai 2020[36] En cours Alain Bodin SE Exploitant agricole
Une partie des données est issue d'une liste établie par Jean Pouëssel et Yves Murie[37].

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[38].

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[40].

En 2021, la commune comptait 414 habitants[Note 3], en diminution de 5,69 % par rapport à 2015 (Manche : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %). Aucey-la-Plaine a compté jusqu'à 818 habitants en 1846.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
769551611700745778790818757
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
817810815763766765786746712
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
733750665552529555561553512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
472444442419430362440451444
2017 2021 - - - - - - -
427414-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Église paroissiale Notre-Dame. Édifiée au XVIIIe siècle avec les pierres du château de Boucey[37], elle abrite une Vierge à l'Enfant du XVIe classée au titre objet aux monuments historiques[43]. Sont également conservés trois autels[44],[45],[46].
  • Chapelle et la fontaine Notre-Dame de Fiévroux, anciennement Fièvoux (XVIe siècle). Lieu de pèlerinage très ancien. Selon la tradition, un oratoire fut érigé à l'emplacement d'une source aux vertus curatives, à une époque où la fièvre des marais décimait la population. La chapelle, en ruines à la Révolution, fut relevée vers 1820.
  • Château de la Crenne (milieu XIXe siècle), propriété de la famille de Verdun, construit entre 1851 et 1858 par l'architecte rennais Jacques Mellet. Sa décoration intérieure fut réalisée par Jobbé-Duval, et le parc fut dessiné par Paul de Choulot.
  • Le Gué-Péroux (fin XVIIIe siècle) ; ancien passage à gué traversant le Couesnon. Au Moyen Âge, il servait de poste de garde.
  • Calvaire et croix de cimetière (XIXe siècle).
  • Passerelle piétonnière au-dessus du Couesnon reliant les marais d'Aucey et de Sougeal en Bretagne[37].

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Bulletin municipal d'information d'Aucey-la-Plaine.
  • Daniel Delattre et Emmanuel Delattre, La Manche les 602 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, , 280 p. (ISBN 978-2-9159-0709-4), p. 13.
  • René Gautier et al. (préf. Jean-François Le Grand, postface Danièle Polvé-Montmasson), 601 communes et lieux de vie de la Manche : Le dictionnaire incontournable de notre patrimoine, Bayeux, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits & Introuvables », , 704 p. (ISBN 978-2-35458-036-0), p. 61.

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Population municipale 2021.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr.
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  6. « Orthodromie entre Aucey-la-Plaine et Pontorson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Pontorson » (commune de Pontorson) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Pontorson » (commune de Pontorson) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  10. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pontorson », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. a b et c François de Beaurepaire, Les Noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 70.
  16. Amédée Léchaudé D’Anisy et Antoine Charma, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, pars secunda, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI, 2e série, 6e volume, Paris, 1852, p. 2a.
  17. Amédée Léchaudé D’Anisy et Antoine Charma, op. cit., p. 26a.
  18. Chartrier de Saint-Lô, cité dans Édouard Le Héricher, Avranchin monumental et historique, éd. E. Tostain (et H. Tribouillard), Avranches, vol. II, 1847, p. 162.
  19. Léopold Delisle, Recueil de jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle, Paris, 1864, p. 195, § 832.
  20. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 141C et 148E.
  21. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 153B.
  22. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 169A.
  23. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [Paris BnF (Mss.), Français 4620]
  24. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [Paris BnF (Mss.), Cinq cents de Colbert 261, f° 229-275].
  25. Dénombrement des généralités de 1713 [Paris BnF (Mss.), Français 11385, f° 1-132].
  26. Carte de Cassini.
  27. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  28. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  29. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 17a.
  30. Ce nom gallo-romain est un dérivé en -ius à valeur patronymique d' Alce, cognomen latin d'origine grecque. Ce dernier repose sur le grec ἀλχή (alkhê) « chêne rouvre, arbre dur », d'où l'idée générale de « force » commune à la plupart des noms de cette famille.
  31. Jean Jacques Desroches, Histoire du Mont Saint-Michel et de l'ancien diocèse d'Avranches, t. 1, Caen, Mancel, (lire en ligne), p. 123.
  32. Jacques-François Boudent-Godelinière, Essai historique et statistique sur l'Avranchin, t. 1, Avranches, Tostain, (lire en ligne), p. 213.
  33. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, Éditions de Borée, Paris, 2012.
  34. « Jacqueline Poisson est élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  35. « Aucey-la- Plaine : Jacqueline Jore-Poisson candidate mais pas tête de liste », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  36. « Alain Bodin reprend le fauteuil de maire », sur lamanchelibre.fr, La Manche Libre (consulté le ).
  37. a b et c Gautier 2014, p. 61.
  38. « Aucey-la-Plaine (50170) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  43. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM50000025.
  44. « Autel latéral sud dit de Saint-Sébastien, deux degrés, gradin, retable et tableau : Adoration des Mages », notice no PM50013486.
  45. « Autel (maître-autel), gradin, tabernacle, retable, ciborium et deux portes de sacristie », notice no PM50013484.
  46. « Autel latéral nord, deux degrés, gradin, tabernacle, retable et tableau : Immaculée Conception », notice no PM50013485.
  47. Édouard Le Héricher, Avranchin monumental et historique, t. 2, Avranches, Tostain, (lire en ligne), p. 160-162.