La Chapelle-Urée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.

La Chapelle-Urée
La Chapelle-Urée
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Isigny-le-Buat
Intercommunalité Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
Guy Boutin
2014-2020
Code postal 50370
Code commune 50124
Démographie
Gentilé Chapelains
Population
municipale
152 hab. (2016 en augmentation de 16,03 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 12″ nord, 1° 08′ 33″ ouest
Altitude Min. 140 m
Max. 237 m
Superficie 4,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
La Chapelle-Urée

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
La Chapelle-Urée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Urée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Urée

La Chapelle-Urée est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 152 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Chapelle-Urée[1]
Le Grand-Celland Le Grand-Celland, Reffuveille Reffuveille
Isigny-le-Buat (comm. ass. de Montgothier) La Chapelle-Urée[1] Reffuveille
Isigny-le-Buat (comm. ass. de La Mancellière) Isigny-le-Buat (comm. ass. de La Mancellière) Reffuveille,
Isigny-le-Buat (comm. ass. de La Mancellière)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Capella Uslata en 1180[2].

Déformation de La Chapelle Ullée, dans lequel ullée est le participe passé du verbe de l'ancien français uller ou usler (du latin uslare) « brûler »[3]. Toponyme médiéval issu de l'ancien français chapele uslee, « chapelle brûlée »[4]. On ignore les circonstances de cet événement, tout comme l'identité du constructeur ou du commanditaire de la chapelle. De l'oïl chapelle et du participe passé uslee, ullée « brûlée » , le r vient de l'attraction savante de latin urere « brûler »[2].


Le gentilé est Chapelain[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La Chapelle-Urée a pour seigneur la famille de La Broïse qui est aussi baronne d'Ardevon et du Mesnil-Adelée. Un de ses seigneur, Thomas de La Broïse, participa à la défense du mont Saint-Michel durant la guerre de Cent Ans, et un autre, Jacques-Baptiste de La Broïse défendit la redoute Saint-Maurice au siège de Münster avec 100 hommes contre 10 000 Hollandais. Il fut décoré de l'ordre de Saint-Louis. Son fils entra en qualité de lieutenant dans l'armée catholique et royale de Normandie, sous les ordres de Louis de Frotté.

Le château actuellement rasé s'appelle le château du Boulvert et a donné son nom à la branche seigneure de La Chapelle-Urée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie, située au lieu-dit l'Embranchement.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
  1989 Auguste Boutin SE Agriculteur
1989[6] mars 2008 Gustave Loqué SE Agriculteur
mars 2008 En cours Guy Boutin[7] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 152 habitants[Note 2], en augmentation de 16,03 % par rapport à 2011 (Manche : -0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320314132353408418422414405
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
405374411384381363357345355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
343335311294314288272282249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
243218208181169122129130133
2016 - - - - - - - -
152--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le Carrefour des Arts, expositions ponctuelles, ateliers et résidence d'artistes.
  • Foire aux puces, le 15 août, organisée par le comité des fêtes de La Chapelle-Urée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a et b Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Tome 3, (ISBN 2600028846).
  3. Cahier des Annales de Normandie - René Lepelley - Les noms de communes de l'arrondissement d'Avranches (Manche) - page 563.
  4. Édouard Le Héricher (op. cit., p. 257) rapporte une tradition (légendaire ?) selon laquelle la chapelle en question était située « au milieu d'une forêt que dévora un incendie. Elle fut miraculeusement préservée de l'embrasement. Elle s'appela dès-lors la Chapelle-de-la-Forêt-Urée, et par suite du besoin impérieux d'abréger, la Chapelle-Urée. » Nul besoin de dire qu'aucun texte ne vient confirmer ce qui ressemble fort à une explication a posteriori.
  5. « Habitants.fr » (consulté le 11 décembre 2009)
  6. « Le maire sortant, Gustave Loqué, ne se représente pas », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 février 2016)
  7. a et b Réélection 2014 : « La Chapelle-Urée (50370) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 mai 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Manoir du Bois Adam », notice no PA50000009, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :