Les Cresnays

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Manche
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Manche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Les Cresnays
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Isigny-le-Buat
Intercommunalité Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
Francis Leprieur
2014-2020
Code postal 50370
Code commune 50152
Démographie
Population
municipale
240 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 08″ nord, 1° 07′ 19″ ouest
Altitude Min. 32 m – Max. 131 m
Superficie 9,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Les Cresnays

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Les Cresnays

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Cresnays

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Cresnays

Les Cresnays est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 240 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est structurée en plusieurs hameaux[1] : les Cresnays (bourg), la Montellerie, la Bitardière, les Moulins, la Lorerie, la Haute Garlière, les Bourdonnais, la Saillanderie, la Piquoiserie, la Courtoiselière, la Basselinière, la Bouverie, l'Aumouillère, la Tuaudière, la Traversière, la Maitellerie, la Gougeonnière, la Torlière, la Droutière, la Guesnonnière, la Chardière, Bellefontaine, la Héraudière, la Tourie, la Maison Neuve, la Rainière, la Chèvrerie, la Fouacerie, la Fainière, la Cochardière, les Verdières, la Gauterie, la Poupardière, le Manoir, l'Éclairée, la Datinière, la Rue Marot, le Clos Née, les Questures.

La commune est bordée à l'ouest par le ruisseau de la Tullerie et au nord par la Sée.

Toponymie[modifier | modifier le code]

De gronna (champ de sources, ici marais)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Commune née de la réunion de Saint-Pierre-de-Cresnay et de Notre-Dame-de-Cresnay en 1825.

L'église Notre-Dame était située à quelques mètres de l'église Saint-Pierre. La première église a été démolie et les pierres ont été remployées pour agrandir la deuxième. L'actuel cimetière était celui de la paroisse Notre-Dame.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
v. 1860  ? Jules-Charles Laurant[2]    
1929 1956 Édouard Roussel    
1956 1963 Georges Paillette    
1963 1983 Gaston Cudelou   Agriculteur
1983 2008 Bernard Aguiton SE Agriculteur
2008 en cours Francis Leprieur[3] SE Cadre d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en [5],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 240 habitants, en diminution de -5,51 % par rapport à 2009 (Manche : Erreur d’expression : caractère de ponctuation « [ » non reconnu, % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
2014
240
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Notre-Dame-de-Cresnay
1793 1800 1806 1821
420 356 394 378
(Sources : EHESS[8])

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

En 1840, Jacques Poullain, le maître maçon habitant la commune, a construit le bâtiment situé en face de l'église. Ce bâtiment a servi d'école jusqu'en 1936, et accueillait alors deux classes mixtes.

En 1936, l'école a été transformée en mairie, à la suite de l'édification d'un nouveau groupe scolaire. Celui-ci accueillait trois classes : une pour les petits enfants, une pour les filles et une pour les garçons.

Fermée depuis les années 1980, ce bâtiment tient lieu actuellement de salle communale. Le seul moulin dans son état d'origine est le moulin de la Cour daté du XVIIIe siècle et appartenant aujourd'hui à la famille Gillot. Ce moulin, autrefois équipé de trois roues, fut exploité jusqu'en 1950 par Charles Gillot. Seule subsiste la bâtisse, sans les roues, son étang et le bief sont encore entretenus régulièrement.

En fait, le moulin de la Cour est appelé ainsi improprement et est beaucoup plus ancien. En effet, il s'agissait du moulin banal rattaché à la paroisse Notre Dame de Cresnay. Il existait aussi le moulin de Bellefontaine qui lui, était rattaché à la paroisse Saint Pierre de Cresnay. Les 2 églises étaient distantes de quelques dizaines de mètres seulement et dépendaient de la baronnie, érigé en marquisat au XVIe siècle, de la famille Du Parc, puis Poilvilain à partir de 1666. En 1825, l’église Notre Dame nécessite de lourd travaux de remise en état, la décision est alors prise de réunir les 2 paroisses, les pierres de l'une permettant d'agrandir la seconde, le village prend alors le nom "Les Cresnays".

On trouve un écrit de l'existence du moulin de Cresnay dans un livre de raison de Gilles de Gouberville au XVIe siècle. Le lendemain du baptême du fils de Nicolas Du Parc, baron des Cresnays, et de Jacqueline de Crux son épouse, il visite le moulin le 25 janvier 1554 et écrit ces quelques lignes:

"le vendredi XXVe, je ne bougé de Cresney; ma niepce fut fort malade. Apprès diner, je m'en allé au moulin de Cresney, où me mena Thomas, serviteur et mounier du sr de Crux. Le sr de cresney et Cantepye s'y trouvèrent, qui y estoyent allés devant."

Une date gravée sur une pierre de granit quelques années après cet évènement se trouve à droite de la porte:

Ce graffiti apparait après avoir blanchi le granit à la craie

Bien que non mentionné sur la carte de Cassini, comme les autres moulins du secteur, le moulin de Cresnay apparait cependant sur la carte de Mariette de La Pagerie dressée[9] en 1720. Le détail y fait apparaitre le nom du ruisseau à cette époque, le gué de Riant, qui en plus de faire tourner le moulin, alimente les douves du château situé en aval, près des deux églises. Encore actuellement, sur le cours du ruisseau appelé maintenant la Loteraie, un lieu-dit s'appelle le gué Driant.

On remarque également la présence d'un étang juste en amont du moulin. Cette technique était employée pour les roues « à augets », qui étaient alimentées en eau par le dessus, par opposition à la roue à aubes. En plus, un étang permet aussi de compenser les variations de débit du ruisseau et assurer un rendement du moulin plus régulier.

carte dressée en 1720 par Mariette de la Pagerie

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN
  2. Annuaire du département de la Manche, 33e année, 1861, p 234
  3. Réélection 2014 : « Les Cresnays (50370) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 mai 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. [ Calendrier départemental des recensements], sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20132014 .
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Notre-Dame-de-Cresnay », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 26 mai 2011)
  9. Carte topographique de la Normandie, en quatre feuilles.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :