Front de Périgueux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Front de Périgueux
Image illustrative de l’article Front de Périgueux
Rosace représentant Saint Front de Périgueux, située en l'église Saint-Pierre-ès-Liens de Lalinde.
Saint et évêque de Périgueux
Naissance Ier siècle
Lanquais, Gaule
Décès v. 100 
Périgueux, Gaule
Vénéré par Église catholique, église orthodoxe
Fête 25 octobre

Front de Périgueux est le légendaire évangélisateur du Périgord au IIIe siècle, mais la période est discutée[1].

C'est un saint des Églises chrétiennes célébré le 25 octobre.

Hagiographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au VIIIe siècle, Front de Périgueux n'est qu'un personnage légendaire, mais durant ce siècle est écrite sa première hagiographie qui est en fait un récit fusionnant la vie de deux saints, Front, l'ermite du Périgord et un moine d'Égypte, saint Fronton de Nitrie[2].

Selon de pieuses légendes Frontonis ou Frontus serait né à Lanquais, en Gaule, et aurait fait des études de lettres en Périgord en s'intéressant particulièrement aux psautiers[2]. Opprimé par un praeses dénommé Squirius, il aurait été évincé de la région et serait parti en Égypte puis à Rome[2]. Là-bas, il aurait fait la rencontre de saint Pierre, apôtre et aurait été ordonné prêtre[2]. Il aurait été envoyé à Périgueux, accompagné par soixante-dix disciples[2].

Saint Front aurait procédé à une évangélisation en remontant la voie romaine de Bordeaux à Lyon[réf. nécessaire]. Ainsi dans l'église de Creuzier-le-Neuf (Allier), un vitrail rappelle son passage. Les légendes du village lui attribuent la découverte de la fontaine située en contrebas qui porte son nom[réf. nécessaire].

Traditionnellement, les lieux de culte consacrés à ce saint sont associés à une fontaine dont l’eau aurait la réputation de posséder des vertus prophylactiques et curatives[réf. nécessaire].

Ses reliques reposèrent jusqu'en 1575 dans ce qui est devenu la cathédrale Saint-Front à Périgueux[3]. À cette date, les Huguenots s'en emparent, les transportent au château de Tiregand à Creysse puis les jettent dans la Dordogne[4].

Considéré de tout temps comme « l'évangélisateur du Périgord », Saint-Front est encore aujourd'hui célébré par l'Église[2].

Une douzaine de communes ou d'anciennes communes françaises portent le nom de Saint-Front, ainsi que deux communes en Italie centrale, en région des Marches : Frontone et Frontino.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Saint Front. Evêque de Périgueux en 74 ou vers le IVe siècle (date ?) », sur nominis.cef.fr (consulté le 18 août 2018)
  2. a b c d e et f Penaud 1999.
  3. Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, Périgueux, éditions la Lauze, , 601 p. (ISBN 2-912032-50-4), p. 223-226.
  4. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord : châteaux, manoirs, gentilhommières, chartreuses, maisons-fortes, Bordeaux, éditions Sud Ouest, , 316 p. (ISBN 2-87901-221-X), p. 278-279.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.