Baneuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Baneuil
Baneuil
Le village de Baneuil.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Lalinde
Intercommunalité Communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord
Maire
Mandat
Thierry Deguilhem
2014-2020
Code postal 24150
Code commune 24023
Démographie
Gentilé Baneuillais
Population
municipale
356 hab. (2016 en augmentation de 2,01 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 11″ nord, 0° 41′ 22″ est
Altitude Min. 27 m
Max. 141 m
Superficie 8,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Baneuil

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Baneuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baneuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baneuil
Liens
Site web baneuil.fr

Baneuil est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le canal de Lalinde en amont de la Borie-Basse.

Au sud du département de la Dordogne, en Périgord pourpre, la commune de Baneuil est entièrement située en rive droite de la Dordogne qui, longée par le canal de Lalinde, borde la commune au sud.

L'altitude minimale, 27 mètres, se trouve au sud-ouest, là où la Dordogne quitte la commune pour servir de limite entre celles de Saint-Capraise-de-Lalinde et Varennes. L'altitude maximale avec 141 mètres est localisée au bourg de Baneuil.

Le bourg se situe, en distances orthodromiques, quatre kilomètres à l'ouest-nord-ouest de Lalinde et seize kilomètres à l'est de Bergerac.

La principale voie d'accès de la commune est la route départementale 660 (l'ancienne route nationale 660) qui longe le canal de Lalinde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Baneuil est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Baneuil
Cause-de-Clérans Pressignac-Vicq
Baneuil Lalinde
Saint-Capraise-de-Lalinde Varennes Couze-et-Saint-Front

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Banolium au XIIIe siècle[1] et Banolhium en 1472, Baneilh en 1582[1].

Le nom de la commune se réfère soit à un nom de personnage d'origine germanique Banno, soit au mot gaulois banno, signifiant « corne », suivis du suffixe gaulois -ialo, indiquant une clairière[2],[3]. Baneuil pourrait donc signifier la « clairière de la corne » ou la « clairière de Banno ». D'origine celtique, ce toponyme pourrait se rapprocher du mot gaélique d’Écosse Beann signifiant « sommet, corne, pointe ». À l'origine, Baneuil était sans doute une clairière située sur une hauteur et suffisamment remarquable pour avoir donné son nom à ce lieu (« Baneuil est au sommet d'un coteau dominant la vallée de la Dordogne »[4]).

En occitan, la commune porte le nom de Banuèlh[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a été occupé au Paléolithique et au Néolithique[2]. Baneuil est un village ancien comme l'indique son nom d'origine gauloise. La présence d'un dolmen[5] atteste l'occupation très ancienne de cette colline dominée par un vieux donjon datant du XIIe siècle. La construction de l'église remonte à la fin du XIe siècle[2].

La première mention écrite connue du lieu remonte au XIIIe siècle sous la forme Banolium, suivie deux siècles après, de Banolhium[2].

Le village se situe sur une très ancienne voie de colline qui suivait sur les hauteurs, la rive droite de la Dordogne.

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village porte le nom de Baneul[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Baneuil a, dès 1790, été rattachée au canton de la Linde qui dépendait du district de Bergerac. En 1800, les districts sont supprimés et le canton de Lalinde (nouvelle orthographe) dépend désormais de l'arrondissement de Bergerac[7].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 2002, Baneuil intègre dès sa création la communauté de communes Entre Dordogne et Louyre. Cette structure intercommunale fusionne avec quatre autres pour former au 1er janvier 2013 la communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
    Guy Traverse[Note 1]    
  mars 2001 Pierre Ratier    
mars 2001 mars 2008 Alain Bernard    
mars 2008 mars 2014 Gérard Porcher SE Retraité de l'éducation nationale
mars 2014[8] En cours
(au 30 avril 2014)
Thierry Deguilhem FG[9]  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Baneuil se nomment les Baneuillais[10].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2016, la commune comptait 356 habitants[Note 2], en augmentation de 2,01 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
206168170180210212217228219
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
221240212205199216211200187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
187223225223244263250221236
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
280260259262299302353348356
2016 - - - - - - - -
356--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, Baneuil est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec les communes de Cause-de-Clérans et Couze-et-Saint-Front au niveau des classes de maternelle et de primaire. La commune assure la maternelle et le cours préparatoire[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[16], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 164 personnes, soit 46,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-trois) a augmenté par rapport à 2010 (seize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte dix-sept établissements[17], dont huit au niveau des commerces, transports ou services, cinq dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, un dans la construction, et un dans l'industrie[18].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Créée en 1956, l'entreprise Polyrey, l'un des principaux employeurs privés du département avec 500 employés à Baneuil en 2016, sur 650 au total[19], est l'une des principales entreprises européennes sur le marché des stratifiés[20].

Parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, tous secteurs confondus, Polyrey (fabrication de produits en caoutchouc et en plastique) se classe en deuxième position en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2015-2016, avec 136 893 k€[21], en première position parmi les entreprises industrielles[22], et également en première position pour le chiffre d'affaires à l'exportation (73 956 k€)[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Notamment liées à la présence de la Dordogne, plusieurs zones naturelles du territoire communal sont protégées.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

La Dordogne à la Borie-Basse.

Deux zones Natura 2000 sont délimitées sur le territoire de Baneuil :

  • la Dordogne[31], protégée pour différentes espèces de poissons,
  • les coteaux calcaires qui bordent la Dordogne sur sa rive droite, au nord de la ligne de chemin de fer, entre les lieux-dits la Borie-Basse et la Tronce, ainsi que dans l'angle sud-ouest du territoire communal, au sud de la Boissière[32].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Ces mêmes coteaux calcaires forment aussi une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I sur laquelle subsistent sur 19 hectares des chênes verts (Quercus ilex)[33],[34].

Protection du biotope[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du département baignées par la Dordogne, Baneuil est soumise à un arrêté préfectoral de protection de biotope de 1991 destiné à favoriser la migration et le frai de plusieurs espèces de poissons[35].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en fonctions.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 185 - (ISBN 2600028838).
  2. a b c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 41.
  3. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 4 février 2014.
  4. Charles Higounet - 1978 - Recherches sur l'histoire de l'occupation du sol du Périgord - p. 64 - (ISBN 2-222-02279-7).
  5. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, p. 225, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3)
  6. Géoportail, « Baneul » (consulté le 4 février 2014).
  7. Notice communale de Baneuil sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 9 mars 2012.
  8. Anne-Marie Sopkowitz, Thierry Deguilhem est le nouveau maire, Sud Ouest édition Périgueux du 15 avril 2014, p. 20d.
  9. https://www.sudouest.fr/2015/02/18/ils-representent-le-front-de-gauche-1833515-2029.php
  10. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. École primaire publique à Baneuil sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 15 mars 2012.
  16. Dossier complet - Commune de Baneuil (24023) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 5 août 2018.
  17. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 5 août 2018).
  18. Dossier complet - Commune de Baneuil (24023) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 5 août 2018.
  19. Grégoire Morizet, « A 60 ans, l'entreprise « Polirey se porte bien » », Sud Ouest édition Dordogne, 1er octobre 2016, p. 15.
  20. Émilie Delpeyrat, « Polirey rebondit au royaume du stratifié », Sud Ouest édition Périgueux, 10 novembre 2014, p. 12.
  21. « Chiffres d'affaires : les 50 premières », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 28.
  22. « Industrie », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 32.
  23. « Export », Sud Ouest éco & entreprises édition Dordogne, novembre 2017, p. 33.
  24. « Château de Baneuil », notice no PA00082334, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 18 septembre 2010.
  25. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 19, Éditions Sud Ouest, Bordeaux, 1996 (ISBN 2-87901-221-X)
  26. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, 2000, p. 221-222 (ISBN 978-2-912347-11-4)
  27. « Canal de Lalinde (aqueduc du port de Lanquais) », notice no PA24000002, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 mars 2012.
  28. « Canal de Lalinde (écluse de la Borie-Basse) », notice no PA24000001, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 18 septembre 2010.
  29. « Église de Baneuil », notice no PA00082335, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 18 septembre 2010.
  30. Jean Secret, L'église de Baneuil, dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1975, tome 102, p. 157-162 (lire en ligne)
  31. FR7200660 - La Dordogne : SIC sur le site de l'INPN, consulté le 9 mars 2012.
  32. FR7200664 - Coteaux calcaires de la vallée de la Dordogne : SIC sur le site de l'INPN, consulté le 9 mars 2012.
  33. Coteaux xérophiles de la Dordogne en aval de Lalinde sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 9 mars 2012.
  34. Carte de la ZNIEFF 26880000 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 9 mars 2012.
  35. Arrêté préfectoral de la Dordogne no 911909 portant conservation du biotope du saumon, de la Grande Alose "Alosa Alosa", alose Feinte "Alosa fallax", lamproie fluviatile "Lampetra fluviatillis", lamproie Marine "Petromyzon Marinus" constitué par l'ensemble du cours de la Rivière Dordogne dans le Département sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 9 mars 2012.