Monsempron-Libos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monsempron-Libos
Vue de Monsempron-Libos.
Vue de Monsempron-Libos.
Blason de Monsempron-Libos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Canton Le Fumélois
Intercommunalité CC Fumel Vallée du Lot
Maire
Mandat
Jean-Jacques Brouillet
2014-2020
Code postal 47500
Code commune 47179
Démographie
Gentilé Monsempronnais
Population
municipale
2 085 hab. (2014)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 58″ nord, 0° 56′ 39″ est
Altitude 116 m (min. : 59 m) (max. : 155 m)
Superficie 9,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Monsempron-Libos

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Monsempron-Libos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monsempron-Libos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monsempron-Libos
Liens
Site web monsempronlibos.fr

Monsempron-Libos est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Mairie.

Commune de l'aire urbaine de Fumel située dans son unité urbaine au confluent du Lot et la Lémance entre Villeneuve-sur-Lot et Cahors en périphérie ouest de Fumel.

Accès par la route RD 911 et la gare de Monsempron-Libos TER Aquitaine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Monsempron-Libos
Salles Cuzorn
Condezaygues Monsempron-Libos Fumel
Saint-Vite

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Lot et ses affluents le Rech et la Lémance qui le rejoignent à Libos ont une alimentation pluviale ce qui explique leurs sautes de débit et leurs crues brutales lors d'orage qui prennent parfois un caractère catastrophique.

La Lémance sert de limite naturelle de la commune avec celle de Fumel, ainsi que le Rech avec celle Condezaygues, et le Lot avec celle de Saint-Vite.

Climat[modifier | modifier le code]

Monsempron-Libos se situe dans la zone climatique océanique. Mais, il s'agit d'un climat océanique dégradé avec une amplitude thermique annuelle plus marquée et des précipitations moins abondantes que sur le littoral aquitain. De plus, à la différence du littoral, le printemps (surtout à sa fin) y est plus arrosé que l'hiver. Les vents dominants sont d'ouest sans être exclusifs[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Monsempron (Mons-Sempronius) est un ancien bourg monastique fortifié qui s'est développé à partir d'un prieuré bénédictin de l'abbaye d'Aurillac établi sur une hauteur dominant le confluent de la Lémance et du Lot. Le nom de la gente romaine Sempronia n'indique pas forcément une origine gallo-romaine. Plusieurs Simpronianus sont inscrits dans le martyrologe-nécrologe de Moissac/Duravel, dont un abbé de Moissac du milieu du IXe siècle[2]. Le prieuré de Monsempron ne commence à être connu qu'à partir de la fin du XIe siècle[3]. Le bourg n'apparaît dans les textes qu'au XIIIe siècle[4].
  • Libos (Arribos au XIIIe siècle) est un ancien port fluvial au confluent de la Lémance et du Lot. L'habitat s'étend à partir de la seconde moitié du XIXe siècle en raison du développement de l'usine sidérurgique de Fumel, à quelques centaines de mètres en amont, au bord du Lot, et grâce aussi à l'implantation d'une gare ferroviaire en 1863 entre Monsempron et Libos. Libos devient une paroisse indépendante en 1847. La nouvelle église Notre-Dame de Libos est construite entre 1879 et 1891 à l'ouest de la place Centrale, cette église présente la rare particularité de n'être pas orientée comme traditionnellement vers le levant mais vers le couchant, comme jadis au Moyen Âge à Paris Saint Benoit le Bétourné ainsi nommé pour son inversion[5]. Le pont actuel sur le Lot date de 1933. Il a remplacé un pont suspendu construit vers 1835[6].

Le 21 mai 1944, lors d'une opération contre le maquis engagée sur un front allant de Villeneuve-sur-Lot à Frayssinet-le-Gelat, des éléments de la 2e division SS Das Reich raflent plusieurs otages, qui sont enfermés à Vergt-de-Biron avant d'être envoyés à Agen. D'autres rafles et épisodes sanglants ont lieu à Lacapelle-Biron, Dévillac, Frayssinet-le-Gélat, Vergt-de-Biron, Salles, Fumel, Montagnac-sur-Lède, le même jour[7].

En 1958 le nom de la commune de Monsempron est officiellement modifié pour devenir Monsempron-Libos[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean-Jacques Brouillet DVD Entrepreneur
1980 mars 2008 Guy Gérard PS Retraité de l'Éducation nationale
1945 1980 Kléber Thoueillès PS  

Jumelages[modifier | modifier le code]

population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 085 habitants, en augmentation de 1,36 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
791 793 788 853 811 840 818 828 916
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
886 918 983 927 918 957 1 055 1 021 1 088
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 205 1 273 1 289 1 299 1 298 1 374 1 390 1 620 1 758
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 145 2 654 3 018 2 697 2 423 2 135 2 079 2 045 2 085
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Vue de Libos.
Vue de Libos.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Monsempron-Libos Blason De gueules à quatre pals abaissés d'or, surmontés de trois flammes d'argent[14].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Surplombant la vallée du Lot à sa confluence avec la rivière Lémance, proche de Fumel, le bourg de Monsempron s’impose dans le paysage. Découvrez à votre rythme ses ruelles tortueuses et ses maisons médiévales. Des visites guidées sont également proposées. En savoir + : http://www.tourisme-fumel.com/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Papy Louis, Atlas et géographie du Midi atlantique, p. 27, Paris, Flammarion, 1982
  2. Axel Müssigbrod et Joachim Wollasch, Das martyrolog-necrolog von Moissac/Duravel, 1988
  3. Yannick Zaballos, Revue de l'Agenais 2006, p. 389-391.
  4. http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR72/IA47000624/INDEX.HTM
  5. http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR72/IA47000617/INDEX.HTM
  6. http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR72/IA47000627/INDEX.HTM
  7. L'affaire de Vergt-de-Biron et Lacapelle-Biron
  8. Le décret no 58-1263 du 19 décembre 1958
  9. Philippe Camilli, Revue de l'Agenais 2006, p.803.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Armorial de France