Tour de France 1964

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tour de France 1964
Raymond Poulidor, Jacques Anquetil and Federico Bahamontes podium, Tour de France 1964 (cropped).jpg
Le podium avec Anquetil (vainqueur au centre), Poulidor (deuxième, à gauche) et Bahamontes (troisième, à droite)
Généralités
Course
Compétition
Super Prestige Pernod 1964 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Étapes
22
Date
Distance
4 504 km
Pays traversé(s)
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Partants
132Voir et modifier les données sur Wikidata
Vitesse moyenne
35,42 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleure équipe
Route of the 1964 Tour de France.png

Le Tour de France 1964 est la 51e édition du Tour de France, course cycliste qui s'est déroulée du 22 juin au sur 22 étapes pour 4 504 km. Ce tour est considéré par certains comme le plus dramatique de l'histoire[1].

Généralités[modifier | modifier le code]

Au niveau du règlement pour les bonifications : sont prévues pour les deux premiers de chaque étape (sauf le contre-la-montre par équipes), 20 et 10 secondes de bonification pour les contre-la-montre, 40 et 20 secondes pour les demi-étapes, 1 minute et 30 secondes pour toutes les autres étapes[2].

Deux principaux favoris identifiés avant la course sont deux Français. Jacques Anquetil, qui vient de remporter le Tour d'Italie a pour ambition de réaliser le doublé Tour d'Italie-Tour de France, ce qui n'a alors été réalisé que par Fausto Coppi en 1949 puis 1952 [3].

Raymond Poulidor vient lui de remporter le Tour d'Espagne 1964, sa première victoire sur un grand tour.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Dès la première étape, Raymond Poulidor concède vingt secondes sur une coupure occasionnée par la chute de Rik Van Looy[4]. Lors du contre la montre par équipes, l'équipe Mercier de Poulidor prend 14 secondes à l'équipe Saint-Raphaël-Gitane de son rival Jacques Anquetil. Rudi Altig, coéquipier de ce dernier, prend le maillot jaune au terme de l'étape entre Lunéville et Fribourg-en-Brisgau, après une échappée provoquée par Georges Groussard[5]. Poulidor prend ensuite 24 secondes à Anquetil lors d'une étape entre Champagnole et Thonon-les-Bains. Il prend encore 30 secondes le lendemain pour sa deuxième place à Briançon, étape, qui passe par le Télégraphe et le Galibier, remportée par Federico Bahamontes[6]. Georges Groussard, sixième de l'étape, prend la tête du classement général avec min 30 s d'avance sur Bahamontes[5]

Lors de la neuvième étape entre Briançon et Monaco, Poulidor ignore qu’il faut effectuer deux tours de piste et non un et coupe son effort à la fin du premier tour[7]. Jacques Anquetil qui sait qu’il est difficile de doubler sur une piste en cendrée a fait l’effort de rentrer en premier sur la piste aidé par ses coéquipiers. Au passage sur la ligne après un premier tour, Anquetil est encore premier juste devant Poulidor, mais au contraire de Poulidor, il continue sur sa lancée et résiste au retour de Tom Simpson. Poulidor, le temps de se relancer, passe de la deuxième place à la cinquième place. Anquetil récupère la minute de bonification et Simpson la demi-minute dévolue au deuxième de l’étape[8]. Deux jours plus tard, Anquetil s'impose sur le contre la montre de 20,800 kilomètres entre Hyères et Toulon, devançant Poulidor de 36 secondes et obtient également 10 secondes de bonification[6].

Anquetil est perturbé durant le début de course par la prédiction d'un mage dans le journal France-Soir qui le voit se tuer avant la sortie des Pyrénées[9],[10]. Pour oublier ses tracas, Anquetil accompagne pendant la journée de repos son directeur sportif Raphaël Géminiani à un méchoui organisé par Radio-Andorre[11]. Anquetil dévore le mouton avec un bel appétit. Le lendemain, pour la sortie des Pyrénées, Poulidor s'échappe avec Federico Bahamontes et Julio Jiménez dès le début de l'étape lors de la première ascension de l'histoire du Port d'Envalira[12]. Anquetil, malgré des poussettes de son coéquipier Louis Rostollan — Anquetil sera finalement pénalisé de 15 secondes par les commissaires — atteint le sommet avec 4 minutes. Auteur d'une belle descente dans un épais brouillard, Anquetil fait la jonction avec le groupe de tête[12]. À 28 kilomètres de l'arrivée, Antonin Magne oblige Poulidor, contre la volonté de ce dernier, à changer de vélo, sa roue arrière étant voilée[12]. Lors de ce changement, Poulidor est victime d'une d'une chute provoquée par son mécano qui voulait le relancer juste avant Toulouse (il avait déjà chuté à Amiens)[11],[13]. Poulidor termine finalement à min 36 s du groupe de tête, et se retrouve ainsi à plus de trois minutes de son rival[12]. Le lendemain, Poulidor s'échappe du groupe des favoris lors de la montée du Portet. Il rejoint les coureurs échappés pour s'imposer à Luchon, reprenant ainsi min 43 s à Anquetil[14].

À la sortie des Pyrénées, Poulidor compte 56 secondes de retard sur Anquetil[15], Georges Groussard occupant alors la première place du classement général. Lors du contre la montre entre Peyrehorade et Bayonne, Poulidor parvient à contenir Anquetil dans les mêmes temps. Survient une crevaison de Poulidor où son mécano tombe alors qu'il portait son vélo de remplacement. Ce dernier oublie de relancer son coureur qui perd encore du temps en remettant ses cale-pieds[15]. Anquetil prend encore 43 secondes à son rival et s'empare également du maillot jaune[15].

Le , a eu lieu l'accident le plus mortel de l'histoire du Tour, à Port-de-Couze (sur la commune de Lalinde en Dordogne) : un camion-citerne de kérosène conduit par un gendarme est rentré dans la foule, sur un pont étroit qui passait au-dessus du canal de Lalinde. Il y eut 9 morts[16],[17] dont trois enfants et 13 blessés. Une stèle commémore l'accident.

Vue légèrement de dessus de deux coureurs cycliste, entourés par la foule.
Jacques Anquetil et Raymond Poulidor, au Parc des Princes.

Arrive l'étape majeure : le puy de Dôme où le duel entre Jacques Anquetil et Raymond Poulidor l'a fait entrer dans les étapes mythiques du Tour. Malgré un mauvais choix de braquet, Poulidor — auparavant au coude à coude avec son rival dans toute l'ascension — le lâche à un kilomètre de l'arrivée. Il parviendra à lui reprendre 42 secondes sur les 56 de retard qu'il accuse. En résistant hargneusement, Anquetil vient de gagner le Tour. Plus tard, Poulidor déclare à propos du contre la montre : « j'ai perdu le Tour de France ce jour là. Si j'avais gagné l'étape, Jacques n'aurait pas eu cet incroyable courage dans le Puys-de-Dôme ».

Le tour se termine par un contre la montre de 27,500 kilomètres entre Versailles et le Parc des Princes. Poulidor, à seulement cinq kilomètres de l'arrivée et avec trois secondes de retard sur Anquetil, a toujours la possibilité de remporter le tour s'il l'emporte de cinq secondes et avec le gain des vingt secondes de bonification[18]. Anquetil s'impose finalement, devant Rudi Altig et Poulidor, à 21 secondes[18].

Anquetil remporte son cinquième Tour de France, devant Poulidor à 55 secondes et Bahamontes de min 44 s. Les deux champions bouclent leur tour d’honneur ensemble après un Tour de France de légende. la vitesse moyenne de ce tour : 35,42 km/h.

Étapes[modifier | modifier le code]

Étape[19],[20],[21],[22] Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape 22 juin RennesLisieux
Étape de plaine
215 Drapeau : Belgique Edward Sels Drapeau : Belgique Edward Sels
2e étape 23 juin LisieuxAmiens
Étape de plaine
208 Drapeau : France André Darrigade Drapeau : Belgique Edward Sels
3e étape (a) 24 juin AmiensDrapeau : Belgique Forest (BEL)
Étape de plaine
196,5 Drapeau : Belgique Bernard Van De Kerckhove Drapeau : Belgique Bernard Van De Kerckhove
3e étape (b) 24 juin Drapeau : Belgique Forest (BEL)Drapeau : Belgique Forest (BEL)
Contre-la-montre par équipes
21,3 Drapeau : Espagne KAS-Kaskol Drapeau : Belgique Bernard Van De Kerckhove
4e étape 25 juin Drapeau : Belgique Forest (BEL)Metz
Étape de plaine
291,5 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudi Altig Drapeau : Belgique Bernard Van De Kerckhove
5e étape 26 juin LunévilleDrapeau : République fédérale d'Allemagne Fribourg-en-Brisgau (RFA)
Étape de plaine
161,5 Drapeau : Belgique Willy Derboven Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudi Altig
6e étape 27 juin Drapeau : République fédérale d'Allemagne Fribourg-en-Brisgau (RFA)Besançon
Étape de plaine
200 Drapeau : Pays-Bas Henk Nijdam Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudi Altig
7e étape 28 juin ChampagnoleThonon-les-Bains
Étape de plaine
195 Drapeau : Pays-Bas Jan Janssen Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudi Altig
8e étape 29 juin Thonon-les-BainsBriançon
Étape de montagne
248,5 Drapeau : Espagne Federico Bahamontes Drapeau : France Georges Groussard
9e étape 30 juin BriançonDrapeau : Monaco Monaco (MON)
Étape de montagne
239 Drapeau : France Jacques Anquetil Drapeau : France Georges Groussard
10e étape (a) 1er juillet Drapeau : Monaco Monaco (MON)Hyères
Étape de plaine
187,5 Drapeau : Pays-Bas Jan Janssen Drapeau : France Georges Groussard
10e étape (b) 1er juillet HyèresToulon
Contre-la-montre individuel
21 Drapeau : France Jacques Anquetil Drapeau : France Georges Groussard
11e étape 2 juillet ToulonMontpellier
Étape de plaine
250 Drapeau : Belgique Edward Sels Drapeau : France Georges Groussard
12e étape 3 juillet MontpellierPerpignan
Étape de plaine
174 Drapeau : Pays-Bas Jo de Roo Drapeau : France Georges Groussard
13e étape 4 juillet PerpignanDrapeau : Andorre Andorre (AND)
Étape de montagne
170 Drapeau : Espagne Julio Jiménez Drapeau : France Georges Groussard
5 juillet Drapeau : Andorre Andorre (AND)
Jour de repos
Journée de repos
14e étape 6 juillet Drapeau : Andorre Andorre (AND)Toulouse
Étape de montagne
186 Drapeau : Belgique Edward Sels Drapeau : France Georges Groussard
15e étape 7 juillet ToulouseLuchon
Étape de montagne
203 Drapeau : France Raymond Poulidor Drapeau : France Georges Groussard
16e étape 8 juillet LuchonPau
Étape de montagne
197 Drapeau : Espagne Federico Bahamontes Drapeau : France Georges Groussard
17e étape 9 juillet PeyrehoradeBayonne
Contre-la-montre individuel
42,5 Drapeau : France Jacques Anquetil Drapeau : France Jacques Anquetil
18e étape 10 juillet BayonneBordeaux
Étape de plaine
187 Drapeau : France André Darrigade Drapeau : France Jacques Anquetil
19e étape 11 juillet BordeauxBrive-la-Gaillarde
Étape de plaine
215,5 Drapeau : Belgique Edward Sels Drapeau : France Jacques Anquetil
20e étape 12 juillet Brive-la-GaillardePuy de Dôme
Étape de montagne
237,5 Drapeau : Espagne Julio Jiménez Drapeau : France Jacques Anquetil
21e étape 13 juillet Clermont-FerrandOrléans
Étape de plaine
311 Drapeau : France Jean Stablinski Drapeau : France Jacques Anquetil
22e étape (a) 14 juillet OrléansVersailles
Étape de plaine
118,5 Drapeau : Belgique Benoni Beheyt Drapeau : France Jacques Anquetil
22e étape (b) 14 juillet VersaillesParis - Parc des Princes
Contre-la-montre individuel
27,5 Drapeau : France Jacques Anquetil Drapeau : France Jacques Anquetil

Classements[modifier | modifier le code]

Les équipes Kas-Kaskol et Ferrys lors de la course.

Classement général final[modifier | modifier le code]

Classement général[23]
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Jacques Anquetil Leader du classement général Drapeau de la France France Saint-Raphaël-Gitane en 127 h 9 min 44 s
2e Raymond Poulidor Drapeau de la France France Mercier-BP-Hutchinson + 55 s
3e Federico Bahamontes Drapeau de l'Espagne Espagne Margnat-Paloma-Dunlop + min 44 s
4e Henry Anglade Drapeau de la France France Pelforth-Sauvage-Lejeune Leader du classement par équipes + min 42 s
5e Georges Groussard Drapeau de la France France Pelforth-Sauvage-Lejeune Leader du classement par équipes + 10 min 34 s
6e André Foucher Drapeau de la France France Pelforth-Sauvage-Lejeune Leader du classement par équipes + 10 min 36 s
7e Julio Jiménez Drapeau de l'Espagne Espagne KAS-Kaskol + 12 min 13 s
8e Gilbert Desmet Drapeau de la Belgique Belgique Wiel's-Groene Leeuw + 12 min 17 s
9e Hans Junkermann Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest Wiel's-Groene Leeuw + 14 min 2 s
10e Vittorio Adorni Drapeau de l'Italie Italie Salvarani + 14 min 19 s

Classements annexes finals[modifier | modifier le code]

Classement par points[modifier | modifier le code]

Prix du meilleur grimpeur[modifier | modifier le code]

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Les coureurs de l'équipe en tête de ce classement portent une casquette jaune (représentée dans les classements par l'icône Leader du classement par équipes à côté du nom de l'équipe)[27],[28].

Classement par équipes[24],[29]
  Équipe Pays Temps
1re Pelforth-Sauvage-Lejeune Leader du classement par équipes Drapeau de la France France en 381 h 33 min 36 s
2e Wiel's-Groene Leeuw Drapeau de la Belgique Belgique + 30 min 24 s
3e Saint-Raphaël-Gitane Drapeau de la France France + 30 min 52 s
4e Margnat-Paloma-Dunlop Drapeau de la France France + 53 min 9 s
5e KAS-Kaskol Drapeau de l'Espagne Espagne + h 7 min 34 s
6e Salvarani Drapeau de l'Italie Italie + h 50 min 42 s
7e Mercier-BP-Hutchinson Drapeau de la France France + h 2 min 53 s
8e Ferrys Drapeau de l'Espagne Espagne + h 11 min 22 s
9e Peugeot-BP-Englebert Drapeau de la France France + h 27 min 35 s
10e Flandria-Romeo Drapeau de la Belgique Belgique + h 32 min 17 s

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Évolution des leaders des classements par étape[30],[31]
Étape Vainqueur Classement général
Leader du classement général
Classement par points
Leader du classement par points
Classement de la montagne Classement par équipes
Leader du classement par équipes
Classement de la combativité
1 Edward Sels Edward Sels Edward Sels Raymond Poulidor Wiel's-Groene Leeuw Henry Anglade
2 André Darrigade Jan Janssen Robert Poulot Rik Van Looy
3a Bernard Van de Kerckhove Bernard Van de Kerckhove Solo-Superia Solo-Superia
3b KAS-Kaskol KAS-Kaskol
4 Rudi Altig Rudi Altig Julio Jiménez Pelforth-Savage-Lejeune Non décerné
5 Willy Derboven Rudi Altig Rudi Altig Joaquim Galera
6 Henk Nijdam Henk Nijdam
7 Jan Janssen Jan Janssen Julio Jiménez Guy Epaud
8 Federico Bahamontes Georges Groussard Federico Bahamontes
9 Jacques Anquetil Federico Bahamontes Jacques Anquetil
10a Jan Janssen Non décerné
10b Jacques Anquetil
11 Edward Sels Non décerné
12 Jo de Roo Saint-Raphaël-Gitane
13 Julio Jiménez Julio Jiménez
14 Edward Sels Edward Sels Henry Anglade
15 Raymond Poulidor Jan Janssen Raymond Poulidor
16 Federico Bahamontes Federico Bahamontes
17 Jacques Anquetil Jacques Anquetil Non décerné
18 André Darrigade André Darrigade
19 Edward Sels Solo-Superia
20 Julio Jiménez Jacques Anquetil
21 Jean Stablinski Joseph Novales
22a Benoni Beheyt Benoni Beheyt
22b Jacques Anquetil
Classements finals Jacques Anquetil Jan Janssen Federico Bahamontes Pelforth-Sauvage-Lejeune Henry Anglade

Liste des coureurs[modifier | modifier le code]

En marge du Tour[modifier | modifier le code]

Comme chaque année de 1962 à 1971, l'accordéoniste Roland Zaninetti a accompagné la caravane du Tour en tant qu'accordéoniste officiel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tour 1964 », sur memoire-du-cyclisme.eu.
  2. « 51ème Tour de France 1964 », sur memoire-du-cyclisme.eu.
  3. Margot 2017, Jacques Anquetil : Symphonie pour un homme seul, p. 310.
  4. Margot 2017, Jacques Anquetil : Symphonie pour un homme seul, p. 316.
  5. a et b « RÉTRO. Tour de France. Un jour, un maillot jaune : Georges Groussard, le Canari jaune », sur ouest-france.fr, .
  6. a et b Margot 2017, Jacques Anquetil : Symphonie pour un homme seul, p. 317.
  7. Jean 2013, Premier tableau - Un petit tour de piste.
  8. L’Équipe du jeudi 14 novembre 2019, pages 10 et 11.
  9. Olivier Perrier, « La légende du Tour 64 – 1ère partie », sur lederailleur.fr, .
  10. « Tour de France 1964, duel au sommet » [archive du ], sur sportvox.fr.
  11. a et b « Les archives du Tour de France : le festin de Jacques Anquetil en Andorre », sur france3-regions.francetvinfo.fr.
  12. a b c et d Jean 2013, Troisième tableau - À qui perd gagne.
  13. « Dans le Rétro de - Daniel Mangeas, le duel Anquetil-Poulidor en 1964 », sur cyclismactu.net.
  14. Margot 2017, Jacques Anquetil : Symphonie pour un homme seul, p. 320.
  15. a b et c Margot 2017, Jacques Anquetil : Symphonie pour un homme seul, p. 321.
  16. Canal de Lalinde
  17. « Inter actualités de 20H00 du 11 juillet 1964 », sur ina.fr.
  18. a et b Margot 2017, Jacques Anquetil : Symphonie pour un homme seul, p. 329.
  19. « 51ème Tour de France 1964 », sur Mémoire du cyclisme (consulté le 6 avril 2020)
  20. Augendre 2016, p. 55.
  21. Arian Zwegers, « Tour de France GC top ten » [archive du ], CVCC (consulté le 5 mars 2010)
  22. « The history of the Tour de France – Year 1964 – The stage winners », sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 2 avril 2020)
  23. « The history of the Tour de France – Year 1964 – Stage 22.02 Versailles > Paris », sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 2 avril 2020)
  24. a b et c « Clasificaciones », El Mundo Deportivo,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le 17 juillet 2013)
  25. (it) « Il Tour in cifre », Corriere dello Sport,‎ , p. 7 (lire en ligne[archive du ])
  26. (nl) Pieter van den Akker, « Bergdoorkomsten in de Tour de France 1964 – Etappe 22B » [archive du ], sur TourDeFranceStatistieken.nl (consulté le 25 septembre 2019)
  27. van den Akker 2018, p. 148.
  28. Nauright et Parrish 2012, p. 455.
  29. (nl) Pieter van den Akker, « Stand in het ploegenklassement – Etappe 22B » [archive du ], sur TourDeFranceStatistieken.nl (consulté le 25 septembre 2019)
  30. (nl) « Georges Groussard reed het langst in de gele trui », Gazet van Antwerpen,‎ , p. 14 (lire en ligne[archive du ])
  31. (nl) Pieter van den Akker, « Informatie over de Tour de France van 1964 » [archive du ], sur TourDeFranceStatistieken.nl (consulté le 2 mars 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]