Le projet « Brésil » lié à ce portail

Portail:Brésil

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les chutes d'Iguaçu


Portail du Brésil

Il y a actuellement 20 948 articles liés au portail.



Portail du Brésil[modifier

Drapeau brésilien
Localisation du Brésil dans le monde

La République fédérative du Brésil est, avec 201 millions d'habitants, le pays le plus peuplé d'Amérique latine et le cinquième du monde par sa superficie avec 8 514 876 km², soit plus de 13 fois la France. Son président de la République est Michel Temer, qui a remplacé Dilma Rousseff suite à sa destitution en Août 2016. Sa devise nationale est Ordem e Progresso (Ordre et progrès).

Le pays possède des frontières au nord avec le Venezuela, le Guyana, le Suriname et le département d'outre-mer français de la Guyane ; il est bordé au nord-est, à l'est et au sud-est par l'océan Atlantique, sur plus de 7 360 km. Il partage ses frontières au sud avec l'Uruguay, au sud-ouest avec l'Argentine et le Paraguay, à l'ouest avec la Bolivie et le Pérou et au nord-ouest avec la Colombie. Les seuls pays d'Amérique du Sud qui ne possèdent pas de frontières avec le Brésil sont le Chili et l'Équateur. Le Brésil possède, en plus de la partie continentale de son territoire et des îles proches de la côte, quelques petits groupes d'îles et d'îlots dans l'Atlantique : les Rochers de Saint Pierre et Saint Paul, Fernando de Noronha, Trindade et Martim Vaz ainsi que les petites îles de corail appelées Atoll des Roches.

Sélection d'articles[modifier

Blason du Brésil

Histoire[modifier le code]

Langues du Brésil[modifier le code]

Géographie[modifier le code]

Politique[modifier le code]

Économie, industrie, formation[modifier le code]

Culture et société[modifier le code]

Sport[modifier le code]

...

Annonces
Histoire[modifier

Articles détaillés : Histoire du Brésil et Chronologie du Brésil

Carte du Brésil parue au Portugal en 1519

Pour des raisons politiques de l'époque (traité de Tordesillas), on considère généralement que c'est Pedro Alvares Cabral, un navigateur portugais, qui fut le premier européen à arriver au Brésil, le 22 avril 1500, un peu par erreur, alors que l'Espagnol Vicente Yáñez Pinzón y avait débarqué près de l'actuelle Fortaleza le 26 janvier de la même année. Le territoire devint une colonie portugaise. Rapidement, afin d'exploiter les ressources naturelles de la colonie, en particulier le bois brésil (c'est-à-dire couleur de braise, car ce bois était de couleur rouge), et pour servir de main-d'œuvre aux colons qui s'installaient, les Portugais après avoir échoué à esclaviser les autochtones, ramenèrent des esclaves capturés ou achetés sur les côtes africaines. Pendant plus de trois siècles, des millions d'Africains furent ainsi arrachés à leur terre pour peupler le nouveau continent. Les Portugais faillirent être évincés du Brésil par les Hollandais lors de la réunion des deux couronnes ibériques. Finalement, devant l'incapacité de Madrid à réagir, les colons se libèrent par eux-mêmes.

Au XVIIIe, des esclaves travaillant la canne à sucre dans le pernambouc se révoltent et fuient dans les montagnes. Ils fondent le territoire autonome, ou quilombo, de Palmares. Cette rébellion qui dura près d'un siècle, est le plus long soulèvement d'esclave de l'histoire. L'esclavage fut aboli le 13 mai 1888.

La Brésil est officiellement indépendant depuis le 7 septembre 1822. L'Empire qui succède à la colonie dure jusqu'en 1889, avec Pedro II et Pedro I (il fonde la capitale Petropolis) date à laquelle la République du Brésil est proclamée. Le 4 octobre 1930, Getúlio Vargas devint président après un coup d'État. Il fonda les bases, tel que les grands dictateurs latino-américains de l'époque, de l'État national sous l'inspiration fasciste. Il resta au pouvoir jusqu'en 1945 et retourna président élu en 1951, pour se suicider en 1954 face à la désapprobation populaire de son gouvernement.

En réponse aux échecs des politiques populistes installées dès lors le pays a connu une violente dictature militaire à partir de 1964, comme les autres pays d'Amérique latine entre les années 1960 et 1970. L'appui populaire aux gouvernements autoritaires étant jusqu'à présent le grand défi à vaincre dans ces pays. Ce régime autoritaire enraciné dans les traditions politiques qui fondèrent l'État brésilien, a été mis en place, directement ou indirectement, par les États-Unis, par le biais des agissements de la CIA, afin d'empêcher la diffusion d'idées communistes en Amérique latine, perspective qui effrayait le bloc occidental et la population brésilienne depuis la révolution cubaine et la prise de pouvoir de Fidel Castro, soutenu par la URSS. C'était l'époque de la « guerre froide ».
Ainsi, dès les années 1970, le gouvernement brésilien a participé à l'opération Condor, plan de coordination entre les dictatures militaires latino-américaines afin de lutter contre les opposants aux régimes, dans tout le continent. Cette opération, en partie à l'initiative de la CIA, a été à l'origine d'un nombre de morts incalculables, surtout au Chili, Uruguay et Argentine. On dénombre, au Brésil, un grand nombre de groupes armés révolutionnaires qui, à partir de 1968, ont organisé la résistance contre le pouvoir militaire sur des bases terroristes. La plupart d'entre eux ont pris forme dans les milieux étudiants, effervescents à cette époque. Parmi eux on peut citer le MR-8, plutôt basé sur Rio de Janeiro, ou l'ALN (Action de libération nationale), basé sur São Paulo. La dictature militaire n'a pris fin qu'en 1984.

Le 27 octobre 2002, Luís Inácio da Silva dit Lula a remporté le deuxième tour de l'élection présidentielle avec 61,4 % des voix. Il est le deuxième président socialiste du Brésil, après João Goulart, déposé par le coup d'État de 1964.

Lumière sur ...[modifier

Portrait de Thomas Cochrane, comte de Dundonald.

Thomas Cochrane (né le 14 décembre 1775 à Annesfield, Hamilton (Écosse) et décédé le 31 octobre 1860 à Londres), 10e comte de Dundonald, fut un amiral et homme politique britannique controversé. Il est le modèle de nombreux héros de romans sur la Royal Navy, parmi lesquels Jack Aubrey, le personnage principal des romans de Patrick O'Brian et du film qui en a été tiré, Master and Commander : De l'autre côté du monde (2003).

Fils d'un comte écossais ruiné, Thomas Cochrane entra très jeune dans la marine britannique. Très doué, il monta rapidement en grade et s'illustra aussi bien comme navigateur que comme tacticien. Cependant, sa nature hautaine lui valut des difficultés. Son premier vrai commandement, en 1800-1801, sur le brick HMS Speedy, lui permit de capturer plus de cinquante navires ennemis en un peu plus d'un an, dont une frégate espagnole trois fois plus puissante, la Gamo. Il s'illustra ensuite en 1804-1806 avec la frégate HMS Pallas. Son navire endommagé, il s'engagea en politique, se présentant au parlement britannique sous l'étiquette « radical ». Élu, il tenta de s'attaquer à la corruption au Parlement et à l'Amirauté. Il retrouva très vite un commandement en Méditerranée, où il ravagea les côtes françaises et espagnoles, en 1807-1808, à bord de sa frégate HMS Imperieuse. En avril 1809, son utilisation des brûlots à la bataille de l'île d'Aix aurait pu être destructrice pour l'escadre française si son amiral avait réalisé sa part du plan. Cochrane ne réussit pas à le faire condamner en cour martiale. Il revint alors au parlement pour tenter de réformer le fonctionnement de l'Amirauté. Sa campagne porta ses fruits au cours des décennies qui suivirent.

Mêlé à son insu à une fraude boursière organisée en 1814 par un de ses oncles, il fut chassé de la Navy et du parlement, condamné à une amende et à la prison. Réélu alors qu'il était emprisonné, il tenta de poursuivre sa carrière politique mais souffrit de plus en plus d'attaques et de rumeurs. Il accepta alors la proposition que lui firent les « patriotes chiliens » d'organiser et commander leur marine. Arrivé à Valparaíso en novembre 1818, il reprit la guerre de côtes à laquelle il excellait. Ainsi, en février 1820, il attaqua et captura Valdivia. Il participa ensuite à l'expédition pour libérer le Pérou de 1820-1821. Il permit ainsi à José de San Martín d'en proclamer l'indépendance. À nouveau, comme au Royaume-Uni, sa personnalité se heurta à celles des hommes politiques. Il préféra partir plutôt que de prendre parti dans la guerre civile qui s'annonçait au Chili. Il se mit alors dix-huit mois au service de Pierre Ier et de la marine brésilienne...

Image du jour[modifier


Teatro amazonas.jpg
Le théâtre Amazonas de Manaus

Les catégories[modifier

Le saviez-vous?[modifier

  • … que le nom complet de D. Pierre II, empereur du Brésil de 1831 à 1889, est Pedro de Alcântara João Carlos Leopoldo Salvador Bibiano Francisco Xavier de Paula Leocádio Miguel Gabriel Rafael Gonzaga de Bragança e Habsburgo.
  • … que Rio de Janeiro signifie « rivière de Janvier » car la ville fut découverte le par l'explorateur portugais Gaspar de Lemos. Le nom de la ville fut le résultat d'une erreur commise par Lemos lui-même. Étant au mois de janvier et pensant découvrir l'embouchure d'un fleuve ou d'une rivière, l'explorateur portugais baptisa le site de la baie de Guanabara « Rio de Janeiro ».
  • … que seuls deux pays en Amérique du Sud n'ont pas de frontière avec le Brésil : le Chili et l'Équateur. Les frontières du Brésil sont le résultat d'une active conquête de l'ouest, initiée dès le XVIIe siècle par les bandeirantes et de l'action de la diplomatie brésilienne, qui sous la direction du Baron de Rio Branco, remporta à la fin du XIXe siècle de nombreux arbitrages sur des litiges frontaliers avec notamment l'Argentine et la Guyane française.

Football[modifier

Le Brésil est connu pour son football : l'équipe nationale a remporté à cinq reprises la coupe du monde de football (1958, 1962, 1970, 1994 et 2002). Les joueurs les plus emblématiques de ce pays sont Pelé, Garrincha, Romário, Ronaldo ou encore Ronaldinho et Robinho. Il s'agit du sport le plus populaire dans le pays tout comme le volley ball. Il existe une grande rivalité avec l'équipe d'Argentine.

Le projet[modifier

Comment contribuer ?[modifier le code]

Tous les travaux présentés sur ce portail sont coordonnés à travers le projet Brésil. Il existe plusieurs manières de participer :

Les discussions liées au projet se passent sur le Fórum do Brasil.


Pour toute question, commentaire, suggestion :

Crystal 128 mail.png Laissez-nous un message

Sur Wikimédia[modifier

Navigation[modifier