La Ferté Macé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Ferté-Macé)

La Ferté Macé
La Ferté Macé
L'hôtel de ville.
Blason de La Ferté Macé
Blason
La Ferté Macé
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Intercommunalité CA Flers Agglo
Maire
Mandat
Michel Leroyer
2020-2026
Code postal 61600 et 61410
Code commune 61168
Démographie
Gentilé Fertois
Population
municipale
5 116 hab. (2021)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 33″ nord, 0° 21′ 26″ ouest
Altitude Min. 138 m
Max. 286 m
Superficie 31,86 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Ferté Macé
(ville isolée)
Aire d'attraction La Ferté Macé
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de La Ferté Macé (bureau centralisateur)
Législatives 1re circonscription de l'Orne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Ferté Macé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Ferté Macé
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
La Ferté Macé
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte administrative de l'Orne
La Ferté Macé
Liens
Site web https://lafertemace.fr/

La Ferté Macé[Note 1] est une commune nouvelle française située dans le département de l'Orne en région Normandie constituée le par la fusion des anciennes communes instituées par la Révolution française de La Ferté-Macé et d'Antoigny

Antoigny est alors devenue une commune déléguée de La Ferté Macé[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue générale de La Ferté-Macé.

La Ferté Macé et ses environs font partie du pays d'Andaine dans le pays de Passais, région naturelle appartenant au bocage normand.

La ville se situe dans le sud de la région Normandie, non loin de la limite du Maine, à 65 km au sud de Caen et à 200 km à l'ouest de Paris[Note 2].

Elle se situe également à 6 km de la station thermale de Bagnoles-de-l'Orne. La ville se situe sur le territoire du parc naturel régional Normandie-Maine ; elle est en outre bordée à l'ouest et au sud par le massif forestier des Andaines, lequel fait partiellement partie de la commune de La Ferté Macé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Dans sa configuration de commune nouvelle de 2016, le territoire de La Ferté Macé est limitrophe de dix communes. Il est bordé à l'est par Magny-le-Désert, au sud-est par Saint-Patrice-du-Désert (sur une petite portion), au sud par Saint-Ouen-le-Brisoult et Méhoudin, au sud-ouest par Rives d'Andaine (commune déléguée de Couterne), à l'ouest par Bagnoles de l'Orne Normandie (communes déléguées de Saint-Michel-des-Andaines et Bagnoles-de-l'Orne), au nord-ouest par Les Monts d'Andaine (commune déléguée de Saint-Maurice-du-Désert) et au nord par Beauvain. La commune déléguée d'Antoigny occupe le sud de ce territoire

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Ferté-Macé est arrosée par la Maure (bassin de la Mayenne), qui prend sa source à Beauvain à 3km au nord est.

La Ferté-Macé est à l'extrême limite nord du bassin versant de la Loire. La limite des eaux partageant l'Atlantique (via la Mayenne puis la Loire) et la Manche (via l'Orne) borde la commune au nord.

Le plan d'eau de la Ferté-Macé ou lac de la Ferté-Macé, est un lac artificiellement créé dans les années 1980 pour servir à un complexe touristique avec base de loisirs. Ce lac est alimenté par la rivière de Fimbrune qui alimente la Maure.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est au nord-ouest du Massif armoricain, à une vingtaine de kilomètres du mont des Avaloirs. Le point culminant du territoire (286 m) se situe au nord, près du lieu-dit les Fieffes. Le point le plus bas (165 m) correspond à la sortie de la Maure du territoire, au sud. En dehors de la partie urbaine, la commune est bocagère à l'exception du sud-ouest, occupé par la forêt de la Ferté-Macé, partie de la forêt d'Andaine.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Bocage normand, bien arrosé, voire très arrosé sur les reliefs les plus exposés au flux d’ouest, et frais en raison de l’altitude[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 883 mm, avec 12,8 jours de précipitations en janvier et 7,5 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Briouze à 12 km à vol d'oiseau[5], est de 10,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 920,5 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Ferté-Macé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Ferté Macé, une unité urbaine monocommunale[12] de 5 237 habitants en 2017, constituant une ville isolée[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Ferté Macé, dont elle est la commune-centre[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 17 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[15],[16].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La Ferté-Macé se situe :

La ville est le croisement des anciennes routes nationales RN 808 et 816, déclassées respectivement en RD 908 et RD 916. La RD 908 permet d'aller vers Alençon et Sées d'un sens, et vers Domfront et Le Mont-Saint-Michel dans l'autre. La RD 916 permet d'aller vers Argentan dans un sens, et vers Bagnoles-de-l'Orne, Mayenne et Laval dans l'autre.

En plus de ces deux anciennes routes nationales, La Ferté-Macé est reliée à Flers par la RD 18 (grand trafic), à Falaise (puis vers Caen) par la RD 19 et à Briouze par la RD 20.

Enfin, la déviation urbaine de La Ferté-Macé, d'une longueur de 10,7 km, a été inaugurée le et ouverte à la circulation le [17],[18],[19]. Elle contourne la ville par le nord, l'est et le sud ; en débutant à partir de la RD 18 vers Flers, rencontrant la RD 916 vers Argentan, la RD 908 vers Alençon et Sées et en terminant sur la RD 916 vers Bagnoles-de-l'Orne, Mayenne et Laval. À terme, la déviation doit être prolongée jusqu'à la RD 908 vers Domfront depuis la route de Bagnoles-de-l'Orne. Trois communes sont ainsi traversées par cette déviation urbaine : Magny-le-Désert, Saint-Maurice-du-Désert et La Ferté-Macé.

La Ferté-Macé n'est plus desservie par le train depuis 1992. La gare ferroviaire la plus proche est alors la gare de Briouze, à 15 km au nord de la commune. Toutefois, la Ferté-Macé reste connectée à la ligne Paris - Granville par un service d'autocars sous tarification SNCF (ligne 6 du TER Basse-Normandie). Ce service d'autocars fait la navette entre la gare de Briouze ou la gare d'Argentan et Bagnoles-de-l'Orne, en passant par La Ferté-Macé.

La Ferté-Macé se situe ainsi à h 15 de Paris par rail.

La ville est distante de 8 km de l'aérodrome de Bagnoles-de-l'Orne - Couterne, spécialisé dans l'aviation légère et de loisirs.

Pour des liaisons passagers, l'aéroport le plus proche de La Ferté-Macé est l'aéroport de Caen - Carpiquet, situé à Carpiquet à 85 km au nord de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville est mentionnée sous diverses formes latinisées : Firmitas, Feritas ou Castrum Firmitatis en 1053[20], Feritas Mathei en 1160, Feritatem Mathei en 1205[21], Feritate Mathei vers 1330[20], puis Ferté Macé au moins depuis 1600 ou parfois Firmitas Macei au XVIIIe siècle.

Le toponyme signifierait la « forteresse de Mathieu ». Il s'agit en effet de l'ancien français ferté issu du bas latin firmitate « fermeté » au sens de forteresse.

Matthaeus en latin, souvent réduit à Mateus, a donné Maheu, Mahé, Mahieu en ancien français, Mathieu étant une forme savante, et Macé au centre ouest de la France (cf. Saint-Macé, Maine-et-Loire)[22]. Macé semble bien être une forme typique de l'ouest de Mathieu, dont l'évolution phonétique doit s'expliquer par le maintien du /s/ du cas sujet masculin (cf. James, Gilles, Jacques, Georges, etc.).

Microtoponymie[modifier | modifier le code]

  • Le Fays : Le toponyme fay est issu du gallo-roman FAGETU, mot basé sur le bas latin FAGU (lat. fagus) « hêtre », suivi du suffixe collectif -ETU, hêtraie.
  • Le Bas de Maure : point bas de la Ferté-Macé, où le ruisseau de Fimbrune se jette dans la Maure
  • Le Désert
  • Fimbrune : tautologie, vieux norrois, la source, le ruisseau[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La ligne de faîte d'entre le bassin de la Mayenne et de l'Orne, qui sépare les tribus gauloises des Esuviens et des Cénomans était occupée par une voie gauloise plus tard romanisée, et garnie de points de défense entre Tourouvre et Avranches qui passait probablement par la Ferté[24]. Les Gaulois avaient l'habitude de s'entourer de zones neutres pour s'isoler de leurs voisins, cette région de frontière était donc probablement très peu peuplée et couverte de forêts d’où le nom de "Désert" associé à de nombreuses localités de la région. De plus ces terres neutres étaient consacrées aux divinités et réputées inviolables[25].

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Plan supposé de l'enceinte du XIIe siècle.
Seule cette ancienne église romane du XIIe siècle témoigne du passé médiéval de la Ferté-Macé.

Le pouvoir royal s’affaiblissant, le territoire se couvre de châteaux, en particulier sur les Marches de Normandie.

Au XIe siècle entre 1015-1030, sont construits les premiers châteaux d’Alençon et de Domfront, et probablement aussi d’autres places fortes appelées mottes féodales telle que celle de la Ferté Macé ; c’est aussi de cette période que date certainement le premier lieu de culte[26].

Le premier seigneur serait Geoffroy père du premier baron attesté de la Ferté, ou plus probablement Guillaume II Talvas comte de Bellême et seigneur de Domfront[27].

Période du duché de Normandie[modifier | modifier le code]

Autour de 1050, ont lieu les guerres normano-angevines. Guillaume, duc de Normandie, allié du roi de France Henri Ier, chasse le comte d’Anjou en reprenant les places fortes de Domfront et Alençon. Ce conflit permet l’expansion du duché de Normandie au sud sur le Passais, par l’annexion des terres de Bellême, entre Domfront et La Roche-Mabile. Aux fortification du Maine font face les fortifications du duché de Normandie. Côté normand c’est le comte de Bellême seigneur d’Alençon et d’une partie du Passais qui est chargé de la défense sud du duché et développe les places fortes et baronnies sur l’ordre de Guillaume duc de Normandie[26]. La forteresse, se peuplant peu à peu du fait de la recherche par les habitants d'une protection seigneuriale, sert de maillon à la ceinture fortifiée protégeant le duché de Normandie des soifs de conquête de ses puissants voisins que sont le roi de France et le duc d'Anjou.

C’est probablement à cette époque que la baronnie et la paroisse de la Ferté prennent vraiment naissance sur un territoire qui aurait été pris sur celui de Saint-Maurice-du-Désert[28].

En 1053 Charte de Guillaume Ier[29], baron de la Ferté, avec pour témoin le duc Guillaume de Normandie, la duchesse Mathilde et l’évêque de Sées Yves de Bellême, également comte d’Alençon et de Bellême. Il détenait des mains des évêques de Sées et du Mans le patronage et les revenus des deux églises de la Ferté et de Magny, ainsi que ceux des églises de Bellou, d'Habloville et Giel. Il en fit don aux Bénédictins de l'Abbaye de Saint-Julien-de-Tours, ordre religieux très apprécié à l’époque, et reconnu par les seigneurs normands car leur abbaye se situait sur les chemins de pèlerinage et leur servait de gîte d’étape. Ce « don » lui a probablement été imposé, car à la suite du concile de Reims de 1049, il était de plus en plus mal vu que les laïcs possèdent des biens d’Église. La fondation d’un prieuré leur est alors confiée aux portes du château de la Ferté[30]. D'autre part, l'implantation d'un prieuré à proximité d'une place forte permet au seigneur local de légitimer sa main mise sur le territoire environnant et d'en affirmer sa propriété sur des régions potentiellement contestées[31].

Guillaume II succède à son père et participe à la bataille d'Hastings en 1066[32]. Bien que certains documents non-attestés mentionnent la présence de Mathieu de la Ferté accompagnant Henri de Domfront lors de la conquête de l’Angleterre[33], il est plus probable que ce Mathieu (Mathei, Macei), qui a donné son nom à la commune, arrive postérieurement comme baron au début du XIIe siècle [34].

En 1083, a lieu une transaction au sujet des précédentes églises, entre Girbert, abbé de Saint-Julien-de-Tours, et Guillaume III, baron de la Ferté, devant le duc Guillaume le Conquérant, la reine Mathilde, plusieurs hauts personnages de leur cour et Maurice de La Ferté, oncle paternel du baron. Guillaume III conteste les dons de son aïeul et en reprend possession ; les églises sont cependant restituées aux moines alors que la terre de d'Habloville est récupérée[35].

En 1093, une charte énumère les libéralités personnelles de Guillaume III mourant, envers le prieuré de la Ferté. Il octroie une partie de la masure Archer et de son pré, la dîme des fours de la ville, de tous ses moulins, du marché, du tonlieu, de toutes les foires, et droits forestiers (panages et cuirs provenant des chasses). À sa mort, Robert son frère, devient le nouveau baron de la Ferté[36].

À la suite de leur baron, les seigneurs locaux l’imitent par de nouveaux dons aux moines du prieuré. En 1099, Guigon de la Marre fait don de l'église de Beauvain. Vers 1100, la terre d'Habloville est concédée par Wimund, ce qui est ensuite confirmé par son fils Adam de Magny. Guyon est alors le prieur de La Ferté[37].

Période de l'Empire Plantagenêt[modifier | modifier le code]

Par l'intégration du domaine anglo-normand à l'Anjou, l'Empire Plantagenêt se fortifie encore davantage contre le roi de France.

Incorporation au domaine royal français[modifier | modifier le code]

En 1205, à l'issue de la conquête de la Normandie par le roi Philippe-Auguste et son rattachement au royaume de France, la Ferté-Macé devient une baronnie royale[38]. Guillaume de la Ferté, fils de Mathieu (un autre Mathieu) et de Gondrède, qui s'était alors opposé à Philippe-Auguste, abandonne sa baronnie et part rejoindre Jean sans Terre en Angleterre, où il possède des biens plus conséquents [39]. Le roi de France devient alors le seigneur de la Ferté ; il confie la baronnie tantôt à un partisan de la Couronne, tantôt à un engagiste (seigneur administrateur d'un autre domaine au nom du roi)[40].

Sur la période 1316-1419, les registres font état d'une population évaluée à 1500 habitants, de la présence d'un four banal, et de la construction de l’église romane à proximité du prieuré[41].

En 1386, un procès criminel à Falaise condamne à mort un assassin bien particulier : un cochon qui avait mangé le nourrisson du maçon Souvet dans le bourg. C'est une chose assez fréquente au Moyen Âge, où l'on relate pour la seule ville de Rouen plusieurs excommunications de cochons assassins et leur pendaison pour des raisons analogues[42].

Au XVe siècle le château est détruit ; en 1540, le Terrier de la vicomté de Falaise fait état d’une place du château ruinée et démolie[43] ; le four collectif est également en ruine ; subsiste cependant dans la ville une léproserie[41].

En 1595, les dépendances de la baronnie de la Ferté sont: Magny-le-Désert, La Motte-Fouquet, La Sauvagère, la Coulonche, Saint Maurjce-du-Désert, Saint Ouen-le-Brisoul, Le Dollu, Lonlay-le-Tesson, Le Grais, Beauvain, Couterne, et Saint Patrice-du-Désert[44].

Aujourd'hui ne reste du château qu’une grande place située en hauteur sur la motte féodale, appelée à l’origine « Place du Château », elle a été rebaptisée depuis peu Place de Neustadt-am-Rübenberge en l'honneur de la ville allemande jumelée avec La Ferté Macé. De l'époque médiévale, seule subsiste l'église romane et son clocher, amputée d'une partie de sa nef fin 19e lors de la construction de l'église Notre-Dame qui la jouxte; ainsi que l'escalier en pierre taillée du logis Pinson du XVIe siècle[45].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

À partir du XVIe siècle, pour compenser la pauvreté des terres de la région, dans les hameaux certains paysans commencent à développer l'activité du tissage à la main des toiles de lin et plus tard des toiles de coton. La Ferté est pendant longtemps le principal marché du coutil[46].

En 1638, Bonaventure Chapelle procureur de la fabrique de l'église, parquier du parc royal de La Ferté et négociant, construit le manoir de Pont-Chapelle, et près de celui-ci construit une blanchisserie et de grands magasins où arrivent des chargements de toiles de Laval pour les blanchir. En 1644, son fils Gatien s’associe à Paris avec le marchand Rougé (M. Julien de Caignou de Magny), pour écouler ses toiles aux halles; celles-ci sont par la suite exportées partout en Europe et dans le monde : le Havre, Londres, Cadix puis de là l'Amérique[47].

En 1712, le baron engagiste de la Ferté est Antoine de Crozat, le plus riche négociant du royaume[48].

En 1723, l’abbaye de la Ferté dépend toujours de l'abbaye de Saint-Julien de Tours, mais l’église prieuriale est devenue depuis longtemps paroissiale lorsque les moine laissent place à un curée pour assurer les offices. L’Abbé Antoine Lacroix de Laval devient son avant-dernier prieur par héritage, et comme ses prédécesseurs il ne se soucie que des revenus associés à ce qu’il considère alors comme un manoir seigneurial localisé entre l'ancienne église et l’actuelle rue des Quatre-roues. L'ensemble se compose d’un bâtiment (15 × 7 m) de deux salles, de chambres, de greniers, d’un jardin (21 × 26 m) et d’une cour. Le tout à l’abandon tombe en ruine et ne sert plus qu’a entreposer du bois et du foin [49]

La Ferté-Macé subsiste jusqu'au XVIIIe siècle en tant que petite cité d'un bon millier d'habitants, vivant de l'artisanat et du commerce local. Cet artisanat, déjà sous forme du tissage à domicile, est précurseur du siècle suivant où la ville deviendra un grand centre textile.

Au XVIIIe siècle, le seigneur engagiste de la Ferté-Macé est le marquis de Rannes, Charles d'Argouges.

En 1780, les bâtiments de l’abbaye semblent avoir été vendus pour en faire une prison, et à la révolution un nouveau bâtiment est en cours de construction à l’emplacement de l’ancien trop délabré[49].

Avant 1789 et la Révolution française, la paroisse faisait partie du diocèse du Mans puis fut rattachée au diocèse de Sées.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1802, le bâtiment dit de l’abbaye, sans ses terrains, est restitué à l’église pour en faire le nouveau presbytère, en remplacement de l’ancien situé rue Saint-Denis confisqué et vendu pendant la révolution[49].

Au XIXe siècle, La Ferté-Macé devient un grand centre textile :

  • de filature textile (Établissements Rallu-Lecomte…) ;
  • de fabrication de toiles (tissage) par des tisserands à domicile puis par des employés de l'industrie textile (dans les établissements Bernier-Martin, Bisson, Bobot-Descoutures-Appert, Duval, Grison Roussel-Pilatrie, Retour, Salles, etc.). Les spécialités locales sont les coutils[50] et retors, treillis, draps de coton, passementerie (bretelles, mèches pour lampes, etc.) ;
  • de blanchiment (Établissements Guilmard…), de teinturerie et d'apprêt.

En 1853, le premier métier à tisser mécanique entraîné par machine à vapeur à être installé en France fonctionne à La Ferté-Macé.

Pendant un siècle, la ville vit à l'ombre des hautes cheminées de briques, crachant leur fumée noire, et au rythme des sirènes, aux timbres différents, organisant le travail dans les différents ateliers de textile, de galoches et de chaussures (Établissements Moche, Plé, etc.).

Vers 1855 est ouverte une école secondaire ecclésiastique (petit séminaire), devenue après 1907 école primaire supérieure publique, puis collège moderne et technique - centre d'apprentissage et enfin lycée des Andaines vers 1955.

Le , l'église Notre-Dame, de style romano-byzantin, est officiellement consacrée[51]. Les clochers ne sont achevés que 40 ans plus tard, et leur bénédiction intervient du 26 au . Initialement ce n'était pas deux tours qui étaient prévues mais un dôme. Les cloches, quant à elles, sont suspendues le et bénites deux jours après.

Le , le presbytère de La Ferté-Macé est achevé.

Ancienne gare SNCF de La Ferté-Macé, servant maintenant de locaux à l'Équipement.

Vers 1856, le conseil municipal de La Ferté-Macé s'efforce d'obtenir le chemin de fer, alors que des études sont menées pour définir le tracé d'une ligne Paris - Granville. Malgré son industrie textile florissante, c'est le tracé par Flers qui est adopté, et La Ferté-Macé se contente d'un embranchement ferroviaire depuis la gare de Briouze (La Ferté-Macé avait la même importance que Flers à ce moment-là). Ainsi, Flers est depuis considérée comme la sœur rivale de La Ferté-Macé, et connaît un essor bien plus flagrant.

Le , inauguration de la ligne Briouze - La Ferté-Macé, qui est ouverte le lendemain. La section entre La Ferté-Macé et Couterne ouve le permettant la jonction de la ville à la ligne Paris - Granville et d'autre part à la ligne Alençon - Domfront. Cet embranchement ferroviaire depuis la ligne Paris - Granville permettait donc la desserte de la cité industrielle de La Ferté-Macé et de la station thermale de Bagnoles-de-l'Orne qui commençait alors à connaître son essor. Le prolongement de Bagnoles-de-l'Orne à Couterne permettait de plus de les lier directement à Alençon, la préfecture ornaise.

Les débuts très encourageants et prometteurs du chemin de fer entre Briouze et la Ferté-Macé permet alors d'envisager le passage de la ligne Caen - Angers par La Ferté-Macé et Bagnoles-de-l'Orne , mais son tracé est décidé par Domfront, soit vingt kilomètres plus à l'ouest. Ce deuxième échec, après celui de la ligne Paris - Granville, condamne définitivement La Ferté-Macé. En effet, après des années d'expansions démographique et économique, La Ferté-Macé connaît alors une décroissance démographique et une véritable perte de compétitivité, en finissant par diviser sa population de moitié entre 1876 et 1914 (cf. la section démographie).

Lors de la guerre franco-allemande de 1870 et du siège de Paris, le ballon monté Rouget-de-L'Isle s'envole le 24 décembre 1870 de la gare d'Orléans et termine sa course à La Ferté-Macé après avoir parcouru 240 kilomètres[52].

Le , on inaugure l'actuel hôtel de ville.

En 1905, création de l'Amicale fertoise avec ses sections de sport et de gymnastique puis sa fanfare (qui, 50 ans plus tard, sous la direction de M. Briand, animait les fêtes fertoises et remportait de nombreux trophées dans les concours).

L'affaire criminelle André Colson et Alphonse Steffen s'y déroule le  ; les deux assassins sont condamnés à la peine capitale le par la cour d'assises de l'Orne[53].

Le , le poète et écrivain américain E. E. Cummings, engagé dans le Norton-Harjes Ambulance Corp en France, est arrêté avec son ami, William Slater Brown, soupçonnés d'espionnage. Tous deux ont ouvertement exprimé leur point de vue pacifiste ; Cummings a clairement indiqué son absence de toute haine pour les Allemands[54]. Ils sont envoyés dans le camp de détention militaire du « Dépôt de Triage » à La Ferté-Macé, où ils languissent pendant trois mois et demi. Cummings relate sa vie au camp dans sa nouvelle, The Enormous Room.

Le est inauguré le monument aux morts de la guerre 1914-1918.

La ligne Briouze - Couterne n'étant qu'un chemin de fer d'intérêt local, la section entre Bagnoles-de-l'Orne et Couterne ferme en 1940 mais la section entre Briouze et Bagnoles-de-l'Orne reste exploitée afin de desservir les thermes de Bagnoles-de-l'Orne et La Ferté-Macé est alors toujours reliée par le train à la gare de Paris-Montparnasse. Mais en 1992, la section de Briouze à Bagnoles-de-l'Orne n'échappe pas aux fermetures progressives des lignes ferroviaires secondaires et La Ferté-Macé perd sa desserte ferroviaire, remplacée par un autocar sous tarification SNCF toujours en service entre la gare de Briouze, la ville de La Ferté-Macé et la station thermale de Bagnoles-de-l'Orne, constituant la ligne 6 du TER Basse-Normandie. La gare de La Ferté-Macé est alors désaffectée et sert désormais de locaux à l'Équipement.

Le , la ville est prise par les troupes allemandes[réf. à confirmer][55].

Le , Flers est bombardé et perd 105 habitants.

Jusqu'au 13 aout, une ligne de défense devait être établie jusque Lassay : la rapidité de la progression alliée réduit à rien cet espoir[56]. Le , la ville est libérée par les troupes alliées venant de Bagnoles, PC de la 1re division d’infanterie US. Elles avaient libéré Mortain pour la reperdre immédiatement en encaissant la contre-attaque (opération Lüttig). Ils entament la fermeture de la poche de Falaise. La libération de La Ferté-Macé, survenue tardivement pour une ville normande (quelques jours seulement avant celle de Paris), s'est faite sans grand combat notable, la ville n'ayant pratiquement pas été bombardée. Son plan architectural est donc resté tel quel (c'est-à-dire un plan médiéval dans son centre avec des rues étroites et des immeubles hauts, et des maisons bourgeoises avec jardins constituant la couronne du centre-ville). Sont tout de même à déplorer dix-sept civils tués dont huit personnes réfugiées dans une tranchée (cour Saint-Denis). Un gendarme meurt dans un accrochage avec des retardataires le 15.

En 1995, les hôpitaux de La Ferté-Macé et de Domfront fusionnent. Le nouvel établissement, situé dans la commune, comprend alors 706 lits[57].

Une commune nouvelle est créée sous le nom de La Ferté Macé par un arrêté préfectoral du , par la fusion des communes de La Ferté-Macé et Antoigny, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales. Seule la commune d'Antoigny prend le statut de commune déléguée et La Ferté-Macé est le chef-lieu de la commune nouvelle[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La Ferté Macé est une commune nouvelle qui regroupe depuis le les anciennes communes de La Ferté-Macé et d'Antoigny

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait dans l'arrondissement d'Alençon du département de l'Orne jusqu'au , date à laquelle elle intègre l'arrondissement d'Argentan[58].

La Ferté-Macé était depuis 1793 le chef-lieu du canton de la Ferté-Macé[59], dont relevait également Antoigny. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune était divisée depuis 2014 jusqu'en 2020 entre le nouveau canton de la Ferté-Macé, dont elle est le bureau centralisateur, et le canton de Magny-le-Désert. À la suite du décret du , la commune est entièrement rattachée au canton de La Ferté Macé[60].

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la Première circonscription de l'Orne, dite « d'Alençon », qui correspond exactement au territoire de l'arrondissement.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Ferté-Macé était la commune principale de la communauté de communes du Pays fertois, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1994 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Jacques Dalmont, élu maire de la Ferté-Macé en 2008, échoue à devenir président de l'intercommunalité et la ville n’obtient aucun poste de vice-président. Jacques Dalmont annonce le demander le retrait de sa ville de cette intercommunalité[61].

Cette sortie intervient par la création la communauté de communes de La Ferté-Saint-Michel intervenue le et qui regroupe les deux seules communes de La Ferté-Macé et Saint-Michel-des-Andaines[62]. Le sont créées les communes nouvelles de La Ferté Macé (regroupant l'ancienne commune de La Ferté-Macé et Antoigny — qui était jusqu'alors membre de la communauté de communes du Pays fertois — et de Bagnoles de l'Orne Normandie, qu'intègre Saint-Michel-des-Andaines, entrainant la dissolution de la communauté de communes de La Ferté-Saint-Michel

Le , La Ferté-Macé est intégrée dans la communauté d'agglomération dénommée Flers Agglo[63], mais la campagne électorale municipale de 2020 comprend un important volet concernant le maintien ou non de la ville dans .cette intercommunalité. La municipalité de Michel Leroyer, qui soutient le départ de la communauté d’agglomération flérienne officialise sa demande de la quitter pour rejoindre la communauté de communes du Pays fertois et du Bocage carrougien, ce qui lui est refusé par la préfète, décision confirmée par le tribunal administratif de Caen en février 2023[64],[65].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La Ferté-Macé ne possède pas de tendance politique propre et oscille suivant les élections entre la droite et la gauche. Bien que la ville se situe dans une région rurale et conservatrice, donc généralement en faveur de la droite, l'électorat fertois, lui, est davantage sensible aux tendances régionales et nationales. La mairie de La Ferté-Macé voit en effet passer alternativement des assemblées tantôt à dominante socialiste, tantôt à dominante de droite.

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy obtint une courte avance sur Ségolène Royal de la part des Fertois, lui conférant 51,53 % des votes exprimés contre 48,47 % pour la candidate socialiste. Quant au taux d'abstention, il s'élevait à 14,65 % des inscrits, soit un taux quelque peu inférieur à la moyenne nationale qui était de 16,03 %. Au 1er tour de l'élection, les Fertois avaient voté à 30,63 % pour Nicolas Sarkozy, à 25,29 % pour Ségolène Royal, 18,84 % pour François Bayrou et à 10,28 % pour Jean-Marie Le Pen, les autres candidats n'ayant pas dépassé les 5 % des suffrages exprimés. Le taux d'abstention du 1er tour était de 13,91 %, contre une moyenne nationale de 16,23 %[66].

Au second tour de l'élection législative de 2007, les Fertois, votant dans la première circonscription de l'Orne, ont préféré à 8 voix près le candidat UMP Yves Deniaud (qui a été élu) au candidat socialiste Joaquim Pueyo, à savoir 1 218 voix pour le premier (soit 50,16 % des suffrages exprimés) et 1 210 pour le second (49,84 %), soient en somme des résultats assez proches de la moyenne de la circonscription qui étaient respectivement de 52,82 % et de 47,18 %. Le taux d'abstention s'élevait à 40,27 %, proche de la moyenne nationale qui était 40,01 %. En ce qui concerne le 1er tour de cette élection, Yves Deniaud et Joaquim Pueyo étaient les seuls à dépasser la barre des 10 % des suffrages exprimés à La Ferté-Macé, avec des scores respectivement de 44,62 % et de 32,97 %[67].

En 2005, les Fertois se sont prononcés défavorablement au traité constitutionnel pour l'Europe, encore une fois avec des résultats serrés, soit 50,95 % des suffrages exprimés pour le « non » et 49,05 % pour le « oui ». Le taux d'abstention était de 27,11 %, toujours assez proche de la moyenne nationale qui était alors de 30,66 %[68].

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans l'Orne, la liste PS-PCF-EELV menée par le maire sortant Jacques Dalmont obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 489 voix (61,88 %, 24 conseillers municipaux élus dont 9 communautaires), devançant très largement celle DVD menée par Chantal Leudiere, qui a recueilli 917 voix (38,11 %, cinq conseillers municipaux élus dont deux communautaires).
Lors de ce scrutin, 31,66 % des électeurs se sont abstenus[69].

Lors du second tour des élections municipales de 2020 dans l'Orne[63], la liste DVD menée par Michel Leroyer[70] obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 077 voix, (51,31 %, 25 conseillers municipaux élus dont six communautaires), devançant de 55 voix celle PS-EELV menée par José Collado[71], qui a recueilli 1 022 voix (48,68 %, huit conseillers municipaux élus dont un communautaire).
Lors de ce scrutin marqué par la Pandémie de Covid-19 en France, 42,85 % des électeurs se sont abstenus[72],

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2016, le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29[73].

Le conseil municipal de la commune nouvelle constituée par la fusion d'Antoigny dans La Ferté Macé comprend l'ensemble des 40 conseillers municipaux des deux anciennes communes jusqu’aux élections municipales de 2020[1]. Pour le mandat 2020-2026, leur nombre est réduit à 33, dont sept sont également conseillers communautaires de Flers Agglo[72].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
février 1790 novembre 1790 François Lemeunier de Saint-Denis   Avocat[74]
août 1848 septembre 1848 Céleste Frébet Galboisière   Filateur et négociant
Conseiller général de La Ferté-Macé (1848 → 1852)
1852 1875 Philéas Le Meunier de La Raillerie    
1875 1901 Gustave Le Meunier de La Raillerie[Note 5]   Propriétaire
Conseiller général de La Ferté-Macé (1877 → 1904)
Chevalier de la Légion d'honneur
1901 1919 Ernest Poulain RG Médecin
Conseiller général de La Ferté-Macé (1904 → 1940)
1919 1923 Henri Rogez   Patron d’industrie textile[74]
1923 1945 Ernest Poulain[Note 6]   Médecin
Conseiller général de La Ferté-Macé (1904 → 1940)
Nommé conseiller départemental en 1943 par le Régime de Vichy
1945 1971 Gaston Meillon[Note 7] RPF puis RS puis
UNR puis UDR
Propriétaire de l’Hôtel du Grand Turc
Sénateur de l'Orne (1951 → 1959)
Conseiller général de La Ferté-Macé (1945 → 1970)
Président du conseil général de l'Orne (1945 → 1967)
1971 1977 Norbert Moche[Note 8]   Chef d'entreprise de fabrication de chaussures
mars 1977[76] 1995 Yves Le Pape PS  
juin 1995[76] 2008[77] Jean-Marc Mesmoudi DVD  
mars 2008[78] juillet 2020[79]. Jacques Dalmont[80],[61] DVG Directeur de Némus (2008)
juillet 2020[81] En cours
(au 15 février 2023[64])
Michel Leroyer DVC Cadre dirigeant retraité de la fonction publique territoriale
Ancien responsable des services techniques de La Ferté-Macé jusqu’en 2003.

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La commune est classée station verte[82].

La commune est une ville fleurie ayant obtenu trois fleurs au concours des villes et villages fleuris, notamment en 2016[83].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La Ferté-Macé est jumelée avec :

  • Drapeau de l'Allemagne Neustadt am Rübenberge (Allemagne) depuis 1980[51]. Commencé par des échanges scolaires, ce jumelage très actif a vu des échanges importants entre de nombreuses associations : plusieurs sections de l'Amicale fertoise ont ainsi entrepris des voyages réguliers avec Schneeren par exemple : la gymnastique, le football, le handball, le cyclisme. Hors association, les pompiers ont participé, ainsi que des voyages hors catégories qui voyaient des familles hors structure se rendre alternativement les uns chez les autres et qui perdurent encore tous les ans à l'Ascension.
  • Drapeau de l'Angleterre Ludlow (Angleterre) depuis 1987[51],
  • Drapeau du Sénégal Savoigne-Biffèche (Sénégal) depuis 1988[84],
  • Drapeau du Québec Saint-Maurice (Québec).

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

On dénombre à La Ferté-Macé six écoles d'enseignement primaire (quatre publiques et deux privées), deux collèges (un public et un privé), deux lycées publics, un centre de formation de techniciens agricoles et un établissement régional d'enseignement adapté (EREA)[85].

Établissements scolaires de la Ferté-Macé :

Écoles maternelles et élémentaires publiques

  • École Charles-Perrault (maternelle).
  • École Jacques-Prévert (maternelle et élémentaire).
  • École Paul-Souvray (élémentaire).

Collège public

  • Collège Jacques-Brel.

Lycées publics

  • Lycée des Andaines (général, technologique et professionnel).
  • Lycée Flora-Tristan (professionnel).

Autres établissements publics

Écoles maternelles et élémentaires privées
  • École Bernadette (maternelle).
  • École Sainte-Marie (élémentaire).

Collège privé

  • Collège Notre-Dame.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital de La Ferté-Macé est associé depuis 1995 à l'hôpital de Domfront pour former le centre hospitalier intercommunal des Andaines (CHIC des Andaines)[86], ayant une capacité de 533 lits, répartis comme suit : 120 lits en court séjour, 65 lits en moyen séjour, 108 lits en long séjour et 240 lits en maison de retraite[87].

On trouve sur le site fertois deux services de médecine, des urgences, un service de radiologie, un centre périnatal de proximité, une maison de convalescence, une maison de santé et une maison de retraite[87]. Par ailleurs, l'hôpital de La Ferté-Macé est doté d'un double tunnel de décontamination NRBC (risques nucléaire, radioactif, bactériologique et chimique) et développe son service de lymphologie, comme il l'était prévu dans le plan de restructuration de l'hôpital après les fermetures du service de maternité le (il comptabilisait alors 350 naissances par an) et du service de chirurgie le [88],[89].

Le plateau technique est constitué d'un service d'imagerie médicale numérique, d'une unité de proximité d'accueil et traitement des urgences, d'un centre d’accueil et de premier secours, d'une antenne SMUR et des moyens de télémédecine[87].

En dehors de son hôpital, la ville de la Ferté-Macé possède un centre de médecine physique et de réadaptation pour enfants et adolescents, connu sous le nom de la Clairière. Outre le service hospitalier, ce centre possède un service de consultations spécialisées de médecine physique et réadaptation pédiatrique et de chirurgie orthopédique infantile[87].

La Ferté-Macé dispose d'une hélisurface pour les évacuations sanitaires urgentes.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2021, la commune comptait 5 116 habitants[Note 9], en diminution de 7,79 % par rapport à 2015 (Orne : −3,37 %, France hors Mayotte : +1,84 %). En 2024, la commune nouvelle comptait 5 116 habitants[Note 10].

Évolution démographique du territoire de la commune nouvelle
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2019
6 3687 0416 8527 0386 7976 1615 7975 186
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, après la fusion avec Antoigny.
(Source : INSEE RGP 2019[90])
           Évolution de la population de l'ancien territoire de La Ferté-Macé  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 4743 8493 9944 3734 6134 7445 1975 6636 039
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 5607 0117 3329 7329 7699 3988 9088 1217 775
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 4676 4886 2085 3555 4035 3085 1145 3435 614
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2016
5 5166 2056 8996 7086 9136 6796 1025 8265 262
2019 - - - - - - - -
5 061--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[59] puis Insee à partir de 2006[91].)
Histogramme de l'évolution démographique de l'ancien territoire de La Ferté-Macé

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une piscine, le centre aquatique du Pays fertois, géré par la communauté de communes du Pays fertois, et ouvert en . On y trouve un bassin sportif, un bassin ludique, une pataugeoire, un toboggan aquatique ainsi qu'un espace de balnéothérapie avec un jacuzzi, un sauna et un hammam.

La Jeunesse fertoise-Bagnoles-Tessé-la-Madeleine fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres équipes en divisions de district[92].

Économie[modifier | modifier le code]

La ville possède une antenne de la chambre de commerce et d'industrie d'Alençon.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La Ferté-Macé est située dans une région de tradition rurale et agricole, bien que la ville fut un grand centre industriel pendant le XIXe siècle. Se trouvant dans le bocage normand, c'est-à-dire une région riche en prairies et herbages ombragés, donc propice à l'élevage, sa région est logiquement spécialisée dans la production laitière (et ses dérivés : crèmerie, fromages). La production laitière est le point fort de l'agriculture locale, avec l'élevage d'animaux pour leur viande et de la culture, principalement des céréales (blé, orge) et du maïs (servant à l'alimentation des animaux).

Dans un contexte culturel et touristique[Quoi ?], et de façon plus marginale, on trouve également dans la région fertoise la culture des fruits (arboriculture fruitière), qui consiste en la récolte des fruits typiquement normands (pommes, poires) afin d'en produire les alcools normands correspondants : calvados, cidre, poiré, pommeau, à des fins gastronomiques et touristiques. Ce type d'agriculture n'est réalisé que chez quelques producteurs locaux, aussi elle ne constitue pas une part importante de l'économie locale.

L'économie agricole fertoise n'est pas spécifique à la région de La Ferté-Macé mais est également le type d'agriculture de l'ensemble du Bocage normand (excepté pour l'aquaculture sur le littoral bas-normand).

Industries et services[modifier | modifier le code]

Au niveau industriel, La Ferté-Macé et ses alentours possèdent quelques usines importantes, parmi lesquelles l'atelier de production Dermophil Indien (cosmétique) et une plateforme logistique des Mousquetaires à Magny-le-Désert, la Société normande de volailles (volailles et crèmerie) à La Chapelle-d'Andaine et les Produits chimiques auxiliaires de synthèse (PCAS[93]) à Couterne.

Sur la commune de La Ferté-Macé, on trouve deux zones d'activités industrielles et tertiaires, à savoir la zone industrielle de Beauregard au nord-est, la zone industrielle du Parc (magasins et centre commercial) au sud-ouest. Il existe également d'autres zones d'activités dans les environs de la ville, sans que celles-ci se situent sur la commune de La Ferté-Macé.

Les grandes surfaces commerciales constituent également une part notable des emplois locaux : centre E. Leclerc, Intermarché et Bricomarché, Action, Lidl, Noz, McDonald, Gifi, Marie Blachère...

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de La Ferté-Macé.
  • L'église Notre-Dame :
    Mise en chantier en 1851 sur les plans de François Liger, un architecte sarthois, et consacrée neuf ans plus tard, le .
    Ses dimensions sont : 70 m de long sur 38 m de large (au niveau du transept) ; 22 m de hauteur, ses clochers s'élancent à 60 m. 38 contreforts, reliés par des arcs-boutants permettent l'équilibre de l'énorme poussée des voûtes[51].
    Possédant de magnifiques vitraux, l'église dispose également d'un carillon de seize cloches.
    L'église possède également dans sa crypte un Trésorama : objets précieux, curieux ou insolites du culte catholique[51].

On note également :

  • Clocher de l'église romane.
  • Hôtel de ville vers 1900.
  • Manoir de la Pogeonnière.
  • Vestiges du logis Pinson XVe siècle (cf. Beauvain).
  • La « Vallée de la Cour » (vers Antoigny) : agréable site boisé (avec étang et belle maison de maître manufacturier textile).
  • Un important patrimoine indistriel repéré dans les dossiers du Patrimoine industriel de l'Orne :
    • tissages de Beauduet ,
    • tissages puis collège, rue de la Lavanderie,
    • tissages, 7 et 16 rue Pierre-Neveu,
    • deux usines de blanchiment sur le Douet de l'Aulne,
    • une usine de chaussures, rue de Clouet,
    • une usine de chaussures puis une usine de matériel d'équipement industriel, 21 boulevard de Gérard-de-Contades,
    • un moulin à farine, puis une usine de tissage, et enfin une usine d'articles en matière plastique sur le ruisseau de Fimbrune,
    • tissage du Bas de Maure puis usine de construction mécanique,
    • tissage de Maure,
    • tissage puis câblerie des Peupliers.
Vue partielle du plan d'eau.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

L'espace culturel du Grand-Turc, situé en centre-ville de La Ferté-Macé, abrite la bibliothèque municipale de La Ferté-Macé ainsi qu’une salle de cinéma (salle Gérard-Philipe). Il possède en plus un point d'information jeunesse et une salle culturelle où peuvent avoir lieu diverses expositions, des concerts-découverte, etc.

La ville possède également un musée du jouet depuis 1992.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de La Ferté-Macé, œuvre de Marcel Pierre.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les spécialités locales sont[96] :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Ferté Macé Blason
De gueules à la navette de tisserand d'or en barre, surmontée d'une ruche du même[97].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Association normande, Annuaire des cinq départements de la Normandie, Caen/Rouen, Henri Delesques/Lestringant, , 522 p. (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jules Appert et Paul-Dominique Bernier, Revue catholique d'histoire, d'archéologie et littérature de Normandie, vol. 1, , pdf (présentation en ligne), « Essai sur le prieuré de la baronnie de la Ferté Macé, d’après les chartes fertoises de l’abbaye de Saint-Julien de Tours », sur Google Livres. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sebastien Legros, Moines et seigneurs dans le Bas-Maine, Presses universitaires de Rennes, , 360 p. (ISBN 978-2-7535-1089-0, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jules Appert, La Verderie de La Ferté-Macé au commencement du XVe siècle, d'après le Grand Coutumier des forêts de Normandie par Hector de Chartres, chevalier, maître et enquêteur des eaux et forêts pour le Roi en Normandie et Picardie (Extrait de l'Annuaire de l'Association Normande), Caen, H. Delesques, , 16 p. (présentation en ligne, lire en ligne)
  • Louis Duval, Les derniers jours du prieuré de La Ferté Macé, Alençon, Imprimerie alençonnaise, 11 rue des Marcheries, , 32 p. (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Daniel Power, Anne Curry et Véronique Gazeau, La guerre en Normandie (XIe-XVe siècle): La chute de la Normandie ducale (1202-1204) un réexamen, Caen, Presses universitaires de Caen, , 366 p. (ISBN 9782381850092, présentation en ligne, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Essai sur l'industrie textile à la Ferté-Macé, Lefranc, 1934
  • Louis Souvray, Essai sur l'histoire de la ville de La Ferté-Macé, La Ferté Macé, Imprimerie Compédit-Beauregard, , 153 p. (présentation en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Claude Collin et Michel Louvel, La Ferté-Macé 1800-1914, Tome II (Une ville industrielle du textile), 1982
  • Jean Lambert-Dansette, Histoire de l'entreprise et des chefs d'entreprise en France, t. V : l'entreprise entre deux siècles, 1880-1914, Paris, Harmattan, (lire en ligne), p. 295-296
  • Jules Appert et Comte Gérard de Contades, Bibliothèque ornaise - Canton de la Ferté-Macé, Bagnoles-les-Bains, canton de Juvigny-sous-Andaine - Essai de bibliographie cantonale, Paris, H.Champion, , 144 p. (présentation en ligne)
  • Jules de Martholde, Revue normande et percheronne Vol.I-II -Etymologie (Légende du Passais), Alençon, A. Herpin, , 239-242 p. (présentation en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'arrêté préfectoral utilise la graphie « La Ferté Macé », graphie non conforme aux règles de typographie française[1]. La rédaction de l'article conserve le plus souvent la graphie antérieure et conforme « La Ferté-Macé ».
  2. Les distances indiquées sont à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. L'avenue Lemeunier de la Raillère rappelle les mandats de maire de Phileas (1852-1875) et de Gustave (1875-1901)[74].
  6. Une rue de la commune porte le nom de ce maire[74].
  7. Le stade communal porte le nom de ce maire[74].
  8. Le terrain d'honneur et les tribunes du stade municipal porte le nom de ce maire[75].
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Arrêté préfectoral du12 janvier 2016 : La Ferté Macé - création d'une commune nouvelle », Recueil cdes actes administratifs de la préfectire de l'Orne, no spécial 5 (n°2016 01 05),‎ , p. 3-5 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre La Ferté Macé et Briouze », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Briouze » (commune de Briouze) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Briouze » (commune de Briouze) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur Observatoire des Territoires (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de La Ferté Macé », sur Insee (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur Insee, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur Insee, (consulté le ).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de La Ferté Macé », sur insee.fr (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. La section entre la RD 908 (vers Alençon) et la RD 916 (vers Bagnoles-de-l'Orne), d'une longueur de 4,2 km, n'a pu être inaugurée et ouverte que le 6 avril 2009.
  18. « La Ferté-Macé attendait sa rocade depuis 30 ans », sur Maville.com (Alençon), (consulté le ).
  19. Blog d'Alain Lambert, « La Ferté-Macé attendait sa rocade depuis 30 ans ! »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (consulté le ).
  20. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  21. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Tome 3, Formations dialectales, page 1663, (ISBN 2600028846).
  22. Auguste Longnon, Paul Georges, etc., Les noms de lieux de la France : leur origine, leur signification, leurs transformations, Paris 1929.
  23. Guy Chartier, « De quelques toponymes normands », Nouvelle revue d'onomastique, vol. 35, no 1,‎ , p. 285 (DOI 10.3406/onoma.2000.1376, lire en ligne, consulté le )
  24. Delesques et Lestringant 1900, p. 118.
  25. Delesques et Lestringant 1900, p. 117.
  26. a et b Appert et Bernier 1891, p. 70-71.
  27. Appert et Bernier 1891, p. 283.
  28. Appert et Bernier 1891, p. 71-72.
  29. (fr + la) Abbé L.J Denis, « Archives historiques du Maine XII (1er fascicule) - Chartes de Saint-Julien de Tours (1002-1227) » Accès libre [PDF], sur BNF-Gallica, (consulté le ).
  30. Appert et Bernier 1891, p. 76.
  31. Sébastien Legros 2010, p. 1-50.
  32. Appert et Bernier 1891, p. 171.
  33. CAILLEBOTTE LE JEUNE marchand à Domfront, ESSAI SUR L'HISTOIRE ET LES ANTIQUITÉS DE LA VILLE ET ARRONDISSEMENT DE DOMFRONT 3e Edition, Domfront, Crestey, , 126 p. (lire en ligne), p. 11
  34. Delesques et Lestringant 1900, p. 67.
  35. Appert et Bernier 1891, p. 273-275.
  36. Appert et Bernier 1891, p. 277.
  37. Appert et Bernier 1891, p. 67.
  38. Daniel Power 2020, p. 37-62.
  39. Delesques et Lestringant 1900, p. 63.
  40. Louis Guillotte, « La seigneurie de la Ferté-Macé: XIe – XIVe siècle », Société Historique et Archéologique de l'Orne, no CXXXI, 1er et 2e trimestres, mars-juin 2012, Imprimerie de Montligeon, Saint-Hilaire-le-Châtel, 2012
  41. a et b Appert et Bernier 1891, p. 74-75.
  42. Patrimoine normand, « La truie de Falaise, condamnée pour avoir dévoré un nourrisson » Accès limité, (consulté le ).
  43. Abrégé du papier terrier de la vicomté de Falaize, fait par le vicomte du lieu, Falaise, 1540 (1690 pour l'abrégé), 507 p. (lire en ligne).
  44. Delesques et Lestringant 1900, p. 120.
  45. Michel Louvel, « Le Logis Pinson ou « Porche Pinson » » (consulté le ).
  46. Jules de Martholde 1892, p. 123.
  47. Delesques et Lestringant 1900, p. 31-33.
  48. Delesques et Lestringant 1900, p. 33.
  49. a b et c Duval 1908.
  50. Hector de Masso La Ferrière-Percy, Histoire de Flers ses seigneurs, son industrie, Paris et Caen, 1855, [lire en ligne].
  51. a b c d e f et g Guide Pratique de l'Office de Tourisme du Pays Fertois, d'Andaine et du Houlme, édition 2008/2009
  52. Ballon no 51 : « Le Rouget-de-L'Isle »
  53. Jean-François Miniac, Les grandes affaires criminelles de l'Orne, De Borée, Paris, 2008 (ISBN 978-2-84494-814-4).
  54. Friedman 2003, p. 244.
  55. charmanetoverlord, « L'ORNE ET LA WW2 un peu de normandie aussi »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Skyrock (consulté le ).
  56. « 1944 la bataille de Normandie, la mémoire | Couterne – Rives d’Andaine » (consulté le ).
  57. Gilles Calmes, Jean-Paul Segade et Laura Lefranc, Coopération hospitalière : L'épreuve de vérité, Masson, Paris, Milan, Barcelone, 1998.
  58. « Code Officiel Géographique (date de référence : 01/01/2022) », sur Insee (consulté le ).
  59. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  60. Décret n° 2020-218 du 5 mars 2020 modifiant le décret n° 2014-247 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Orne, sur Légifrance.
  61. a et b « La Ferté-Macé. Les douze ans de mandat de Jacques Dalmont : La période a été marquée par des investissements en soutien à la population et à l’économie locale avec des changements intercommunaux et la création d’une commune nouvelle », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. [PDF] « Préfecture de l'Orne - Recueil des actes administratifs d'octobre 2012 » (consulté le ), page 2
  63. a et b « La Ferté-Macé. Deux colistiers d’Yves Robillard expriment leur regret : Yves Jeanne et Claude Lefèvre, candidats de la liste conduite par Yves Robillard, expriment leur regret du retrait pur et simple de cette liste qui les prive de représentants au conseil municipal durant la prochaine mandature », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ). « Yves Jeanne (...) rappelle la sortie de la commune de la CDC du pays fertois en 2011 après seize ans de stabilité, puis la création de la CDC La Ferté - Saint-Michel et surtout l’adhésion à Flers Agglo à la surprise générale en octobre 2015 et souligne le caractère irréel du vote (où l’opposition s’était abstenue). « Où est la stabilité que prône la liste agir pour le territoire (liste Collado) ? ».
  64. a et b « Le tribunal désavoue la commune de La Ferté-Macé, empêchée de quitter Flers Agglo à un habitant près : Le 3 février, le tribunal administratif a débouté la commune de La Ferté-Macé, qui voulait faire annuler l'arrêté de la préfète de l'Orne l'empêchant de se retirer de Flers Agglo », Le Publicateur libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. « Tribunal administratif de Caen - 1ère chambre : 3 février 2023 / n° 2002424 », sur Dalloz (consulté le ).
  66. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle de 2007 – La Ferté-Macé (Orne) » (consulté le ).
  67. ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection législative de 2007 – La Ferté-Macé (Orne) - 1re circonscription » (consulté le ).
  68. Ministère de l'Intérieur, « Scrutin du 29 mai 2005 – La Ferté-Macé (Orne) » (consulté le ).
  69. Résultats officiels pour la commune La Ferté-Macé
  70. Guillaume Jeanne, « Municipales 2020. La Ferté-Macé : Michel Leroyer, tête de liste de « Un nouvel avenir fertois » : Parmi les listes en course pour les élections municipales, Un nouvel avenir fertois, présentée samedi 7 décembre 2019 en matinée », Le Publicateur libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  71. « La Ferté-Macé. Sur la liste Collado, expérience et renouvellement : José Collado a présenté samedi douze élus sortants qui l’accompagnent dans son projet, mais aussi de nouveaux postulants, dont l’âge va de 23 à 72 ans. », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  72. a et b « Elections municipales 2020 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  73. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  74. a b c d et e Michel Moriceau, « Michel Louvel a répertorié les maires de La Ferté-Macé (Orne) depuis 1790 : Passionné par l'histoire locale, Michel Louvel vient d'établir une liste qui n'a jamais été publiée : celle des maires de La Ferté-Macé (Orne) depuis 1790. », Le Publicateur libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  75. Michel Moriceau, « Au stade de La Ferté-Macé, Michel Moche aura le terrain d'honneur et les tribunes à son nom : Samedi 22 juin, la JFB de La Ferté-Macé (Orne) sera en fête avec le baptême du terrain d'honneur et des tribunes du stade, qui porteront désormais le nom de Michel Moche », Le Publicateur libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  76. a et b « Yves Jeanne répond aux propos d'Yves Lepape », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  77. « La Ferté-Macé: J.-M. Mesmoudi ne repart pas », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Jean-Marc Mesmoudi, maire de La Ferté-Macé depuis 1995, a annoncé lundi soir lors de ses voeux au personnel communal sa décision de ne pas briguer un troisième mandat ».
  78. « Elu maire, Jacques Dalmont entre en fonction », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Jean-Marc Mesmoudi, 70 ans, souhaitait passer la main à plus jeune, en l'occurrence Pierre Devallois, son adjoint. Les électeurs en ont décidé autrement. Après treize ans de gouvernance à droite, c'est donc la gauche qui constitue la majorité municipale avec vingt-deux élus. La liste de Pierre Devallois (33,14 % des suffrages), obtient cinq sièges au conseil municipal et celle de Philippe Le Petit (15,40 % des suffrages) obtient deux sièges ».
  79. Michel Moriceau, « Le maire sortant de La Ferté-Macé interpelle son successeur sur ses choix : Maire sortant et contribuable fertois, Jacques Dalmont a adressé un courrier à son successeur Michel Leroyer. Il le questionne sur son action depuis 6 mois à La Ferté-Macé (Orne) », Le Publicateur libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  80. Réélection 2014 : « Jacques Dalmont réélu maire, entouré de huit adjoints », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  81. « Municipales à La Ferté-Macé. Michel Leroyer devient maire : Sans surprise, c’est la tête de liste d’« Un nouvel avenir fertois », élu avec 25 voix contre 8, samedi 4 juillet 2020 au matin, qui va enfiler l’écharpe tricolore », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Cette campagne était focalisée sur l’intérêt (ou non) pour La Ferté-Macé de quitter Flers Agglo et c’est l’équipe de Michel Leroyer, fervent défenseur du départ de la communauté d’agglomération flérienne, qui a gagné ».
  82. www.stationverte.com, « La Ferté-Macé » (consulté le ).
  83. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  84. « Comité de Jumelage et de Coopération La Ferté-Macé/Savoigne et les villages associés », sur lafertemace.fr.
  85. Mairie de La Ferté-Macé, « Les établissements scolaires à La Ferté-Macé » (consulté le ).
  86. « CHIC des Andaines.fr », sur chic-andaines.fr.
  87. a b c et d Mairie de La Ferté-Macé, « Se soigner à La Ferté-Macé » (consulté le ).
  88. Ouest-France, « À La Ferté-Macé, l'hôpital a déjà fait sa mutation » (consulté le ).
  89. Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux & maternités de proximité, « Hôpital de la Ferté-Macé »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ).
  90. INSEE, Recensement général de la population 2019, #RGPDocument mentionné en liens externes.
  91. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  92. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – J. Fertoise Bagnoles Tesse la Mad » (consulté le ).
  93. PCAS, « site internet PCAS - Produits Chimiques Auxiliaires de Synthèse », pcas, (consulté le ).
  94. BNF, « Alphonse Feillet (1824-1872) » Accès libre, sur data.bnf.fr (consulté le ).
  95. BNF, « Wilfrid Challemel (1846-1916) » Accès libre, sur data.bnf.fr (consulté le ).
  96. D'autres informations sur le site de l'Office de Tourisme du Pays Fertois, d'Andaine et du Houlme
  97. « GASO, la banque du blason - La Ferté-Macé Orne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ).