Perrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Pérou.

Perrou
Perrou
Le couvent des franciscaines.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Bagnoles-de-l'Orne
Intercommunalité Communauté de communes Andaine-Passais
Maire
Mandat
Jeannine Rablineau
2014-2020
Code postal 61700
Code commune 61326
Démographie
Gentilé Perruviens
Population
municipale
283 hab. (2016 en diminution de 20,73 % par rapport à 2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 27″ nord, 0° 33′ 21″ ouest
Altitude Min. 170 m
Max. 274 m
Superficie 4,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Perrou

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Perrou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Perrou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Perrou

Perrou est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 283 habitants[Note 1] (les Perruviens[1]).

Géographie[modifier | modifier le code]

Perrou se situe au sud-ouest du département de l'Orne, proche de la Mayenne, aux confins du pays d'Andaine et du Domfrontais. Son bourg est à 5,5 km au nord-ouest de Juvigny-sous-Andaine, à 7,5 km à l'est de Domfront et à 16 km à l'ouest de La Ferté-Macé[2].

Communes limitrophes de Perrou[3]
Domfront Champsecret Champsecret
Domfront Perrou[3] Juvigny-sous-Andaine
La Baroche-sous-Lucé La Baroche-sous-Lucé La Baroche-sous-Lucé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avec le suffixe de présence -avo, Perrou désigne un endroit où il y a des pierres[4], ou l'un des nombreux diminutifs du prénom Pierre.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Perrou est créée en 1886, du démembrement de Lucé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2008 Yves Pinel SE Agriculteur
mai 2008 En cours Jeannine Rablineau[5] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1886. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2016, la commune comptait 283 habitants[Note 2], en diminution de 20,73 % par rapport à 2011 (Orne : -1,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Perrou a compté jusqu'à 818 habitants en 1931. Elle en comptait 590 à sa création en 1886.

Évolution de la population  [ modifier ]
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
590650658675644686703723818
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
797747716687525523504495413
2006 2007 2008 2013 2016 - - - -
398396394278283----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Couvent des franciscaines de ND de Pitié.
  • Beaucoup de grands bâtiments aux multiples fenêtres (de style XIXe et qui constituent une partie importante du bourg) sont d'anciennes propriétés d'une congrégation franciscaine, les franciscaines de Notre-Dame-de-Pitié de Perrou. En effet, à compter de 1868 (à l'initiative de l'abbé Lemoine, curé de la paroisse, et de Mère Élisabeth de Lhomel, ancienne supérieure de l'hospice de Montreuil, dans le Pas-de-Calais), la commune abrita pendant plusieurs générations cette importante communauté religieuse de sœurs franciscaines. L'activité essentielle de cette congrégation consistait — dans le cadre de l'œuvre de Notre-Dame-de-Pitié — à héberger et nourrir, à éduquer et soigner jusqu'à plusieurs centaines d'enfants et de vieillards de conditions misérables. Ceux-ci étaient répartis, selon leur sexe, dans deux orphelinats et deux hospices. Après plus de cent quarante ans de présence, ces religieuses ont quitté la commune en 2012, mais leur action sociale se poursuit dans leurs anciens locaux en direction des handicapés.
  • Cette histoire explique aussi la présence d'une haute et vaste église (construite à partir de 1895, à l'initiative du curé-bâtisseur de Notre-Dame-de-Pitié, elle est de style néogothique), malgré les modestes ressources de la commune et la proximité (10 km), de l'importante ville ancienne de Domfront. Cette église dédiée à Notre-Dame-de-l'Assomption fut d'ailleurs réquisitionnée par les Allemands comme hôpital militaire pendant l'Occupation, en 1942. Elle abrite deux statues de calcaire polychrome : une Vierge de Pitié et une statue de saint Roch du XVIIe siècle, classées à titre d'objets aux Monuments historiques[10].
  • Le GR 22 (chemin du Mont-Saint-Michel) parcourt la crête qui surplombe la commune.
  • La forêt des Andaines couvre le nord du territoire communal.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Fernand Jouvencel (1904-1957), mécanicien-garagiste à Perrou. Il fut nommé maire par l'État français en 1942. Avec l'aide de sa femme (voir ci-dessous), il sauva des rafles allemandes plusieurs enfants juives d'origine polonaise en leur fournissant des faux papiers, en les faisant accueillir par les sœurs franciscaines dans l'orphelinat local ou dans des familles d'accueil.
  • Madeleine Jouvencel, née Volclair (née en 1911), institutrice et secrétaire de mairie à Perrou en 1942. Elle apporta son entier concours à son mari et fit jouer de ses relations pour éviter la déportation et la mort en déportation des petites juives cachées dans la commune.

En reconnaissance pour l'action humanitaire ainsi déployée — en dépit des risques personnels encourus —, le mémorial israélien de Yad Vashem de Jérusalem les a nommés « Juste parmi les nations » en 2001[11] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ouest-france.fr - Mairie de Perrou » (consulté le 19 mai 2010)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. Louis Bergès - 1995 - Orne - Page 211 - (ISBN 2862531839).
  5. a et b Réélection 2014 : « Perrou (61700) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 avril 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Œuvres mobilières à Perrou », base Palissy, ministère français de la Culture.
  11. « Jouvencel Madeleine - Jouvencel Fernand », sur le site du comité, Le Comité français pour Yad Vashem (consulté le 9 mai 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :