Passais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Pacé (autre commune de l'Orne), ni Pacé (en Ille-et-Vilaine).
Cet article traite de la commune de Passais. Pour l'article sur la région naturelle du Passais, consultez Domfrontais.
Passais
Passais-la-Conception
Les deux chapelles Notre-Dame-de-l'Oratoire.
Les deux chapelles Notre-Dame-de-l'Oratoire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Bagnoles-de-l'Orne
Intercommunalité Bocage de Passais-la-Conception
Maire délégué Claude Lecherbonnier
2014-2020
Code postal 61350
Code commune 61324
Démographie
Gentilé Passagiens
Population 782 hab. (2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 07″ nord, 0° 45′ 27″ ouest
Altitude Min. 143 m – Max. 207 m
Superficie 16,68 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Passais-Villages
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Passais

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Passais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Passais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Passais
Liens
Site web www.passais.fr

Passais (ou Passais-la-Conception) est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Passais-Villages.

Elle est peuplée de 782 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe au sud-ouest du département de l'Orne, au sud-ouest de la région Normandie, dans la région naturelle et bocagère du Domfrontais, également appelée « Passais ». Son bourg est à 10 km à l'est du Teilleul, à 12 km au sud-ouest de Domfront et à 15 km au nord de Gorron[1].

Le point culminant (207 m) se situe au sud-ouest, près du lieu-dit les Rotelles. Le point le plus bas (143 m) correspond à la sortie du ruisseau du Pont Barrabé du territoire, au nord. La commune est bocagère.

Communes limitrophes de Passais[2]
(comm. nouv. de Passais-Villages)
Saint-Mars-d'Égrenne,
Mantilly
Saint-Mars-d'Égrenne Saint-Mars-d'Égrenne
Mantilly Passais[2]  (comm. nouv. de Passais-Villages) Saint-Fraimbault
L'Épinay-le-Comte
(comm. nouv. de Passais-Villages)
Saint-Siméon
(comm. nouv. de Passais-Villages)
Saint-Fraimbault

Toponymie[modifier | modifier le code]

Passais, homophone d'une autre commune de l'Orne, Pacé, aurait la même origine, l'anthroponyme roman Paccius[3].

Le gentilé est Passagiens[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme en témoignent un dolmen, la Table au Diable, et le menhir du Perron situé près du hameau du Chêne-aux-Fées, cette région fut occupée dès le Néolithique. Mais ce n'est qu'en 1466 que Jean II, duc d'Alençon, qui avait des besoins d'argent, décida de faire défricher cette partie de la forêt de Passais. En 1475, Louis XI créa une nouvelle paroisse qu'il dénomma « Conception-Notre-Dame-en-Passais », en l'honneur de la Vierge Marie dont il était un dévôt. L'église fut consacrée en 1480.

En 1852, un pèlerinage fut organisé à la chapelle Notre-Dame-de-l'Oratoire où une fresque, peinte, entre 1932 et 1952, par André Jouault, natif du canton, relate les évènements religieux du Passais[5].

Le , Passais intègre avec deux autres communes la commune de Passais-Villages[6] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de L'Épinay-le-Comte, Passais et Saint-Siméon deviennent des communes déléguées et Passais est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Passais

Les armes de la commune de Passais se blasonnent ainsi :
D'azur à la Vierge issante aux trois-quarts d'argent cantonnée de quatre fleurs de lys d'or[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1902 1921 Henri Hamon - Avoué
1921 1965 Joseph Hamon - Historien
1965 mars 2001 Charles Bancourt SE Vétérinaire
mars 2001[8] décembre 2015 Claude Lecherbonnier[9] UMP Journaliste
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[9]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Passais-Villages le jusqu'en 2020 et Claude Lecherbonnier devient maire délégué.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 782 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Passais[10]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Passais a compté jusqu'à 2 240 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 239 2 224 2 227 2 240 2 199 2 187 2 163 2 023 1 991
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 886 1 819 1 818 1 660 1 736 1 611 1 658 1 608 1 622
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 601 1 597 1 510 1 347 1 349 1 307 1 309 1 289 1 214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
1 102 1 031 1 016 1 020 915 889 806 804 782
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

L'Association sportive Passais-Saint-Fraimbault fait évoluer trois équipes de football en divisions de district[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • En 2011, Martine Pottier situe son roman La Dralleuse autour de Passais-la-Conception à la fin du XIXe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2, notice BnF no FRBNF36174448), p. 195
  4. « Ouest-france.fr - Mairie de Passais » (consulté le 28 décembre 2009)
  5. Joseph Hamon, Histoire de la fondation de Passais-la-Conception, Flers, Le Pays bas-normand,
  6. « Recueil des actes administratifs du 30 décembre 2015 », sur le site de la préfecture de l'Orne (consulté le 24 avril 2016).
  7. « GASO, la banque du blason - Passais Orne » (consulté le 11 janvier 2013).
  8. « Claude Lecherbonnier, le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 avril 2016)
  9. a et b Réélection 2014 : « Passais (61350) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 mai 2014)
  10. Date du prochain recensement à Passais, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  13. « Manoir de la Guérinière », notice no PA00110883, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Dolmen dit la Table au Diable », notice no PA00110882.
  15. « Menhir du Perron », notice no PA00110884, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – AS Passais-Saint-Fraimbault » (consulté le 24 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :