Dissé-sous-le-Lude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dissé-sous-le-Lude
Dissé et son clocher.
Dissé et son clocher.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Le Lude
Intercommunalité communauté de communes Sud Sarthe
Maire
Mandat
Michel Raveneau
2014-2020
Code postal 72800
Code commune 72117
Démographie
Gentilé Disséens
Population
municipale
557 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 32″ nord, 0° 09′ 18″ est
Altitude Min. 38 m – Max. 111 m
Superficie 22,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Dissé-sous-le-Lude

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Dissé-sous-le-Lude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dissé-sous-le-Lude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dissé-sous-le-Lude

Dissé-sous-le-Lude est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 557 habitants[Note 1] (les Disséens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Dissé-sous-le-Lude, commune du sud du département de la Sarthe, est située au cœur du Maine angevin. Le village se trouve, en distances orthodromiques, à 43,3 km au sud du Mans, la préfecture du département, à 55,4 km au nord-est d'Angers, à 42,6 km au nord de Saumur, et à 4,4 km au sud du Lude, la ville la plus proche[1]. Les communes limitrophes sont Savigné-sous-le-Lude, Le Lude, ainsi que Broc et Chigné dans le département de Maine-et-Loire[2].

Communes limitrophes de Dissé-sous-le-Lude
Le Lude
Savigné-sous-le-Lude Dissé-sous-le-Lude
Chigné (Maine-et-Loire) Broc (Maine-et-Loire)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 237 hectares. L'altitude varie entre 38 et 111 mètres[3]. Le point le plus haut se situe au sud-est de la commune, dans le bois du « Pau d'Ardenne », tandis que le point le plus bas se situe au nord, sur la Marconne, à la limite communale avec Le Lude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Dissé-sous-le-Lude est traversée par des affluents du Loir. La Marconne coule du sud vers le nord[4]. Le ruisseau de Ris-Oui coule sur une faible distance à l'ouest[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Dissé-sous-le-Lude est soumise à un climat de type océanique dégradé. Les données climatiques sont comparables à celles de la station Le Mans-Arnage, située à près de 35 km à « vol d'oiseau » de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Dissé-sous-le-Lude est desservie par la RD 307, ancienne route nationale 767 qui relie Le Mans à Saumur. Elle entre sur le territoire au nord en provenance du Lude, et repart au sud vers Chigné. Parallèlement à la RD 307, la RD 48 entre au nord depuis Le Lude et quitte Dissé au sud pour rejoindre Broc. La RD 104 B quitte la commune vers l'ouest en direction de Savigné-sous-le-Lude. Au nord, la RD 306, ancienne N 159 reliant Tours à Laval, traverse Dissé-sous-le-Lude sur une courte distance à hauteur du hameau de Raillon[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de l'Anjou au XVIIIe siècle. (Cliquez pour agrandir)

L'histoire de Dissé est intimement attachée à celle du Lude, siège d'un château appartenant aux comtes d'Anjou.

Sous l'Ancien Régime, Dissé-sous-Le-Lude est rattachée à la sénéchaussée angevine de Baugé dépendante de la sénéchaussée principale d'Angers.

La commune dépendait du tribunal spécial ou « grenier à sel » du Lude.

Dissé-sous-Le-Lude fait partie du Haut-Anjou, appelé le Maine angevin, pris sur la province d'Anjou autour des villes de La Flèche, du Lude et rattachée à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à une partie de la province du Maine pour former le département de la Sarthe.

Carte de sénéchaussées de l'Anjou en 1789. (cliquez pour agrandir)

La légende de saint Martin[modifier | modifier le code]

La région est marquée par la présence de saint Martin de Vertou qui contribua à l'implantation de nombreuses églises. La légende locale veut que saint Martin de Vertou, constatant l'absence de clocher sur l'église de Dissé, alla chercher celui de Broc et le porta sur son dos jusqu'au village. Harassé par un tel travail, il jeta son marteau. À l'endroit de sa chute, l'outil fit jaillir une fontaine qui est désormais dédiée au saint.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989[6] mars 2008 Jean Meunier    
mars 2008[7] mars 2014 Jacky Decers SE Exploitant agricole
mars 2014[8] en cours Michel Raveneau SE Retraité de la gendarmerie
Les données manquantes sont à compléter.

Élections[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle 2007[modifier | modifier le code]

  • Résultats du premier tour

Inscrits : 467, Abstentions : 64 (13,70 %), Votants : 403 (86,30 %), Blancs : 11 (2,73 %), Exprimés : 392 (97,27 %).

Nicolas Sarkozy : 122 voix (31,12 %), François Bayrou : 74 voix (18,88 %), Ségolène Royal : 69 voix (17,60 %), Jean-Marie Le Pen : 56 voix (14,29 %), Philippe de Villiers : 22 voix (5,61 %), Olivier Besancenot : 16 voix (4,08 %), José Bové : 11 voix (2,81 %), Dominique Voynet : 6 voix (1,53 %), Arlette Laguiller : 6 voix (1,53 %), Frédéric Nihous : 5 voix (1,28 %), Marie-George Buffet : 4 voix (1,02 %), Gérard Schivardi : 1 voix (0,26 %).

  • Résultats du second tour

Inscrits : 467, Abstentions : 73 (15,63 %), Votants : 394 (84,37 %), Blancs : 21 (5,33 %), Exprimés : 373 (94,67 %).

Nicolas Sarkozy : 226 voix (60,59 %), Ségolène Royal : 147 voix (39,41 %).

Élections législatives 2007[modifier | modifier le code]

1er tour
Dissé-sous-le-Lude 3e circonscription La Flèche - Saint-Calais
Éveline Abecassis : Lutte ouvrière 3,21 % 1,32 %
Loic Bardin : Mouvement Démocrate 2,81 % 5,44 %
Gérard Baudry : Parti des travailleurs 2,01 % 1,42 %
Jean-Pierre Chuine : La France en action 0,80 % 0,70 %
Gabrielle Couillin : Front National 2,41 % 3,71 %
Sadia Drissi : Sans étiquette 4,02 % 3,09 %
Christian Hérault : Sans étiquette 0,80 % 0,69 %
Huguette Hérin : Parti communiste français 2,41 % 3,28 %
Agnès Lorilleux : Parti socialiste 19,28 % 26,35 %
Béatrice Pavy : Union pour un mouvement populaire 55,02 % 47,08 %
Thierry Pradier : Les Verts 2,01 % 3,75 %
Anne-Marie Savigny : Chasse, pêche, nature et traditions 0,80 % 1,07 %
Nathalie Sebille : Mouvement pour la France 4,42 % 2,10 %
2d tour
Dissé-sous-le-Lude 3e circonscription La Flèche - Saint-Calais
Béatrice Pavy : Union pour un mouvement populaire 65,56 % 55,14 %
Agnès Lorilleux : Parti socialiste 34,44 % 44,86 %

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 557 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Dissé-sous-le-Lude[9]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
816 788 777 913 800 889 874 870 872
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
840 862 866 891 854 857 862 870 886
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
860 852 847 777 787 723 767 729 703
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
627 594 591 649 594 556 571 583 557
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 27 420 €, ce qui plaçait Dissé-sous-le-Lude au 18 774e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[12].

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 389 personnes, parmi lesquelles on comptait 71 % d'actifs dont 62,7 % ayant un emploi et 8,2 % de chômeurs[A 1].

On comptait 70 emplois dans la zone d'emploi, contre 88 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 249, l'indicateur de concentration d'emploi est de 28,1 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu moins d'un emploi pour trois habitants actifs[A 2].

L'économie de la commune est fortement liée au secteur primaire. Au 31 décembre 2010, Dissé-sous-le-Lude comptait 60 établissements : 34 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 3 dans la construction, 17 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[A 3]. En 2011, trois entreprises ont été créées à Dissé-sous-le-Lude[A 4], toutes par des autoentrepreneurs[A 5].

Répartition des emplois par catégories
Dissé-sous-le-Lude National
Agriculteurs 11 % 2,4 %
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 8,2 % 6,4 %
Cadres, professions intellectuelles 2,7 % 12,1 %
Professions intermédiaires 11 % 22,1 %
Employés 12,3 % 29,9 %
Ouvriers 54,8 % 27,1 %

Logement[modifier | modifier le code]

Immobilier
Dissé-sous-le-Lude National
Résidences principales 78,9 % 83 %
Résidences secondaires 13,4 % 10,1 %
Logements vacants 7,7 % 8 %
Maisons individuelles 99,5 % 56,8 %
Logements collectifs 0 % 40,4 %
Autres types d'habitations 0,5 % 2,8 %
Studios 0,5 % 6,4 %
Logements de 2 pièces 6,3 % 12,8 %
Logements de 3 pièces 20,9 % 22,5 %
Logements de 4 pièces 32 % 26,8 %
Logements de 5 pièces et plus 40,3 % 31,5 %

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Lorrière (ou Laurière), seconde moitié du XVe siècle, restauré et agrandi de 1865 à 1875 selon les plans d'Ernest Dainville, puis remanié de 1922 à 1939, inscrit au titre des monuments historiques en 2001[13].
  • Église Saint-Martin-de-Vertou, des XIe et XVe siècles, incendiée, elle est reconstruite en 1869.
  • Château de la Cour-de-Broc, de la fin du Moyen Âge et du XVIIe siècle.
  • Château du Mortier, du Moyen Âge, XVIe ou XVIIe et XIXe siècles.
  • Menhir du château de Lorière.
  • Fontaine Saint-Martin, du XVIIe siècle, en pierre.
  • Prieuré (ancien) Sainte-Marie, dit abbaye du Raillon, avec chapelle, des XIe, XIIe et XVe siècles.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Un terrain de boule de fort.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Mousset-Pinard (dir.), Christine Toulier (textes), Jean-Baptiste Darrasse (photographies) et Virgine Desvigne (cartes), Le Lude en Vallée du Loir, Nantes, Éditions 303, coll. « Images du Patrimoine » (no 285), , 144 p. (ISBN 979-10-93572-11-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T5 - Emploi et activité.
  3. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  4. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  5. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Recherche d'orthodromie depuis Dissé-sous-le-Lude », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 8 juin 2013)
  2. a, b et c Dissé-sous-le-Lude sur Géoportail..
  3. Répertoire géographique des communes, Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Fiche de la rivière la Marconne (M1434300) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 12 juin 2013).
  5. « Fiche du ruisseau le Ris-Oui (M1444400) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 12 juin 2013).
  6. « Les derniers vœux du maire, Jean Meunier », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 juillet 2014)
  7. « Jacky Decers succède à Jean Meunier », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 juillet 2014)
  8. « Michel Raveneau a été élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 août 2014)
  9. Date du prochain recensement à Dissé-sous-le-Lude, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 juin 2013).
  13. « Château de Lorrière », notice no PA72000018, base Mérimée, ministère français de la Culture