Renazé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Renazé
Renazé
La place centrale et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Château-Gontier
Canton Cossé-le-Vivien
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Craon
Maire
Mandat
Patrick Gaultier
2014-2020
Code postal 53800
Code commune 53188
Démographie
Gentilé Renazéen
Population
municipale
2 529 hab. (2015 en diminution de 5,32 % par rapport à 2010)
Densité 151 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 37″ nord, 1° 03′ 30″ ouest
Altitude Min. 20 m
Max. 108 m
Superficie 16,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Renazé

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Renazé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Renazé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Renazé

Renazé est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 2 529 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la Mayenne angevine et dans le Haut-Anjou, près du département voisin du Maine-et-Loire.

Communes limitrophes de Renazé[1]
Saint-Saturnin-du-Limet,
Congrier
Saint-Martin-du-Limet Bouchamps-lès-Craon
Congrier Renazé[1] Bouchamps-lès-Craon,
La Boissière
Chazé-Henry (49),
La Chapelle-Hullin (49)
Grugé-l'Hôpital (49) La Boissière,
Grugé-l'Hôpital (49)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme serait issu d'un anthroponyme, germanique — tel que Rin-ath, proposé par Charles Rostaing[2] — ou roman — tel que Renatus, selon Ernest Nègre, relayant Marie-Thérèse Morlet[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Selon une légende[4], au VIe siècle, la fiancée du jeune comte d'Anjou Licinius, ami de Chilpéric Ier, roi des Francs, décède, frappée par la peste. Désespéré, il devient moine puis évêque. Seigneur de Trélazé et de Renazé, il emploie charitablement les pauvres à extraire la pierre d'ardoise et a le premier l'idée de s'en servir pour recouvrir les toitures. Cette découverte lui vaut d'être proclamé, plus tard, saint patron des ardoisiers, sous le nom de saint Lézin d'Angers.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

À partir du XVe siècle, Renazé est un haut lieu de l'industrie ardoisière.

En 1562, au début des guerres de religion, Guy Lailler, seigneur huguenot du château de la Chesnaie en Saint-Martin-du-Limet, ravit le château de Craon aux catholiques. On le surnomme « le roi de Craon ». Il possède le château de Renazé et sa forêt de Lourzais[4]. Il est tué en duel le par son pupille René de Rieux (1548-1628), à l'âge de quatre-vingts ans[5].

Les seigneurs de la Chesnaie, seigneurs de la paroisse de Renazé, possédaient, près de leur église, une maison importante reliée à leur château par un souterrain[4].

Renazé passe par la suite aux mains de la famille d'Andigné.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le 21 mars 1793, Joseph Fouché, en mission en Mayenne, indiqua que Renazé était l'une des communes où l'on emprisonne les gens sans aucun soupçon[4].

Le 30 juin 1799, les Chouans font promettre au curé constitutionnel de ne plus dire la messe[4].

Second Empire[modifier | modifier le code]

En 1850, Renazé comptait 300 ouvriers[4].

Le 11 juin 1856, l'empereur Napoléon III vient au bourg à pied, de la grand route où les habitants, à genoux, lui avaient barré le chemin[4].

Troisième République[modifier | modifier le code]

De 1880 à 1900, la population de la commune passa de 2 253 à 3 564 habitants, dont 1 500 ouvriers en 1900[4], cette progression remarquable étant due à l'amélioration des méthodes d'exploitation et au fait que l'ardoise de Renazé était considérée comme étant de la meilleure qualité[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Renazé

Les armes de la commune de Renazé se blasonnent ainsi :
En forme de cartouche, entouré de volutes et de feuillages d'ornement, sommé d'une couronne de marquis,d'émaux connus : d'argent à trois aigles de gueules, onglées, becquées et membrées d'azur[4].

Ces armoiries sont celles de la famille d'Andigné, et furent apposées sur une cloche de l'église de Renazé nommée en 1766 par René Gabriel Louis d'Andigné, seigneur de Renazé, et par sa sœur Charlotte[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1951 Ferdinand Planchenault    
1951 1965 Édouard Paillard   Cultivateur
1965 1977 Henri Houdou SFIO-PS Directeur de collège public
mars 1977[6] juin 1995 Daniel Houdin PS Directeur d'école publique
juin 1995[7] mars 2008 Richard Flament UMP Médecin
mars 2008[8] en cours Patrick Gaultier[9] DVG Agriculteur, président de la communauté de communes
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et six adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2015, la commune comptait 2 529 habitants[Note 2], en diminution de 5,32 % par rapport à 2010 (Mayenne : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Le maximum de la population a été atteint en 1901 avec 3 564 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6604756648519581 0321 1041 1921 256
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2951 5211 7931 9652 2532 9133 1953 0933 549
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5643 2633 0042 8483 2123 1622 9052 8112 921
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3 0123 0072 9132 8812 8602 7912 7012 6712 529
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (23,7 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,7 %) est supérieur au taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 46,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,7 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 16,6 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 29,9 %) ;
  • 53,7 % de femmes (0 à 14 ans = 14,7 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 15,3 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 37,2 %).
Pyramide des âges à Renazé en 2008 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
2,7 
11,2 
75 à 89 ans
18,0 
17,9 
60 à 74 ans
16,5 
21,4 
45 à 59 ans
19,3 
16,6 
30 à 44 ans
15,3 
15,5 
15 à 29 ans
13,5 
16,7 
0 à 14 ans
14,7 
Pyramide des âges du département de la Mayenne en 2008 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,4 
7,4 
75 à 89 ans
10,7 
12,9 
60 à 74 ans
14,1 
20,3 
45 à 59 ans
19,6 
20,5 
30 à 44 ans
19,0 
17,8 
15 à 29 ans
16,0 
20,7 
0 à 14 ans
19,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ardoisière Saint-Aignan, avec son chevalement.

Le musée de l'ardoise de Renazé est consacré à l'histoire de l'exploitation du schiste ardoisier à Renazé, pendant cinq siècles. Il expose le travail d'extraction du schiste, de taille des blocs, un puits et la salle des machines, la carrière à ciel ouvert telle qu'elle était aux XVIIIe et XIXe siècles, et une maison de mineur. Les géologies locale (Haut-Anjou : Noyant-la-Gravoyère), régionale (Basses vallées de l'Anjou : Trélazé) et nationale sont expliquées, le gisement de Renazé étant lié au Massif armoricain.

L'église Saint-Augustin est du XXe siècle.

Activité, labels et manifestations[modifier | modifier le code]

Renazé propose plusieurs activités culturelles et sportives pour les jeunes comme les moins jeunes. Un conseil municipal de jeunes prend part à la société et au projet de la commune.

Labels[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (une fleur) au concours des villes et villages fleuris[16].

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive renazéenne fait évoluer trois équipes de football en divisions de district[17].

Renazé a été ville d'arrivée de la 9e étape du Tour de France 1987, remportée par Adrie van der Poel.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 521 : « NPAG », Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Nos blasons et leur histoire, édité par le Syndicat d'initiative du canton de Saint-Aignan-sur-Roë, imprimerie Raynard, 1989.
  5. « Du regne de nostre dernier roy Henry IIIe, fut faict un combat à Paris, en lisle de Louviers, entre M. de Sourdiac, dict le jeune Chasteauneuf, de la maison de Rieux en Bretaigne, et M. de La Chesnaye-Lailler du pays d'Anjou, oncle de la femme dudict sieur de Sourdiac, de la maison de Bourg l'Evesque, que ledict sieur de Sourdiac avoit nouvellement espousée. Se doulant de quelques propos que je ne diray point, que pretendoit ledict sieur de Sourdiac de La Chesnaye avoir dict, et pour ce l'envoya appeller en ladicte isle, où estant, ledict sieur de Sourdiac luy demanda s'il avoit dict tels propos. L'autre lui respondit que sur la foy de gentilhomme et d'homme de bien, il ne les avoit jamais dicts.
    - Je suis donc content, replicqua le sieur de Sourdiac.
    -Non pas moy, replicqua l'autre, car puisque vous m'avez donné la peine de venir icy, je me veux battre; et que diront de nous tant de gens assemblez d'un costé et d'autre deçà et delà l'eau, d'estre icy venus pour parler, et non pour se battre ? Il y iroit trop de nostre honneur : çà battons nous.
    Eux s'estans donc mis en presence avec l'espée et la dague, se tirarent force coups advant se blesser; aucuns disoient que ledict sieur de Sourdiac estoit armé, et mesmes qu'aucuns ouyrent ledict La Chesnaye crier haut :
    - Ah ! paillard, tu es armé, ainsin qu'il l'avoit tasté d'un grand coup qu'il luy avoit tiré au corps;
    - Ah ! t'auray bien autrement,
    et se mit à luy tirer à la teste et à la gorge à laquelle il luy donna un grand coup à costé, qu il ne faillist rien qu'il ne luy coupast le sifflet; dont ledict Sourdiac ne s estonna nullement ains redoublant son courage, luy tira une grande estocade au corps et le tua. De dire qu'il fust armé, je ne le puis croire; car je l'ay tousjours cogneu brave et vaillant, les armes bien en la main, et l'honneur en recommandation pour faire telle supercherie, et bien luy servit de bien faire et bien parer les coups; car ledict sieur de Sourdiac, qui estoit mon grand amy, me le conta quelque temps amprès ce combat, me jurant n'avoir jamais veu un si brave, et vaillant, et rude homme que celluy là, comme de vray il l'avoit bien monstré en plusieurs guerres de Piedmont et de France, et estimé fort mauvais garçon. Encore le monstra il en ce combat, car il avoit quatre vingts ans lorsqu'il y vint, et mourut. Ainsin à belle vie belle mort, qu'il faut fort estimer, et surtout aussy son brave cœur et son ambition de n'estre voulu partir de la place assignée sans se battre et ne s'amuser trop à parler comme de vray c'est une grande honte, quand on vient là, de s'en retourner sans venir aux mains, et de se contenter en satisfaction de parolles »

    — Pierre de Bourdeille Brantôme, Œuvres complètes, t. VIII, Édition Mérimée et Lacour, (lire en ligne), p. 23.

  6. « Le label « Sur le chemin de la nature » renouvelé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 février 2016)
  7. « Le Dr Flament, ancien maire, prend sa retraite », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 février 2016)
  8. « Patrick Gaultier a été élu maire dimanche soir », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 février 2016)
  9. a et b Réélection 2014 : « Renazé (53800) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 mai 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Évolution et structure de la population à Renazé en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 octobre 2012)
  15. « Résultats du recensement de la population de la Mayenne en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 octobre 2012)
  16. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 24 février 2016)
  17. « U. S. renazéenne », sur Site officiel de la Ligue du Maine (consulté le 24 février 2016)