Villaines-sous-Malicorne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villaines.
Villaines-sous-Malicorne
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton La Flèche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fléchois
Maire
Mandat
Laurent Hubert
2014-2020
Code postal 72270
Code commune 72377
Démographie
Gentilé Villainais
Population
municipale
1 033 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 49″ nord, 0° 06′ 02″ ouest
Altitude Min. 40 m
Max. 94 m
Superficie 19,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Villaines-sous-Malicorne

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Villaines-sous-Malicorne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villaines-sous-Malicorne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villaines-sous-Malicorne

Villaines-sous-Malicorne est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 033 habitants[1] (les Villainais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Villaines-sous-Malicorne dans le département de la Sarthe.

Localisation[modifier | modifier le code]

Villaines-sous-Malicorne, commune du sud du département de la Sarthe, est située au cœur du Maine angevin. Le village se trouve, en distances orthodromiques, à 34,1 km au sud-ouest du Mans, la préfecture du département, et à 7,8 km au nord-ouest de La Flèche, la ville la plus proche[2]. Les communes limitrophes sont Arthezé, Bousse, Crosmières, Le Bailleul et La Flèche[3].

Communes limitrophes de Villaines-sous-Malicorne
Arthezé
Le Bailleul Villaines-sous-Malicorne Bousse
Crosmières La Flèche

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 916 hectares. L'altitude varie entre 40 et 94 mètres[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

À l'est, le petit ruisseau l'Héritière sépare Villaines de la commune voisine de Bousse[5]. Trois autres cours d'eau prennent leur source sur le territoire communal. Au nord, le ruisseau de Coquelival se dirige vers Arthezé où il rejoint les eaux du Riboux[6]. Au sud-est, le ruisseau le Bois, affluent du Loir détermine la limite communale avec La Flèche[7]. Enfin, l'Argance, un autre affluent du Loir, prend sa source au centre de la commune[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Villaines-sous-Malicorne est soumis à un climat de type océanique dégradé. Les données climatiques sont comparables à celles de la station Le Mans-Arnage, située à moins de 30 km à « vol d'oiseau » de Villaines-sous-Malicorne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Villaines-sous-Malicorne est traversée au sud sur une courte distance par la route départementale D 306, ancienne N 159 reliant Tours à Laval. La route départementale D 41 arrive au sud en provenance de Verron, ancienne commune rattachée à La Flèche, et repart au nord en direction de Malicorne-sur-Sarthe. À l'est, la route département D 102 arrive de Bousse. Elle repart au sud-ouest en direction de Crosmières sous l'appellation D 102 bis. Enfin, au nord, la départementale D 253 relie Villaines à la commune voisine d'Arthezé[3].

Transport en commun[modifier | modifier le code]

La ligne 6 La FlècheLe Mans du réseau TIS traverse Villaines-sous-Malicorne. Trois arrêts sont préuvs sur la commune : la place des Anciens combattants au centre du village, ainsi qu'aux lieux-dits le Grand Tessé et la Janverie [9]. Le transport scolaire est géré par le conseil général de la Sarthe. Plusieurs arrêts sont programmés à Villaines-sous-Malicorne pour se rendre aux collèges et lycée de Malicorne-sur-Sarthe et de La Flèche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Villaines » est issu du latin villana, c'est-à-dire une tenure de paysan autour de laquelle le village s'est développé[10]. L'appellation « Vitlena » est attestée en 837[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Villaines-sous-Malicorne faisait partie de la sénéchaussée angevine de La Flèche et de l'ancienne province d'Anjou.

Sous l'Ancien Régime, la commune était rattachée au pays d'élection de La Flèche.

Lors de la Révolution française, la commune fut, comme toutes celles de la sénéchaussée de La Flèche, rattachée au nouveau département de la Sarthe.

En 1801, lors du Concordat, la paroisse fut détachée du diocèse d'Angers pour celui du Mans.

La légende raconte que le seigneur de La Flèche et de ses alentours aurait donné ce hameau à un de ses soldats appelé Simon. Celui-ci étant amoureux aurait construit un village en forme de cœur en l'honneur de sa belle. Il aurait aussi fait construire un château dans ce village. Aujourd'hui, il ne reste plus que le château de la Roche Simon et la forme de ce village pour témoigner de la présence de Simon et sa douce autrefois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Michel Prechais    
mars 2014 Philippe Stirn   Médecin
en cours Laurent Hubert[12] DVG Professeur des écoles
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 033 habitants, en augmentation de 4,87 % par rapport à 2009 (Sarthe : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 024 1 055 1 111 1 060 1 008 988 988 1 019 1 050
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
946 935 968 959 1 056 930 905 894 933
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
878 818 814 793 799 789 763 800 773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
747 745 796 730 725 746 936 1 016 1 033
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Villaines-sous-Malicorne est située dans l'académie de Nantes. Elle dispose d'une école primaire publique, l'école Le Marronier[17]. Le collège le plus proche est le collège Marcel-Pagnol de Malicorne-sur-Sarthe, tandis que le lycée le plus proche est situé à La Flèche, il s'agit du lycée polyvalent d'Estournelles de Constant.

Économie[modifier | modifier le code]

La place principale du bourg.

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 30 309 €, ce qui plaçait Villaines-sous-Malicorne au 13 471e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[18].

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 591 personnes, parmi lesquelles on comptait 77 % d'actifs dont 70,2 % ayant un emploi et 6,9 % de chômeurs[A 1].

On comptait 213 emplois dans la zone d'emploi, contre 220 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 416, l'indicateur de concentration d'emploi est de 51,3 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu moins d'un emploi pour deux habitants actifs[A 2].

Au 31 décembre 2010, Dissé-sous-le-Lude comptait 60 établissements : 22 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 4 dans l'industrie, 8 dans la construction, 23 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[A 3]. En 2011, quatre entreprises ont été créées à Villaines-sous-Malicorne[A 4].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Germain, des XIe, XIIe, XVe et XVIIe siècles, d'architecture romane, qui renferme trois retables et un tableau, La mise au tombeau, classés monuments historiques au titre d'objets[19].
  • Chapelle de l'Aubinière.
  • Motte castrale de la Roche-Simon.
  • Chêne au diable.
  • Nombreuses Croix de chemins, aux intersections, notamment celle de l'entrée sud du bourg.


Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Randonnée pédestre du 1er mai.
  • Bal avec repas et feux d'artifice en première quinzaine de juillet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Kervella, Le Loir et ses terroirs : Le Pays fléchois, Le Mans, La Reinette, , 144 p. (ISBN 978-2-913566-72-9), p. 139-142

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T5 - Emploi et activité.
  3. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  4. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. « Recherche d'orthodromie depuis Villaines-sous-Malicorne », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 8 juin 2013)
  3. a et b Villaines-sous-Malicorne sur Géoportail..
  4. Répertoire géographique des communes, Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  5. « Fiche du ruisseau l'Héritière (M0546600) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 8 juin 2013).
  6. « Fiche du ruisseau le Coquelival (M0546800) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 8 juin 2013).
  7. « Fiche du ruisseau le Bois (M1515800) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 8 juin 2013).
  8. « Fiche de la rivière l'Argance (M1534500) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 8 juin 2013).
  9. « Plan de réseau TIS », sur www.lestis72.com (consulté le 9 juin 2013)
  10. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages de la Sarthe, Saint-Jean-d'Angély, Editions Jean-Michel Bordessoules, , 224 p. (ISBN 2-913471-42-0), p. 215
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Librairie Droz, Genève, , 704 p. (lire en ligne), p. 399
  12. « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre, (consulté le 30 mars 2014).
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. « Sarthe (72) > Villaines-sous-Malicorne > École », sur l'annuaire des établissements scolaires sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le 12 juin 2013).
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 juin 2013).
  19. « Liste des objets classés de l'église Saint-Germain », sur Le site du ministère de la culture (consulté le 8 novembre 2014)