Diocèse de Glandèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Diocèse de Glandèves
(la) Dioecesis Glandatensis
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Suppression 1790 / 1801
Province ecclésiastique Embrun
Siège Glandèves (Entrevaux)
Diocèses suffragants aucun
Titulaire actuel liste
Langue(s) liturgique(s) latin
Calendrier julien puis grégorien
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
Façade fermant le chevet de l’ancienne cathédrale, en grande partie disparue.
Chevet de l’ancienne cathédrale de Glandèves.

Le diocèse de Glandèves (en latin : Dioecesis Glandatensis) est un ancien diocèse de l'Église catholique en France.

Territoire[modifier | modifier le code]

À la veille de la Révolution française, le diocèse de Glandèves confinait : au nord, avec l'archidiocèse d'Embrun ; à l'est, avec le diocèse de Nice ; au sud, avec celui de Vence ; et, à l'ouest, avec celui de Senez.

Depuis la dédition de Nice à la Savoie, en 1388, il était divisé entre le comté de Provence, uni au royaume de France en 1481, et le comté de Nice, composante des États de Savoie.

Sa partie française comprenait les paroisses d'Aiglun, Amirat, Briançonnet, Collongues, Conségudes, Les Ferres, Gars, Les Mujouls et Sallagriffon.

Sa partie niçoise, avec vicaire général et officialité à Puget-Théniers, comprenait les paroisses d'Auvare, Bonson, Beuil, La Cainée, Châteauneuf, La Croix, Cuébris, Entraunes, Guillaumes, Gilette, Le Mas, Malaussène, La Penne, Péone, Pierrefeu, Puget-Rostang, Puget-Théniers, Revest, Rigaud, Roquestéron, Saint-Antonin, Saint-Léger, Saint-Martin-Lantosque (aujourd'hui, Saint-Martin-Vésubie), Sauze, Sigale,Toudon et Villeneuve.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Glandèves est créé à la fin de l'Antiquité, avec son siège dans la ville disparue de Glandèves.

Durant la majeure partie de son existence, l'évêque siégeait dans la ville d'Entrevaux, actuellement dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Glandèves, dont le nom latin était Glanate est le nom de l'ancienne localité de la province romaine des Alpes Maritimes située à l'emplacement de l'actuel hôpital d'Entrevaux, un peu en aval d'Entrevaux sur la rive droite du Var. Il se crée dans le cadre d'une ancienne civitas. Les évêques de Glandèves résidèrent à Entrevaux, plus facile à défendre.

L'évêché fut longtemps partagé par la frontière séparant le royaume de France du duché de Savoie devenu en 1718 royaume de Piémont-Sardaigne. Pour la partie savoyarde de son diocèse, l'évêque avait un vicaire général qui résidait à Puget-Théniers.

L'évêché apparaît au VIe siècle quand son évêque Claudius episcopus civitatis Glannatinae est représenté au concile d'Orléans de 541 et non en 451 comme indiqué par erreur dans la Gallia. Il est supprimé par un décret de l'Assemblée constituante du 12 juillet 1790. La suppression est confirmée par le Concordat du 15 juillet 1801.

Après les quatre premiers évêques, jusqu'à la fin du VIe siècle, la liste des évêques du diocèse comporte a un vide qui dure jusqu'en 991, année à laquelle apparaît un Guigo ou Guigues.

Vers 1030, une nouvelle cathédrale est construite, Notre-Dame-la-Dorée.

L'évêché de Glandève comprenait le Val d'Entraunes, l'ancienne viguerie de Guillaumes, à l'est la rive droite du Cians, à l’ouest les vallées du Coulomp et de la Vaïre, au sud il englobait les communes des vallées de la Gironde et de l'Estéron jusqu'au Var.

Siège titulaire[modifier | modifier le code]

En 2009 le pape Benoît XVI rétablit un siège titulaire sous le nom de « diocèse d'Entrevaux » et y nomme le prélat français Jean Laffitte[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]