Saint-Germain-d'Arcé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Germain-d'Arcé
Saint-Germain-d'Arcé
Église Saint-Germain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Intercommunalité Communauté de communes Sud Sarthe
Maire
Mandat
Antony Rousseau
2020-2026
Code postal 72800
Code commune 72283
Démographie
Gentilé Arcéen
Population
municipale
335 hab. (2018 en diminution de 5,9 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 22″ nord, 0° 17′ 29″ est
Altitude Min. 36 m
Max. 108 m
Superficie 29,19 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Lude
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Germain-d'Arcé
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Saint-Germain-d'Arcé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-d'Arcé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-d'Arcé

Saint-Germain-d'Arcé est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 335 habitants[Note 1] (les Arcéens).

La commune fait partie de la province historique de l'Anjou, et se situe dans le Baugeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Germain-d'Arcé dans le département de la Sarthe.

Saint-Germain-d'Arcé, commune du sud du département de la Sarthe, est située au cœur du Maine angevin. Le village se trouve, en distances orthodromiques, à 42 km au sud du Mans, la préfecture du département, et à 10,7 km au sud-est du Lude, la ville la plus proche[1]. Les communes limitrophes sont Vaas, La Bruère-sur-Loir, Chenu, Aubigné-Racan, La Chapelle-aux-Choux, ainsi que Villiers-au-Bouin dans le département d'Indre-et-Loire[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 919 hectares. L'altitude varie entre 36 et 108 mètres[3]. Le point le plus haut se situe à l'est du bourg, à proximité du lieu-dit « Fontenay », tandis que le point le plus bas se situe sur la Fare, au nord-ouest, où la rivière se jette dans le Loir[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le principal cours d'eau de Saint-Germain-d'Arcé est la Fare, qui traverse la commune du sud-est vers le nord-ouest[4]. Elle rejoint le Loir, qui borde Saint-Germain-d'Arcé et délimite la limite communale avec Aubigné-Racan[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-d'Arcé est soumise à un climat de type océanique dégradé. Les données climatiques sont comparables à celles de la station Le Mans-Arnage, située à près de 35 km à « vol d'oiseau » de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-d'Arcé se situe au carrefour de la RD 141, qui arrive à l'ouest depuis La Chapelle-aux-Choux et repart vers l'est en direction de Chenu, et de la RD 217 qui entre au nord en provenance de Vaas et repart au sud vers Villiers-au-Bouin[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-d'Arcé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[6],[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (29,3 %), forêts (27,2 %), prairies (23,1 %), cultures permanentes (9,8 %), zones agricoles hétérogènes (6,1 %), mines, décharges et chantiers (3,6 %), zones urbanisées (0,9 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom d'Arcé-sur-Fare[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la commune dépendait de la sénéchaussée angevine de Baugé et du tribunal spécial ou « grenier à sel » du Lude.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Germain-d'Arcé Blason
D'azur à la croix d'argent cantonné en chef à la tête de cerf contournée du même et d'un poisson aussi d'argent posé en bande.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 Jean Gillet    
mars 2014 Jean-François Moral SE  
En cours Martine Boulay[14] SE Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2018, la commune comptait 335 habitants[Note 3], en diminution de 5,9 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
835867831800766762738776762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
753769778759723735717755716
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
715730741627651618583564572
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
592493430376352347358385344
2018 - - - - - - - -
335--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 731 €, ce qui plaçait Saint-Germain-d'Arcé au 23 602e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[18].

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 238 personnes, parmi lesquelles on comptait 76,1 % d'actifs dont 66 % ayant un emploi et 10,1 % de chômeurs[A 1].

On comptait 150 emplois dans la zone d'emploi, contre 190 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 160, l'indicateur de concentration d'emploi est de 93,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu moins d'un emploi pour un habitant actif[A 2].

L'économie de la commune est fortement liée au secteur primaire. Au , Saint-Germain-d'Arcé comptait 43 établissements : 20 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 1 dans l'industrie, 1 dans la construction, 18 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[A 3]. En 2011, une entreprise a été créée à Saint-Germain-d'Arcé[A 4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Dolmen d'Amnon (ou Amenon), classé au titre des monuments historiques en 1976[19].
  • Église Saint-Germain, des XVe et XVIe siècles. Elle renferme un ensemble maître-autel - retable du XVIIe siècle[20], ainsi qu'une statue de la Vierge à l'Enfant du XIVe siècle[21] et deux calices, des XVIIe et XVIIIe siècles[22],[23], tous classés monuments historiques au titre d'objets.
  • Stèle commémorative du poste de commandement Touraine-Anjou-Maine (TAM) de l'Organisation de résistance de l'armée (ORA) au lieu-dit le Potireau.
  • Château d'Amenon.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • 1er mai : tournoi de pétanque.
  •  : défilé et retraite aux flambeaux le soir.
  • Dernier dimanche de juillet : vide-greniers et marché du terroir suivi d'un feu d'artifice aux alentours de 23 heures 30.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Mousset-Pinard (dir.), Christine Toulier (textes), Jean-Baptiste Darrasse (photographies) et Virgine Desvigne (cartes), Le Lude en Vallée du Loir, Nantes, Éditions 303, coll. « Images du Patrimoine » (no 285), , 144 p. (ISBN 979-10-93572-11-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T5 - Emploi et activité.
  3. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  4. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Recherche d'orthodromie depuis Saint-Germain-d'Arcé », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le ).
  2. a b et c « Saint-Germain-d'Arcé » sur Géoportail..
  3. Répertoire géographique des communes, Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Fiche de la rivière la Fare (M1414000) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  5. « Fiche de la rivière le Loir (M1--0160) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. « Les nouveaux maires et adjoints élus ce week-end », Le Maine libre, (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Dolmen d'Amnon », notice no PA00109941, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Autel ; tabernacle ; retable ; statue », notice no PM72000818, base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM72000817, base Palissy, ministère français de la Culture.
  22. « Calice », notice no PM72001333, base Palissy, ministère français de la Culture.
  23. « Calice », notice no IM72001505, base Palissy, ministère français de la Culture.
  24. Chanoine Moussé, Le culte de Notre-Dame en Touraine, A. Mame,1915, p.736-737.
  25. La Nouvelle République.fr : Pierre Damien le Sculpteur